Louresse-Rochemenier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Louresse-Rochemenier
Louresse-Rochemenier
Maisons troglodytiques à Rochemenier.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saumur Val de Loire
Maire
Mandat
Pierre-Yves Douet
2020-2026
Code postal 49700
Code commune 49182
Démographie
Gentilé Louressiens ou Louressois
Population
municipale
894 hab. (2021 en augmentation de 8,36 % par rapport à 2015)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 14′ 24″ nord, 0° 18′ 45″ ouest
Altitude 71 m
Min. 45 m
Max. 103 m
Superficie 25,82 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Doué-en-Anjou
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Doué-en-Anjou
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Louresse-Rochemenier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Louresse-Rochemenier
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
Louresse-Rochemenier
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Louresse-Rochemenier

Louresse-Rochemenier est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

La commune est née en 1842 du regroupement des deux anciennes communes voisines de Louresse et de Rochemenier.

Située dans le Saumurois, son territoire se trouve dans le périmètre du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Formée par la réunion des anciennes communes de Louresse et de Rochemenier, la commune saumuroise de Louresse-Rochemenier est incluse dans le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine. Elle est bordée au sud par le Douet, un affluent du Layon, et à l'ouest par le ruisseau de la Bournée (affluent du Douet), qui sur toute sa longueur lui sert de limite communale. Le nord de la commune se trouve en forêt domaniale de Milly.

Le bourg de Louresse est situé, en distances orthodromiques, à 6 kilomètres au nord-ouest de Doué-la-Fontaine et 17 kilomètres à l'ouest de Saumur, au croisement des routes départementales 159, 177 et 761 (l'ancienne route nationale 761 qui demeure la principale voie de communication de la commune). La commune est également desservie par la route départementale 83.

Chapelle troglodytique.
Chapelle troglodytique

Village troglodytique, Rochemenier est un haut-lieu du tourisme angevin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 370, alors qu'il était de 270 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 88,8 % étaient des résidences principales, 8,0 % des résidences secondaires et 3,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 97,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 2,0 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 73,3 %, en légère hausse par rapport à 1999 (69,3 %). La part de logements HLM loués vides était de 5,5 % contre 4,5 % en 1999([a 3].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Moyenne vallée de la Loire, caractérisée par une bonne insolation (1 850 h/an) et un été peu pluvieux[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 664 mm, avec 11,5 jours de précipitations en janvier et 5,9 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Martigne-briand », sur la commune de Terranjou à 11 km à vol d'oiseau[3], est de 12,6 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 617,0 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Louresse-Rochemenier est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Doué-en-Anjou, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (74 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (75,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,9 %), forêts (19,7 %), zones agricoles hétérogènes (14,3 %), prairies (9,8 %), zones urbanisées (3,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,7 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom de Louresse : Louresse en 1793 et 1801, avant de devenir Louresse-Rochemenier en 1842, à la suite de son regroupement avec Rochemenier[13].

Formes anciennes du nom de Rochemenier : Rochemenie en 1793 et 1801, puis Rochemenier, avant d'être réunie à Louresse en 1842, pour former Louresse-Rochemenier[14].

Gentilé : ses habitants sont appelés les Louressiens ou Louressois[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1842, les deux communes de Louresse et Rochemenier fusionnent sous le nouveau nom de Louresse-Rochemenier[16].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Commune actuelle[modifier | modifier le code]

La commune est formée le par la réunion de Louresse et de Rochemenier[16],[13].

Liste des maires successifs[17]
Période Identité Étiquette Qualité
février 1843 novembre 1853 Méry de Contades   Maire de Louresse-Rochemenier
novembre 1853 août 1857 Léon de Contades    
août 1857 novembre 1872 Frédéric Caslot    
novembre 1872 mars 1901 Ernest de Contades    
mai 1901 mai 1904 Bara Auguste[réf. nécessaire]    
mai 1904 février 1907 Louis de Contades    
février 1907 juillet 1907 Benjamin Courjaret[réf. nécessaire]    
juillet 1907 mai 1908 Mathurin Courant Hétreau[réf. nécessaire]    
mai 1908 mai 1929 Louis de Contades[réf. nécessaire]    
mai 1929 octobre 1947 Joseph Courant    
octobre 1947 mai 1951 Auguste Rebellier    
juillet 1951 - mai 1953 mars 1971 Émile Breton    
mars 1971 mars 1983 Gilbert Clochard    
mars 1983 mars 2001 Guy Jarny    
mars 2001 mars 2008 Germain Métivier    
mars 2008 juillet 2020 Alain Jobard[18]    
juillet 2020 En cours
(au 4 juillet 2020)
Pierre-Yves Douet[19]    
Les données manquantes sont à compléter.

