Tavers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tavers
L'ancienne école communale.
L'ancienne école communale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Beaugency
Intercommunalité Communauté de communes des Terres du Val de Loire
Maire
Mandat
Jean Billard
2014-2020
Code postal 45190
Code commune 45317
Démographie
Gentilé Taversois
Population
municipale
1 347 hab. (2014)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 33″ nord, 1° 36′ 50″ est
Altitude Min. 75 m
Max. 119 m
Superficie 22,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Tavers

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Tavers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tavers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tavers

Tavers est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

La commune fait partie de la région naturelle du Val de Loire, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco[1].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Tavers et des communes limitrophes

La commune de Tavers se trouve dans le quadrant sud-ouest du département du Loiret, dans la région agricole du Val de Loire[2], l'aire urbaine d'Orléans et le bassin de vie de Beaugency[3].

Elle est riveraine à la Loire, mitoyenne à la commune de Beaugency, son ancien chef-lieu du canton jusqu'en mars 2015 et qui se trouve juste en amont du fleuve à 2,5 km, et à vol d'oiseau elle est à 27,2 km au sud-ouest d'Orléans[4], préfecture du département.

Communes proches et limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes les plus proches sont : Beaugency (2,5 km), Lestiou (3,1 km, en Loir-et-Cher), Saint-Laurent-Nouan (4,5 km, en Loir-et-Cher), Villorceau (4,9 km), Avaray (5,4 km, en Loir-et-Cher), Messas (5,8 km), Lailly-en-Val (6,1 km), Courbouzon (7,1 km, en Loir-et-Cher), Baule (7,2 km) et Josnes (8 km)[5].

Les communes limitrophes sont :

Rose des vents Josnes Villorceau Beaugency Rose des vents
N
O    TAVERS    E
S
Lestiou Saint-Laurent-Nouan

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La presqu’île de la Saussaye, c'est-à-dire les terres entre la Loire et le Lien) passe du territoire de Lestiou (Loir-et-Cher) à celui de Tavers le 25 vendémiaire l'an XIIe siècle du calendrier républicain (18 octobre 1803)[6].

Tavers incluait autrefois les hameaux les Grottes et Loynes au nord de la commune. Ceux-ci sont attribués à Villorceau le 19 juillet 1845[7].

Feularde était autrefois une terre seigneuriale du Temple faite d'une ferme et de 152 arpents de terre d'un seul tenant. Reprise ensuite par l'ordre de Malte, le domaine rapportait 350 livres en 1757 et 530 livres en 1783, incluant les droits seigneuriaux[8].

Dans la boité déroulante qui suit, les hameaux suivis d'une astérisque sont indiqués sur la carte de Cassini (établie vers 1745) ; le cas échéant, l'orthographe passée différente est indiquée entre parenthèses. Les hameaux disparus depuis sont entre crochets : [(hameau)].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune de Tavers (avec indication du trafic routier 2014).

Routes[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'autoroute A10, dite « l'Aquitaine », et la route départementale 2152.

L'autoroute A10 relie Paris à Bordeaux (au niveau de sa rocade) via Orléans, Tours, Poitiers et Niort. Elle traverse la commune dan sa partie nord-ouest, mais n'a aucun échange avec son territoire. Les accès les plus proches à cette autoroute sont la sortie no 15 du diffuseur de Meung-sur-Loire, situé à 11 km au nord-est et la sortie no 16 à 11 km au sud-ouest à Mer[10].

La RD 2152 est une route à grande circulation[11] ; elle remonte le cours de la Loire en rive droite (côté nord) de Blois à Orléans, puis remonte vers le nord-est jusqu'à Malesherbes et la Seine-et-Marne[10]. Il s'agit de l'ancienne RN 152 qui reliait Briare à Angers par la rive droite de la Loire lors de sa création en 1824, et qui succédait à la Route impériale 172[12]. Le tronçon Orléans - Blois de la RN152 - qui inclut Tavers - est inscrit à l'Inventaire général du patrimoine culturel[Mérimée 1]. Le 22 décembre 2005, la RN152 est déclassée dans sa totalité et transférée au Conseil Général du Loiret par arrêté préfectoral[13], consécutivement au décret du 5 décembre 2005[14] qui définit la nouvelle consistance du réseau routier national et qui prévoit de n'y maintenir que la partie la plus méridionale de la route, entre le débouché de l'A66 et l'Espagne. Cet axe traverse la commune du nord-est au sud-ouest et y fait circuler en 2014 un trafic de 6 742 véhicules/jour[15].

La RD 917 (1 408 véhicules/jour) constitue la limite de commune avec Villorceau au nord.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

En 2016, Tavers est desservie par la ligne régulière no 9 du réseau d'autocars interurbains Ulys[16] qui relie Beaugency - Meung-sur-Loire - Saint Ay - Chaingy - Orléans[17]. Des correspondances SNCF sont assurées à la gare d'Orléans et TAO et Transbeauce à la Gare routière d'Orléans. À compter du , la compétence des services de transports routiers interurbains, réguliers et à la demande est transférée des départements aux régions, et donc localement du département du Loiret à la région Centre-Val de Loire, consécutivement à la loi NOTRe du 7 août 2015[18].

Chemin de fer[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, l'une des grandes lignes de chemin de fer radiales françaises partant de Paris en direction du Sud-Ouest du pays. La gare la plus proche est la gare de Beaugency, à 2,43 km, qui est desservie par des trains Intercités circulant entre Tours et Paris-Austerlitz ou Orléans, qui ont remplacé en 2011 les trains Aqualys ; et des trains TER Centre-Val de Loire circulant entre Blois ou Tours et Orléans[19].

Sentier de grande randonnée[modifier | modifier le code]

Le sentier de grande randonnée 3 (GR 3), premier chemin de grande randonnée balisé en France, suit la rive droite de la Loire ; il entre sur la commune par Lestiou et la quitte pour Beaugency. En rive gauche de la Loire se trouve le GR 655 Est[9] ou Via Turonensis.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La rivière le Lien, affluent direct de la Loire, coule sur la commune. Il naît de plusieurs sources[20] près du hameau Feularde. À environ 210 m au nord se trouve un dolmen, et 3,5 km toujours au nord le dolmen de la Pierre-Qui-Tourne. Le Lien s'écoule vers le sud-est dans la vallée des Buis où il arrose le hameau le Vau puis, peu après, reçoit l'eau de la source dite fontaine des Bergers. Passé la N2152, il reçoit la source de Pontpierre ; puis il arrive dans Tavers et s'y ramifie notablement[9], détourné et capté pour les besoins passés des nombreux moulins et lavoirs[20],[note 1].

