Ainhoa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ainhoa
Le fronton et l’église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Le fronton et l’église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Ustaritz-Vallées de Nive et Nivelle
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Basque
Maire
Mandat
Michel Ibarlucia
2014-2020
Code postal 64250
Code commune 64014
Démographie
Gentilé Ainhoar
Population
municipale
664 hab. (2014 en diminution de 1,19 % par rapport à 2009)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 18′ 26″ nord, 1° 29′ 51″ ouest
Altitude Min. 52 m
Max. 649 m
Superficie 16,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ainhoa

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Ainhoa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ainhoa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ainhoa
Liens
Site web Site officiel

Ainhoa est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Ainhoar[1],[2].

Panneau à l'entrée du village.
Ancienne plaque de rue sur la maison Elchoinea.
Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Linteau sur lequel on peut lire : Ceste maison apelée Gorritia a este racheptee par Marie de Gorriti mere de feu Jean Dolhagaray des sommes par luy envoyes des Indes laquelle maison ne se pourra vandre n'y engaiger. Fait en l'an 1662.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la province basque du Labourd.

Ainhoa et Sare, conjointement aux deux communes espagnoles de Zugarramurdi et Urdazubi, composent un territoire transfrontalier, appelé Xareta. À cheval sur la frontière avec l'Espagne, c'est un passage du chemin de Saint-Jacques (voie du Baztan), qui part de Bayonne à Pampelune.

La commune est frontalière avec l'Espagne au quartier Dancharia accédant au quartier Dantxarinea d'Urdazubi.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune se situe de part et d'autre de la route départementale 20 qui relie Espelette à la frontière espagnole. Elle est également desservie par la route départementale 306.

La commune est desservie par la ligne 22 du réseau de bus Hegobus.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Situées dans le bassin versant de l'Adour, les terres de la commune sont arrosées[3] par la Nivelle, et par deux de ses affluents, l'Opalazioko erreka et le Lapitxuri et les tributaires de ce dernier, le Larreko erreka, l'Erdiko erreka et le Farendeiko erreka, le Haitzagerriko erreka et le Barretako erreka.

Paul Raymond mentionne en 1863, dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[4], le Haïçaguerry, un affluent de la Nivelle, qui descend du Gorospila, sur la frontière espagnole, et qui traverse le territoire d'Ainhoue, ancienne graphie d’Ainhoa.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Agerrea[5]
  • Akatenea[5]
  • Arbonakoborda[5]
  • Armaia[5]
  • Armaiaetxeberria[5]
  • Arotxenborda[5]
  • Barnetxekoborda[5]
  • Capéra[4]
  • Chapelle d'Arantze[5]
  • Col de Gorospil[5]
  • Dantxaria[5],[4]
  • Dolharekoborda[5]
  • Esponda[5]
  • Ezpondakoborda[5]
  • Fulianborda[5]
  • Gaskoinenborda[5]
  • Haizagerri[5],[4]
  • Haltienborda[5]
  • Hariztoienborda[5]
  • Harotxarenborda[5]
  • Janmarienborda[5]
  • Joaniorenborda[5]
  • Kanpainia[5]
  • Kontxoenea[5]
  • Mazondoa[5]
  • Mendiondoa[5]
  • Mentaberria[5]
  • Murruenea[5]
  • Narkoinborda[5]
  • Okilaua[5]
  • Olhatxoa[5]
  • Ordokikoborda[5]
  • Ordosgoitikoborda[5]
  • Patzikoenborda[5]
  • Peorteikoborda[5]
  • Perlaenborda[5]
  • Tanburinborda[5]
  • Ukutea[5]
  • Urrutieneko Errota[5]
  • Xara Handia[5]
  • Xarak[5]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

Le toponyme Ainhoa apparaît sous les formes Aynoa (1238[6]), Aynho (1243[6]), Aignoa et Aynoa (1249[6]), Haynou et Anhoe (1289[6]), Nostre-Done d'Ainhoe (1511[4], titres de l'abbaye Sainte-Claire de Bayonne[7]), Añoa (1650[4], carte du Gouvernement Général de Guienne et Guascogne et Pays circonvoisins), Anhoue (1684[4], collations du diocèse de Bayonne[8]), Mendiarte (1793[4]), Ainhone (1793[9]), Ainhoue (1801[9], Bulletin des lois), Ainhoue ou Ainhoa (1863, dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[4]) et Ainhoa[10] au XIXe siècle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Brigitte Jobbé-Duval[11] avance que le toponyme pourrait provenir du basque aino qui signifie « chèvre ».