Anciennes communes[modifier | modifier le code]

Les communes de Louresse et de Rochemenier sont créées à la Révolution. Elles disposeront d'un maire et d'un conseil municipal jusqu'à leur fusion en 1842.

Liste des maires de Louresse[17]
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1805 Morisseau    
1805 1814 Courjaret    
1814 1830 Louis Courjaret fils    
1830   R.-J.-H. Hublot    
Liste des maires de Rochemenier[20]
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1796 Augustin Grignon    
Ier messidor an VIII 1808 Pinson    
2 janvier 1808 1832 André Courjaret    
août 1832 1840 Camille Merlet    
7 février 1840
(installé le)
  André pinson    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération Saumur Val de Loire. La commune était précédemment membre de la communauté de communes de la région de Doué-la-Fontaine[21], elle-même membre du syndicat mixte Pays Saumurois.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Anciennes communes[modifier | modifier le code]
Louresse (1793-1841)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
404516550537571611606
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Louresse[13]).)
Rochemenier (1793-1841)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
189282283284292303328
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Rochemenier[14]).)
Commune actuelle[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2021, la commune comptait 894 habitants[Note 3], en augmentation de 8,36 % par rapport à 2015 (Maine-et-Loire : +1,8 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
903880854857840853802753703
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
727742752729666639638669616
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007
681647602583593579613773796
2012 2017 2021 - - - - - -
805864894------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,3 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (37,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 19,1 % la même année, alors qu'il est de 25,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 443 hommes pour 429 femmes, soit un taux de 50,8 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,63 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,2 
6,4 
75-89 ans
7,1 
10,5 
60-74 ans
12,3 
18,5 
45-59 ans
17,9 
23,4 
30-44 ans
23,5 
15,7 
15-29 ans
16,7 
24,7 
0-14 ans
21,3 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2020 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,1 
6,9 
75-89 ans
9,4 
16 
60-74 ans
16,8 
19,4 
45-59 ans
18,7 
18,3 
30-44 ans
17,5 
18,7 
15-29 ans
17,6 
19,8 
0-14 ans
17,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 87 établissements présents à Louresse-Rochemenier fin 2010, 49 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 9 % du secteur de l'industrie, 12 % du secteur de la construction, 22 % de celui du commerce et des services et 8 % du secteur de l'administration et de la santé[a 4]. En 2011, 4 entreprises ont été créées dans la commune[a 5].

À fin 2015, sur les 87 établissements actifs, 30 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour 11 % sur le département), 14 % du secteur de l'industrie, 14 % du secteur de la construction, 35 % de celui du commerce et des services et 8 % du secteur de l'administration et de la santé[a 6].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les habitations troglodytiques[modifier | modifier le code]

Rochemenier est un vieux bourg, autrefois en grande partie troglodyte avec des caves creusées dans le calcaire, dont quelques-unes étaient encore habitées à la fin des années 1980. Les caves présentent la plupart du temps une façade en maçonnerie. Les cultures sont en surface. Au XVIIIe siècle, une grande partie des habitants de Doué et des communes environnantes avaient leur logement dans des caves, lieux créés à la suite de l'exploitation des carrières de falun pour extraire des pierres servant à la construction[28],[29].

Depuis 1964 deux anciennes fermes avec habitations et dépendances creusées dans la roche sont ouvertes à la visite, abritant plusieurs centaines d'outils et meubles paysans, une basse-cour, une chapelle souterraine et une maison troglodytique modernisée. Vingt salles s'étendent sur une surface d'un hectare[30],[31].