Au lavoir Paillard, dernier ouvrage qu'il arrose dans sa vallée, il rejoint la vallée de la Loire et y reçoit la source des Fontenils ou Eaux Bleues (voir ci-dessous). Là il prend la direction sud-ouest sur environ 3,5 km, longeant le pied de l'escarpement de 10 m de hauteur qui borde le grand lit majeur du fleuve. Sur cette section de son parcours il rencontre le hameau de Guignes à 900 m ; et dans les environs immédiats de la ferme du Ver à 2 km, un dolmen[Mérimée 2], la chapelle Saint-Antoine et la source du même nom[Mérimée 3]. Les derniers 1,500 m servent de limite de commune avec Lestiou[9].

Il passe ensuite sur le territoire d'Avaray dans le Loir-et-Cher, où il effectue sa confluence avec la Loire 400 m après avoir quitté le territoire de Tavers[9].

Source des Eaux Bleues ou de la Bouture, et source des Fontenils

Près des Fontenils à 300 m de la Loire, se trouve la source des Eaux Bleues ainsi appelée à cause de son eau remarquable par son bleuté lumineux et sa limpidité dans le bassin. Le lieu est également connu comme bassin de la Bouture. Le moulin du même nom avait une roue alimentée "par-dessus" : l'eau arrivait sur le sommet de la roue.

la source des Fontenils, parfois également appelée à tort les Eaux Bleues, présente ce qui est localement appelé des « sables mouvants » : dans une eau elle aussi d'un bleuté lumineux et limpide, de petites sources provenant de la nappe phréatique de Beauce et de résurgences de la Loire, provoquent parfois des bouillons qui agitent des sables[20],[note 2]. L'aspect bleu et translucide de l'eau est dû à une très faible minéralisation.

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom de la commune est contestée. Tavers, en gaulois Tavos signifie tranquille, silencieux, et suffixe obscur[20], ou Taberna, gîte d'étape, de passage[21].

De Taverso, 1203[22] ; Apud Taversum, XIVe siècle[23] ; tem apud Tavers, XIVe siècle[24] ; Tavers en Beausse, 1521[25] ; Tavers, 1740[26] ; Tavers, XVIIIe siècle sur la carte de Cassini.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les fouilles subséquentes à la découverte d'un dépôt métallique vers la ferme des Caves[note 3], ont dévoilé une très longue histoire d'occupation des lieux, depuis le premier âge du fer jusqu'au XIXe siècle et incluant Carnutes, époque gallo-romaine et Moyen Âge[27].

Paléolithique[modifier | modifier le code]

Des silex taillés trouvés au Grand Pressigny sont exposés au musée de Tavers[28].

Âge du fer[modifier | modifier le code]

Un dépôt métallique réunissant des objets en fer et alliages cuivreux datant du Hallstadt (premier âge du fer, soit la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C.) a été trouvé en 2012 dans les environs de la ferme des Caves[27],[note 3].

Les recherches effectuées suite à cette découverte ont révélé des fossés et enclos antiques ou postérieurs, deux enclos fossoyés laténiens (entre environ 450 ans av. J.C. et 25 ans av. J.C., apogée de la civilisation celtique), une villa romaine et ses annexes, et un site à fossé curviligne probablement médiéval[27].

Les Carnutes[modifier | modifier le code]

Les enclos entourés de fossés ont été datés de la Tène D (150 ans av. J.C. - 30 ans av. J.C.). Les Carnutes de la région d'Orléans y ont laissé des céramiques et des monnaies, dans un grand site gaulois suggérant une vocation agro-pastorale. Au sud-est de cet emplacement se trouve un autre site, plus petit, indiquant une activité de forge. Le site a été incendié dans le courant du Ier siècle av. J.-C.[27].

Période gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Le site est subséquemment occupé par une villa gallo-romaine jusqu’au IVe siècle[27]. Une nécropole du Bas-Empire romain (entre les années 284 et 476) remontant au IVe siècle a été retrouvée[Mérimée 4] en 1859 ou 1860[29] à 160 m du coin nord-est de l'église actuelle lors de fouilles à l'angle des rues Jules Lemaître et du Grand Clos[note 4], c'est-à-dire au sommet de l'escarpement bordant le grand lit majeur de la Loire. À cette location le sol est plus rocailleux que sur le plateau, et la nécropole occupe le sol plus pauvre tandis que l'habitat était probablement condensé autour des exploitations agricoles réparties sur le plateau[Mérimée 4]. Les tombeaux « sont en pierres blanches, plus étroits aux pieds qu'à la tête, taillés sans ornements, et de la même nature que [la pierre] dont il se faisait jadis un si grand commerce sur la Loire. [Les tombeaux] ne contenaient que des ossements »[29].

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une occupation du Haut Moyen Âge prend le relais, sans que l'on puisse pour l'instant déterminer s'il y a eu continuité d'occupation entre l'époque gallo-romaine et l'époque médiévale. La ferme des Caves[note 3] date peut-être de cette dernière période ; son site aurait été déplacé de quelques centaines de mètres[27]. Un lieu de culte mérovingien (Ve siècle - milieu du VIIIe siècle) a été trouvé à la limite Est de la nécropole du Bas Empire romain. Ce lieu de culte aurait été abandonné Xe siècle. Tout près, a été construit un silo domestique associé à un habitat carolingien (an 751-Xe siècle)[Mérimée 4].

À l'ouest de la nécropole un bâtiment préroman (VIe – VIIIe siècles) remplace le précédent : il s'agit probablement de la première église Saint-Jean-Baptiste, dont le vocable annonce une haute période. Ces constructions sur la nécropole agglomèrent des maisons autour d'eux[Mérimée 4].

XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Martin[modifier | modifier le code]

La chapelle romane Saint-Martin est mentionnée par une bulle du 10 mars 1139 du pape Innocent II (1130 – 1143) qui confirme à Joscelin, abbé de Notre-Dame de Beaugency sa possession de la chapelle. Elle était située au sud de l'église actuelle, contre le cimetière[Mérimée 4],[Mérimée 5], partiellement accolée au côté Est du mur nord de la demeure de notable construite dans le 1er quart de XIIe siècle au 2, rue des Eaux Bleues. En 1150 Eugène III donne la chapelle à l'abbaye bénédictine de femmes de Beaumont-lès-Tours, qui la garde jusqu'à la Révolution. Sa construction date probablement de peu avant 1139 et montrait de grandes similitudes avec la porte ouest de l'église Saint-Jean-Baptiste[Mérimée 6] à Tavers, disparue de nos jours. Son abside est probablement démolie au XIXe siècle lorsqu'est construit un bâtiment accolé à l'est et qui n'est pas indiqué sur le cadastre de 1828. Elle est vendue et démontée vers 1920 et emportée aux États-Unis. Elle était comparable à la porte ouest de l'église paroissiale maintenant disparue[Mérimée 5].

La même bulle de 1139 cite le moulin de Tavers et la terre de Taupenne' comme possessions de la paroisse de Prénouvellon (~30 km au nord)[30].

Une église est construite pendant l'époque romane, à l'emplacement de l'église actuelle. Elle est détruite au siècle dernier[Mérimée 6].

Moyen Âge tardif[modifier | modifier le code]

Après la guerre de Cent Ans (1337 à 1453), l'économie locale reprend lentement et le bâti s'étend.

Une porte à coussinets[note 5] de la fin de l'époque médiévale (XIIIe ou XIVe siècle) se trouve dans Tavers à l'ouest de l'église au 6, rue des Moulins. Environ quarante bâtiments possèdent encore au moins un élément de porte ou de fenêtre datant de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle ; quelques-uns sont entièrement conservés. La plupart sont voisins de l'église à l'ouest et au nord jusqu'à la limite de la rue des Sœurs, et rue de Foussard sur le versant droit (côté Est) du Lien. Environ douze autres bâtiments de la même époque se trouvent en-dehors de Tavers[Mérimée 4] (voir plus bas la section « Culture et patrimoine local - Lieux et monuments »). De cette époque, hormis certaines demeures de notables dans le village qui comportent deux niveaux[Mérimée 7], les maisons modestes encore existantes ont pour la plupart un seul niveau[Mérimée 8]. La maison située à l'angle des rues Fromagette et de l'Angleterre et attenante à la maison du 6 rue de l'Angleterre, a été construite à flanc de coteau ; elle a deux niveaux côté sud et un seul côté nord[Mérimée 4],[Mérimée 9].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La cloche Charlotte Marie-Madeleine de l'église prieurale disparue Saint-Jean-Baptiste date de 1737[31].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le site contient aussi des vestiges de la bataille menée par l'armée de la Loire pour stopper l'avance prussienne lors de la guerre de 1870[27].

Le bâti dans Tavers marque le siècle avec ses maisons à 2 niveaux ou à surcroît[Mérimée 4].

Jusque vers le milieu du XIXe siècle, la vigne domine largement ce terroir[32] ; les cépages traditionnels étaient auvergnats ou gascons[33]. Le mildiou, qui apparaît vers 1850, commence l'attaque sur le vignoble. Le coup final est donné par le puceron du phylloxéra, qui quant à lui commence à sévir vers 1860[34]. Les vignes détruites sont remplacées par des cépages de gris meunier (voir "Meunier (cépage)"), un pinot bourguignon déjà implanté autour d'Orléans[33]. Le vin du domaine des Guignes avait particulièrement bonne réputation[35].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant les Trente Glorieuses suivant la Seconde Guerre mondiale, l'implantation du bâti sur la commune est notablement modifié. Des lotissements et constructions neuves se développent le long de la rue Jules Lemaitre en direction de Beaugency, ainsi qu'une zone industrielle sur la RN 152 à l'entrée du village, toujours en direction de Beaugency[Mérimée 4].

Seigneurs de Tavers[modifier | modifier le code]

Le 21 février 1558 au château de Tavers, Louis d’Eschelles, escuyer, rend hommage pour la terre et seigneurie de Tavers[36].

En 1598 le seigneur de Tavers est Charles de Hacqueville, époux de Louise du Drac. Leur fille Marie de Hacqueville, veuve de Pierre Bruslart, conseiller au parlement de Paris, épouse en secondes noces André Le Picart, seigneur de Ruvigny, auditeur en la chambre des comptes[37]

En 1785 Gaston Joseph l'Eufernat est marquis de Tavers et de Villars. Sa femme est Perrette Marie Darigneau. Il possède le château des Guignes [38].

Les de Perelles étaient seigneurs de la Moyse à Tavers. François de Perelles, fils de Robert de Perelles et de Jeanne Bouchetel, était maître des Eaux et Fôrets de la châtellenie de Beaugency[Mérimée 10]. De leur demeure il ne reste plus que le nom d'un lieu-dit, le bois des Mouises[note 6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Planification[modifier | modifier le code]

Plan local d'urbanisme[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal prescrit l'élaboration d'un plan local d'urbanisme le 11 octobre 2001, en application de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains, dite loi SRU, et afin de remplacer le plan d'occupation des sols qui avait été approuvé en 1979 et révisé en 1990. Après l'enquête publique qui s'est déroulée du 6 juin au 9 juillet 2005, le document est approuvé le 4 novembre 2005. Une demande de modification est ensuite instruite et approuvée en 2011[39],[40].

Risques et catastrophes naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Six risques naturels ou technologiques sont répertoriés pour Tavers : nucléaires, inondations (bassin de risque : Loire (val d'Ardoux)), mouvements de terrain, séismes zone de sismicité 1 (très faible), transports de marchandises dangereuses (A10 et D2152)[41], rupture de barrage[42].

Quatre centrales nucléaires sont implantées proches de Tavers : centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, centrale nucléaire de Dampierre (68 km), centrale nucléaire de Belleville (99 km) et centrale nucléaire de Chinon (123 km)[42].

Événements notifiés[42] :
  • Mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols : du 01 mai 1989 au 30 septembre 1996.
  • Inondations, coulées de boue et mouvements de terrain : du 25 au 29 décembre 1999.
  • Inondations et coulées de boue : 08 décembre 2003, 25 mai 2008, 13 août 2014, et du 28 mai au 5 juin 2016.

