Denée (Maine-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Denée.

Denée
Denée (Maine-et-Loire)
Pont à Denée.
Blason de Denée
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Chalonnes-sur-Loire
Intercommunalité C.C. Loire Layon Aubance
Maire
Mandat
Jean-Paul Saulgrain
2016-2020
Code postal 49190
Code commune 49120
Démographie
Gentilé Denéen, Denéenne
Population
municipale
1 401 hab. (2015 en diminution de 0,14 % par rapport à 2010)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 49″ nord, 0° 36′ 24″ ouest
Altitude 30 m
Min. 12 m
Max. 90 m
Superficie 15,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Denée

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Denée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Denée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Denée
Liens
Site web Site de Denée

Denée est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Ce territoire borde la Loire en aval d'Angers, sur le site « Val de Loire, Patrimoine Mondial de l’UNESCO », et est labellisée depuis 2004 « Petite Cité de Caractère ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune angevine de l'ouest du département de Maine-et-Loire, Denée est située sur la rive gauche de la Loire. Elle se trouve à l'extrême ouest du Saumurois, à 11 km au sud d'Angers, sur la route D 751 entre Mûrs-Erigné (4 km) et Rochefort-sur-Loire (5 km)[1], ses communes limitrophes[2].

Le Saumurois est la petite région qui couvre la partie sud-est du Maine-et-Loire, délimitée au nord par la Loire et à l'ouest par le Layon[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur près de 16 km2 (1 560 hectares), et son altitude varie de 12 à 90 mètres[4]. Commune ligérienne[5] du Val de Loire, Denée s'articule autour de deux reliefs principaux : une partie se situe sur la vallée de la Loire, entre ce fleuve (limite nord), le Louet et l'Aubance, et une autre partie sur des coteaux. La commune se situe sur les unités paysagères des plateaux de l'Aubance et de la Loire des promontoires[6].

Commune rurale, Denée comporte de nombreux hameaux : les Lombardières, Mantelon, les Jubeaux, la Jarretière, Souvigné[2]etc.

Protections des zones naturelles : outre des protections sur des bâtiments (monuments historiques et inventaires), la commune de Denée figure à l'inscription[7] de :

  • Protections réglementaires, sites classés et inscrits : Rive et confluence de la Maine et la Loire, et site de la confluence Maine et Loire et des coteaux angevins ;
  • Natura 2000 : Zone de protection spéciale pour la Vallée de la Loire de Nantes aux Ponts-de-Cé et zones adjacentes, et site d'importance communautaire pour cette même zone ;
  • Inventaires, zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF) pour le lit mineur, berges et îles de Loire entre les Ponts-de-Cé et Mauve-sur-Loire, pour la prairie entre Loire, Louet et Aubance, pour les coteaux schisteux de Mantelon à Denée, pour les prairies de Rochefort et vallée du Louet, et pour la vallée de la Loire à l'amont de Nantes ;
  • Eau et milieux aquatiques, zones humides d'importance nationale, pour la Loire entre Maine et Nantes ;
  • Patrimoine mondial de l'UNESCO pour le val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire.

Climat[modifier | modifier le code]

Son climat est tempéré, de type océanique. Le climat angevin est particulièrement doux, compte tenu de sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelées rares et les étés ensoleillés[8].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine : le village s'inscrit dans un territoire essentiellement rural.

En 2009, on trouvait 646 logements sur la commune de Denée, dont 87 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 91 %, et dont 78 % des ménages en étaient propriétaires[9]. En 2013, on y trouvait 640 logements, dont 87 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 78 % des ménages en étaient propriétaires[10].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : Danea en 1066, Denet en 1145, Deneium en 1160, Daneia en 1225, Denaia en 1278[11], Denée en 1793[12].

Son étymologie est tirée de la racine celtique dann, tann, qui est en rapport avec le chêne[13].

Nom des habitants : les Denéens[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Denée (Maine-et-Loire)

Héraldique :

D'argent à trois pals d'azur[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine est attestée sur le site de Denée dès le Néolithique (environ 4000 ans av. J.-C.). On y a trouvé une hache en pierre polie[15].

Antiquité[modifier | modifier le code]

À Mantelon, aux Jubeaux, au Dicechien et aux Grands Moulins, on y a retrouvé des vestiges de constructions gallo-romaines[15].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Photographie de l'église de Denée.
Église de Denée.

Le visage actuel de la commune prend forme au Xe siècle. Au Moyen Âge, Denée est un fief relevant de Brissac, et le bourg est fortifié[15].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le comté de Brissac est constitué en 1561 de la baronnie de Brissac et des châtellenies et seigneuries de Luygné, Claye et Denée.