Le site néolithique des Choffaux[modifier | modifier le code]

Dans un rayon de 5 kilomètres autour de la commune de Louresse-Rochemenier, on peut apercevoir des dolmens et un polissoir, traces d’une occupation néolithique il y a environ 3000 ans avant J.-C. À cela s’ajoute un site découvert en 2011, celui des Choffaux.

Découverte et localisation du site[modifier | modifier le code]

Localisé dans le département de Maine-et-Loire, sur la commune de Louresse-Rochemenier, le site des Choffaux est découvert en archéologie aérienne par Gilles Leroux en 2011.

Le site s’établit sur une petite élévation de terrain haute de 76 mètres par rapport au niveau de la mer qui correspond à une couche fragmentée de faluns de l’Anjou, une roche sédimentaire bien connue dans la région formée par une accumulation de coquilles mélangée à du sable et de l’argile. Le site s’étend sur deux parcelles agricoles cultivées au relief ondulé à l’entrée du bourg de Rochemenier, constituées de terrains marneux (roche de calcite et d’argile) et sableux.

Emprise du site[modifier | modifier le code]

Les structures archéologiques des Choffaux ont été repérées en réalisant des excavations. Au total, 3 160 m2 ont été décapés (élimination de la couche superficielle du sol) à la pelle mécanique. Treize tranchées de sondages destinées à étudier le sous-sol et quelques petites extensions ont été établies.

L’espace clos par l’enceinte semblant se développer de manière ovale ou circulaire et délimitée par une palissade en bois cernée de fossés est estimée à environ 2 hectares. Parmi les structures excavées, on peut citer des fosses d’implantation de poteau, des fosses, des tranchées palissadées, carrières, et structures à pierres chauffées.

Un site néolithique final de type Antran[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’un site de la fin du Néolithique, commençant vers 8000 avant J.-C. (aussi appelé « âge de la pierre polie »), qui correspond à la période la plus récente de la Préhistoire. Cette dernière est marquée par de profondes mutations techniques et sociales, avec l’apparition de l’agriculture et de l’élevage, impliquant le plus souvent une sédentarisation des populations qui étaient jusqu’alors nomades. On voit ainsi apparaître à la fin du Néolithique (vers 3000–2500 avant J.-C.) de grandes constructions monumentales auxquelles se rattache le site des Choffaux et qui traduisent une croissance démographique importante en Europe.

Il est difficile de dater les vestiges en raison du manque de mobilier. Toutefois, à partir de la nature, du plan et des dimensions des vestiges, des similitudes ont été établies entre le site des Choffaux et les douze constructions/bâtiments de type Antran attestées dans le centre-ouest de la France, entre Loire et Dordogne. On peut notamment citer La Croix Verte à Antran (Vienne), Les Limousines aux Fontaines-d'Ozillac (Charente-Maritime) ou encore Beauclair à Douchapt (Dordogne).

Les caractéristiques de ces monuments de type Antran situés à l'intérieur d’une enceinte palissadée ovalaire ou circulaire sont : les dimensions colossales (entre 46,50 m et 150 m de long pour 15 à 19 m de large), une forme rectangulaire aux angles arrondis, une double paroi porteuse sur tranchée et sur fosses, la présence de deux nefs séparées par une ligne de poteaux alignés à large diamètre et fondés en profondeur, des ouvertures exclusivement sur les longs côtés...

Ainsi, datées entre 3000 et 2200 avant J.-C., les constructions monumentales des Choffaux sont considérées comme des occupations domestiques à usage collectif ou plurifonctionnelles (habitation, étable, grenier...). Elles sont la première attestation d’une construction de type Antran en Pays de la Loire et la première attestation d’un site domestique structuré du Néolithique final.

Cette période est assez mal connue régionalement, tout comme dans une partie du nord-ouest de la France : les traditions architecturales et leurs évolutions, les groupes ou styles culturels et leurs relations sont mal définis. Le site des Choffaux est intéressant notamment par sa situation géographique à la croisée de différentes aires culturelles (Massif armoricain, Bassin parisien et Bassin aquitain) et permet de collecter de nouvelles informations. On s'intéresse alors à son attribution chronologique, son type d’occupation, son architecture et sa localisation.

Un bâtiment de type Antran[modifier | modifier le code]

L’enceinte des Choffaux, d’environ 180 mètres de diamètre, délimitée par une palissade sur fosses (avec une succession de poteaux régulièrement espacés), comprend probablement en son centre un vaste bâtiment du type rencontré à Antran, à partir duquel rayonnent plusieurs lignes de fosses et trous de poteaux qui divisent l’intérieur de l’enceinte.

Le bâtiment est de forme rectangulaire à angles arrondis. Il est orienté nord-est sud-ouest. Il mesure 52 mètres de long pour 15,40 à 17,80 mètres de large et couvre une surface d’environ 880 m2. 159 structures ont été déterminées lors des fouilles archéologiques.

Une quinzaine d’autres fosses découvertes isolées ou regroupées pourraient témoigner de la présence d’autres aménagements néolithiques en son sein ou à proximité (bâtiments, aménagements annexes...). D’autres aménagements tels que des structures à pierres chauffées suggèrent l’existence d’un bâtiment antérieur à celui de type Antran ou un aménagement en deux phases de celui-ci. D’ailleurs, les fouilles ont révélé la présence d’aménagements postérieurs modernes et contemporains qui recoupent les structures néolithiques : des fossés en lien avec le réseau parcellaire et viaire, l’implantation de vignes ou encore de probables carrières d’extraction de falun.

Découvertes et artefacts (éléments façonnés par l’être humain)[modifier | modifier le code]

Plusieurs dizaines d’objets lithiques (relatif au travail de la pierre) et céramiques principalement ont été découverts. On trouve parmi ces vestiges un fragment de poignard de type pressignien (production dans les derniers siècles du Néolithique de très longues lames de silex provenant de la région du Grand-Pressigny, en Touraine, et diffusion sous forme de poignards en Europe occidentale, entre 3000 et 2450 avant J.-C.), une lame en silex (roche sédimentaire dure, matière première de l'industrie lithique préhistorique), etc.

Dolmen la Pierre Couverte de Corbeau[modifier | modifier le code]

Dolmen la Pierre Couverte de Corbeau.
Dolmen la Pierre Couverte de Corbeau.

Ce dolmen de type angevin est constitué de blocs de pierres massifs, des monolithes, arrangés les uns par rapport aux autres : Il s’agit d’une construction funéraire, tombe collective en pierres, datant du néolithique (entre 6000 et 2200 avant notre ère). Elle pouvait accueillir plusieurs sépultures : les défunts étaient déposés au fur et à mesure des décès. Des fouilles anciennes et peu documentées auraient mis au jour des ossements[35],[36].

Le Dolmen de Corbeau comporte une entrée à portique étroite dotée d'une dalle de couverture presque aussi haute que la dalle principale. Une belle dalle est en place sur deux supports. Une troisième dalle de couverture est présente en arrière et repose encore sur le support de gauche et touche au sol par l'autre extrémité, son support nord est couché, en partie recouvert par elle. En 1862 elle était encore horizontale. La dalle de fond, dite de chevet, est couchée sur un support sud incliné[37],[38].

Ce dolmen a la particularité de ne pas uniquement utiliser le grès ou grison affleurant aux alentours mais de comporter des dalles de falun dont les gisements sont distants d'au moins trois kilomètres. On en trouvait encore une en 1956 dans un intervalle vide du côté sud. Il subsiste encore des morceaux de cette roche friable[37].

À l'origine, un dolmen de ce type était recouvert d'un monticule de terre formant alors un tumulus.

Polissoir de la Bournée[modifier | modifier le code]

Polissoir de la Bournée.
Polissoir de la Bournée.

De par son emplacement à la croisée de différentes aires culturelles (Massif armoricain, Bassin parisien et Bassin aquitain), la commune de Louresse-Rochemenier comprenant ses différents hameaux, fut une terre de carrefour d'influence mégalithique.

Ce polissoir situé au bord de la route à un carrefour, sur la D159, au hameau de la Bournée, aurait été déplacé. Durant la Préhistoire, à la période Néolithique, comprise entre 6000 et 2200 avant notre ère, ce gros bloc de pierre en grès servait à affûter et polir des outils en pierre (silex et autres roches dures), comme des haches, pointes de flèche et couteaux par exemple. La généralisation du polissage est apparue avec le développement des travaux de défrichage liés à l’émergence de l’agriculture et de l'élevage. La hache en pierre polie était l'outil principal à tout faire et le polissage permettait de rendre les tranchants plus résistants et plus efficaces.

On aperçoit deux rainures parallèles usées, témoins du polissage répété de la face de nombreux outils de pierre[39],[40], ce qui nécessitait de nombreuses heures de travail pénible (jusqu'à une centaine d'heures de travail pour certaines grandes haches) car il fallait une pression de plusieurs dizaines de kilos pour obtenir un résultat efficace.

Site archéologique de la Chaussée[modifier | modifier le code]

Le site archéologique de la Chaussée est un site d'occupation antique et médiévale à Rochemenier. En 1997-1998, des fouilles archéologiques y sont menées par le Service archéologique départemental, sous le contrôle du Service régional de l'Archéologie, financées par le conseil général. Elles ont permis de découvrir des vestiges gallo-romains et d'autres de l’époque carolingienne : une église ainsi qu’un cimetière avec des tombes et squelettes.

Ce site a connu trois grandes périodes d'occupation : antiques et médiévales jusqu’au début du XIIe siècle. Il est situé à la périphérie d'un domaine rural, en contrebas de l'habitat qui s'étendait probablement sous le village actuel. La phase la plus ancienne correspond à une première occupation avant la conquête de la Gaule par les Romains (soit avant 58 avant J.-C.) qui a laissé du matériel (silex et poteries) mis au jour. La plaine fait alors déjà l'objet d'une exploitation par des agriculteurs.

La seconde occupation avec exploitation gallo-romaine est mise en place au cours du premier siècle après Jésus-Christ et dure jusqu'à la fin du IIIe siècle. Une mare de 50 m2 de surface pour une profondeur maximale de 1,5 m creusée dans l'argile jusqu'à la nappe phréatique a ensuite servi de dépotoir. Un ensemble de céramique de la fin du second et du début du troisième siècle après J.-C. a été retrouvé. Le paysage était organisé avec des limites parcellaires parallèles entre-elles. Quatre structures parallèles, en maçonnerie de moellons, furent construites.

La troisième phase d'occupation est la mieux représentée. Un édifice religieux carolingien (entre 750 et 960) notamment fut construit. Il n'est pas possible, en l'absence de texte, de préciser s'il s'agit d'une chapelle funéraire, d'une chapelle privée ou d'une église paroissiale. Les murs restants ne dépassent pas 20 cm sur des fondations en moellons de calcaire coquillier liés au mortier de chaux. Cet édifice est formé par une nef rectangulaire de 6,4 m de large et de 8,2 m de long, qui se prolongeait à l'est par une abside semi-circulaire pour atteindre la longueur totale de 11,3 m. Une deuxième construction de plan rectangulaire, perpendiculaire à la précédente, s'est substituée à l'église à abside, mais il ne subsiste aucun vestige des sols de ce bâtiment. Des structures plus légères ont existé à côté de ces constructions en pierre. 68 sépultures d'adultes et d'enfants ont été retrouvées à l'intérieur et surtout à l'extérieur, à l'est en périphérie de l'abside, au nord et le long du mur sud, mais aucune sépulture à l'ouest. Plus de la moitié (39) sont celles de jeunes enfants de moins de 13 ans. De nombreux détails laissent à penser qu'au Moyen Âge une communauté chrétienne vivait sur ces lieux au cours des VIIIe et IXe siècles.

À la suite des invasions des Normands en 853, il est fort probable que les habitants aient profité du creusement du sous-sol lié à l’extraction de falun pour les constructions, afin de s’y réfugier et l'étendre.

Le site de la Chaussée fut ensuite exclusivement consacré à l'agriculture[41].

Les autres monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port (édition révisée par Jacques Levron, Pierre d'Herbécourt, Robert Favreau et Cécile Souchon), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1876) (BNF 34649310, lire en ligne), p. 388-389 (Louresse-Rochemenier).
  • Célestin Port (édition révisée par André Sarazin et Pascal Tellier), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : N-R, t. 3, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1878) (BNF 40869771, lire en ligne), p. 479-480 (Rochemenier).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie, Insee, consulté le 28 mai 2013.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  5. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  6. « Dossier complet - Commune de Louresse-Rochemenier (49182) », sur Insee, (consulté le ).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Louresse-Rochemenier et Terranjou », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Martigne-briand », sur la commune de Terranjou - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Martigne-briand », sur la commune de Terranjou - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  13. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Louresse-Rochemenier », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ). — Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  14. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Rochemenier », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  15. Louresse-Rochemenier sur le site de la communauté de communes
  16. a et b Célestin Port 1978, p. 388, réunion de Louresse et de Rochemenier le .
  17. a et b Célestin Port 1978, p. 389, liste des maires de Louresse-Rochemenier de 1800 à 1978.
  18. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le ).
  19. « Louresse-Rochemenier. Pierre-Yves Douet élu maire, son prédécesseur démissionne », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  20. Célestin Port 1989, p. 480, liste des maires de Rochemenier de 1789 à 1840.
  21. Insee, Composition de l'EPCI de la Région de Doué la Fontaine (244900973), consulté le 17 novembre 2013.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  26. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Louresse-Rochemenier (49182) », (consulté le ).
  27. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de Maine-et-Loire (49) », (consulté le ).
  28. Célestin Port 1989, p. 479.
  29. Pauline Thurier avec Thierry Bercault, « Maine-et-Loire : les maisons troglodytes ont la cote en période de grosses chaleurs », sur France 3 Pays de la Loire, .
  30. Société Rochemenier Village Troglodytique, Site Internet du musée, consulté le 21 janvier 2011.
  31. Jacek Rewerski, « Les loisirs et le monde souterrain en Anjou », Norois, no 120,‎ , p. 568 (lire en ligne).
  32. Hélène Courty et Nicolas Fromont, Rapport de fouille programmée annuelle OA 18 5842, Pays de la Loire, Maine-et-Loire Louresse-Rochemenier, "Les Choffaux" Une construction monumentale de type Antran, Fouille programmée 2016, .
  33. Hélène Courty et Nicolas Fromont, Rapport de fouille programmée annuelle OA 18 6044, Pays de la Loire, Maine-et-Loire Louresse-Rochemenier, "Les Choffaux" Une construction monumentale de type Antran, Fouille programmée 2017 (2e année), .
  34. Hélène Courty, Nicolas Fromont, Gilles Leroux, Denis Fillon, Philippe Forré et Vincent Ard, Un nouveau bâtiment de type Antran en Centre-Ouest, Présentation préliminaire du site des “Choffaux”, à Louresse-Rochemenier (Maine-et-Loire), Internéo volume 11, ISSN 1772-8320, Association pour les Études Interrégionales sur le Néolithique (Internéo) et la Société Préhistorique Française, .
  35. Émile Breton, Rochemenier, village troglodytique, , p. 1, 2, 55, 56.
  36. Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et bibliographique du Maine et Loire, , p. 552.
  37. a et b Christian Thiry et Pascal Girault, Menhirs et dolmens de l'Anjou, tome 1, (ISBN 9782953098129), p. 82-83.
  38. « France - Dolmen dit la Pierre Couverte de Corbeau ».
  39. Christian THIRY et Pascal GIRAULT, Menhirs et dolmens de l'Anjou, tome 1, (ISBN 9782953098129), p. 84.
  40. « France - Polissoir de la Bournée ».
  41. Jean-Yves Hunot, « « Louresse-Rochemenier – RD 177 » [notice archéologique], Pays de la Loire », ADLFI. Archéologie de la France - Informations,‎ mis en ligne le 29 septembre 2020 (lire en ligne)
  42. « Inscription de l'ancienne église de Varenne », notice no PA00109161, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19 août 2009.
  43. « Inscription de l'église de Rochemenier », notice no PA00109160, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19 août 2009.
  44. « Inscription du château du Pont de Varenne », notice no PA00109159, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 19 août 2009.