Documents d'orientations intercommunaux[modifier | modifier le code]

La commune est membre du Pays Loire Beauce, qui regroupe 38 communes. En 2012 les Pays Forêt d'Orléans Val de Loire, Loire Beauce et Sologne Val-sud sont les seuls territoires du département du Loiret ne disposant pas de schéma de cohérence territoriale (SCoT). Compte tenu de l'intérêt de cet outil pour l'avenir des territoires, les élus de ces pays décident d'engager une démarche commune d'élaboration de SCoT. Le comité syndical du Pays Loire Beauce se prononce majoritairement en janvier 2013 pour prendre la compétence « Elaboration, gestion et suivi du Schéma de Cohérence Territoriale » dans ses statuts[43]. Le périmètre de SCoT à l'échelle des 38 communes composant le Pays Loire Beauce est arrêté par le Comité Syndical le 26 juin 2013[44]. Les trois SCoT sont lancés officiellement et simultanément à La Ferté-Saint-Aubin le 21 juin 2014[45], l'assistance à maîtrise d'ouvrage étant confiée à un seul bureau d'études[46]. Après étude et concertation de 2014 à 2017, le document doit être approuvé en 2018[47].

Logement[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Commune : territoire et institution[modifier | modifier le code]

La paroisse de Tavers acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[48] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[49]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[50].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[51].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachement[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Tavers était rattachée sur le plan ecclésiastique à l'archidiaconé de Beaugency, sur le plan judiciaire au bailliage royal de Beaugency[52], sur le plan militaire au gouvernement d'Orléans et sur le plan administratif à la généralité d'Orléans[53].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Tavers est alors incluse dans le canton de Beaugency, le district de Beaugency et le département du Loiret[54].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[55]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[56]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[57]. L'acte II intervient en 2003-2006[58], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Tavers aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Beaugency 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Beaugency de 1790 à 1795[51],[54]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[59].
Canton Beaugency 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de Tavers est rattachée au canton de Beaugency[60]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Beaugency 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[61]. Tavers est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton de Beaugency[62],[51].
Beaugency 2015- Électorale La loi du [63] et ses décrets d'application publiés en février et [64] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Beaugency[64]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[65].
Arrondissement Orléans 1801- Administrative Tavers est rattachée à l'arrondissement d'Orléans depuis sa création en 1801[51],[62].
Circonscription législative 1re circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[66],[67]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[68]. La réforme n'affecte pas Tavers qui reste rattachée à la première circonscription[69].

Collectivités territoriales[modifier | modifier le code]

La commune de Tavers est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[70], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du canton de Beaugency depuis sa création le [71]. Depuis le , la commune est membre de la communauté de communes des Terres du Val de Loire[72]

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachement[modifier | modifier le code]

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Tavers et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de Tavers Maire Jean Billard 2014 2020
Communauté de communes des Terres du Val de Loire Président de l'intercommunalité Pauline Martin 2017 2020
Département Départementales Canton de Beaugency Conseillère départementale Shiva Chauvière 29 mars 2015 2021
Conseiller départemental Claude Boissay
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau [73] 2021[74]
Pays Législatives 1re circonscription Députée Stéphanie Rist

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Tavers, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[75], pour un mandat de six ans renouvelable[76]. Il est composé de 15 membres [77]. L'exécutif communal, est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2014 en cours Jean Billard    

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2016, la commune est membre du syndicat mixte intercommunal pour le ramassage et le traitement des ordures ménagères (SMIRTOM) de la région de Beaugency, créé en 1971. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 1] en porte à porte, des emballages ménagers recyclables en porte à porte ou en points d’apport volontaire, du verre en points d’apport volontaire et des papiers en points d’apport volontaire [78]. Un réseau de sept déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…). La déchèterie la plus proche de la commune est celle de Villorceau[78]. L'élimination et la valorisation énergétique des déchets est effectuée dans l'UIOM de Saran depuis 1996, exploitée par la société Orvade, filiale du groupe Veolia, par délégation de service de la communauté urbaine Orléans-Métropole[79].

La loi NOTRe du rend obligatoire l’exercice de la compétence « gestion des déchets ménagers » pour les communautés de communes à partir du [80], qui ne fait donc désormais plus partie des compétences de la commune mais de celle de la communauté de communes des Terres du Val de Loire. Dans ce cadre, le préfet du Loiret indique dans un courrier du aux présidents des communautés de communes concernées que le SMIRTOM de la région de Beaugency sera dissout le [81].

Production et distribution d'eau[modifier | modifier le code]

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[82]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par le la commune elle-même[83]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[84],[85].

Assainissement[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[86], est assurée par le SI TEU BEAUGENCY-VILLORCEAU-TAVERS, un syndicat créé en 1999 desservant trois communes (Beaugency - Tavers - Villorceau)[87],[88],[89]. La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire de la commune de Beaugency, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 11 800 EH, soit 1 900 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées »[90],[91].

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[92]. Depuis le , la Communauté de communes des Terres du Val de Loire assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), après la fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du Canton de Beaugency, du Val d'Ardoux et de la Beauce oratorienne située dans le Loir-et-Cher qui l'assuraient auparavant. Celui-ci a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[93].

Prix de l'eau[modifier | modifier le code]

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine...) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets...)[94]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[95]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[96].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Tavers NC[97] NC[98] NC[99] 1,30[100] 1,33[101] 1,34[102]
Loiret 1,76[103] 1,7[104] 1,66[105] 1,69[106]
France 1,93[103] 1,96[104] 2[105] 2,03[106]
Assainissement Tavers NC[97] NC[98] NC[99] 2,64[100] 2,67[101] 2,66[102]
Loiret 2,07[103] 2,19[104] 2,25[105] 2,38[106]
France 1,73[103] 1,82[104] 1,85[105] 1,89[106]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : démographie de Tavers.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[107]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[108],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 347 habitants, en augmentation de 1,97 % par rapport à 2009 (Loiret : 2,42 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
947 960 962 1 034 1 054 1 148 1 155 1 133 1 133
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 170 1 194 1 204 1 146 1 094 1 142 1 177 1 237 1 089
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 054 1 024 963 827 780 771 726 783 826
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
779 827 876 981 1 105 1 215 1 284 1 347 1 347
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[109] puis Insee à partir de 2006[110].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le dolmen de la Pierre Tournante.

