Ars-en-Ré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ars-en-Ré
Ars-en-Ré
Le chenal, l'arrivée à l'ancien port.
Blason de Ars-en-Ré
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Intercommunalité Communauté de communes de l'île de Ré
Maire
Mandat
Danièle Pétiniaud-Gros
2020-2026
Code postal 17590
Code commune 17019
Démographie
Gentilé Arsais
Population
municipale
1 301 hab. (2018 en augmentation de 1,64 % par rapport à 2013)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 29″ nord, 1° 30′ 57″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 15 m
Superficie 10,95 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de l'Île de Ré
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Ars-en-Ré
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Ars-en-Ré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ars-en-Ré
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ars-en-Ré
Liens
Site web www.arsenre.fr

Ars-en-Ré [aʁs‿ɑ̃.ʁe] est une commune de l'Ouest de la France, située sur l'île de Ré, pôle d'équilibre du canton de l'Île de Ré, faisant partie de l'arrondissement de La Rochelle, dans le département de la Charente-Maritime, en région Nouvelle-Aquitaine.

La commune appartient, depuis 2011, au réseau « Villages de pierres et d'eau », label initié par le conseil général, afin de promouvoir des sites exceptionnels présentant la particularité d'être situés au bord d'une étendue d'eau (mer, rivière, étang…)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation d'Ars sur l'île de Ré.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Village et port sur la côte nord et dans la partie ouest de l'île de Ré par 46° 12′ 29″ N, 1° 30′ 57″ O. Son port, le plus important de l'île de Ré, situé au fond du fier d'Ars (étendue d'eau pénétrant les terres et bordée de marais), l'on y accède par un chenal, traversant les marais salants. Une écluse ferme le bassin à flot, de 250 places. En 1994, un nouveau bassin à flot (port de la Criée) de 130 places est créé, à l'entrée du chenal. Il est inauguré en juin 1995. Cent cinquante places, sur bouées et filières, dans l'avant-port et le chenal, portent la capacité à 550 places, principalement dédiées à la plaisance. Une plage, sur la côte sud de l'île, bordée d'une digue protégeant les terres, va jusqu'au phare des Baleines, à la pointe ouest de l'île.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ars-en-Ré est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Ars-en-Ré, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[6] et 4 492 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

La commune, bordée par l'océan Atlantique, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[11]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des zones humides (39,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (42 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones humides côtières (39,3 %), cultures permanentes (23,1 %), zones urbanisées (13 %), forêts (12,7 %), terres arables (5,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,1 %), zones agricoles hétérogènes (2,3 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune, alors nommée Ars, porte le nom de La Concorde[15], redevient Ars en 1793.

La commune prend son nom actuel « d'Ars-en-Ré » le .

Ses habitants sont appelés les Arsais[16]. Ils ont pour surnom les Casserons : le casseron est le « bébé » de la seiche, un animal d'eau salée (céphalopode décapode) que l'on trouve fréquemment sur l'île de Ré.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le prince de Soubise y fut battu en 1624[17].

En 1874, la commune de Saint-Clément-des-Baleines est détachée de la commune d'Ars[15], savoir les cinq hameaux de le Guillieux, le Chabot, la Tricherie, le Griveau et le Godinand.

Port important à l'époque du sel, jusqu'au début du XXe siècle.

Gabelle du sel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie d'Ars-en-Ré.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1926 1966 Jacques Moinet Rad. Conseiller général du canton d'Ars-en-Ré (1937-1940 et 1945-1963)
1966 1971 François Vignon    
1971 1973 Odette Vironneau    
1973 1995 Émile Gaudin UDF  
1995 2020 Jean-Louis Olivier UMP puis LR Retraité
2020 En cours Danièle Pétiniaud-Gros SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[19].

En 2018, la commune comptait 1 301 habitants[Note 2], en augmentation de 1,64 % par rapport à 2013 (Charente-Maritime : +2,13 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 6003 6433 6023 6123 8753 6093 6683 7004 043
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 7763 5473 4863 1712 0122 0342 0241 8971 727
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5601 4341 3921 1731 1131 045984854919
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9139159611 0231 1651 2941 3121 3151 318
2013 2018 - - - - - - -
1 2801 301-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (40,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (28,1 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (54,1 %) est supérieur de plus de deux points au taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune, par tranches d'âge, est, en 2007, la suivante :