À la veille de la Révolution française (royaume de France), Denée dépend du doyenné des Mauges, du grenier à sel d'Ingrandes et de l'élection d'Angers[15].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, le Maine-et-Loire succède à l'Anjou. Denée est intégrée en 1790 au canton de Rochefort et au district d'Angers, puis en 1800 au canton de Chalonnes et à l'arrondissement d'Angers[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune est érigée en municipalité en 1790 (Denée)[12]. Le conseil municipal est composé de 15 élus[16].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1950 Jean Besse SE  
    René Rousseau (refuse) SE  
1950 1966 Joseph Uzureau SE  
1966 1972 André Sarazin SE  
1972 1977 Jean Hellegouarch SE  
1977 1989 Jacques Zeimert SE  
1989 1995 Yvette Revault SE  
1995 mars 2014 Dominique Tertrais DVD Cadre de direction bancaire retraité
mars 2014 juin 2016 Paul Germon[17],[18]    
juillet 2016 en cours Jean-Paul Saulgrain[19],[20]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2016 la commune est intégrée à la communauté de communes Loire-Layon. Cette structure intercommunale regroupe dix communes : Chalonnes, Champtocé, Chaudefonds, Denée, Ingrandes, La Possonnière, Rochefort, Saint-Aubin, Saint-Georges et Saint-Germain[21]. L'intercommunalité est membre du Pays de Loire en Layon, structure administrative d'aménagement du territoire. Cette intercommunalité regroupe quatre communautés de communes : Coteaux-du-Layon, Gennes, Loire-Layon et Vihiersois-Haut-Layon[22].

Suite à la révision du schéma départemental de coopération intercommunale, le les communautés de communes Loire-Layon, Coteaux du Layon et Loire Aubance fusionnent dans la communauté de communes Loire Layon Aubance[23].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Denée fait partie du canton de Chalonnes et de l'arrondissement d'Angers[24].

Jusqu'en 2014, le canton de Chalonnes comporte cinq communes (Chalonnes, Chaudefonds, Denée, Rochefort et Saint-Aubin). Il a été constitué en 1790 (canton de Rochefort-sur-Loire), et modifié en 1800 (canton de Chalonnes-sur-Loire)[12]. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. La commune reste rattachée à ce même canton de Chalonnes, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[25].

Denée fait partie de la deuxième circonscription de Maine-et-Loire, composée de cinq cantons dont Angers-Sud et Chemillé. La deuxième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27].

En 2015, la commune comptait 1 401 habitants[Note 1], en diminution de 0,14 % par rapport à 2010 (Maine-et-Loire : +3,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5571 2371 4981 5801 5641 5441 5361 5511 465
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4041 3911 3871 3261 2651 1961 1941 1641 068
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0311 014955908848831846812783
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
7898459311 0791 2351 3911 4051 4011 401
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 13,6 %, 30 à 44 ans = 24,3 %, 45 à 59 ans = 24,9 %, plus de 60 ans = 14,1 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 22 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 24,3 %, 45 à 59 ans = 20,6 %, plus de 60 ans = 16,8 %).
Pyramide des âges à Denée en 2008 en pourcentage[30]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,4 
4,6 
75 à 89 ans
7,3 
9,1 
60 à 74 ans
9,1 
24,9 
45 à 59 ans
20,6 
24,3 
30 à 44 ans
24,3 
13,6 
15 à 29 ans
16,3 
23,1 
0 à 14 ans
22,0 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[31].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nantes, la commune compte deux écoles maternelle et primaire. Est également présent, un point poste et une bibliothèque[32].

La plupart des structures de santé se trouvent soit à Chalonnes-sur-Loire, siège du canton, soit sur l'agglomération angevine. L'hôpital local se trouve à Chalonnes, ainsi qu'un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes et une maison de retraite[33].

La collecte des ordures ménagères (collecte sélective) est gérée par la communauté de communes Loire-Layon (SYCTOM du Loire-Béconnais)[34].

On trouve sur la commune deux sociétés de boule de fort, dont l'une aux Jubeaux (bord de Loire), jeu typique de l'Anjou inscrit au patrimoine ligérien[35].

Transports en commun : la commune est desservie par une ligne d’autobus du réseau interurbain de Maine-et-Loire AnjouBus, la ligne 23. Celle-ci va d'Angers à Saint-Florent-le-Vieil, en passant par Mûrs-Érigné, Denée, Rochefort[36].
Pour accéder au réseau ferroviaire, la ligne Angers-Cholet est accessible à la gare de Chalonnes et la ligne Angers-Nantes à La Possonnière[37].

Autrefois, la Loire servait également de voie de communication. Ce n'est plus le cas aujourd'hui ; celle-ci ne servant plus qu'au tourisme fluvial.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2010 de 18 549 , pour une moyenne sur le département de 17 632 [9].