Autres toponymes[modifier | modifier le code]

Le lieu-dit Capéra possédait une chapelle au XIXe siècle (1863[4], dictionnaire topographique Béarn-Pays basque).

Dantxaria est un hameau d’Ainhoa, cité sous la graphie Dancharia dans le dictionnaire de 1863[4].

Le pont Landibar, traversant le Haïçaguerry, est mentionné en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[4].

Graphie basque[modifier | modifier le code]

Son nom basque actuel est Ainhoa[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire

L'ancienne redoute Urrizti témoigne du passé ancien du territoire.

XIIIe siècle

Paul Raymond[4] note que la cure d'Ainhoa était à la présentation de l'abbé d'Urdazubi (Espagne). Le vicariat d'Ainhoa fut créé par le prieuré des prémontrés d'Urdazubi, fondé au XIIIe siècle.

Après une période de lutte entre l'Angleterre et la Navarre, le domaine de la paroisse d'Ainhoa devint un territoire indivis entre les deux royaumes.

XVIIe siècle

Ainhoa fut détruite durant la Guerre de Trente Ans (1618-1648) puis reconstruite. Il ne subsiste aujourd'hui de l'époque antérieure à cette destruction que l'église et la maison Machitorénéa.

XVIIIe siècle

En 1724, à la suite des révoltes de Saint-Jean-le-Vieux (1685), Mouguerre et Saint-Pierre-d'Irube (1696), la population d'Ainhoa se révolta contre la gabelle, révolte d'opposition aux nouvelles taxes, annonciatrice de celles qui soulevèrent presque tout le Labourd en 1726 (contre l'impôt dit du 50e), Bayonne et Saint-Jean-Pied-de-Port en 1748[12].

La loi du 4 mars 1790[13], qui détermina un nouveau paysage administratif de la France en créant des départements et des districts, décida de la naissance du département des Basses-Pyrénées en réunissant le Béarn, les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache, et les trois provinces basques françaises. Pour ces dernières, trois districts furent créés : Mauléon, Saint-Palais et Ustaritz, qui remplaça le bailliage du Labourd. Le siège d'Ustaritz fut transféré presque immédiatement à Bayonne. Son Directoire incita un grand nombre de municipalités à adopter de nouveaux noms conformes à l'esprit de la Révolution. Ainsi Ainhoa s'appela Mendiarte, Ustaritz devint Marat-sur-Nive, Itxassou Union, Arbonne Constante, Saint-Étienne-de-Baïgorry Thermopyles, Saint-Palais Mont-Bidouze, Louhossoa Montagne-sur-Nive, Saint-Jean-Pied-de-Port Nive-Franche, Saint-Jean-de-Luz Chauvin-Dragon, du nom d'un jeune soldat mort au combat et Souraïde Mendialde.

En 1794, au plus fort de la Terreur, et à la suite de la désertion de quarante sept jeunes gens d'Itxassou, le Comité de salut public (arrêté du 13 ventôse an II - 3 mars 1794) fit arrêter et déporter une partie des habitants (hommes, femmes et enfants) d'Ainhoa, Ascain, Espelette, Itxassou, Sare et Souraïde, décrétées, comme les autres communes proches de la frontière espagnole, communes infâmes[14]. Cette mesure fut étendue à Biriatou, Cambo, Larressore, Louhossoa, Mendionde et Macaye.

Les habitants furent « réunis dans diverses maisons nationales, soit dans le district d'Ustaritz, soit dans celles de la Grande Redoute, comme de Jean-Jacques Rousseau »[15]. En réalité, ils furent regroupés dans les églises, puis déportés dans des conditions très précaires[16] à Bayonne, Capbreton, Saint-Vincent-de-Tyrosse et à Ondres. Les départements où furent internés les habitants des communes citées furent le Lot, le Lot-et-Garonne, le Gers, les Landes, les Basses-Pyrénées (partie béarnaise) et les Hautes-Pyrénées.