  • 45,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 10,5 %, 15 à 29 ans = 12,8 %, 30 à 44 ans = 18,3 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 36,4 %) ;
  • 54,1 % de femmes (0 à 14 ans = 11,6 %, 15 à 29 ans = 11,6 %, 30 à 44 ans = 13,7 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 43,3 %).
Pyramide des âges à Ars-en-Ré en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
4,1 
14,7 
75 à 89 ans
18,8 
21,2 
60 à 74 ans
20,4 
22,1 
45 à 59 ans
19,8 
18,3 
30 à 44 ans
13,7 
12,8 
15 à 29 ans
11,6 
10,5 
0 à 14 ans
11,6 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,5 
8,6 
75 à 89 ans
11,9 
16,4 
60 à 74 ans
17,1 
21,3 
45 à 59 ans
21,1 
19,1 
30 à 44 ans
18,5 
16,8 
15 à 29 ans
14,7 
17,3 
0 à 14 ans
15,1 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture, vigne, pommes de terre (AOC).
  • Marais salants.
  • Nautisme, pêche.
  • Tourisme.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le village fait partie des plus beaux villages de France.

  • Le port, avec son nouveau bassin à flot, à l'entrée du chenal d'accès.
  • L'église Saint-Étienne. Son clocher, peint en noir et blanc, sert d'amer aux marins.
  • La maison du Sénéchal, demeure datant de la seconde moitié du XVIe siècle malgré la présence d'éléments médiévaux tels que les échauguettes et l'escalier à vis dans la tour hors d'œuvre[23].
  • L'ancienne raffinerie à sel dont une partie des éléments est inscrite aux monuments historiques[24].
  • La redoute du Martray[25].
  • Le Martray, endroit le plus étroit de l'île de Ré (quelques dizaines de mètres).
  • La batterie « Karola », du Mur de l'Atlantique (terrain militaire)[25].
  • L'ancienne gare du « petit train de l'Île de Ré » (1898), sur le port.
  • Vestiges d'anciens moulins à vent, reconvertis en habitations.
  • Le fier d'Ars et les marais salants.
  • Le spot de surf de la pointe de Grignon.

Légendes[modifier | modifier le code]

Selon l'une des légendes, la création de l'île de Ré proviendrait de terribles séismes ayant englouti une cité romaine nommée "Antioche", dont les ruines seraient visibles uniquement par beau temps.

Concernant Ars-en-Ré, des navigateurs de l'Égypte antique, envoyés par Ramsès II, auraient voulu faire le tour du monde et se seraient échoués au Martray, à quelques kilomètres de là. Ils y auraient construit une petite pyramide[26].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti: au 1er de gueules à trois fleurs de lis d'argent, au 2e d'or à deux aigles de gueules; le tout enfermé dans une filière d'argent [28].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stéphane Bern, Le village préféré des français, 44 trésors incontournables, Paris, Albin Michel, , 249 p. (ISBN 978-2-226-25920-2, notice BnF no FRBNF44421580)
    Ce livre est tiré de l'émission Le village préféré des français, diffusée par France Télévisions, conçue et produite par Morgane Production : Étretat, pages 64 à 69** I - De la baie de Somme au littoral charentais en passant par la Bretagne,** II – Des Flandres au Jura en passant par l'Alsace,** III – De l' Île-de-France aux monts d'Auvergne en passant par la Bourgogne,** IV – Du littoral atlantique aux Alpes en passant par la Méditerranée.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 17 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Treize villages unis pour le meilleur et pour le pire, article de Thomas Brosset paru dans Sud Ouest, 10 février 2011
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 d'Ars-en-Ré », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  11. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  12. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  13. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 17 avril 2021)
  15. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Les gentilés de Charente-Maritime
  17. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 149
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Évolution et structure de la population à Ars-en-Ré en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 septembre 2010)
  22. « Résultats du recensement de la population de la Charente-Maritime en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 septembre 2010)
  23. Châteaux, manoirs et logis, éd. Association Promotion Patrimoine, 1993, p. 30
  24. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA00105304
  25. a et b R. Desquesne, R. Faille, N. Faucherre et P. Prost, Les fortifications du littoral - La Charente Maritime, éditions Patrimoine et Médias, (ISBN 2-910137-03-1)
  26. « Ratis, l'île de Ré », sur mediolanum-santonum.fr (consulté le 2 mai 2016)
  27. « Les obsèques de Gisèle Casadesus à l'île de Ré en toute intimité », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2017)
  28. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=1646