Muides-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Muides-sur-Loire
Muides-sur-Loire
Mairie de Muides-sur-Loire été 2010.
Blason de Muides-sur-Loire
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton La Beauce
Intercommunalité Beauce Val de Loire
Maire
Mandat
Christian Justine
2018-2020
Code postal 41500
Code commune 41155
Démographie
Gentilé Muidois
Population
municipale
1 284 hab. (2016 en diminution de 5,52 % par rapport à 2011)
Densité 140 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 11″ nord, 1° 31′ 44″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 104 m
Superficie 9,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Muides-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Muides-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Muides-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Muides-sur-Loire

Muides-sur-Loire est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire. Les habitants s'appellent les Muidois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Muides se situe entre Saint-Laurent-Nouan et Saint-Dyé-sur-Loire. Sa situation la place en opposition à Mer, située rive nord de la Loire. Elle est comprise dans la zone du Val de Loire inscrite au patrimoine mondial de l'humanité[2]. Elle se situe sur une terrasse de la Loire. Elle la surplombe par une pente abrupte allant jusqu'à 15 mètres, éloignant les risques d'inondations (à l'exception des abords du ru du Berry). De cette position en hauteur, on domine parfaitement une vaste plaine alluviale, un terrain propice aux cultures, sur la rive nord. Là débute la Petite Beauce tandis qu’au sud commence la Sologne marécageuse.

À noter la présence d’un gisement d'opalite, un silex tertiaire. Ce gisement se trouve dans le lit de la Loire et est facilement accessible, en particulier durant l’été lorsque les eaux sont basses.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Muides sur Loire
Mer Courbouzon Nouan-sur-Loire
Suèvres Muides sur Loire Crouy-sur-Cosson
Saint-Dyé-sur-Loire Chambord Thoury

Transport[modifier | modifier le code]

La commune est au croisement de deux départementales (la RD 112 et RD 951). Elle se situe donc sur les axes Mer-Chambord et Orléans - Blois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Néolithique[modifier | modifier le code]

Au registre du cadastre, le site pré et protohistorique de Muides-sur-Loire est localisé au lieu-dit le Bas du Port Nord et s’y étend de la parcelle 3 à la parcelle 10. Il fut découvert en 1970 grâce à des prospections de surface qui avaient alors révélé essentiellement une importante occupation néolithique. Depuis lors, il avait été l’objet d’une surveillance attentive. D’autres stations, situées elles aussi sur ce coteau avaient par ailleurs été remarquées. Cependant, menacé par des projets d’urbanisation, le Bas Du Port Nord fit l’objet de travaux de sondages en 1987 et 1988, puis de travaux de sauvetage en 1989 et 1990 à la suite du début de l’aménagement d’un lotissement.

Ces premiers travaux confirmèrent l’importante occupation néolithique mais ont aussi fait apparaître une occupation de l’âge du Bronze ainsi que des traces d’une occupation de l’Épipaléolithique. Un abondant matériel fut mis au jour.

La densité de l’occupation de ce site s’explique par la présence d’un gisement d’opalite, un silex tertiaire. Ce gisement se trouve dans le lit de la Loire et est facilement accessible, en particulier durant l’été lorsque les eaux sont basses. Présent sur toute la largeur du fleuve, il constitue un parfait gué qui a été utilisé au cours de l’antiquité et du Moyen Âge. Il en fut certainement de même durant les temps pré et protohistoriques. Le lieu d’implantation du site est donc particulièrement intéressant, de par la présence du gué, l’accès aisé au fleuve et l’importante quantité de matière première à disposition.

Le village néolithique découvert à Muides offre toutes ces caractéristiques. Un riche ensemble céramique se distingue par la présence de nombreux vases à ouverture carrée ou ovale, décorés de motifs cornus. Formes et décors renvoient à des influences et des « rites » méditerranéens. L’outillage en silex reflète bien les activités dominantes de ces populations : éléments de faucilles et couteaux à moissonner. L’herminette de défrichage est à son apogée. Les tailleurs de Muides en font une spécialité grâce à l’extraordinaire gisement de matière première locale. Les lames d’herminettes seront ainsi diffusées pendant tout le Néolithique en direction des autres communautés agricoles environnantes.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un partage entre différentes seigneuries[modifier | modifier le code]

Six seigneurs au moins se partageaient le territoire de Muides : La Bourdillère, Les Vaillants, Colliers, l'île de Collier, Les Marais, la Motte. Aucun n'était suffisamment important pour se prévaloir seigneur de Muides[3]. La majorité des constructions était présente sur le coteau de la Loire autour de l'église.

D'après Simon Luce, Muides aurait été occupé de 1350 à 1360 par les Anglais[4].

L'église[modifier | modifier le code]

L'église.

