Darvoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Darvoy
L'église et le monument aux morts.
L'église et le monument aux morts.
Blason de Darvoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Châteauneuf-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes des Loges
Maire
Mandat
Philippe Lodenet
2014-2020
Code postal 45150
Code commune 45123
Démographie
Gentilé Darvoisiens[1]
Population
municipale
1 870 hab. (2012)
Densité 218 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 29″ N 2° 06′ 00″ E / 47.8580555556, 2.147° 51′ 29″ Nord 2° 06′ 00″ Est / 47.8580555556, 2.1
Altitude Min. 98 m – Max. 103 m
Superficie 8,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Darvoy

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Darvoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Darvoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Darvoy
Liens
Site web www.darvoy.fr

Darvoy est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

La commune est située dans le périmètre de la région naturelle du Val de Loire inscrit au patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco)[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans une étude générale sur l'origine des noms de lieux du Loiret, Jacques Soyer, trouve l'origine du nom « Darvoy » dans l'étymologie celtique Der de Dervos (chêne) ou Dervetum (chênaie)[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Darvoy et des communes limitrophes

La commune de Darvoy se trouve dans le quadrant sud-ouest du département du Loiret, dans la région agricole du Val de Loire[4] et l'aire urbaine d'Orléans[5]. À vol d'oiseau, elle se situe à 14,9 km d'Orléans[6], préfecture du département, et à 1,8 km de Jargeau, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie de Jargeau[5].

Les communes les plus proches sont : Jargeau (1,8 km), Saint-Denis-de-l'Hôtel (2,4 km), Férolles (3,3 km), Bou (3,9 km), Mardié (4 km), Sandillon (5,2 km), Donnery (5,8 km), Chécy (6,3 km), Ouvrouer-les-Champs (7 km) et Vienne-en-Val (7,4 km)[7].

Rose des vents Jargeau Jargeau Jargeau Rose des vents
Sandillon N Jargeau
O    DARVOY    E
S
Sandillon Férolles Jargeau

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les Pointes, Reculés, la Place.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Article détaillé : géologie du bassin parisien.

Darvoy se situe dans la moitié sud du bassin parisien.

La commune est encerclée par la levée de la Loire et une levée dite d'enceinte destinées à protéger les habitations d'une crue du fleuve. Darvoy appartient à l'unité urbaine de Jargeau et à l'aire urbaine d'Orléans.

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : climat du Loiret.

Darvoy possède un climat tempéré de type océanique dégradé se caractérisant par des hivers doux (3 à 4 °C) et pluvieux, et des étés frais (16 à 18 °C) et relativement humides. La température moyenne est de 10 à 11 °C sur l'année.

Histoire[modifier | modifier le code]

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

1130 : construction de l’église, peut-être par des moines de l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire. À cette époque, la paroisse compte une population de 300 habitants environ, essentiellement agricole.

1164 : la paroisse est placée sous le patronage du chapitre de Jargeau qui lève la dîme. On peut penser que, bien avant cette mise en tutelle, et dès son origine, l’histoire de Darvoy fut intimement liée à celle de Jargeau, distante seulement de 2 km.

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Carte de Cassini, 1744.

La paroisse est du diocèse, de l’élection, du bailliage et du présidial d’Orléans (pour l'administration) et du grenier à sel de Châteauneuf (pour la perception des impôts).

Elle compte environ 600 habitants (214 feux) et vit de la culture du blé, du seigle et surtout de la vigne. Le vignoble d’Orléans s'est étendu jusqu'à Bou et Darvoy à la fin du XIIe siècle (1170).

