Pesmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pesmes
Pesmes
Vue depuis la rivière l'Ognon.
Blason de Pesmes
Blason
Pesmes
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes Val de Gray
Maire
Mandat
Frédérick Henning
2020-2026
Code postal 70140
Code commune 70408
Démographie
Gentilé Pesmois
Population
municipale
1 072 hab. (2020 en diminution de 2,55 % par rapport à 2014)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 50″ nord, 5° 33′ 56″ est
Altitude Min. 188 m
Max. 290 m
Superficie 18,64 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Marnay
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pesmes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pesmes
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Pesmes
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Pesmes
Liens
Site web pesmes.fr

Pesmes [pɛm] est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la région culturelle et historique de Franche-Comté et de la communauté de communes Val de Gray.

Pesmes occupe une position stratégique en étant située sur les rives de l'Ognon et proche du carrefour entre un axe reliant Besançon, située à 35 kilomètres à vol d'oiseau vers l'est, et Dijon, à 40 kilomètres en direction de l'ouest, et d'un axe nord-sud reliant les villes de Gray et Dole toutes deux distantes d'une vingtaine de kilomètres.

La cité s'est développé dès l'Antiquité sur un rocher dominant la rivière. En 1660, des forges sont créées pour exploiter les minerais de fer environnants, ouvrant une ère de prospérité pour la localité. La ville compte jusqu'à 1 825 habitants en 1861. En 2020, sa population s'élève à 1 072 habitants.

Aujourd'hui, Pesmes est un des principales destinations touristiques de la Haute-Saône, bénéficiant des labels Cité de Caractère de Bourgogne-Franche-Comté et Les plus beaux villages de France[1]. Dix édifices sont protégés au titre des monuments historiques, dont l'enceinte médiévale, le château, l'église Saint-Hilaire et la maison royale. Elle offre par ailleurs à ses visiteurs un camping, un hôtel, plusieurs restaurants, un musée et une base nautique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vue générale du village au bord de l'Ognon.

La commune de Pesmes est située en région Bourgogne-Franche-Comté, à l'extrémité sud-ouest du département de la Haute-Saône. Son territoire est limitrophe du département du Jura et éloigné de moins de 400 m du département de la Côte-d'Or. Les grandes villes les plus proches sont Besançon, située à 35 km à vol d'oiseau vers l'est, Dijon, préfecture de région, située à 40 km en direction de l'ouest, et les villes de Dole distante de 22 km au sud et de Gray à 19 km au nord. Paris, la capitale, se trouve à 296 km au nord-ouest et Vesoul, préfecture du département de la Haute-Saône, se trouve à 59 km au nord-est.

Carte de la commune de Pesmes et des proches communes.

Le territoire communal est limitrophe de dix autres communes. Les limites communales de Pesmes sont délimitées, dans le « sens des aiguilles d'une montre », par les villages de Sauvigney-lès-Pesmes et de Chevigney, situés respectivement à 2 km et 6 km en direction du nord ; par les communes de Valay et La Résie-Saint-Martin, localisées respectivement à 8 km et 5 km en direction du nord-est ; par celles de Chaumercenne et Bard-lès-Pesmes, situées à 5 km à l'est ; par le village de Malans, localisé à 3 km en direction du sud-est ; par la commune de Dammartin-Marpain située à 3 km au sud ; par le village de Mutigney situé à 2 km vers l'ouest et par la commune de Broye-Aubigney-Montseugny localisée à 6 km en direction du nord-ouest ; Toutes les distances en kilomètres sont exprimées « à vol d'oiseau » de chef-lieu communal à chef-lieu communal.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 864 hectares ; son altitude varie de 188 à 290 mètres. Le point le plus bas se situe à l'endroit où l'Ognon quitte le territoire communal et son point culminant dans le Bois du Gâtis au niveau de la limite avec la commune de Chaumercenne. Le centre-ville, situé à une altitude comprise entre 200 et 215 mètres, surplombe la rivière située de dix à quinze mètres en contrebas.

Le village s'est implanté sur la bordure d'un plateau calcaire qui domine la rivière l'Ognon, affluent de la Saône.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Pesmes est traversée principalement par l'Ognon, qui traverse son territoire sur un peu plus de 10 km. Un deuxième cours d'eau, de bien moindre importance, est présent: le Bief Rouge, qui traverse la commune de Sauvigney-lès-Pesmes avant de rejoindre l'Ognon en aval de Pesmes.