L'église de Muides appartient à l'abbaye de Pontlevoy par une bulle papale de Lucius II le 15 avril 1144. Le pouillé du XVe siècle lui donne pour patron le chapitre de Saint-Martin de Tours. L'église actuelle date du XVIe siècle (notamment le chœur). La nef, les chapelles latérales, les voûtes et le décor intérieur remontent à la fin XVIIIe et du premier quart du XIXe. Le gros-œuvre est constitué de calcaire, moellon et enduit. Elle possède un plan en croix latine, un vaisseau, une voûte d'ogives, une couverture en ardoise, un toit à longs pans, une flèche polygonale, une croupe, un pignon découvert ainsi qu'une ruellée propriété de la commune.

Le passeur[modifier | modifier le code]

Muides reste principalement un lieu de passage de la Loire. Les droits de ce port et de ce passage ont appartenu au cours des siècles à divers propriétaires qui les affermaient à des passeurs[5].

Période moderne[modifier | modifier le code]

La prédominance des Clermont-Tonnerre[modifier | modifier le code]

Epitaphe de Charles de Clermont.

L'église possède une épitaphe de Charles de Clermont comte de Thoury, mort en 1671. Charles de Clermont, qui avait ajouté les seigneuries des Vaillants et du Mesneuil à ses fiefs des grands et petits Colliers et de l'île de Muides, a continué à acquérir des terres qui se vendaient entre Thoury et Muides et ses alentours.

Il meurt le 3 août 1671 dans son château de Thoury. Ce même jour, « son cœur et ses entrailles » sont inhumés dans l'église de Muides où une plaque de pierre rappelle cet évènement ; son corps est transporté à l'abbaye de Saint-Paul lès Beauvais, alors que sa parente, Madeleine de Clermont, de la branche des marquis de Crusy en était abbesse[6].

De 1677 à 1789, la famille Clermont Tonnerre domine Muides[3].

Les châteaux[modifier | modifier le code]

Château de Colliers pendant l'hiver 2008.

Muides possède quelques bâtisses anciennes telles que le château de la Cressonnière, le château de Colliers (XVIIIe siècle), le château des Marais, ancienne forteresse, et quelques habitations situées autour de l'église qui datent du XVIIe siècle. Les comtes de Thoury, de la maison de Clermont-Tonnerre ont été seigneurs de Muides du XVIe siècle au XVIIIe siècle.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pont de Muides-sur-Loire.
Pont de Muides.

Depuis août 1843, un pont enjambe le fleuve royal. Le pont actuel fut inauguré en août 1932. Long de 330 m, il relie la Beauce à la Sologne. Détruit par deux fois au cours de la Deuxième Guerre mondiale, le pont est le passage qui, depuis Paris, conduit les Franciliens à Chambord.

De 1913 à 1933, la commune est traversée par la ligne de tramway reliant Amboise à Clery. Sa disparition entraîne la création de la rue du même nom aujourd'hui[7].

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[8], dont Muides-sur-Loire[9]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[10]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[11].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loir-et-Cher.

En 1952 Muides devient Muides-sur-Loire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1800 1806 Chavigny    
1806 1817 René Petit    
1817 1818 PMF de Gyvès de Creusy    
1819 1825 René Petit    
1825 1834 Jacques Chaillant    
1834 1843 Sylvain Charon    
1843 1848 François Clément    
1848 1848 François Dutertre   Maire provisoire
1848 1852 Sylvain René Petit    
1852 1860 François Clément    
1860 1871 Sylvain Gervais    
1871 1874 Sylvain Petit    
1874 1885 Eugène Callault    
1885 1886 Robert de Clermont-Tonnerre    
1886 1891 Amable De Gélis    
1891 1895 Gabriel Fesneau    
1895 1897 Ludovic Clément    
1897 1911 Pierre Charon    
1911 1919 Pierre Huguet    
1919 1921 Henri Gervais    
1921 1935 André Beauventre    
1935 1968 Ferdinand Beauventre    
1968 mars 1971 René Sauvage    
mars 1971 mars 1983 Maurice Pelletier    
mars 1983 mars 2001 Bernard Clément RPR  
mars 2001 mars 2008 Michel Devès    
mars 2008 Juillet 2018 Bernard Clément DVD Retraité[12]
Juillet 2018 en cours Christian Justine    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2016, la commune comptait 1 284 habitants[Note 1], en diminution de 5,52 % par rapport à 2011 (Loir-et-Cher : +0,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
506458544594678708720680692
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
697705706702649611597599581
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
578566515471467445422631532
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
5517417868841 1151 1571 2981 3171 336
2013 2016 - - - - - - -
1 3361 284-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (24,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,4 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 15,4 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 22,8 %) ;
  • 48,6 % de femmes (0 à 14 ans = 16,5 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 22,2 %, 45 à 59 ans = 19,7 %, plus de 60 ans = 26,1 %).
Pyramide des âges à Muides-sur-Loire en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,6 
8,2 
75 à 89 ans
9,6 
14,3 
60 à 74 ans
15,9 
20,7 
45 à 59 ans
19,7 
20,7 
30 à 44 ans
22,2 
15,4 
15 à 29 ans
15,6 
20,5 
0 à 14 ans
16,5 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[18]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Muides possède deux grands élevages bovins, un élevage caprin et de volaille ainsi qu'un producteur de vin de AOC Cheverny. Divers artisans locaux sont présents dans de nombreux domaines (bâtiment, bois, plomberie, nettoyage, etc.). L'économie locale est de plus en plus stimulée par le secteur touristique (gîtes, campings, commerces)[réf. nécessaire].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Une école publique accueille les enfants de maternelle et primaire. Les collèges se trouvent à Saint-Laurent-Nouan et Mer. Les lycées les plus proches se situent à Blois ou Beaugency.