Le musée archéologique de Tavers expose des vestiges de la vie animale depuis le Miocène (animaux, 20 millions d'années) et de la vie humaine depuis le Paléolithique. Entrée gratuite[28].

De nombreux monuments ou objets sont listés monuments historiques ou répertoriés dans l'inventaire général du patrimoine culturel :

Dolmens
Maisons et manoirs
dans Tavers :
  • Deux maisons au 6 rue de l'Angleterre et rue de la Fromagette, 1er tiers du XVIe siècle[Mérimée 9].
  • Maison rue de la Fromagette, 4e quart du XVe siècle et 1re moitié du XVIe siècle. Elle a peut-être été l'ancien pressoir banal[Mérimée 7].
  • Deux maisons au 29 rue de Foussard, 1er quart du XVIe siècle[Mérimée 8]
  • Maison au 61 rue de Foussard, 4e quart du XVe siècle[Mérimée 13].
  • Demeure de notable au 2 rue des Eaux Bleues : 1er quart du XIIe siècle, 2e quart XIIe siècle, XVIIe siècle, XVIIIe siècle, 2e moitié XIXe siècle, et limite XIXe – XXe siècles[Mérimée 5].
  • Demeure de notable au 5 rue de Guignes, 3e quart XIXe siècle (avant la guerre de 1870)[Mérimée 14].
  • Demeure de notable au 21 et 23 rue de Guignes, 1778, 1785[Mérimée 15].
  • Demeure de notable au 25 rue de Guignes, communément appelée "maison Charles" de ce qu'elle aurait appartenu au physicien balgentien Jacques Charles (1743-1823, connu pour être le premier à avoir utilisé de l'hydrogène dans un aérostat en 1783). L'écrivain et académicien Jules Lemaître y a vécu et y est mort. Limite XVIIIe – XIXe siècles, remaniée limite XIXe – XXe siècles[Mérimée 16].
  • Demeure de notable au 29 rue de Guignes : milieu et 2e moitié XIXe siècle, 1945-1950 (buffet d'eau). Maison à trois niveaux côté façade (sud-est, vers le val de Loire) et deux niveaux côté rue (nord-ouest)[Mérimée 17].
  • Demeure de notable au 31 rue de Guignes : 1768, 1813[Mérimée 18].
dans les lieux-dits :
  • Maison, lieu-dit les Caves : 4e quart XVe siècle, 1er quart XVIe siècle, 2e quart XVIe siècle, XVIIe siècle, XVIIIe siècle, XIXe siècle, XXe siècle[Mérimée 19].
  • Maison, lieu-dit les Caves, limite XVe – XVIe siècles[Mérimée 20].
  • Manoir de Ver : 1492, 1519, 2e quart XVIe siècle, XIXe siècle[Mérimée 21].
Fermes
  • Ferme de vigneron dite les Granges au 30 rue des Eaux Bleues, milieu du XVIIe siècle, second quart du XVIIIe siècle, 1854, 1865. Elle est mentionnée en 1658 comme appartenant à Léonard Lhostellier, marchand à Beaugency[Mérimée 22].
  • Ferme de vigneron au 47 rue des Hautes Guignères, 1874[Mérimée 23].
  • Ferme du Ver (cheminée, tour, élévation, logis, toiture), mentionnée fin XIIIe siècle[Mérimée 24].
  • Ferme du Clos de Guignes, rue de Lestiou : limite XVe – XVIe siècles, milieu XVIe siècle, 1787, milieu XIXe siècle[Mérimée 25].
Moulin
Autres bâtiments 
  • Mairie - école de garçons, rue Jules Lemaitre, 1861[Mérimée 27].
  • Presbytère, actuellement poste, au 1 rue Jules Lemaître, 1868[Mérimée 28].
  • Colombier au Grand Mizian : XVIIe siècle, 1769[Mérimée 29].
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Bâtiments religieux
  • Église Saint-Jean-Baptiste, XIIe siècle, 1617, 3e quart XIXe siècle[Mérimée 6].
  • Plaque funéraire près de l'église, gravée d'une croix avec de part et d'autre du montant sous la traverse, un blason à gauche et deux blasons mi-parti superposés, à droite[Mérimée 10].
  • Chapelle du XVe siècle et fontaine Saint-Antoine[Mérimée 3].
Lavoirs
  • Série de 5 lavoirs, 4e quart XIXe siècle : Paillard, de Percerent ou Perseran, de Réchou, de la Guizarde et de Pontpierre[Mérimée 30],[note 1] .
Viaduc
  • Carte de 1768 de Beaugency et de sa banlieue au nord de la Loire[Mérimée 32].

Les Eaux Bleues, belle source d'eau remarquablement bleutée et intrigante par ses bouillons.

Sites et paysages remarquables[modifier | modifier le code]

Le , le Val de Loire, dans le cours moyen du fleuve de Sully-sur-Loire (Loiret) à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) comme « paysage culturel ». Cette inscription reconnaît au site une « valeur universelle exceptionnelle » fondée sur la densité de son patrimoine monumental, architectural et urbain, l'intérêt du paysage fluvial et la qualité exceptionnelle d’expressions paysagères héritées de la Renaissance et du Siècle des Lumières. Toute altération de la V.U.E. est considérée comme une perte pour la mémoire de l’Humanité[111]. Le préfet de la région Centre, préfet coordonnateur, approuve le plan de gestion pour le Val de Loire patrimoine mondial par arrêté en date du 15 novembre 2012[DREAL 1]. Trente-cinq communes du Loiret sont concernées[DREAL 2], dont Tavers qui a une frange de son territoire inscrite et le reste en zone tampon[DREAL 3].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives «Habitats » et «Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[112],[113]. Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Tavers sont au nombre de deux[INPN 1].

