Cléry-Saint-André

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cléry et Saint-André.
Cléry-Saint-André
La mairie à Cléry.
La mairie à Cléry.
Blason de Cléry-Saint-André
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Beaugency
Intercommunalité Communauté de communes des Terres du Val de Loire, syndicat mixte du Pays Sologne Val-Sud
Maire
Mandat
Gérard Corgnac
2014-2020
Code postal 45370
Code commune 45098
Démographie
Gentilé Cléricois[1]
Population
municipale
3 373 hab. (2014)
Densité 186 hab./km2
Population
aire urbaine
369 104 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 16″ nord, 1° 45′ 18″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 107 m
Superficie 18,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Cléry-Saint-André

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Cléry-Saint-André

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cléry-Saint-André

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cléry-Saint-André
Liens
Site web www.clery-saint-andre.com

Cléry-Saint-André est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire. Elle est surtout connue pour la basilique Notre-Dame de Cléry, qui contient le tombeau de Louis XI.

La commune constitue à elle seule l'unité urbaine de Cléry-Saint-André[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Cléry-Saint-André et des communes limitrophes.

La commune de Cléry-Saint-André se trouve dans le quadrant sud-ouest du département du Loiret, dans la région agricole de la Sologne[3] et l'aire urbaine d'Orléans[4]. À vol d'oiseau, elle se situe à 14,6 km d'Orléans[5], préfecture du département.

La commune fait partie du bassin de vie de Meung-sur-Loire[4] dont elle est éloignée de 4,6 km[6].

Les communes les plus proches sont : Mézières-lez-Cléry (3,8 km), Dry (3,8 km), Saint-Ay (4,3 km), Mareau-aux-Prés (4,4 km), Meung-sur-Loire (4,6 km), Baule (6,3 km), Chaingy (7,1 km), Lailly-en-Val (7,2 km), Saint-Hilaire-Saint-Mesmin (7,3 km) et Le Bardon (8,1 km)[7].

Rose des vents Mareau-aux-Prés Mareau-aux-Prés Mareau-aux-Prés, Mézières-lez-Cléry Rose des vents
Dry, Meung-sur-Loire N Mézières-lez-Cléry
O    CLÉRY-SAINT-ANDRÉ    E
S
Dry Jouy-le-Potier Jouy-le-Potier, Mézières-lez-Cléry

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Au nord : la Perrière, Azennes, le Grand Chemin ; à l'est : le Gué du Roi, les Bonshommes, les Arrachis, le Mardereau, les Bordes ; à l'ouest : la Bergerie, les Viviers, les Châteaux, la Marchanderie ; au sud : les Villeneuves, l'Intrie, la Salle, la Margottière, les Fromenteries, Thuret, la Coterie, Marchais Chanault, la Boirie, la Baraguière, l'Emerillon.

Paysages[modifier | modifier le code]

Le bourg s'étale le long de la route départementale 951. La basilique Notre-Dame est située au point culminant. Le relief est celui d’une plaine qui descend progressivement vers la Loire, traversée par la rivière l’Ardoux et protégée des crues par la levée de la Loire.

On trouve deux principaux groupes d'habitations : le bourg de Cléry et le hameau de Saint-André.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant l'Antiquité, un cimetière se trouvait entre la route départementale et le hameau de Saint-André (un cimetière médiéval lui a succédé). Le hameau de Saint-André apparut près de l’ancienne voie romaine appelée chemin Rémy (ou chemin Romain). En lisière de la région naturelle de Sologne sur la Butte des Élus, des gallo-romains ainsi que des Germaniques ont laissé des traces de passage. Près du clos du Vivier des débris d’habitation romaines et des pièces datant de Claude, Trajan, Néron et Adrien (Ier et IIe siècles) ont été trouvés.