Santé[modifier | modifier le code]

Présence d'un médecin, d'une infirmière, d'un kinésithérapeute et d'une pharmacie. L'hôpital le plus proche est à Blois de même que le service maternité.

Autres équipements, commerces et tourisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un centre de secours. Au point de vue sportif, la commune loue à l'État un terrain de football sur les bords de la Loire. Un vaste gymnase (partagé avec EDF pour les mesures de qualité de l'eau et de l'air) sert de terrain d'entrainement notamment pour le badminton et le handball. Cette salle communale peut être louée auprès des services municipaux. Au point de vue culturel, la commune dispose d'une bibliothèque. On y trouve de nombreux commerces une épicerie, un bar-tabac, deux bouchers-charcutiers, trois restaurants, une boulangerie, un salon de coiffure. Pour le tourisme, la commune possède un Syndicat d'Initiative. Plusieurs gîte ruraux se trouvent sur la commune ainsi que deux campings (l'un communal sur les bords de Loire, l'autre privé autour du château des Marais). Le sentier de grande randonnée GR 3 longe la Loire et ses abords. Le circuit La Loire à vélo passe par le pont de Muides-sur-Loire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

58 odonymes recensés à Muides-sur-Loire
au 6 mars 2014
Allée Avenue Bld Chemin Clos Impasse Montée Passage Place Promenade Route Rue Sentier Voie Autres Total
2 [N 1] 2 [N 2] 0 5 [N 3] 0 3 [N 4] 0 0 2 [N 5] 0 5 [N 6] 33 [N 7] 2 [N 8] 0 4 [N 9] 58
Notes « N »
  1. Allée des Peupliers et Allée des Sandres.
  2. Avenue de la Loire et Avenue du Pont.
  3. Chemin de Corbigny, Chemin de Halage, Chemin des Sablons, Chemin du Mene et Chemin des Vergères.
  4. Impasse Belle Cour, Impasse des Sandres et Impasse des Tilleuls.
  5. Place de l'Église et Place de la Libération.
  6. Route d'Orléans, Route de Blois, Route de Sologne, Route de Thoury et Route du Maréchal de Saxe.
  7. Dont Rue du 8-Mai-1945 et Rue du 11-Novembre.
  8. Sentier de la Guinguette et Sentier des Mottes
  9. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Tiercé ondé en barre, haussé à dextre et abaissé à senestre : au premier d'or ; au second d'azur au passeur de carnation habillé d'une chemise de gueules et d'un pantalon de pourpre, coiffé d'un chapeau de sable, tenant entre ses mains une perche de sable en barre, debout dans sa barque au naturel mouvant du trait inférieur de la partition, et brochant en partie sur l'or ; au troisième de sinople au château d'argent couvert en croupe et girouetté de sable en pointe ; au comble de gueules chargé d'un pont d'or de trois arches appareillées d'argent maçonné de sable mouvant des bords de l'écu et du trait du chef.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Muides-sur-Loire (Muidois, Muidoises). sur le site habitants.fr, consulté le 12 avril 2010.
  2. Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes. sur le site unesco.org, consulté le 12 avril 2010.
  3. a et b Muides, son Passé, Mme G.Sicsic-Tabaud/M.A.Prudhomme, juin 1984, page 6.
  4. Muides, son Passé, Mme G.Sicsic-Tabaud/M.A.Prudhomme, juin 1984, page 4.
  5. Muides, son Passé, Mme G.Sicsic-Tabaud/M.A.Prudhomme, juin 1984, page 22.
  6. Histoire de l'Abbaye royale de Notre Dame de Saint-Paul lès Beauvais, A. E. Deladreue, 1867
  7. Article sur le cadastre de Muides sur Loire sur le blog communal.
  8. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  9. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  10. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  11. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  12. https://www.lemonde.fr/centre-val-de-loire/loir-et-cher,41/muides-sur-loire,41155/
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. « Évolution et structure de la population à Muides-sur-Loire en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 octobre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]