Bouchemaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bouchemaine
Bouchemaine
Place à La Pointe.
Blason de Bouchemaine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Intercommunalité Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Véronique Maillet
2020-2026
Code postal 49080
Code commune 49035
Démographie
Gentilé Bouchemainois
Population
municipale
6 796 hab. (2018 en augmentation de 3,14 % par rapport à 2013)
Densité 343 hab./km2
Population
agglomération
242 613 hab. (2018)
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 24″ nord, 0° 36′ 30″ ouest
Altitude Min. 11 m
Max. 73 m
Superficie 19,81 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Angers
(banlieue)
Aire d'attraction Angers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Angers-2
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Bouchemaine
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Bouchemaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouchemaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouchemaine
Liens
Site web www.ville-bouchemaine.fr

Bouchemaine (prononcé /buʃmɛn/) est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire. Elle se trouve en périphérie sud-ouest d'Angers et fait partie de la communauté urbaine Angers Loire Métropole.

Elle est la réunion de trois villages, celui de Pruniers, le bourg de Bouchemaine et le village de la Pointe, et se trouve à la confluence entre le fleuve de la Loire et la rivière de la Maine, zone sujette à des crues en période hivernale, et dans le Val de Loire inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bouchemaine est accolée à Angers dans sa banlieue sud-ouest, à neuf kilomètres au sud-ouest de cette ville. Elle est composée de trois villages : Pruniers, Bouchemaine et La Pointe.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Topographie et relief[modifier | modifier le code]

D’une superficie de 1 981 hectares, une grande partie des terres forme un surplomb au-dessus de la Maine, atteignant par endroits plus d’une trentaine de mètres au-dessus de la rivière.

La commune est située à la confluence de la Maine qui se jette dans la Loire.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ligne de bus 6 des Transports en commun angevins permet de voyager du centre-ville d'Angers jusqu'à La Pointe.

Une gare dessert la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[3]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 12 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,8 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 634 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,2 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 5,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Georges Gard », sur la commune de Sainte-Gemmes-sur-Loire, mise en service en 1950[7] et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[8],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 11,6 °C et la hauteur de précipitations de 817,9 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Nantes-Bouguenais », sur la commune de Bouguenais, dans le département de la Loire-Atlantique, mise en service en 1945 et à 81 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[11], à 12,5 °C pour 1981-2010[12], puis à 12,7 °C pour 1991-2020[13].

Située à la confluence de la Loire et de la Maine, Bouchemaine est régulièrement soumise l'hiver à des crues[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bouchemaine est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Angers, une agglomération intra-départementale regroupant 12 communes[18] et 242 613 habitants en 2018, dont elle est une commune de la banlieue[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angers dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 81 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72,6 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (28,6 %), prairies (24,2 %), zones urbanisées (17,7 %), terres arables (17,7 %), forêts (4,7 %), eaux continentales[Note 6] (3,7 %), cultures permanentes (2,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,4 %)[23].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[24].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune de Bouchemaine est née de deux paroisses, Saint-Aubin de Pruniers et de Saint-Symphorien de Bouchemaine[25].

Bouchemaine : Bucca Meduanae en 1009-1060[26], paroisse de Saint-Symphorien de Bouchemaine[25], Bouchemaine en 1793 et 1801[27].

Comme son nom l'indique « c'est la bouche de la Maine », c'est l'endroit où la Maine se jetait, jadis, dans la Loire[28].

Pruniers : Prunarius en 769, du latin prunus (prunier)[26], paroisse de Saint-Aubin de Pruniers[25], puis Pruniers[29].

Ses habitants sont appelés les Bouchemainois[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Bouchemaine naît à la fin du XVIIIe siècle de la réunion de Pruniers et de Bouchemaine[25],[30], celle de Pruniers ayant été absorbée par Bouchemaine[26],[29]. Dès lors, la commune se compose de trois villages : Pruniers, La Pointe et Bouchemaine[30].

En 1790, Bouchemaine est désigné comme chef-lieu de canton. En 1792, les limites de la commune de Bouchemaine sont fixées pour réunir les paroisses de Saint-Symphorien de Bouchemaine, Saint-Aubin de Pruniers et une partie de celle d'Epiré.

En 1908 le pont de chemin de chemin de fer de Pruniers est achevé, deux ans plus tard ce sera le tour du pont suspendue de Bouchemaine reliant la ville à Saint-Gemmes-sur-Loire.

Pendant la Première Guerre mondiale, 58 habitants perdent la vie. Lors de la Seconde Guerre mondiale, 6 habitants sont tués dont un résistant mort en déportation[31].