La première mention écrite de Cléry date du milieu du VIe siècle : l’évêque d’Orléans, Marc, souhaitant rencontrer l’ermite saint Liphart de Meung-sur-Loire, mentionna le lieu « Clariacus vicus » . Le terme « Vicus » servait à désigner un groupe d’habitations et « Clariacus », le nom du hameau. On peut ainsi supposer que le Cléry de l’époque était un petit village. « Saint-André », quant à lui, se retrouve dans le testament de l’abbé Leodebold daté du par lequel il léguait sa villa « Camberon » se trouvant à « vel Ucellus vico ». Ce nom latin correspond à Saint André comme le prouve un texte de l’abbaye de Beaugency en mai 1213 : « de décima sancti Andree (Saint André) de Usselo juxta Clariacum (Cléry) ».

Plan de Cléry au XVIIIe siècle.

Au XIIe et XIIIe siècles, les noms de quelques lieux contemporains apparaissent. Cinq chanoines fondent une habitation dans un lieu-dit qui, en leur référence, s’appelle les Bons Hommes. Le château d’Estrepoix, appartenant à des ecclésiastiques, est fondé au lieu-dit du Trépoix (situé aujourd’hui sur la commune de Mareau-aux-Prés). Ce dernier fut abandonné à la fin du Moyen Âge et il n'en reste aujourd’hui qu’un pan de mur près d’un tumulus. Le château de la Salle, qui connut plusieurs seigneurs, qui fut détruit par les Anglais et dont il ne reste aujourd’hui que les douves. Enfin, la Malandrerie, léproserie fondée au XIIIe siècle près du Trépoix sur la voie romaine. Ses vestiges actuels ont été aménagés en grange.

Au Moyen Âge, Cléry était attaché au domaine royal, ce qui influa sur le sort de la cité dans les siècles suivants. Saint Louis visita Cléry en 1258. Son règne correspond à une période pieuse qui allait aboutir vers 1280, à la découverte dans un buisson d'une statue en bois de Vierge à l'Enfant de 1 m de hauteur. On lui attribua vite des pouvoirs miraculeux et elle fut placée dans une chapelle proche. Mais devant l’afflux de pèlerins, on dut construire une nouvelle chapelle (à l’emplacement actuel de la basilique) autour de laquelle les maisons d’un premier bourg se construisirent. Au début du XIVe siècle, Philippe le Bel, pris d'intérêt pour la Vierge, fit construire une église. De cette époque plusieurs maisons subsistent toujours aujourd’hui. En 1428 avant le siège d'Orléans, le militaire anglais Salisbury, de passage par la ville, fit piller les richesses de l’église accumulées jusqu'alors et détruisit l’église. Mais la statue s’en sortit miraculeusement. Jeanne d'Arc passa par deux fois à Cléry : la première pour contrer le siège d'Orléans et la deuxième pour libérer Meung-sur-Loire. Elle eut d'ailleurs à combattre 120 soldats anglais entre Beaugency et Cléry. Les ravages causés au bourg pendant la guerre de cent ans entraînèrent une désertification de celui-ci et Cléry ne put reprendre son essor que dans les années 1460.

À cette époque Louis XI, croyant aux vertus de la Vierge, transforma l'église en ruine en basilique de style gothique flamboyant qui devint une chapelle royale[8] et y effectua un grand nombre de pèlerinages, dont son dernier, le mercredi 9 juillet 1483[9]. À sa mort il s’y fit enterrer avec sa femme[pas clair]. Le cœur de son fils Charles VIII, enterré dans la basilique Saint-Denis, fut envoyé à Cléry en 1498, selon ses vœux, afin de demeurer avec ses parents. Le comte de Dunois, compagnon d'armes de Jeanne d'Arc, exigea aussi de se faire enterrer avec sa femme dans la basilique en remerciement des bienfaits de la Vierge. Au XVIe siècle, pendant les guerres de religion, les huguenots ravagèrent la basilique et la Vierge fut cette fois détruite. On la remplaça au début du XVIIe siècle par une réplique réalisée à partir des descriptions des religieux. Alors que la reconstruction de la basilique nécessita de nombreuses années, on s’attela aussi à la construction d’une fortification de 1,5 km de circonférence et de 8 m de haut pour protéger le bourg des attaques. Les portes de Blois et d’Orléans furent construites. Cependant les deniers manquèrent et la construction resta fragile et inachevée.

La basilique en 1699.