Le retour des exilés et le recouvrement de leurs biens furent décidés par une série d'arrêtés pris le 29 septembre et le 1er octobre 1794, poussés dans ce sens par le directoire d'Ustaritz : « Les ci-devant communes de Sare, Itxassou, Ascain, Biriatou et Serres, dont les habitants internés il y a huit mois par mesure de sûreté générale, n'ont pas été cultivées. Les habitants qui viennent d'obtenir la liberté de se retirer dans leurs foyers, demandent à grands cris des subsistances sans qu'on puisse leur procurer les moyens de satisfaire à ce premier besoin de l'homme, la faim. »[17]. La récupération des biens ne se fit pas sans difficulté, ceux-ci avaient été mis sous séquestre mais n'avaient pas été enregistrés et avaient été livrés au pillage : « Les biens, meubles et immeubles des habitants de Sare, n'ont été ni constatés ni légalement décrits ; tous nos meubles et effets mobiliers ont été enlevés et portés confusément dans les communes voisines. Au lieu de les déposer dans des lieux sûrs, on en a vendu une partie aux enchères, et une autre partie sans enchères. »[18].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la fasce de gueules en divise, accompagnée d'un flanchis d'azur en chef et en pointe d'un cimeterre de gueules posé en fasce la pointe à senestre, surmonté d'un croissant de sinople[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 Bernard Saint-Jean    
2001 2008 Philippe Aspirot    
2008 2010 Henri Daguerre    
2010 en cours Michel Ibarlucia    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Ainhoa fait partie de six structures intercommunales[20] :

  • l’agglomération Sud Pays Basque ;
  • le SIVU Errebi ;
  • le SIVU pour la mise en œuvre du programme Natura 2000 sur le site du massif Mondarrain et de l'Artzamendi ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal pour le soutien à la culture basque ;
  • le syndicat mixte Bizi Garbia.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[22].

En 2014, la commune comptait 664 habitants[Note 1], en diminution de 1,19 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : +2,6 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
719 587 679 723 780 832 853 938 761
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
754 840 808 802 840 871 804 765 729
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
707 684 685 642 658 615 607 658 615
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
653 579 543 544 539 599 651 672 664
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune fait partie de l'aire urbaine de Bayonne.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une école primaire publique[24]. Cette école propose un enseignement bilingue français-basque à parité horaire[25].

Économie[modifier | modifier le code]

Le gisement de fer a été exploité jusqu'au XIXe siècle[26]. Son exploitation initiale est attribuée aux prémontrés de Saint-Sauveur d'Urdax[27].

Le tissage du lin (tisserands) et de la laine (duranguiers) a persisté à Ainhoa, où tout comme à Hasparren il représentait une activité importante, jusqu'à l'avènement de l'industrie textile au XIXe siècle[28].

Philippe Veyrin[29] note en 1975 l'existence d'une fabrique de chahako, petite outre en peau de bouc, que le paysan emporte au travail ou à la chasse.

Ainhoa fait partie de la zone AOC de production du piment d'Espelette et de la zone d'appellation de l'ossau-iraty. L'activité y est principalement agricole et forestière (500 hectares de forêts sur une superficie de 1 619 hectares).

Une carrière est toujours en activité sur le territoire de la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune a reçu le label des plus beaux villages de France, décerné par une association indépendante visant à promouvoir les atouts touristiques de petites communes françaises riches d'un patrimoine de qualité.

Langues

D'après la Carte des Sept Provinces Basques du prince Louis-Lucien Bonaparte éditée en 1863, le dialecte basque parlé à Ainhoa est le labourdin.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le village est organisé en bastide, recélant des maisons labourdines du XVIIe siècle et un fronton place libre qui s'appuie sur le cimetière entourant l'église.

Un lavoir (fontaine Alhaxurruta), toujours présent entre le bourg et le quartier de Dancharia, fut remarqué par Napoléon III et Eugénie lors d'une excursion le 23 septembre 1858.

Rue principale et mairie.
La mairie.
Le lavoir.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame de l'Assomption[30] fut construite au XIIIe siècle. Elle est classée par les monuments historiques depuis 1996 pour son décor intérieur.

La chapelle Notre-Dame-d'Aubépine (Marie y serait apparue à un jeune berger dans un buisson d'aubépine ou arantza d'où l'autre nom de la chapelle Notre-Dame-d'Aranzazu) possède un chemin de croix depuis 1886, une grotte depuis 1897 et un calvaire depuis 1898[31]. Au XVIIIe siècle, la paroisse d'Ainhoa subventionnait l'ermite de la chapelle pour qu'il enseigne à lire et à écrire aux bergers et aux enfants des fermes alentour, qui ne pouvaient accéder facilement au bourg[32].

Le cimetière recèle des stèles discoïdales et tabulaires des XVIe et XVIIe siècles.

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption.
Le cimetière.
Stèle discoïdale.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

La forêt d'Ainhoa qui s'étale sur plus de 400 hectares, abrite une faune riche à la fois sauvage (chevreuils, sangliers, lièvres et oiseaux migrateurs) et pastorale semi-sauvage (pottoks, bestisos, chèvres). Elle est constituée en majeure partie de chênes (chêne pédonculé), essence rustique, et de peuplements végétaux plus récents (chêne rouge d'Amérique et résineux).