Climat[modifier | modifier le code]

Relevés de la station météorologique de Chargey-lès-Gray (normales 1991-2020)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,4 0,5 2,9 5,5 9,2 12,5 14,2 14,1 10,9 7,9 3,6 1,1 6,9
Température maximale moyenne (°C) 5,5 7,4 12,1 16,4 20,2 24,5 26,4 25,9 21,7 16,1 9,7 6 16
Record de froid (°C)
date du record
−12,5
13/01/2003
−12,7
05/02/2012
−11,2
2/03/2005
−4,5
4/04/2022
−0,1
3/05/2021
2,5
4/06/2001
6,7
30/07/2015
5,6
28/08/1998
2,6
20/09/2012
−4,6
29/10/2012
−9,4
24/11/1998
−18,2
20/12/2009
Record de chaleur (°C)
date du record
15
28/01/2002
21,1
27/02/2019
24,1
31/03/2021
27,7
25/04/2007
31,7
24/05/2009
36,8
18/06/2022
39,3
25/07/2019
39,3
12/08/2003
33,6
16/09/2020
27,6
7/10/2009
21,9
7/11/2015
16,6
17/12/2019
Précipitations (mm) 61,1 50,3 60 64,3 81,5 70,8 76,9 76,9 62 82 80,1 68,4 834,3
Nombre de jours avec précipitations 11,4 9,3 10,8 9,5 11,2 9,6 10,2 9,7 8,4 10,7 11,6 12,5 124,8
Source : Météo France


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pesmes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (66,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (69,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (45,5 %), forêts (27,2 %), prairies (18,1 %), zones urbanisées (5,8 %), zones agricoles hétérogènes (3,2 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

La liste suivante récapitule, de manière non exhaustive, l'ensemble des lieux-dits et hameaux appartenant au territoire communal[9] :

  • À la Barre
  • Au Gaty
  • Au Grand Jardin
  • Au Mouillet
  • Aux Épaches
  • Aux Tromarères
  • Aux Varves
  • Aux Vergers
  • Bas de Coutance
  • Bas de la Bouloye
  • Bas de Mauvernois
  • Champs Bozon
  • Combe du Saule
  • Corvée de Fémelouse
  • Corvée de Maupinot
  • Corvée Mounias
  • Corvée Saint-Roch
  • Croix de Valay
  • Croix Rouge
  • Cugnot Bouton
  • Dame Jacques
  • Dennezer
  • Derrière la Cure
  • Devant Saint-Roch
  • En Crautot
  • En Vieux Chemin de Dame Ja
  • Essart Martin Raguet
  • Forges de Pesmes
  • Grand Champois
  • Grand Jardin
  • Hameau du Glanot
  • Hermitage
  • L'Aigle d'Angre
  • L'Hermitage
  • La Bannie
  • La Colombière
  • La Commandrie
  • La Corvée Saint-Roch
  • La Cuderie
  • La Cuissarde
  • La Fenotte
  • La Grappe
  • La Ligerie
  • La Perche
  • La Platère
  • La Tête du Gros Bois
  • La Tuilerie
  • Le Bief Rouge
  • Le Bois des Chazeaux
  • Le Defoy
  • Le Félot de Pesmes
  • Le Félot de Sauvigney
  • Le Gaty
  • Le Grand Jardin
  • Le Gros Bois
  • Le Parc
  • Le Pommeret
  • Le Port Saint-Pierre
  • Les Barcelines
  • Les Bellevaudes
  • Les Bolottes
  • Les Bouloyes
  • Les Cagueres
  • Les Capucins
  • Les Champs Bozon
  • Les Chenevières de Glanot
  • Les Épaches
  • Les Essarts du Haut
  • Les Faux Courbes
  • Les Grandes Raies
  • Les Grésilles
  • Les Mignautes
  • Les Minières
  • Les Moncoutes
  • Les Plantes Saint-Pierre
  • Les Récies
  • Les Valentines
  • Loi Liénard
  • Noyer Baquet
  • Pesmes
  • Petites Varves
  • Place du Portail
  • Planches Quenard
  • Plante Neuve Fin
  • Plantes Saint-Pierre
  • Pré de l'Île Melon
  • Pré des Essarts
  • Pré Poucot
  • Prés de Theuriot
  • Prés du Moulin
  • Prés Sous le Bourg
  • Prés Vers Coulance
  • Rang de l'Enfer
  • Sentier de Glanot
  • Sous la Roche
  • Sous le Bourg
  • Sur Coulange
  • Sur Coutance
  • Sur Theuriot
  • Theuriot
  • Vignes de la Clais
  • Vignes Jean Grange