Le dessin le plus ancien de la basilique, en 1699, présente bien l’aspect général de Cléry avec une basilique possédant une flèche et bordée d’une fortification, toutes deux absentes aujourd’hui. La flèche, retirée en 1710, était placée sur le clocher, seul élément subsistant de l'ancienne église du XIIIe siècle.

Au XVIIe siècle, les châteaux de l’Émerillon et du Mardereau furent construits. En 1744 la route départementale devant remplacer le chemin Rémy fut construite. Elle passait par le centre du bourg et fut d'abord appelée nouveau chemin Rémy. Durant Révolution française, la municipalité de Cléry évita la vente et la destruction de la basilique. Cependant beaucoup d’éléments furent vendus ou détruits comme la statue de Louis XI et tombeau de Louis XI fut profané par un révolutionnaire de Beaugency.

Les deux villages de Cléry et de Saint-André sont réunies par le décret du 15 juin 1791. Le nom actuel de la commune date d'un décret du 30 novembre 1918[10].

Au XIXe siècle, sous Napoléon III, de nombreuses fouilles archéologiques ainsi que la restauration de la basilique furent entreprises. Les projets de restauration, non réalisés, de Juste Lisch en 1868 prévoyaient de reconstruire la flèche et de peindre l'intérieur de la basilique. En 1871 quelques dégradations furent commises par des Prussiens et le , le trésor de la basilique fut volé. Un chemin de fer des tramways de Sologne traversant la commune et desservant Cléry fut construit au début du XXe siècle. En 1944, une bombe alliée détruisit une habitation et tua ses occupants, la famille Lecoeur : depuis la rue porte le nom de rue Ephrem-Lecoeur.

Jusqu’aux années 1970, on peut dire que Cléry se résumait à deux rangées de maisons de part et d’autre de la route départementale, au groupement de maisons à Saint-André, à des maisons placées le long de quelques autres routes ainsi qu’à une série de fermes dispersées. Le développement récent s’est caractérisé par les constructions successives d’environ six lotissements sur les parties est et sud est de la ville, et par la multiplication des maisons particulières : les données démographiques montrent en effet un regain de population après la Seconde Guerre mondiale dans un contexte de rurbanisation de la périphérie orléannaise.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cléry-Saint-André

Les armes de Cléry-Saint-André se blasonnent ainsi : D'azur à la barre cousue de gueules chargée de trois coquilles renversées d'or posées en bande et de deux fleurs de lys du même posées en bande entre les coquilles, accompagnée, en chef, d'un bouquet de roseaux de cinq pièces aussi d'or tigés et feuillés d'argent sur une onde alésée du même et, en pointe, d'une grappe de raisin aussi de gueules tigée d'or[11]. Cependant, la municipalité utilise un blason quelque peu différent: l'écu est de sinople, la grappe de pourpre, les coquilles d'argent et la bande d'azur.

* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (Gueules / Azur et pire l'azur et le pourpre sur le sinople).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Planification[modifier | modifier le code]

Plan local d'urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune prescrit l'élaboration d'un plan d'occupation des sols en octobre 1977. Le document est approuvé en février 1983 puis révisé en septembre 2000[12],[13].

La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000, dite loi SRU, complétée par la loi urbanisme et habitat du 2 juillet 2003, marque une évolution de la planification urbaine en créant notamment les plans locaux d’urbanisme (PLU), vecteurs de projets de territoire, appelés à se substituer progressivement aux plans d’occupation des sols. Le PLU contient deux éléments nouveaux par rapport au POS : le plan d'aménagement et de développement durable (PADD), qui exprime le projet de la ville par des orientations générales en matière d'urbanisme, de développement, d'équipement et de préservation de l'environnement et les orientations d'aménagement et de programmation (OAP) qui correspondent à des zooms qui peuvent porter sur des quartiers ou secteurs à mettre en valeur, réhabiliter, restructurer ou aménager, ou sur l'aménagement d'un espace public, etc. Dans ce cadre la commune prescrit l'élaboration d'un PLU en juillet 2008[14]. Le document est approuvé en juin 2004 puis révisé en décembre 2011[12]. Le document est modifié en avril 2013 puis une nouvelle modification est lancée en janvier 2015 en application de la loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (dite Loi ALUR)[12].

Documents d'orientations intercommunaux[modifier | modifier le code]

La commune est membre du Pays Sologne Val-sud, qui regroupe 29 des communes de la Sologne du Loiret. Ce pays impose un certain nombre de contraintes, que les documents d’urbanisme doivent respecter en étant compatibles avec les documents d’orientations du Pays. Le pays a notamment élaboré une charte architecturale et paysagère en 2005[15].

En 2012 les Pays Forêt d'Orléans Val de Loire, Loire Beauce et Sologne Val Sud sont les seuls territoires du département du Loiret ne disposant pas de schéma de cohérence territoriale (SCoT). Compte tenu de l'intérêt de cet outil pour l'avenir des territoires, les élus de ces pays décident d'engager une démarche d'élaboration de SCOT. Le comité syndical du Pays Sologne Val Sud se prononce majoritairement en mars 2013 pour prendre la compétence SCoT dans ses statuts. Les quatre communautés de communes qui composent le Pays délibèrent en avril et mai 2013 pour confier l'élaboration, la gestion et le suivi du SCoT au Pays Sologne Val Sud[16]. Les compétences sont modifiées en ce sens en juin 2013[17], le périmètre du SCoT est arrêté par le préfet le 10 octobre 2013. Après étude et concertation de 2014 à 2017, le document doit être approuvé en 2018[18].

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune de Cléry-Saint-André (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par deux routes départementales structurantes : la RD951 et la RD 18.

La RD 951, qui est l'artère principale du bourg, est l'ancienne route nationale 751, qui avait été créée en 1933 et était définie comme la route de Cosne-sur-Loire à la pointe de Saint-Gildas par la rive gauche de la Loire[19]. La section traversant le Loiret, reliant Beaulieu-sur-Loire à Lailly-en-Val, a été transférée au département du Loiret par arrêté du 22 décembre 1972[20]. En 2014, elle supporte sur le territoire communal un trafic de 7 587 véhicules/jour dà l'est du bourg et de 4298 à l'ouest[21]. La RD 18 (4 938 véhicules/jour au nord du bourg en direction de Meung-sur-Loire) relie quant à elle Meung-sur-Loire à La Ferté-Saint-Aubin[21].

Complétant ces voies, la commune est sillonnée de plusieurs voies communales et chemins ruraux desservant ses fermes et hameaux et les bourgs environnants.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 8 de transports par autocar du réseau Ulys du Conseil départemental du Loiret qui relie Saint-Laurent-Nouan - Lailly-en-Val à Orléans via Cléry-Saint-André. Cette ligne propose un nombre de dessertes variable en fonction des jours ouvrables de la semaine[22]. Des correspondances SNCF sont assurées à la gare d'Orléans et TAO et Transbeauce à la Gare routière d'Orléans.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune : territoire et institution[modifier | modifier le code]

La paroisse de Cleri acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[23] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[24]. Saint-André fut une paroisse puis une commune indépendante jusqu'en l'an III, année de son absorption par Cléry. Il faut enfin attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[25].