Le , les troupes alliées, commandées par le général Patton, franchirent la Maine en utilisant le Pont de Pruniers avec l'aide de l'armée américaine et libérèrent Angers[32].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1957 Yan Després    
René-Régis de Coniac    
Raymond Denoual    
Gérard Poirier   Pharmacien
[33]
(démission)
Christian Mettelet Les Verts Ancien DRH de l'Ademe
[34] Catherine Deroche UMP Médecin
Sénatrice de Maine-et-Loire (2010 → )
Conseillère régionale des Pays-de-la-Loire (2010 → )
Anne-Sophie Hocquet-de-Lajartre PS Enseignante dans le supérieur
En cours
(au 4 juillet 2020)
Véronique Maillet[35],[36] UMPLR Inspectrice des finances publiques
9e vice-présidente d'Angers Loire Métropole
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2008, des 9 et le 16 mars :

2e tour des élections de 2008 [37]
Candidat Parti % Voix
Anne-Sophie Hocquet De Lajartre PS 41,80 % 1 462
Catherine Deroche UMP 38,99 % 1 364
Jean Denis DVG 19,21 % 672

Les Élections municipales de 2014 des 23 et le 30 mars :

2e tour des élections de 2014[38]
Candidat Parti % Voix
Véronique Maillet UMP 45.61 % 1 756
Anne-Sophie Hocquet De Lajartre PS 44.67 % 1 720
Philippe Lucas SE 9.71 % 374

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté urbaine Angers Loire Métropole[39], elle-même membre du syndicat mixte Pôle métropolitain Loire Angers[40].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu deux fleurs au palmarès 2006 du concours des villes et villages fleuris.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bouchemaine est jumelée avec Lamego, au Portugal[41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2018, la commune comptait 6 796 habitants[Note 7], en augmentation de 3,14 % par rapport à 2013 (Maine-et-Loire : +1,96 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8301 1511 2351 3191 3331 2291 2201 3071 386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2261 1971 1661 1591 2251 1411 1961 2161 128
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2011 2091 2821 1821 1501 1551 1471 2661 328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2821 6853 2235 0145 7996 1535 9185 8866 459
2017 2018 - - - - - - -
6 7746 796-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[44].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,4 %) est en effet supérieur au taux national (22,1 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,8 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 16,5 %, 45 à 59 ans = 25,4 %, plus de 60 ans = 24,1 %) ;
  • 51 % de femmes (0 à 14 ans = 16,2 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 16,8 %, 45 à 59 ans = 26,1 %, plus de 60 ans = 26,9 %).
Pyramide des âges à Bouchemaine en 2008 en pourcentage[45]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ans ou +
2,0 
5,0 
75 à 89 ans
7,4 
18,4 
60 à 74 ans
17,5 
25,4 
45 à 59 ans
26,1 
16,5 
30 à 44 ans
16,8 
16,3 
15 à 29 ans
14,0 
17,8 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[46]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les établissements éducatifs de la commune relèvent de l'académie de Nantes, dans la zone B du calendrier scolaire .

La commune comporte trois écoles d'enseignements primaires : l'école publique Le Château, l'école publique Le Petit Vivier située à Pruniers et l'école privée Notre-Dame[47].

La ville possède une école de musique. Depuis 2010, l'école municipale de musique de Bouchemaine a rejoint le syndicat intercommunal de l'école de musique des Ponts-de-Cé et Trélazé.

Sport[modifier | modifier le code]

Activités sportives pratiquées sur la commune :

  • Activités nautiques, club nautique de Bouchemaine[48] ;
  • Football, ES Bouchemaine Football Club[49] ;
  • Tennis, BTC (Bouchemaine tennis club)[50].

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La commune accueille tous les ans depuis 2010 le festival Bouche à Oreille, festival de jazz en ballade. La 6e édition se déroule durant le week-end de la Pentecôte, en mai, avec une trentaine de concerts au programme[51],[52]. L'édition suivante est programmée du 13 au 16 mai 2016, à La Pointe, où 10 000 spectateurs sont attendus[53].

Économie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Sur 354 établissements présents sur la commune à fin 2010, 6 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 5 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 63 % de celui du commerce et des services et 17 % du secteur de l'administration et de la santé[54].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 41 397 €, ce qui plaçait Bouchemaine au 1 881e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole et au second rang du département de Maine-et-Loire, derrière la commune de Saint-Melaine-sur-Aubance (42 284 €)[55].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Bouchemaine comporte plusieurs édifices recensés aux Monuments historiques :

Autres lieux :

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Les Boîtes à Culture (les BAC) sont l'espace culturel de la commune. Il se compose de trois éléments[60] :

  • La médiathèque s'étend sur deux niveaux, et compte 16 000 livres, 3 500 CD et 1 000 DVD ;
  • Le hall d'accès, ouvert sur une terrasse jardin, accueille des expositions ;
  • La salle d'animation, avec une capacité d'accueil de 120 personnes, reçoit des projections de films, des conférences et divers spectacles[61].