Logement[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2019, la commune comptait 667 logements dont 525 étaient des résidences principales, 90 des logements vacants et 52 des résidences secondaires. Le nombre de logements situé dans des immeubles collectifs s'élève à 115 appartements, soit 17.3 % du total, et 551 maisons individuelles. Sur les 525 résidences principales construites avant 2016 que compte la commune, 139 (26.4 %) ont été achevées avant 1919, 279 (53.2 %) entre 1919 et 1990, et 107 (20.4 %) de 1991 à 2015. L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale montre que sur les 1 031 habitants de la commune au recensement de 2019, 543 ont emménagé depuis 10 ans ou plus, 362 depuis 2 à 9 ans et 127 depuis moins de 2 ans.

Évolution du nombre de logements à Pesmes
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2019
418 493 564 547 575 607 644 667

Transport et voies de communication[modifier | modifier le code]

L'axe routier principal traversant la commune de Pesmes est la route départementale 475 qui relie Dole à Gray : cette route traversait le cœur du village jusqu'à la mise en service d'une déviation en décembre 2013. La route départementale 12 est le deuxième axe d'importance qui part du sud de la commune, à la limite du département du Jura, et permet de rejoindre les villes situées au nord-est, notamment Gy et Vesoul. Pour la desserte locale, la route départementale 15 relie la commune au village de Broye-lès-Pesmes situé à l'ouest et la route départementale 181 permet d'atteindre Malans au sud-est. Les échangeurs autoroutiers les plus proches sont situés à vingt kilomètres au sud par la route, il s'agit des sorties no 2 Dole et no 2.1 Gendrey de l'A36 dite La Comtoise (Beaune-Mulhouse). À 25 km se trouve également la sortie no 5 Soirans de l'A39 dite L'autoroute verte (Dijon-Bourg-en-Bresse).

La commune est desservie par le réseau de transports interurbain de la région Bourgogne Franche-Comté Mobigo : la ligne 311 relie la gare routière de Dole à l'arrêt de bus de Pesmes situé sur la place. Les gares ferroviaires les plus proches sont celles d'Auxonne, d'Orchamps et de Dole-Ville desservies par la ligne TER reliant Besançon-Viotte à Dijon-Ville.

À 30 minutes de Pesmes par la route, l'aéroport de Dole propose en 2022 des liaisons aériennes régulières vers Londres, Marrakech, Fès, Porto et Bastia. Les aéroports internationaux les plus proches de Pesmes sont l'aéroport international de Genève (173 km), l'aéroport de Bâle-Mulhouse-Fribourg (203 km) et l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry (222 km).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Pesmes pourrait dériver de l'association de deux racines celtiques: *pech- ou *pes- renvoyant à l'idée de hauteur et *maen- qui signifie rocher. Ces racines auraient subi des déformations successives pour donner Pes Mae puis Pesmes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Après avoir appartenu au Saint Empire Germanique, au duché de Bourgogne, aux Pays-Bas bourguignons, Pesmes devient française en 1678, sous Louis XIV, par les traités de Nimègue.

Seigneurie puis baronnie avant d'être érigée en marquisat en mai 1754, Pesmes doit son origine à son premier château érigé au Xe siècle par l'ancêtre de Guillaume Ier de Pesmes. Cette famille, dont l'origine est inconnue, va régner sur Pesmes jusqu'en 1327 avant d'être remplacée par celle des Grandson. Un peu plus d'un siècle plus tard le dernier de la maison de Grandson, Jean II, engageait ses terres de Pesmes auprès de Thiébaud VIII de Neuchâtel-Bourgogne permettant ainsi à ce dernier d'endosser le titre de seigneur de Pesmes. Son héritière, Bonne de Neuchâtel-Bourgogne, faisait entrer la seigneurie de Pesmes dans la famille de La Baume-Montrevel.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la Communauté de communes du val de Pesmes.