La commune est orthographiée Notre-Dame-de-Cléry dans l'arrêté de 1801. En 1918, la Chambre de Commerce de Paris émet le souhait « qu'un nom de complément soit donné aux localités qui portent une dénomination identique » afin d'éviter toute confusion dans les transmissions postales et le transport des marchandises. Le gouvernement accueille favorablement cette demande et le 7 juin 1918 le préfet du Loiret invite 82 communes du Loiret ayant des homonymes dans d'autres départements à compléter leur nom. Vingt-trois conseils municipaux refusent. La commune de Notre-Dame-de-Cléry, quant à elle, prend le nom de Cléry-Saint-André à la suite du décret du [26].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Cleri était rattachée sur le plan ecclésiastique à l'ancien diocèse d'Orléans, sur le plan judiciaire au bailliage d'Orléans , sur le plan militaire au gouvernement d'Orléans et sur le plan administratif à la généralité d'Orléans, élection d'Orléans[27],[28].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Cleri est alors incluse dans le canton de Cleri, le district de Beaugency et le département du Loiret[29].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[30]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[31]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[32]. L'acte II intervient en 2003-2006[33], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Cléry-Saint-André aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Beaugency 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Beaugency de 1790 à 1795[34],[29]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[35].
Canton Cleri 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de Cleri est rattachée au canton de Cleri[36],[34]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du 26 juin 1793, et ne conservent qu'un rôle électoral[35]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[37]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Notre-Dame-de-Cléry 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[38]. Cleri est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton de Notre-Dame-de-Cléry, sous le nom de Notre-Dame-de-Cléry[39],[34].
Beaugency 2015- Électorale La loi du [40] et ses décrets d'application publiés en février et [41] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Beaugency[41]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[42].
Arrondissement Orléans 1801- Administrative Notre-Dame-de-Cléry est rattachée à l'arrondissement d'Orléans depuis sa création en 1801[34],[39].
Circonscription législative 1re circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[43],[44]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[45]. La réforme n'affecte pas Cléry-Saint-André qui reste rattachée à la première circonscription[46].

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

La commune de Cléry-Saint-André est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[47], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la Communauté de communes du Val d'Ardoux depuis sa création le , une intercommunalité issue de la transformation en communauté de communes de l'ancien SIVOM de la région de Cléry-Saint-André, créé en décembre 1964[48]. Depuis le , la commune est membre de la communauté de communes des Terres du Val de Loire[49].

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachement[modifier | modifier le code]

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Cléry-Saint-André et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de Cléry-Saint-André Maire Gérard Corgnac 2014 2020
Communauté de communes des Terres du Val de Loire Président de l'intercommunalité Pauline Martin 2017 2020
Département Départementales Canton de Beaugency Conseillère départementale Shiva Chauvière 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Claude Boissay
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 18 décembre 2015[50] 2021[51]
Pays Législatives 1re circonscription Députée Stéphanie Rist

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Cléry-Saint-André, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[52], pour un mandat de six ans renouvelable[53]. Il est composé de 23 membres [54]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil. Gérard Corgnac est maire depuis 2014.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Gérard Corgnac Divers droite  
1995 2014 Clément Oziel UMP / Divers droite Conseiller général du Loiret et président du syndicat mixte du Pays Sologne Val-Sud
    Michel Bridart Divers droite Conseiller général du Loiret
    Jacques de Tristan Divers droite  
    Delastre    
1937 1944 Pierre Jean de Tristan Divers droite Conseiller général du Loiret
    Eugène Genneau   Conseiller général du Loiret
    Émile Gebauer   Conseiller général du Loiret
    Nicolas Mathurin Fustier   Conseiller général du Loiret
1891   Pierre Milon    
1885 1891 Pierre Marquis de Tristan    

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2016, la commune est membre du syndicat mixte intercommunal pour le ramassage et le traitement des ordures ménagères (SMIRTOM) de la région de Beaugency, créé en 1971. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 1] en porte à porte, des emballages ménagers recyclables en porte à porte ou en points d’apport volontaire, du verre en points d’apport volontaire et des papiers en points d’apport volontaire [55]. Un réseau de sept déchèteries, dont une est située sur le territoire communal, accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…)[55]. L'élimination et la valorisation énergétique des déchets est effectuée dans l'UIOM de Saran depuis 1996, exploitée par la société Orvade, filiale du groupe Véolia, par délégation de service de la communauté urbaine Orléans-Métropole[56].

La loi NOTRe du rend obligatoire l’exercice de la compétence « gestion des déchets ménagers » pour les communautés de communes à partir du [57], qui ne fait donc désormais plus partie des compétences de la commune mais de celle de la communauté de communes des Terres du Val de Loire. Dans ce cadre, le préfet du Loiret indique dans un courrier du aux présidents des communautés de communes concernées que le SMIRTOM de la région de Beaugency sera dissout le [58].