Nom Numéro Type Arrêté Superficie Description
Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire FR2400528 SIC (Directive "Habitats") 13 avril 2007[114] 7 120 ha Le site concerne 51 communes. La délimitation de ce site Natura 2000 est très proche de celle correspondant à la Directive Oiseaux. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux ligériens liés à la dynamique du fleuve, qui hébergent de nombreuses espèces citées en annexe II de la directive Habitats[INPN 2]. Il est situé dans la frange sud de la commune[115].
Vallée de la Loire du Loiret FR2410017 ZPS (Directive "Oiseaux") 4 mai 2007[116] 7 684 ha Le site concerne la vallée de la Loire dans le Loiret. Cette ZPS se poursuit en amont et en aval sur les départements voisins. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux et les espèces ligériens liés à la dynamique du fleuve. Ces milieux hébergent de nombreuses espèces citées en annexe I de la directive Oiseaux. Le site est caractérisé par la présence de colonies nicheuses de sternes naine et pierregarin et de mouette mélanocéphale. Des sites de pêche du Balbuzard pêcheur sont également présents. Le site est également lieu de reproduction du bihoreau gris, de l'aigrette garzette, de la bondrée apivore, du milan noir, de l'œdicnème criard, du martin-pêcheur, du pic noir, de la pie-grièche écorcheur[INPN 3]. Il est situé dans la frange sud de la commune[115].

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de la commune et de ses abords.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Tavers comprend trois ZNIEFF[INPN 4].

Désignation Type Superficie Description
« Îles et grèves de la Loire près de Beaugency » type 1[Note 3] 80 hectares La zone s'étend sur 3 communes, Saint-Laurent-Nouan, Beaugency et Tavers[DREAL 4]. Son altitude varie entre 82 et 86 m[INPN 5]. Le site de Beaugency est constitué d'un ensemble d'îles, îlots et grèves représentatifs des milieux ligériens en Loire moyenne. On y trouve la majorité des habitats typiques ligériens : forêt alluviale de bois durs, saulaie, fruticée, prairies mésophiles et friches herbacées rudéralisées, grèves alluviales à chénopodes et groupements sur limons vaseux[INPN 6].
« La loire orléanaise » type 2[Note 4] 5 458 hectares La zone s'étend sur 37 communes, dont Dampierre-en-Burly, et se superpose pour la commune à la zone Natura 2000 de nom similaire. Elle correspond à la boucle septentrionale du fleuve[DREAL 5]. Son altitude varie entre 80 et 135 m[INPN 7]. Elle se caractérise par un lit mineur largement occupé par des îles et grèves sableuses. Ces milieux soumis au marnage annuel recèlent de multiples habitats plus ou moins temporaires. C'est pratiquement la seule section qui présente des méandres. On observe, sur les basses terrasses, quelques formations sablo-calcaires[INPN 8].
« Pelouse du Vau » type 1 3 hectares La zone est située en frange sud-est de la commune[DREAL 6]. Son altitude varie entre 90 et 105 m[INPN 9]. La zone se compose d'une ancienne carrière qui a dû être pâturée ensuite et convertie récemment en verger. Le pâturage a permis l'établissement de pelouses rases du Mesobromion erecti, les buttes laissées par l'exploitation de la carrière abritent une flore rattachable à l'Alysso alyssoidis. Ce site abrite en outre la seule station d'hélianthème à feuilles de saule (Helianthemum salicifolium) de la région, où il n'était plus mentionné depuis plus d'un siècle. Ce petit Hélianthème annuel d'affinité méditerranéenne, se trouve ici en limite absolue de sa répartition vers le nord et à 130 km de ses plus proches stations du Maine-et-Loire[INPN 10].

Autres[modifier | modifier le code]

Tavers possède le label ville fleurie : deux fleurs lui ont été attribuées par le conseil national des villes et villages fleuris de France dans le cadre du concours des villes et villages fleuris[117].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Charles (1746-1823), physicien et chimiste français, a possédé la maison au 25 rue de Guignes ainsi que des vignobles sur les coteaux de Guignes. La maison a subséquemment pris son nom : la « maison Charles »[Mérimée 16].
  • Jules Lemaître (1853-1914), écrivain et critique dramatique, académicien français, a vécu et est mort dans la maison Charles du 25 rue de Guignesla commune où une rue porte son nom.

Manifestation[modifier | modifier le code]

  • Brocante le premier dimanche d'octobre, organisée par l'association indépendante des parents d'élèves afin de promouvoir les projets de l'école communale.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, vol. 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2), 2 volumes
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Notes sur la démographie
  1. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Base Mérimée[modifier | modifier le code]