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Pesmes[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Marnay.

La commune était le siège de la petite communauté de communes du val de Pesmes, créée par un arrêté préfectoral du , et qui prenait la suite du Syndicat intercommunal de développement et d’aménagement du canton de Pesmes[11].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet de la Haute-Saône a présenté en un projet de révision du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment la scission de cette communauté de communes et le rattachement de certaines de ses communes à la communauté de communes du Val marnaysien et les autres communes à celle du Val de Gray[12],[13].

Malgré l'opposition du Val de Pesmes[14], le SDCI définitif, approuvé par le préfet le , a prévu l'extension :

  • du Val Marnaysien aux communes de Bard-lès-Pesmes, Berthelange, Brésilley, Chancey, Chaumercenne, Courcelles-Ferrières, Corcondray, Etrabonne, Ferrières-les-Bois, Malans, Mercey-le-Grand, Montagney, Motey-Besuche, Villers-Buzon, portant le nouvel ensemble à 13 784 habitants, selon le recensement de 2013 ;
  • Val de Gray aux communes d'Arsans, Broye-Aubigney-Montseugny, Chevigney, La Grande-Résie, La Résie-Saint-Martin, Lieucourt, Pesmes, Sauvigney-lès-Permes, Vadans, Valay et Venère, portant le nouvel ensemble à 20 807 habitants [15].

C'est ainsi que la commune est désormais membre depuis le de la Communauté de communes Val de Gray.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Vue extérieure du bâtiment abritant la mairie de Pesmes.
La mairie de Pesmes.

Comme toute commune dont la population est comprise entre 500 et 1 499 habitants, le conseil municipal de Pesmes est actuellement composé de quinze membres[16]. Il est élu au scrutin proportionnel de liste, à deux tours avec prime majoritaire[17]. Le maire actuel de la commune est Frédéric Henning, né en 1965, élu le et réélu le [18].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[19]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 1995 Bernard Joly PRV Chirugien-dentiste
Sénateur de Haute-Saône (1976 → 2001)
Conseiller général de Pesmes (1995 → 2004)
mars 2001 mars 2008 Jean Migeon UMP Conseiller général de Pesmes (2001 → 2008)
mars 2008 2014 Jean-Claude Gay[20] MoDem Ancien gestionnaire de collège
Conseiller général de Pesmes (2008 → 2014)
2014[21] En cours
(au 16 juillet 2020)
Frédéric Henning UMPLR Vice-président de la CC Val de Pesmes (2014 → 2016)
Vice-président de la CC Val de Gray (2017 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[22]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pesmes est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2020, la commune comptait 1 072 habitants[Note 2], en diminution de 2,55 % par rapport à 2014 (Haute-Saône : −1,57 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6501 6681 8241 5481 6141 7841 7691 7701 712
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6371 8251 7851 4771 4391 2231 1601 1661 225
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3151 1941 154857866771782815804
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8549249349851 0061 0571 1071 1141 092
2020 - - - - - - - -
1 072--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

La commune abrite un club de football, l'US Val de Pesmes,

Pesmes abrite un stade, le stade Denis Grandperrin, une salle multisports, le gymnase du Val de Pesmes et une base nautique.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Pesmes dispose d'un lieu de culte catholique, l'église Saint-Hilaire. Au sein du diocèse de Besançon, le doyenné de la Plaine de Gray regroupe six paroisses dont celle du Val de Pesmes[26] à laquelle appartient la commune.

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vue de la façade principale de l'école primaire publique de Pesmes.
L'école primaire de Pesmes.

La commune fait partie de l'académie de Besançon, dans la zone A du calendrier scolaire. Dans l'enseignement primaire, la ville compte une école primaire publique qui accueillait plus de 120 élèves pour l'année scolaire 2021-2022. Concernant l'enseignement secondaire, le collège public Jacques Prevost de Pesmes accueille près de 400 élèves tandis que les lycées les plus proches sont situés à Auxonne, Dole et Gray.