Production et distribution d'eau[modifier | modifier le code]

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[59]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par le syndicat des eaux et de l'Assainissement de Cléry-Saint-André - Mareau - Mézières - Les Muids de Saint-Hilaire (C3M), un syndicat créé en 2001 desservant quatre communes : Cléry-Saint-André, Mareau-aux-Prés, Mézières-lez-Cléry et Saint-Hilaire-Saint-Mesmin[60],[61],[62]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[63],[64].

Assainissement[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[65], est assurée par le Syndicat des Eaux et de l'Assainissement de Cléry-Saint-André - Mareau - Mézières - Les Muids de Saint-Hilaire (C3M)[66],[67]affermageaffermage[68]. La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire communal, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 6 000 EH, soit 1 050 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées ». Son exploitation est assurée en 2017 par VEOLIA EAU - OLIVET[69],[70].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[71]. Depuis le , la Communauté de communes des Terres du Val de Loire assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), après la fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du Canton de Beaugency, du Val d'Ardoux et de la Beauce oratorienne située dans le Loir-et-Cher qui l'assuraient auparavant. Celui-ci a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[72].

Prix de l'eau[modifier | modifier le code]

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine,...) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets,...)[73]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[74]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[75].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Cléry-Saint-André 1,23[76] 1,28[77] 1,37[78] 1,33[79] 1,59[80] [81]
Loiret 1,76[82] 1,7[83] 1,66[84] 1,69[85]
France 1,93[82] 1,96[83] 2[84] 2,03[85]
Assainissement Cléry-Saint-André 2,79[76] 3,18[77] 3,27[78] 3,14[79] 3,13[80]
Loiret 2,07[82] 2,19[83] 2,25[84] 2,38[85]
France 1,73[82] 1,82[83] 1,85[84] 1,89[85]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[86]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[87],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 3 373 habitants, en augmentation de 4,75 % par rapport à 2009 (Loiret : 2,42 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 439 2 224 2 215 2 374 2 510 2 570 2 578 2 613 2 746
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 705 2 765 2 800 2 828 2 882 2 953 2 766 2 745 2 558
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 503 2 388 2 093 1 903 1 901 1 813 1 705 1 741 1 802
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 835 1 860 2 019 2 232 2 506 2 718 2 927 3 220 3 373
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[88] puis Insee à partir de 2006[89].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transports[modifier | modifier le code]

Les autocars du réseau Ulys (Rapides du Val de Loire) dans la direction Orléans centre - Saint-Laurent-Nouan et pour usage scolaire dans les directions Mareau-aux-Prés - Beaugency, Meung-sur-Loire - Mareau-aux-Prés et Messas - Orléans-la-Source.

Une gare des tramways de Sologne se situait dans la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Entreprise pharmaceutique : CS dermatologie
  • Fabrication d'étiquettes : Cin'étiq
  • Charcuterie industrielle : Les salaisons du val de Loire

Patrimoine[modifier | modifier le code]

La basilique Notre-Dame de Cléry, construite du XIVe siècle (clocher) au milieu du XVe siècle (corps principal), elle est de style gothique. Elle contient le tombeau de Louis XI (en particulier son crâne) et le cénotaphe dont l'original a été détruit pendant les guerres de Religion et remplacé en 1622 par le sculpteur Michel Bourdin.

Notre-Dame de Cléry est mentionnée dans la comptine enfantine le Carillon de Vendôme :

Mes amis, que reste-t-il
A ce Dauphin si gentil?
Orléans, Beaugency, Notre-Dame de Cléry,
Vendôme, Vendôme.
  • Le Château de l'Émerillon.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cléry-Saint-André est située dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription de Saint Pryvé - Saint Mesmin. La commune possède une école maternelle, une école élémentaire et un collège publics ainsi qu'une école primaire privée [90].

Les établissements scolaires de la ville sont les suivant :

  • le collège public Jacques-De-Tristan ;
  • les écoles maternelle et élémentaire publiques des Bergerêts ;
  • l'école primaire privée Notre-Dame.

Services[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un bureau de poste, d'un cabinet médical, d'une caserne de pompiers, d'une gendarmerie, d'une pharmacie et accueille la déchèterie intercommunale du canton.

Sport et culture[modifier | modifier le code]

  • Tennis intérieur et extérieur, salles de judo, danse, badminton, tennis de table, informatique ;
  • Terrains de football, skate-board, boules, moto-cross ;
  • Chemins de randonnée, pêche dans l'Ardoux ;
  • Bibliothèque ;
  • École municipale de musique ;
  • Salle d'exposition Charlotte-de-Savoie ;
  • Circuit/terrain de moto-cross.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Plusieurs manifestations sont organisées :

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le vignoble Orléans-Cléry a été classé appellation d'origine contrôlée en septembre 2006. Il produit un vin rouge à base de cabernet franc.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En son temps, Grace Kelly (Grace de Monaco) y est venue poser la première pierre d'un lotissement destiné à l'origine aux techniciens retraités du cinéma, le Clos de l'Ardoux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 15 septembre 2010)
  2. « Unité urbaine de Cléry-Saint-André », sur www.recensement.insee.fr, Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 16 novembre 2011)
  3. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 27 juillet 2015)
  4. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 27 juillet 2015).
  5. « Orthodromie entre "Cléry-Saint-André" et "Orléans », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  6. « Orthodromie entre "Cléry-Saint-André" et "Meung-sur-Loire », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  7. « Villes les plus proches de Cléry-Saint-André », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  8. Lettres patentes de Louis XI, Tours, octobre 1461
  9. Jeseph Vaesen et Étienne Charavay, Les lettres de Louis XI, tome XI, Librairie Renouard, Paris 1909.
  10. Boissay D, De Saint-André-Les-Cléry à Cléry-Saint-André (1791-1918), La Sologne et son histoire, 2016;38 n) 3 p23-24
  11. Le blason de la ville sur Gaso. Consultation : janvier 2009.
  12. a, b et c [PDF]« État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2016 », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 12 mai 2016), p. 33
  13. « État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 12 mai 2016)
  14. « PLU Cléry-Saint-André - Délibérations », sur http://www.clery-saint-andre.com (consulté le 13 mai 2016)
  15. « PLU de Guilly - Rapport de présentation », sur http://www.mairie-guilly.com/ (consulté le 12 mai 2016), p. 63
  16. « SCOT Pays Sologne Val-sud - la démarche », sur http://www.pays-sologne-valsud.fr/ (consulté le 12 mai 2016)
  17. « SCOT Pays Sologne Val-sud - Arrêté préfectoral du 20 juin 2013 modifiant les compétences », sur http://www.pays-sologne-valsud.fr/ (consulté le 12 mai 2016)
  18. « SCOT Pays Sologne Val-sud - Plaquette d'élaboration du SCoT », sur http://www.pays-sologne-valsud.fr/ (consulté le 12 mai 2016)
  19. « Route nationale française 751 », sur http://routes.wikia.com/ (consulté le 27 avril 2016)
  20. « Arrêté du 22 décembre 1972 transférant une partie du réseau routier national au département du Loiret », sur http://routes.wikia.com/ (consulté le 28 avril 2016)
  21. a et b « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le 28 avril 2016)
  22. Fiche horaire de la ligne 8 Saint-Laurent-Nouan - Lailly-en-Val à Orléans via Cléry-Saint-André pour la période du au 31 août 2016', [lire en ligne][PDF].
  23. Motte 2003, p. 24
  24. Motte 2003, p. 23
  25. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le 6 novembre 2015)
  26. Dossier des archives départementales du Loiret coté 15 M 4
  27. Bloch 1906, p. 487
  28. Abbé Patron 1870, p. 387
  29. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  30. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  31. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  32. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  33. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  34. a, b, c et d « Notice communale de Cléry-Saint-André », sur le site de l'EHESS (consulté le 6 novembre 2015).
  35. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 6 novembre 2015).
  36. Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 6 novembre 2015)
  37. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 6 novembre 2015), p. 6.
  38. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 6 novembre 2015)
  39. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 45 », sur http://gallica.bnf.fr (consulté le 6 novembre 2015)
  40. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 6 novembre 2015).
  41. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 novembre 2015).
  42. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le 6 novembre 2015).
  43. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  44. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  45. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  46. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 6 novembre 2015).