Équipements[modifier | modifier le code]

L'école primaire publique.
Enseignement

La commune dispose d'une école primaire publique.

Sports et équipements sportifs

La pelote basque est pratiquée au fronton du village ainsi qu'au fronton couvert Ur Hegian.

Santé

Deux médecins généralistes sont présents sur la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

née au XVIIIe siècle 
Jean de Labartette, né en 1744 à Ainhoa et mort en 1823 en Indochine française (inhumé à Cô-Vuu), est un missionnaire français qui fut vicaire apostolique en Indochine.
née au XIXe siècle 
Jean-Pierre Duvoisin, né en 1810 à Ainhoa et décédé en 1891 à Ciboure, est un écrivain de langue basque.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .
Références
  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a et b Euskaltzaindia - Académie de la langue basque
  3. Notice du Sandre sur Ainhoa
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae, af, ag, ah, ai, aj, ak, al, am et an Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 16 octobre 2011)
  6. a, b, c et d Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Centre d'études linguistiques et littéraires basques », , 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962)
  7. Titres de l'abbaye Sainte-Claire de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. Manuscrits du XVIIe et du XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  9. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Pierre Lhande, Dictionnaire basque-français, 1926
  11. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture, (ISBN 978-2-35077-151-9)
  12. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 179.
  13. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1947, réédition 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 185
  14. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 187.
  15. Archives nationales, AF II 133/1014, citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque IV : Révolution de 1789, t. 4, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 432 p. (ISBN 2913156460 et 9782913156463, OCLC 492295167), p. 300
  16. Le maire et l'officier municipal de Capbreton demandèrent des consignes aux Représentants du peuple par un courrier (texte transcrit par P. Haristoy, Les Paroisses du Pays Basque pendant la période révolutionnaire, Pau, Vignancour, 1895-1901, pages 256-257) du 24 ventôse an II (14 mars 1794) pour les 229 détenus sous leur responsabilité :

    « 1°) Combien de pain à donner à chaque homme (nous n'avons pas de pain, si ce n'est de la méture) ?
    2°) Pouvons-nous consentir à ce qu'ils s'achètent du vin ou autres provisions ?
    3°) Nous t'observons que nous n'avons point de viande ;
    4°) Pouvons-nous leur permettre d'avoir de la lumière, la nuit, dans un fanal ?
    5°) Pouvons-nous permettre qu'ils aient leurs matelas ou paillasses ? Nous leur avons fait porter de la paille pour coucher ;
    6°) Pouvons-nous permettre qu'ils sortent deux à deux pour laver leur linge ?
    7°) S'il y a des malades, sommes-nous autorisés à les faire sortir de la maison de réclusion pour les traduire dans d'autres pour les faire traiter ? »

  17. Archives nationales, F11/394, 18 vendémiaire an III (9 octobre 1794), citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque IV : Révolution de 1789, t. 4, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 432 p. (ISBN 2913156460 et 9782913156463, OCLC 492295167), p. 309
  18. Bulletin de la Société des sciences, lettres et arts de Bayonne, année 1935, pages 67 à 70, et Les paroisses du Pays basque, page 263, Gure Herria, années 1930-1932 - Sources citées par Manex Goyhenetche, Histoire générale du Pays basque IV : Révolution de 1789, t. 4, Donostia / Bayonne, Elkarlanean, , 432 p. (ISBN 2913156460 et 9782913156463, OCLC 492295167), p. 310
  19. Guy Ascarat
  20. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 20 juin 2014)
  21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  24. {{http://www.education.gouv.fr/pid24302/annuaire-resultat-recherche.html?ecole=1&lycee_name=&localisation=1&ville_name=Ainhoa%20%2864%29}}
  25. {{http://www.mintzaira.fr/fr/services-en-basque/ecoles.html?tx_ecoles_pi1[commune]=41&tx_ecoles_pi1[cdc]=0&tx_ecoles_pi1[province]=0&tx_ecoles_pi1[category]=16&tx_ecoles_pi1[type]=0&tx_ecoles_pi1[education_mode]=0&tx_ecoles_pi1[submit]=Rechercher&id=183&L=0}}
  26. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 22
  27. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 109
  28. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 42
  29. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 299
  30. « L'église Notre-Dame de l'Assomption », notice no PA00132934, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. Marie-France Chauvirey, La vie d'autrefois en Pays basque, Éditions Sud Ouest - Luçon 1994 (ISBN 2 87901 219 8), page 51.
  32. Philippe Veyrin, Les Basques, Arthaud 1975 (ISBN 2 7003 0038 6), page 172

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :