La Roche-Clermault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Roche.

La Roche-Clermault
La Roche-Clermault
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Chinon
Intercommunalité Communauté de communes Chinon, Vienne et Loire
Maire
Mandat
Marinette Yvon
2018-2020
Code postal 37500
Code commune 37202
Démographie
Gentilé Clérimaldiens
Population
municipale
513 hab. (2016 en augmentation de 5,99 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 19″ nord, 0° 12′ 12″ est
Altitude Min. 30 m
Max. 112 m
Superficie 18,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
La Roche-Clermault

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
La Roche-Clermault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Roche-Clermault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Roche-Clermault

La Roche-Clermault est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire. Ses habitants sont les Clérimaldien(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de La Roche-Clermault.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 8,59 km, comprend un cours d'eau notable, le Négron (4,673 km), et sept petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

Le Négron, d'une longueur totale de 25,5 km, prend sa source dans la commune de Loudun (Vienne) et se jette dans la Vienne à Cinay, après avoir traversé 10 communes[3]. Sur le plan piscicole, le Négron est classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[4].

Une zone humide[Note 1] a été répertoriée sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « Le Marais de Taligny »[5],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne châtellenie et seigneurie ; en 1142 au chevalier Mangot ; en 1256 à Bouchard de Marmande ; XIIIe siècle à la famille de Sancerre ; en 1490 à Edmond de Bueil ; en 1619 à Balthazar Le Breton, seigneur de Villandry ; c'est son fils Simon qui rend hommage en 1643 ; le château actuel fut construit en 1638, date portée, mais inachevé ; le château antérieur est en ruine sur l'aquarelle de Gaignières (1699) ; la chapelle porte la date 1602 ; fin XVIIIe siècle appartient à Fortuné Bouin de Noiré, chanoine de Saint-Mexme à Chinon[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1906 Narcisse Binet    
mars 1977 2001 Jacques Cholet    
mars 2001 2014 Guy Laurent    
mars 2014 2018 Jacky Manceau DVD Agriculteur retraité
février 2018 En cours Marinette Yvon   Intérim après le décès de Jacky Manceau [8] puis Maire[9]
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2016, la commune comptait 513 habitants[Note 2], en augmentation de 5,99 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
551577649590632622595644640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
669640612595582598578605615
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
612597566508525511527487512
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
522519470446456479525484517
2016 - - - - - - - -
513--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La Roche-Clermault se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Chinon.

L'école primaire accueille les élèves de la commune.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin, XIIe - XIIIe siècle

L’église Saint-Martin de La Roche-Clermault est inscrite sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques : arrêté du 13 novembre 1939.

Ce château, tant par art que par nature, par sa situation et ses assises, se trouvait là dans la plus heureuse position de défense. Aussi Picrochole l’assaillit, s’en empara, le fortifia, le pourvut de toutes les munitions qu’il put réquisitionner pour en faire un lieu de retraite. (Rabelais, Gargantua, ch. 28).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 4 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de La Roche-Clermault », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  3. « Fiche Sandre - le Négron », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  4. (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  5. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  6. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  7. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mersri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IA00011732
  8. https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/le-maire-de-la-roche-clermault-est-decede
  9. https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/la-roche-clermault/marinette-yvon-elue-nouveau-maire
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.