  47. « Rattachements administratifs de la commune de Cléry-Saint-André », sur le site de l'Insee (consulté le 6 novembre 2015)
  48. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 5 novembre 2015)
  49. « Recueil des actes administratifs départementaux publié le 12 décembre 2016 - Arrêté du décembre 2016 portant fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du canton de Beaugency, du Val d'Ardoux et de la Beauce Oratorienne et création de la communauté de communes des Terres du Val de Loire », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 30 avril 2017) p. 146
  50. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté le 29 décembre 2015)
  51. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur http://www.courrierdesmaires.fr/, (consulté le 29 décembre 2015)
  52. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  53. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 6 novembre 2015)
  54. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  55. a et b « Présentation du SMIRTOM de la région de Beaugency », sur smirtom-beaugency.fr (consulté le 30 avril 2017)
  56. « Rapport annuel 2015 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 30 avril 2017), p. 31-36
  57. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 30 avril 2017), p. 4
  58. « Communauté de communes des Terres du Val de Loire - Procès-verbal du conseil communautaire du 4 janvier 2017 », sur http://www.chaingy.fr/ (consulté le 30 avril 2017)
  59. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017)
  60. « Syndicat des eaux et de l'assainissement de Cléry-Saint-André - Mareau - Mézières - Les Muids de Saint-Hilaire (C3M) », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  61. « Syndicat des eaux et de l'assainissement de Cléry-Saint-André - Mareau - Mézières - Les Muids de Saint-Hilaire (C3M) », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  62. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  63. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  64. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le 12 juillet 2017)
  65. Les services publics d'eau et d'assainissement ", p. 16
  66. « Syndicat des Eaux et de l'Assainissement de Cléry-Saint-André - Mareau - Mézières - Les Muids de Saint-Hilaire (C3M) », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 22 juin 2017)
  67. « Syndicat des Eaux et de l'Assainissement de Cléry-Saint-André - Mareau - Mézières - Les Muids de Saint-Hilaire (C3M) », sur http://www.services.eaufrance.fr (consulté le 12 juillet 2017)
  68. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  69. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  70. « Station d'épuration de Cléry-Saint-André », sur http://www.sandre.eaufrance.f (consulté le 12 juillet 2017)
  71. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 12 juillet 2017)
  72. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017)
  73. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 12 juillet 2017)
  74. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  75. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 12 juillet 2017)
  76. a et b Prix de l'eau en 2010 à Cléry-Saint-André.
  77. a et b Prix de l'eau en 2011 à Cléry-Saint-André.
  78. a et b Prix de l'eau en 2012 à Cléry-Saint-André.
  79. a et b Prix de l'eau en 2013 à Cléry-Saint-André.
  80. a et b Prix de l'eau en 2014 à Cléry-Saint-André.
  81. Prix de l'eau en 2015 à Cléry-Saint-André.
  82. a, b, c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  83. a, b, c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  84. a, b, c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  85. a, b, c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  86. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  87. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  88. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  89. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  90. « Liste des écoles de la circonscription d'Orléans-Sud-Ouest », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 15 septembre 2010) ; « liste des collèges du Loiret », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté le 15 septembre 2010)
  91. Le premier spectacle avait pour thème Louis XI, le deuxième Jean de Dunois, le troisième Jeanne d'Arc, le quatrième la Révolution française, le cinquième La Renaissance.
  92. Le pèlerinage de Cléry

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Emmanuel de Torquat, Histoire de Cléry, Le livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (réimpr. 1993), 120 p.
  • Louis Jarry, Histoire de Cléry et de l'église collégiale et chapelle de Notre-Dame de Cléry, Le livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (réimpr. 2006), 500 p.
  • Lucien Millet, Notre-Dame de Cléry, Les amis de Cléry
  • Cléry-Saint-André en 1900, Les amis de Cléry,
  • Philippe Araguas, Cléry-Saint-André ; La Collégiale Notre-Dame, Association images et patrimoines du Loiret,
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)