En 2014, la 12e édition du concours angevin Prix de l'architecture, organisé par le conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement (CAUE) et le conseil général de Maine-et-Loire, récompense la médiathèque[62].

Aménagements sportifs[modifier | modifier le code]

La ville comprends plusieurs complexes sportifs dont le stade du Artaud.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bouchemaine Blason
Écartelé, au premier d'azur à trois fleurs de lis d'or, à la bordure cousue de gueules, au deuxième d'argent à deux fasces ondées d'azur, à la barque de gueules au mât croiseté du même, brochant sur le tout, au troisième contre-écartelé d'azur au rencontre de bouc d'or et d'argent à la rose tigée et feuillée de gueules, au quatrième de gueules au prunier d'or fruité du champ[63].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port (Édition révisée par Jacques Levron et Pierre d'Herbécourt), Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : A-C, t. 1, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (1re éd. 1874) (notice BnF no FRBNF33141105, lire en ligne), p. 436-440

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Pays de la Loire », sur pays-de-la-loire.chambres-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Saint-Georges Gard - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Bouchemaine et Sainte-Gemmes-sur-Loire », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Saint-Georges Gard - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Bouchemaine et Bouguenais », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Nantes-Bouguenais - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « crue bouchemaine 2014 », sur Ouest-France, (consulté le ).
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 d'Angers », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  25. a b c et d Mairie de Bouchemaine, « Votre commune », sur ville-bouchemaine.fr (consulté le ).
  26. a b c et d Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Éditions Cheminements, , 398 p., p. 34-35.
  27. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire page 34 ( (ISBN 2844783384)).
  29. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Pruniers », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  30. a et b Port 1965, p. 436.
  31. Port 1965, p. 437.
  32. « Histoire de la ville », sur ville-bouchemaine.fr.
  33. « Bouchemaine : Christian Mettelet démissionne de son poste de maire », Ouest-France,‎ .
  34. « Bouchemaine : C. Deroche élue maire », Ouest-France,‎ .
  35. « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le ).
  36. « Bouchemaine. Véronique Maillet élue maire », sur Le Courrier de l'Ouest, (consulté le ).
  37. « Résultats des élections municipales 2008 - Bouchemaine », sur Ministère de l'Intérieur, .
  38. « Résultats des élections municipales et communautaires 2014 - Bouchemaine », sur Ministère de l'Intérieur, .
  39. Insee, Composition de l'EPCI d'Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 15 novembre 2012.
  40. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011.
  41. ville-bouchemaine.fr, consulté le 9 juillet 2017.
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  45. Évolution et structure de la population sur statistiques-locales.insee.fr
  46. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur insee.fr (consulté le ).
  47. « Annuaire des écoles publiques de Maine-et-Loire », sur DSDEN de Maine et Loire (Académie de Nantes), (consulté le ).
  48. « site internet Club nautique Bouchemaine », sur Club Nautique de Bouchemaine
  49. « dirigeant ES Bouchemaine », sur https://esbouchemaine49.footeo.com/dirigeants.html
  50. « dirigeant BTC », sur https://esbouchemaine49.footeo.com/dirigeants.html
  51. Ouest-France, « Jazz. Le festival Bouche à oreille fin mai à Bouchemaine », sur ouest-france.fr, article du 27 mars 2015.
  52. Le Courrier de l'Ouest, « Bouchemaine. Jazz : le « Bouche à oreille » a fonctionné », sur courrierdelouest.fr, article du 26 mai 2015.
  53. Le Courrier de l'Ouest, « Angers Le festival de jazz Bouche à Oreille de retour du 13 au 16 mai », sur courrierdelouest.fr, article du 26 avril 2016.
  54. Insee, Statistiques locales du territoire de Bouchemaine (49), consultées le 9 décembre 2012.
  55. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  56. « Château du Petit-Serrant et ses communs », notice no PA00108979, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  57. « Église paroissiale Saint-Symphorien », notice no IA49008732, base Mérimée, ministère français de la Culture, Inventaire général du patrimoine culturel.
  58. « Église », notice no PA00108980, base Mérimée, ministère français de la Culture, inscrit MH.
  59. « Manoir de Louzil », notice no PA00108981, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. Mairie de Bouchemaine, « La culture à Bouchemaine », sur ville-bouchemaine.fr (consulté le ).
  61. Mairie de Bouchemaine, « Les Boîtes à Culture - Bouchemaine », sur ville-bouchemaine.fr, document du 4 septembre 2009.
  62. Le Courrier de l'Ouest, « Bouchemaine. Architecture : l’éclatante revanche des Boîtes à Culture », sur courrierdelouest.fr, article du 12 décembre 2014.
  63. Le blason de la commune sur armorialdefrance.fr.