Santé[modifier | modifier le code]

La commune de Pesmes dispose d'une maison de santé ouverte en 2014 et qui regroupe en 2022 quatre médecins généralistes, quatre infirmiers, une chirurgien-dentiste, deux masseurs-kinésithérapeutes, une orthophoniste, une podologue et un ostéopathe[27]. Une pharmacie se trouve au centre-ville tandis que les hôpitaux les plus proches sont le Centre Hospitalier d'Auxonne (18 km) et le Centre Hospitalier Louis Pasteur de Dole (25 km).

Sécurité, justice et secours[modifier | modifier le code]

La sécurité de la commune est assurée par la brigade de gendarmerie nationale de proximité de Pesmes[28] qui dépend de la communauté de brigades (COB) de Marnay et du groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Saône à Vesoul[29].

En matière de justice, la commune dépend du tribunal judiciaire de Vesoul, du conseil de prud'hommes de Vesoul, du tribunal pour enfants de Vesoul, du tribunal de commerce de Vesoul et du tribunal administratif de Besançon. Elle est rattachée à la cour d'appel de Besançon et à la cour administrative d'appel de Nancy[30].

Pesmes est équipée d'un centre de première intervention (CPI) du service Départemental d'Incendie et de Secours de Haute-Saône, dépendant du centre d'intervention de Valay et du centre d'intervention principal de Gray[31].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2019 (données Insee publiées en ), la commune comptait 522 ménages fiscaux, 1 059 personnes dans les ménages fiscaux, et un revenu fiscal médian déclaré par unité de consommation de 21 100 [Insee 1] contre une moyenne de 20 840  au niveau départemental[I 1], ce qui plaçait Pesmes au 18 397e rang parmi les 31 361 communes de plus de 34 ménages en métropole[I 2].

Emplois[modifier | modifier le code]

Entreprises[modifier | modifier le code]

En 2021, la commune comptait six entreprises de plus de 5 salariés :

Nom Effectif Activité
Renobat 11 Construction de maisons individuelles
BQ+A Architectes et associés 8 Cabinet d'architectes
Carrefour Contact 8 Supermarché
Les Jardins Gourmands 8 Restaurant
Clairalu 7 Découpage, emboutissage
Hôtel de France 6 Hôtel restaurant

Principaux secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente l'évolution des principaux indicateurs concernant l'activité agricole à Pesmes sur une période de 22 années[32] :

Évolution de l’agriculture à Pesmes entre 1988 et 2010.
1988 2000 2010
Nombre d’exploitations 10 8 7
Surface Agricole Utile (SAU) (ha) 737 879 558
Cheptel (nombre de têtes) 120 113 502
Terres labourables (ha) 565 794 473
Superficie toujours en herbe (ha) 163 84 84

Industrie[modifier | modifier le code]

Commerce[modifier | modifier le code]

En tant que bourg-centre, Pesmes compte plusieurs commerces dont la plupart sont situés au centre de la localité : un supermarché, un hôtel, deux restaurants, deux bars, deux boulangeries, une pharmacie, une jardinerie, un magasin de bois et matériaux, une librairie, un tabac-presse et une station service.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Enceinte médiévale de Pesmes.
Forges de Pesmes.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église Saint-Hilaire.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Pesmes.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
D’azur à la main dextre appaumée d’argent.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gaston de Beausejour, Charles Godart, Pesmes et ses seigneurs du XIIe au XVIIIe siècle. 1re Partie, imprimerie Suchaux, Vesoul, 1895.
  • Gaston de Beausejour, Charles Godart, Pesmes et ses seigneurs du XIIe au XVIIIe siècle. 2e Partie, imprimerie Bon, Vesoul, 1909.
  • Jean-Baptiste Guillaume, Histoire généalogique des sires de Salins au comté de Bourgogne, Besançon, Jean-Antoine Vieille, (lire en ligne), p. 42 à 46 et 338 à 348
  • Christiane Roussel et Romain Courrier, « Le bourg, le château et l'église Saint-Hilaire à Pesmes », dans Congrès archéologique de France. 179e session. Haute-Saône : L'art de bâtir en Franche-Comté au siècle des Lumières. 2020, Paris, Société française d'archéologie, (ISBN 978-2-901837-95-4), p. 77-98