1789 : les habitants réunis sous la présidence de Jean-Damien Chaufton, homme de loi, rédigent leur cahier de doléances pour la réunion des États généraux. Ils exposent que les vignes qui recouvrent plus de trois quarts des terrains sont presque chaque année attaquées par les vers, que la terre est stérile et ingrate et que la misère du peuple est aggravée cette année-là par la ruine du pont de pierre de Jargeau (dont une arche a été emportée par la débâcle) qui les prive de nombreux débouchés pour leurs vins. Ils demandent la diminution des impôts (suppression de certains impôts et surtout allègement des frais de perception dont un trop grand nombre d'intermédiaires profitent abusivement, la simplification et la diminution du coût des procédures de justice, la suppression des privilèges réels et fonciers, lesquels privilèges sont accordés presque toujours à des personnes d’ailleurs, ce qui fait que la masse des impôts ne tombe que sur la partie du peuple qui gagne son pain à la sueur de son front, la suppression des fiefs grevés de droits de succession élevés préjudiciables surtout aux familles de vignerons.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Il semble qu’il y ait eu, aux baffaits, un port sans quai en bord de Loire où l’on chargeait les fûts de vin dans les bateaux ancrés au large pour éviter les sables. À ce propos, on ne s’explique pas pourquoi la bande de terre des Boires, entre la levée et la Loire, fut attribué à la commune de Jargeau, privant ainsi celle de Darvoy du contact avec le fleuve dont elle pourrait être riveraine sur plus de 3 km.

1822 - 1838 : la commune a pour maire le baron François Pierre Chauvel, ancien maréchal de camp, qui s’est retiré à la « Grand Cour ». C’est à cette époque que la route d’Orléans à Sancerre (route nationale 751) aurait été détournée du bourg pour desservir plus au sud, la demeure du Baron.

1833 : établissement du premier cadastre.

Inondations en 1846, 1856, 1866. La levée de la Loire est rompue.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

1923 : création d’une coopérative de meunerie-boulangerie qui assure à ses adhérents la fourniture du pain au prix de revient, contre la remise d’une partie de leur récolte en blé ou méteil.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Darvoy

Les armes de Darvoy se blasonnent ainsi :

D'or aux deux fasces de gueules, à la bordure d'azur[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Philippe Lodenet    
mars 2001 mars 2008 Colette Girel    
1971 1993 Jeanne Heiszler    
18?? 18?? François Pierre Chauvel   Militaire
Les données manquantes sont à compléter.

La commune appartient au canton de Jargeau, à la communauté de communes des Loges et au syndicat mixte du pays Forêt d'Orléans - Val de Loire.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : démographie de Darvoy.

En 2012, la commune comptait 1 870 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
719 797 746 750 838 914 897 867 910
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
909 852 816 744 718 769 766 722 694
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
700 729 683 610 602 569 565 572 607
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
730 853 987 1 476 1 694 1 731 1 834 1 864 1 870
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Au sein de l'unité urbaine de Jargeau (Jargeau, Saint-Denis-de-l'Hôtel et Darvoy), le nombre d'emploi total (en 1999) était de 3 272 (dont 2 922 salariés) alors que le nombre de demandeurs d'emploi s'élevait à 227 (en 2006).

En 2006, 331 entreprises (dont 30 de plus de 10 salariés et 1 de plus de 500 salariés) étaient implantées sur la zone[11].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Darvoy est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription de Châteauneuf-sur-Loire. La commune possède une école primaire publique[12].

Transports[modifier | modifier le code]

Le réseau d'autocars Ulys, dessert la commune de Darvoy.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-André datant du XIIe siècle.

Sites et paysages remarquables[modifier | modifier le code]

Le , le Val de Loire, dans son cours moyen de Sully-sur-Loire (Loiret) à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) comme « paysage culturel ». Cette inscription reconnaît au site une « valeur universelle exceptionnelle » fondée sur la densité de son patrimoine monumental, architectural et urbain, l'intérêt du paysage fluvial et la qualité exceptionnelle d’expressions paysagères héritées de la Renaissance et du Siècle des Lumières. Toute altération de la V.U.E. est considérée comme une perte pour la mémoire de l’Humanité[13]. Le préfet de la région Centre, préfet coordonnateur, approuve le plan de gestion pour le Val de Loire patrimoine mondial par arrêté en date du 15 novembre 2012[DREAL 1]. Trente-cinq communes du Loiret sont concernées[DREAL 2], dont Darvoy qui a une frange de son territoire inscrite et le reste en zone tampon[DREAL 3].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[14],[14]. Un site Natura 2000 est présent sur le territoire communal de Darvoy[INPN 1].

Nom Numéro Type Arrêté Superficie Description
Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire FR2400528 SIC (Directive "Habitats") 13 avril 2007[15] 7 120 ha Le site concerne 51 communes. La délimitation de ce site Natura 2000 est très proche de celle correspondant à la Directive Oiseaux. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux ligériens liés à la dynamique du fleuve, qui hébergent de nombreuses espèces citées en annexe II de la directive Habitats[INPN 2]. Il est situé dans la frange nord-ouest de la commune[16].

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Darvoy comprend deux ZNIEFF[INPN 3].

Désignation Type Superficie Description
« La loire orléanaise » type 2[Note 3] 5 458 hectares La zone s'étend sur 37 communes, dont Dampierre-en-Burly, et se superpose pour la commune à la zone Natura 2000 de nom similaire. Elle correspond à la boucle septentrionale du fleuve[DREAL 4]. Son altitude varie entre 80 et 135 m[INPN 4]. Elle se caractérise par un lit mineur largement occupé par des îles et grèves sableuses. Ces milieux soumis au marnage annuel recèlent de multiples habitats plus ou moins temporaires. C'est pratiquement la seule section qui présente des méandres. On observe, sur les basses terrasses, quelques formations sablo-calcaires[INPN 5].
« Levée de Darvoy » type 1[Note 4] 13 hectares La zone s'étend sur 3 commune : Darvoy, Jargeau et Sandillon. Il s'agit de la digue (ou levée) de la Loire reliant Darvoy à Sandillon (rive gauche de la Loire)[DREAL 5]. Son altitude est de 105 m[INPN 6]. Les flancs de l'ouvrage sont occupés par des « prairies » mésophiles à mésoxérophiles abritant des espèces peu fréquentes à rares dans la région. On observe également deux mouillères en pied de levée, dont une abrite entre autres une population de Damasonium alisma, espèce protégée au niveau national, particulièrement rare en région Centre-Val de Loire. Au total, dix espèces végétales déterminantes dont trois protégées ont été recensées sur le site[INPN 7].

Manifestation[modifier | modifier le code]

La commune organise chaque année les jeux intervillages durant le premier week end de juillet. Un bal est organisé le samedi soir avec repas et spectacle. Le dimanche est réservé aux jeux où des équipes représentant les communes alentour s'affrontent.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football : US Darvoy[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 21 janvier 2010)
  2. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unis,‎ (consulté le 15 décembre 2009) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur www.valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire,‎ (consulté le 15 décembre 2009)
  3. Jacques Soyer, Recherches sur l'origine et la formation des noms de lieux du département du Loiret, Roanne, Éditions Diffusion Horvath, 1979, 660p. (dont 34p. d'index) - Réédition des travaux de l'archiviste du Loiret, avec le concours de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, regroupant tous les articles qu'il avait publiés dans le Bulletin de la Société archéologique et historique du Loiret.
  4. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 27 juillet 2015)
  5. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 27 juillet 2015).
  6. « Orthodromie entre "Darvoy" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  7. « Villes les plus proches de Darvoy », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  8. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2008.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  11. Unité urbaine de Jargeau. INSEE. Consultation : février 2008
  12. Écoles de la circonscription de Châteauneuf-sur-Loire sur le site de l'inspection académique d'Orléans
  13. « Val de Loire patrimoine mondial - Plan de gestion », sur le site dde la DRAC Centre-Val de Loire (consulté le 20 août 2015)
  14. a et b « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  15. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 août 2015)
  16. « Cartographie des zones naturelles protégées sur Combleux », sur l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  17. « Notice no LH/509/65 », base Léonore, ministère français de la Culture
  18. Fiche de l'US Darvoy sur le site du district de football du Loiret

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :