Usson (Puy-de-Dôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Usson
Usson (Puy-de-Dôme)
Le village sur sa butte volcanique.
Blason de Usson
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Issoire
Intercommunalité Agglo Pays d'Issoire
Maire
Mandat
Bertrand Livet
2020-2026
Code postal 63490
Code commune 63439
Démographie
Population
municipale
295 hab. (2018 en augmentation de 10,9 % par rapport à 2013)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 42″ nord, 3° 20′ 24″ est
Altitude Min. 394 m
Max. 633 m
Superficie 5,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brassac-les-Mines
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Usson
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
City locator 14.svg
Usson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Usson
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Usson

Usson est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle fait partie de l'association « Les Plus Beaux Villages de France ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village d'Usson s'accroche à son piton volcanique, dominant le val d'Allier.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Château de Bois Rigaud (château), le Bourg, Chapelle, Commandaire, Côte-Rouge (à cheval sur la commune de Varennes-sur-Usson), le Creux, les Granges-Massis, les Granges-Mathussières, la Guille, Montaigner, le Moulin-du-Bois, la Nugère, Paty, Puy-Gros, la Rigaudie, Tourlioux, le Bourgeala.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ses communes limitrophes sont Saint-Jean-en-Val, Saint-Rémy-de-Chargnat, Sauxillanges et Varennes-sur-Usson.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Usson est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (87,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (87,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (38,6 %), terres arables (32 %), zones agricoles hétérogènes (16,9 %), forêts (12,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château d'Usson, démoli sur l'ordre du cardinal de Richelieu, avait été auparavant, de 1585 à 1605, lieu de résidence surveillée de Marguerite de Valois (1553-1615), surnommée par Alexandre Dumas la Reine Margot, première épouse (1572-1599) du roi de France Henri IV.

D'après le dessin que Revel en a fait au XVe siècle, la forteresse devait être imposante (triple enceinte, vingt tours) et redoutable. On comprend que Richelieu ait pu y voir une menace pour l'autorité centrale.

La devise du château, dit-on, était : Garde le traître et la dent. Autrement dit, une forteresse aussi imprenable n'avait d'autres dangers à redouter qu'un traître ou la famine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1929 1970 Eugène Boubon    
1970 mars 2008 Jean-Paul Vignal    
mars 2008 (réélu avril 2014[8]) 2017 Daniel Giraud   Retraité
2017 (réélu mars 2020)   Bertrand Livet    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune d'Usson est adhérente du Parc naturel régional Livradois-Forez.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Elle a fait partie, jusqu'en 2016, de la communauté de communes du Pays de Sauxillanges. Celle-ci a fusionné avec sept autres communautés de communes autour d'Issoire pour constituer la communauté d'agglomération Agglo Pays d'Issoire.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2018, la commune comptait 295 habitants[Note 3], en augmentation de 10,9 % par rapport à 2013 (Puy-de-Dôme : +2,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
742771809870881842830822816
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
757683641600547544520510506
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
459453417325315304278215215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
192168178183188194248256263
2013 2018 - - - - - - -
266295-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Usson fait partie de l'association « Les Plus Beaux Villages de France ».

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

De sa splendeur passée, Usson conserve quelques vestiges de la triple enceinte de l'ancienne forteresse, mais également des demeures des XVe et XVIe siècles, ainsi qu'une église romane. Le cimetière paroissial offre un chemin calme autour de l'église.

La butte d'Usson culmine à 639 mètres. Une statue de la Vierge a été érigée au sommet, avec pour mission de protéger les aviateurs. De cet endroit s'offre un panorama sur la chaîne des Puys, le massif du Sancy et les monts du Livradois-Forez.

En chemin vers le sommet, on peut observer des orgues basaltiques.

Depuis la butte, on peut distinguer Issoire, la sous-préfecture e le chef-lieu de l'arrondissement du même nom, Parentignat et son château.

On distingue aussi les trois buttes de Nonette, Vodable et Ybois. Ensemble avec Usson, ce sont les "quatre clés d'Auvergne"[13].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Clermont-Ferrand », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 24 avril 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 24 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme » [PDF], Préfecture du Puy-de-Dôme, (consulté le 23 juin 2014).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Jean-Baptiste Bouillet, Tablettes historiques de l'Auvergne : comprenant les départements du Puy-de-Dôme, du Cantal, de la Haute-Loire et de l'Allier, Volume 8, Imprimerie de Perol|Imprimerie de Perol, (lire en ligne), p. 204.