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pesmes sur le site de l'association Les plus beaux villages de France « Copie archivée » (version du 15 mars 2009 sur l'Internet Archive).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. « Fichier FANTOIR des voies et lieux-dits » [zip], sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. « C.C.V.P., E.P.C.I. et autres sigles », Vie communautaire, sur http://www.ccvaldepesmes.fr (consulté le ).
  12. « Présentation du projet de SDCI révisé » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le ).
  13. Guillaume Minaux, « Haute-Saône : le projet de redécoupage », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  14. Maxime Chevrier, « Fusion : les élus du Val de Pesmes sonnent la charge : Les élus de la Communauté de communes du Val de Pesmes avaient préparé leur affaire. Hier après-midi, ils ont débarqué devant la préfecture pour acter le refus de voir leurs intérêts bafoués, dans un principe d’éclatement de ce territoire », L'Est républicain, édition de Vesoul,‎ (lire en ligne).
  15. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône (consulté le ), p. 3.
  16. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  17. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de 1000 habitants et plus », sur le site Vie-publique.fr, (consulté le ).
  18. « Répertoire national des élus », sur le site data.gouv.fr, (consulté le ).
  19. « Les maires de Pesmes », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  20. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, publiée le 23 janvier 2013, consultée le 18 juillet 2013
  21. « Les élections en Haute-Saône », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  22. « Un second mandat de maire débute pour Frédérick Henning », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  26. « Paroisse du Val de Pesmes », sur le site du diocèse de Besançon (consulté le ).
  27. « Pôle de santé Pesmois », sur FeMaSCo Bourgogne-Franche-Comté (consulté le )
  28. « Brigade de gendarmerie - Pesmes », sur service-public.fr (consulté le )
  29. « Organigramme du Groupement de gendarmerie départementale de la Haute-Saône » [PDF], sur Les services de l'État en Haute-Saône
  30. « Liste des juridictions compétentes pour une commune - Annuaire de Pesmes », sur le site du Ministère de la Justice (consulté le ).
  31. « Les centres », sur Service départemental d'incendie et de secours de la Haute-Saône (SDIS 70) (consulté le )
  32. « Recensement agricole 2010 : Données générales des exploitations ayant leur siège à Pesmes », sur le site « Agreste » du service de la statistique et de la prospective (SSP) du Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le ).
  33. « Château des Forges », notice no PA00125417, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  34. « Château Rouillaud », notice no PA00102245, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  35. « Enceinte », notice no PA00125416, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. « Maison dite des Granvelle », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  37. « Fortifications (Portes) », notice no IA00016548, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Château 1 », notice no PA00102244, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « Maison royale », notice no IA00016565, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Château 2 », notice no IA00016559, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Château-fort », notice no IA00016547, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Fontaine du Theuriot », notice no IA00016553, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Fontaine de Saint-Hilaire », notice no IA00016561, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Forges », notice no IA00016549, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Mairie », notice no IA00016562, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. Base Mérimée
  47. « Moulin Grassot », notice no IA00016571, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « Moulin du Pont », notice no IA00016572, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  49. « Pont sur l'Ognon », notice no IA00016556, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Tuilerie », notice no IA00016557, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. « Église Saint-Hilaire », notice no IA00016545, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  52. « Église de Tombe », notice no IA00016546, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  53. « Croix de chemin 2 », notice no PA00102247, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  54. « Croix de cimetière 1 », notice no PA00102246, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Croix de cimetière 2 », notice no IA00016560, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. « Prieuré 1 », notice no PA00102250, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Chapelle Saint-Roch », notice no IA00016552, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  58. « Chapelle Saint-Roch (nouvelle) », notice no IA00016551, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. « Couvent des capucins », notice no IA00016555, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. « Croix de chemin 1 », notice no IA00016573, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. « Croix monumentale », notice no IA00016544, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. « Oratoire », notice no IA00016550, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  63. « Prieuré 2 », notice no IA00016563, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « Ursule Salima Machamba 1ère, Dernière reine de Mohéli et article du journal Le Bien Public du 10 août 1964 : S. M. Ursule Salima Machamba 1ère reine de Mohéli qui abandonna son royaume à la France pour l’amour d’un gendarme s’est éteinte à Pesmes (Hte-Saône) à l’âge de 90 ans,` » (consulté le ).
  1. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2019.