En 2009, 57 % des foyers fiscaux étaient imposables, pour 51 % sur le département[9].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

En 2009, sur les 88 établissements présents sur la commune de Denée, 22 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 18 % sur le département)[38]. L'année suivante, sur les 99 établissements présents, 20 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 5 % du secteur de l'industrie, 10 % du secteur de la construction, 49 % de celui du commerce et des services et 16 % du secteur de l'administration et de la santé[9].

Sur 119 établissements présents sur la commune à fin 2013, 12 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 12 % sur le département), 5 % du secteur de l'industrie, 19 % du secteur de la construction, 56 % de celui du commerce et des services et 8 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

On y trouve plusieurs commerces, tels une boulangerie pâtisserie, une boucherie alimentation, un bar tabac presse, un hôtel restaurant, etc.[32].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Carte des vignobles de la vallée de la Loire.
Vignobles de la vallée de la Loire.
(Cliquez pour agrandir).

Comme dans le reste du département, l'agriculture est fortement implantée sur ce territoire rural, dont la viticulture qui représente la première activité agricole.

Denée se trouve dans la zone des vignobles du Val de Loire. Liste des appellations présentes sur le territoire[39] :

  • AOC AOP Anjou blanc, Anjou gamay, Anjou gamay nouveau ou primeur, Anjou mousseux blanc, Anjou mousseux rosé, Anjou rouge, Anjou Villages Brissac, Cabernet d'Anjou, Cabernet d'Anjou nouveau ou primeur, Coteaux de l'Aubance, Coteaux de l'Aubance Sélection de grains nobles, Rosé d'Anjou, Rosé d'Anjou nouveau ou primeur, Rosé de Loire ;
  • AOC AOP Crémant de Loire blanc, Crémant de Loire rosé, Vin destiné à l'élaboration de Crémant de Loire blanc, Vin destiné à l'élaboration de Crémant de Loire rosé ;
  • AOC Maine-Anjou ;
  • Bœuf du Maine, Volailles de Cholet, Volailles d’Ancenis, Brioche vendéenne.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Denée comporte plusieurs inscriptions au Patrimoine[40], dont cinq monuments historiques, trois sites protégés et une zone de protection du patrimoine urbain et paysager[41].