  1. « Route d'Orléans à Blois, actuellement R.N. 152 », notice no IA45001363, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b « Dolmen du Ver », notice no PA00099030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. a et b « Chapelle Saint-Antoine », notice no IA45000115, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Village », notice no IA45000106, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  5. a, b et c « Demeure de notable, 2 rue des Eaux Bleues, XIIe siècle, XIIe siècle, XVIIe siècle, XVIIIe siècle, XIXe siècle,XIXe – XXe siècles », notice no IA45000120, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. a, b et c « Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste, XIIe siècle, 1617, XIXe siècle », notice no IA45000110, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. a et b « Maison, rue de la Fromagette, XVe siècle, XVIe siècle », notice no IA45000113, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. a et b « Série de deux maisons, 29 rue de Foussard, XVIe siècle », notice no IA45001352, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. a et b « Série de 2 maisons, 6 rue de l'Angleterre et rue de la Fromagette, XVIe siècle », notice no IA45001358, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. a et b « Plaque funéraire », notice no IM45000873, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Dolmen dit La Pierre Tournante », notice no PA00099028, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Dolmen dit La Pierre du Vert-Galant ou du Ver-Valland », notice no PA00099029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Maison, 61 rue de Foussard, XVe siècle », notice no IA45000186, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Demeure de notable, 5 rue de Guignes, XIXe siècle », notice no IA45000109, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Demeure de notable, 21 et 23 rue de Guignes, 1778, 1785 », notice no IA45000158, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. a et b « Demeure de notable, 25 rue de Guignes, XVIIIe – XIXe siècles, XIXe – XXe siècles », notice no IA45000107, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Demeure de notable, 29 rue de Guignes, XIXe siècle, XXe siècle », notice no IA45000121, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Demeure de notable, 31 rue de Guignes ; 1768, 1813 », notice no IA45000122, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Maison, lieu-dit les Caves, XVe au XXe siècle », notice no IA45000187, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Maison au lieu-dit les Caves, XVe – XVIe siècles », notice no IA45000162, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Manoir de Ver : 1492, 1519, XVIe siècle, XIXe siècle », notice no IA45000114, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Ferme de vigneron dite les Granges, 30 rue des Eaux Bleues, XVIIe siècle », notice no IA45000112, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Ferme de vigneron, 47 rue des Hautes Guignères, 1874 », notice no IA45000066, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Ferme du Ver, XIIIe siècle », notice no PA00099031, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Ferme du Clos de Guignes, rue de Lestiou, XVe – XVIe siècles, XVIe siècle, XVIIIe siècle, XIXe siècle », notice no IA45000108, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Moulin dit de Perseran, XIXe siècle », notice no IA45000116, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Mairie - école de garçons, 1861 », notice no IA45000118, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. « Presbytère, actuellement poste ; 1 rue Jules Lemaître, XIXe siècle », notice no IA45000119, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Colombier du Grand Mizian, XVIIe siècle, XVIIIe siècle », notice no IA45000123, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Série de 5 lavoirs, XIXe siècle », notice no IA45001366, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Pont de chemin de fer », notice no IA45000117, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. « Carte de 1768 de Beaugency et de sa banlieue au nord de la Loire », notice no IA45000184, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unis, (consulté le 15 décembre 2009) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire, (consulté le 15 décembre 2009).
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 27 juillet 2015).
  3. « Fiche communale », sur insee.fr (consulté le 27 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Tavers" et "Orléans », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  5. « Villes les plus proches de Tavers », sur le site lion1906.com de Lionel Delvarre (consulté le 27 juillet 2015).
  6. Délimitation réalisée par arrêté du 25 vendémiaire an XII (Bulletin des Lois, an 12, n° 324, p. 113).
  7. Délimitation réalisée de Tavers d’avec Villorceau par la loi du 19 juillet 1845.
  8. « Les commanderies de France triées par département », sur templiers.org.free.fr (consulté le 26 août 2017).
  9. a, b, c, d et e « Tavers, cartes IGN interactives », sur geoportail.gouv.fr (consulté le 24 août 2017) : « Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives », « Hydrographie » et « Photographies aériennes » activées. Vous pouvez moduler, désactiver ou supprimer chaque couche (= carte) dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche ».
  10. a et b « Tavers sur google maps », sur google.fr/maps (consulté le 24 août 2017).
  11. « Décret n° 2010-578 du 31 mai 2010 modifiant le décret n° 2009-615 du 3 juin 2009 fixant la liste des routes à grande circulation », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 29 avril 2016).
  12. « Route nationale française 152 », sur images.wikia.com (consulté le 27 avril 2016).
  13. « Arrêté du 22 décembre 2005 portant constatation du transfert de routes nationales au Conseil Général du Loiret », sur images.wikia.com (consulté le 29 avril 2016)
  14. Décret no 2005-1499 du 5 décembre 2005 relatif à la consistance du réseau routier national.
  15. « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le 29 avril 2016).
  16. « Plan du réseau Ulys », sur ulys-loiret.com (consulté le 30 avril 2016).
  17. Fiche horaire de la ligne Beaugency-Orléans pour la période du au 31 août 2016, [lire en ligne] [PDF].
  18. Aloïs Ramel & Alexandra Aderno, « Loi NOTRe et transports publics », sur web.lexisnexis.fr, (consulté le 16 mai 2016).
  19. « TER-Gare de Beaugency », sur ter.sncf.com/ (consulté le 29 avril 2016).
  20. a, b, c et d « Le Village de Tavers - Les Fontenils », sur tavers.fr (consulté le 24 août 2017).
  21. Philippe Saint-Marc, « Éléments de toponymie », sur voiesromaines35.e-monsite.com (consulté le 27 août 2017).
  22. Cartulaire de Beaugency, charte 12, p. 20.
  23. Cartulaire de Beaugency, p. 176.
  24. Cartulaire de Beaugency, p. 177.
  25. Archives Départementales du Loiret-D 373
  26. Bibliothèque municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 243.
  27. a, b, c, d, e, f et g Pierre-Yves Milcent, Christian Cribellier, Arthur Tramon et al., « Le dépôt métallique du VIe s. av. J.-C. de Tavers (Loiret) et son contexte archéologique », sur traces.univ-tlse2.fr, 2015 ou après (consulté le 24 août 2017).
  28. a et b Musée archéologique de Tavers, sur tavers.fr.
  29. a et b M. de Torquat, rapporté par M. Rocher, Tombes de Tavers - Bulletin de la Société archéologique de l'Orléanais, t. 56, Orléans, (lire en ligne), p. 288-289.
  30. « Prénouvellon - Compléments sur l’histoire de Pereio Nevelonis », sur ecomuseevaldaigre.eu (consulté le 26 août 2017).
  31. « Cloche de Tavers », sur taversumloiret (consulté le 26 août 2017).
  32. Gérard Boutet, Ils étaient de leur village, Paris, J-C Godefroi, , 255 p. (ISBN 2-86553-083-3), p. 190.
  33. a et b Gérard Boutet, Le geste et la parole, Paris, J-C Godefroi, , 255 p. (ISBN 2-86553-071-X), p. 42.
  34. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées boutetVillage
  35. Boutet 1990, p. 43.
  36. « Château suivi d'un nom de lieu - Tavers (A.N. -P 11, n° 71) », sur denisjeanson.fr (consulté le 25 août 2017).
  37. « Les magistrats du Grand Conseil au XVIe siècle (1547-1610). Familles parisiennes - Famille le Picart », sur famillesparisiennes.org (consulté le 26 août 2017).