  • Château de Mantelon, des XVIe et XVIIIe siècles, façades et toitures, Monument historique inscrit le 2 octobre 2003.
  • Château de Souvigné, rue de la Reine-Fabiola, des XVIIIe et XIXe siècles, façades et toitures du château et de ses communs, Monument historique inscrit le 20 août 1976.
  • Domaine de la Noue, également sur la commune de Mozé-sur-Louet, des XVIIe et XVIIIe siècles, maison et jardin, Monument historique inscrit le 16 février 1995.
  • Église Notre-Dame, des XIIe (mur nord) XVe XVIe et XVIIe siècles, église possédant une miséricorde, Monument historique inscrit le 26 juin 1968.
  • Presbytère, rue de la Cure, du XVIIIe siècle, Monument historique inscrit le 8 février 1968.
  • Ensemble formé par le hameau de Mantelon, site protégé inscrit par arrêté du 18 décembre 1974.
  • Site formé par la confluence et les coteaux angevins, concerne notamment les communes de Denée, Murs-Erigné et Rochefort-sur-Loire, site protégé classé par arrêté du 23 février 2010.
  • Site urbain de Denée, site protégé inscrit par arrêté du 10 décembre 1974.
  • Zone de protection du patrimoine architectural et paysager (ZPPAUP) créée le 8 juillet 2004.
  • Abri troglodytique, dit souterrain du Port Thinault, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Chapelle Saint-André, lieu-dit les Jubeaux, du XVIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Château de Manthelon, des XVIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Demeure rue Borée, dite logis Guérin Beaumarchais, du XVIIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Demeure place Müller dans le bourg, dite la Chabotière, des XVIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel[42].
  • Demeure rue Haute-Halopean, dite le Vieux Château, des XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Demeure, dite le Petit Manthelon, du XVIIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Demeure rue Saint-Charles, dite logis Maret de la Faye, du XVIIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Ferme chemin du Plessis, des XVIIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison rue Bourgeoise, du XVIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison Grand-Rue, des XVIe et XVIIIe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maisons rue Basse-Halopeau, des XVe XVIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison rue Haute-Halopean, dite logis de Bon-Accueil, du XVIIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison Henri IV, lieu-dit Mantelon, des XVIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison, dite le Prieuré, lieu-dit Mantelon, des XVIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison place Müller dans le bourg, dite logis du Pinier, des XVIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel[43].
  • Maison des Notaires, place Müller, du XVIIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison rue du 8-Mai, dite logis Beucher, des XVIe et XVIIe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maisons rue du Port Thinault, des XVIe XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Maison rue de la Reine-Fabiola, du XVIe siècle, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Manoir, dit logis de la Dépeignerie, des XVIIe et XVIIIe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • Moulin à vent, lieu-dit les Grands-Moulins, des XVIIe et XIXe siècles, Inventaire général du patrimoine culturel.
  • La chapelle Saint-Joseph, au bout de la rue du Colonel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Buste de J.-B. Müller (1858).
Buste de J.-B. Müller (1858).
  • Général Delcambre (1871-1951), directeur de l'Office National Météorologique, avant de s'installer à Denée pour sa retraite où il a anima la Commission météorologique départementale[44].
  • André Sarazin de Haes (1933-2007), maire de Denée, archiviste et historien, auteur de Denée ou la vie campagnarde.
  • Jean-Baptiste Müller (?-1857), médecin des pauvres, prodiguait des soins aux démunis sans rémunération. La place centrale, où se trouve son buste, porte son nom.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Denée (49), consulté le 15 novembre 2011 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. a et b IGN et BRGM, Géoportail Denée, consulté le 29 mars 2010.
  3. Louis Poirier, Bocage et plaine dans le sud de l'Anjou, Annales de Géographie, 1934, t. 43 no 241 p. 22 - Voir Saumurois.
  4. IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011.
  5. Ligérienne, voir sur Wiktionnaire.
  6. Département de Maine-et-Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine-et-Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe Éditeur, 2003, p. 140 et 176 - Données consultables sur WikiAnjou.
  7. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, Liste des zonages recensés sur la commune de Denée, consultée le 17 novembre 2011.
  8. Comité Météorologique Départemental, Le Climat de Maine-et-Loire, consulté le 23 septembre 2010.
  9. a, b, c et d Insee, Statistiques locales du territoire de Denée, consultées le 3 janvier 2013.
  10. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Denée (49120), consultées le 7 août 2016.
  11. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse Belleuvre & Dolbeau, 1876, t. 2 p. 25 et suivantes - Selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  12. a, b, c et d École des hautes études en sciences sociales, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Denée, consultée le 16 novembre 2011 - Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l'ensemble du territoire français de l'époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  13. a et b Pierre-Louis Augereau, Noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 73.
  14. Armorial des communes de Maine-et-Loire, Le blason des communes de l'Anjou de Gérard Byron-Clouzard.
  15. a, b, c et d Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1978 par J. Levron, P. d'Herbécourt, R. Favreau et C. Souchon, t. 2 p. 28 et suivantes.
  16. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  17. Ouest-France, Paul Germon est le nouveau maire de la commune, article du 31 mars 2014.
  18. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014.
  19. Ouest-France, Et le nouveau maire est... Jean-Paul Saulgrain, 3 juillet 2016.
  20. Mairie de Denée, Procès verbal de délibérations, du 11 juillet 2016.
  21. Insee, Composition de l'EPCI de Loire Layon (244900833), consulté le 4 août 2013.
  22. Insee, Observation sociale du territoire du Pays de Loire en Layon, février 2007.
  23. « Arrêté préfectoral DRCL/BSFL no  2016-176 », sur Préfecture de Maine-et-Loire, .
  24. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Denée (49), consultée le 15 février 2015.
  25. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  26. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  30. « Évolution et structure de la population à Denée en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012).
  31. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012).
  32. a et b Mairie de Denée, La commune, consulté le 16 novembre 2011.
  33. Fédération Hospitalière de France, Hôpital local (Chalonnes-sur-Loire), consulté le 5 octobre 2011.
  34. Communauté de communes, Loire-Layon, consulté le 16 novembre 2011.
  35. BDF49, La boule de fort, consulté le 16 novembre 2011.
  36. Réseau interurbain de Maine-et-Loire, Réseau AnjouBus, consulté le 16 novembre 2011.
  37. SNCF, TER Pays-de-la-Loire, Réseau Pays-de-la-Loire, consulté le 16 novembre 2011.
  38. Insee, Statistiques locales 2009 du territoire de Denée, consultées le 16 novembre 2011
  39. INAO, Fiche de Denée (49), consultée le 28 août 2010 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  40. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 25 avril 2010.
  41. Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine, Denée, consultée le 17 novembre 2011.
  42. Ministère de la Culture, Demeure dite la Chabotière sur la base Mérimée, consulté le 9 septembre 2012.
  43. Ministère de la Culture, Maison dite logis du Pinier sur la base Mérimée, consulté le 9 septembre 2012.
  44. Bretagne-Environnement, Eole février_2007, et Comité météorologique départemental, La météo et l'Anjou, consultés le 22 décembre 2011.