  38. Inventaire des biens et de la bibliothèque du château des Guignes à Tavers, propriété de Gaston Joseph l'Eufernat, marquis de Villars et de Tavers, et de sa femme, Perrette Marie Darigneau, base de données RIHVAGE, coll. « Archives départementales du Loiret (Orléans), 3 E 1120 », , 56 p. (lire en ligne).
  39. [PDF] « État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret au 1er janvier 2016 », sur loiret.gouv.fr, (consulté le 28 avril 2016), p. 85.
  40. « État d'avancement des procédures d'urbanisme dans le Loiret », sur loiret.gouv.fr, (consulté le 30 avril 2016).
  41. « Prévention des risques de Tavers (45) », sur communes.com (consulté le 25 août 2017).
  42. a, b et c « Tavers », sur annuaire-mairie.fr (consulté le 25 août 2017).
  43. « SCoT Loire Beauce - Délibération du conseil syndical du 29 janvier 2013 », sur paysloirebeauce.fr (consulté le 13 mai 2016).
  44. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT », sur paysloirebeauce.fr (consulté le 13 mai 2016).
  45. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT - Concertation », sur paysloirebeauce.fr (consulté le 13 mai 2016).
  46. « Pays Loire Beauce - Démarche SCoT - Cahier des charges », sur paysloirebeauce.fr (consulté le 13 mai 2016).
  47. « SCOT Pays Sologne Val-sud - Plaquette d'élaboration du SCoT », sur pays-sologne-valsud.fr (consulté le 13 mai 2016).
  48. Motte 2003, p. 24.
  49. Motte 2003, p. 23.
  50. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur senat.fr, (consulté le 23 octobre 2015).
  51. a, b, c et d « Notice communale de Tavers », sur cassini.ehess.fr, le site de l'EHESS (consulté le 23 octobre 2015).
  52. « Bailliages de la région Centre-Val de Loire », sur denisjeanson.fr (consulté le 23 octobre 2015).
  53. Abbé Patron 1870, p. 285.
  54. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  55. « Historique de la décentralisation », sur collectivites-locales.gouv.fr, p. 3.
  56. « Historique de la décentralisation », sur collectivites-locales.gouv.fr, p. 41-46.
  57. « Historique de la décentralisation », sur collectivites-locales.gouv.fr, p. 61-72.
  58. « Historique de la décentralisation », sur collectivites-locales.gouv.fr, p. 118-138.
  59. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur projetbabel.org, (consulté le 23 octobre 2015).
  60. Denis Jeanson, « Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire : Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur denisjeanson.fr (consulté le 23 octobre 2015), p. 6.
  61. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur projetbabel.org, (consulté le 23 octobre 2015).
  62. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 », sur gallica.bnf.fr (consulté le 23 octobre 2015), p. 45.
  63. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », sur legifrance.gouv.fr, JORF no 0114 du 18 mai 2013, (consulté le 23 octobre 2015), p. 8242.
  64. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 23 octobre 2015).
  65. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur questions.assemblee-nationale.fr, (consulté le 23 octobre 2015).
  66. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur vie-publique.fr (consulté le 22 septembre 2015).
  67. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  68. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur elections-legislatives.fr (consulté le 22 septembre 2015).
  69. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur politiquemania.com (consulté le 23 octobre 2015).
  70. « Rattachements administratifs de la commune de Tavers », sur le site de l'Insee (consulté le 23 octobre 2015).
  71. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 23 octobre 2015).
  72. « Recueil des actes administratifs départementaux publié le 12 décembre 2016 - Arrêté du 2 décembre 2016 portant fusion des communautés de communes du Val des Mauves, du canton de Beaugency, du Val d'Ardoux et de la Beauce Oratorienne et création de la communauté de communes des Terres du Val de Loire », sur loiret.gouv.fr (consulté le 30 avril 2017).
  73. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 29 décembre 2015).
  74. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur courrierdesmaires.fr, (consulté le 29 décembre 2015).
  75. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  76. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 23 octobre 2015).
  77. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  78. a et b « Présentation du SMIRTOM de la région de Beaugency », sur smirtom-beaugency.fr (consulté le 30 avril 2017).
  79. « Rapport annuel 2015 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets », sur orleans-metropole.fr (consulté le 30 avril 2017), p. 31-36.
  80. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur loiret.gouv.fr, (consulté le 30 avril 2017), p. 4.
  81. « Communauté de communes des Terres du Val de Loire - Procès-verbal du conseil communautaire du 4 janvier 2017 », sur chaingy.fr (consulté le 30 avril 2017).
  82. [PDF] « Les services publics d'eau et d'assainissement », sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017).
  83. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  84. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants.
  85. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur amf83.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  86. Les services publics d'eau et d'assainissement, p. 16.
  87. « SI TEU Beaugency-Villorceau-Tavers », sur [www.banatic.interieur.gouv.fr banatic.interieur.gouv.fr] (consulté le 22 juin 2017).
  88. « SI TEU Beaugency-Villorceau-Tavers », sur services.eaufrance.fr (consulté le 12 juillet 2017).
  89. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  90. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur eau-loire-bretagne.fr (consulté le 12 juillet 2017).
  91. « Station d'épuration de Tavers », sur sandre.eaufrance.fr (consulté le 12 juillet 2017).
  92. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 12 juillet 2017).
  93. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur services.eaufrance.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  94. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur loiret.gouv.fr, (consulté le 12 juillet 2017).
  95. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur services.eaufrance.fr (consulté le 12 juillet 2017).
  96. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur services.eaufrance.fr (consulté le 12 juillet 2017).
  97. a et b Prix de l'eau en 2010 à Tavers.
  98. a et b Prix de l'eau en 2011 à Tavers.
  99. a et b Prix de l'eau en 2012 à Tavers.
  100. a et b Prix de l'eau en 2013 à Tavers.
  101. a et b Prix de l'eau en 2014 à Tavers.
  102. a et b Prix de l'eau en 2015 à Tavers.
  103. a, b, c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  104. a, b, c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  105. a, b, c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  106. a, b, c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  107. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  108. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  109. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  110. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  111. « Val de Loire patrimoine mondial - Plan de gestion », sur le site de la DRAC Centre-Val de Loire (consulté le 20 août 2015).
  112. « Deux directives européennes », sur developpement-durable.gouv.fr, site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015).
  113. « Les objectifs de la démarche Natura 2000 », sur developpement-durable.gouv.fr, site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015).
  114. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire (zone spéciale de conservation) », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 25 août 2015).
  115. a et b « Cartographie des zones naturelles protégées sur Combleux », sur cartelie.application.developpement-durable.gouv.fr, l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 25 août 2015).
  116. « Arrêté du 4 mai 2007 portant désignation du site Natura 2000 « Vallée de la Loire du Loiret » (zone de protection spéciale) », sur legifrance.gouv.fr (consulté le 25 août 2015).
  117. « Toutes les communes fleuries (liste et moteur interne de recherche de commune) », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le 25 août 2017).


1