Saint-Céneri-le-Gérei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Céneri-le-Gérei Les plus beaux villages de france.svg
Saint-Céneri-le-Gérei
Le pont sur la Sarthe.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Orne
Arrondissement Alençon
Canton Damigny
Intercommunalité Communauté urbaine d'Alençon
Maire
Mandat
Florence Mauny Uhl
2014-2020
Code postal 61250
Code commune 61372
Démographie
Gentilé Girois
Population
municipale
121 hab. (2015 en diminution de 3,97 % par rapport à 2010)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 48″ nord, 0° 03′ 10″ ouest
Altitude Min. 115 m
Max. 193 m
Superficie 3,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte administrative de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei Les plus beaux villages de france.svg

Géolocalisation sur la carte : Orne

Voir sur la carte topographique de l'Orne
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei Les plus beaux villages de france.svg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei Les plus beaux villages de france.svg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Céneri-le-Gérei Les plus beaux villages de france.svg
Liens
Site web www.saintceneri.org

Saint-Céneri-le-Gérei est une commune française, située dans le département de l'Orne en région Normandie, peuplée de 121 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Céneri représente un bastion avancé de la Normandie aux confins des départements de l’Orne, de la Sarthe et de la Mayenne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Dans un méandre de la Sarthe qui arrive d’Alençon et s’écoule vers Le Mans, Saint-Céneri est hissée sur un piton rocheux granitique et irrégulier. Les maisons à l’est surplombent la Sarthe alors qu’elles se superposent en terrasse sur le flanc ouest.

À une dizaine de kilomètres au sud-ouest d’Alençon, Saint-Céneri se trouve au nord-est des Alpes mancelles[1], dans le parc naturel régional Normandie-Maine.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone 2 "risque faible"[2].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Vue de Saint-Céneri-le-Gérei.

Le pont en pierre surplombe une boucle de la Sarthe[3].

Un Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) du bassin versant de la Sarthe-Amont a été mis au point[4].

La fontaine miraculeuse[5],[6]. La source est alimentée par l’eau qui circule dans le réseau de fractures de la granodiorite du versant escarpé en rive gauche de la boucle de la Sarthe[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat océanique avec été tempéré classés Cfb dans la classification de Köppen et Geiger[8],[9].

Article connexe : Climat de l'Orne.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Saint-Céneri-le-Gérei est reliée à la ville voisine d’Alençon, chef-lieu du département, par la route départementale 101.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau de bus Alto[10]. Ce réseau fait partie des Transports urbains de la communauté urbaine d'Alençon. Saint-Céneri-le-Géreï fait partie des lignes Iténéo 4 et Iténéo Access[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune est partie prenante du Plan local d'urbanisme Intercommunal de la Communauté urbaine d'Alençon. En effet, par délibération du 28 mars 2013, la Communauté Urbaine d’Alençon (CUA) a prescrit l'élaboration du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) sur la totalité de son territoire qui comprend 36 Communes, incluant Saint-Céneri-le-Gérei[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme S. Serenicus en 1050[13]. Le déterminant complémentaire -le-Gérei fait référence à la famille Gérei[14], autrement dit la famille Giroie.

Le conseil général de l'Orne a fait simplifier la graphie usuelle des toponymes, dont le graphe -y noté par le simple -i en finale des noms propres, contrairement à l'usage général du français pour les noms propres (sauf Henri).

Le nom de la commune était autrefois écrit Saint Cénery le Gérey. Gérei ou Girei est la forme de l'Ouest, transcrite par Giroie en français.

Le gentilé est Girois[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un ermite italien Céneri, de son nom latin Serenicus (ou Genericus), a vécu à Saint-Céneri-le-Gérei au VIIe siècle. Il finit par accepter des disciples et, à sa mort, un monastère restera en construction avec une église dédiée à saint Martin de Tours. Ce monastère fut détruit par les Vikings en 903. L'église restera une dépendance de l’abbaye de Saint-Évroult.

Historique du château.

Le village de Saint-Céneri-le-Gérei a été établi une première fois en 1044. Son fondateur, Guillaume Giroie, a construit un château dont seuls demeurent, à l’époque actuelle, des pans de murs. Le château de Saint-Céneri-le-Gérei fut assiégé par Guillaume le Conquérant en 1060 avant d'être pris par Robert Courteheuse en 1088. Pendant la guerre de Cent Ans, Ambroise de Loré parvint à défendre la forteresse jusqu’à sa mort en 1436.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de L'Isle-sur-Sarthe[16].

Depuis le XIXe siècle, la beauté de l’endroit a stimulé l’inspiration de beaucoup d’artistes qu’elle a attirés[17]. Le village a même son propre festival qui célèbre tous les ans les peintres qui sont venus ou ont vécu à Saint-Céneri-le-Gérei. Classé dans « les Plus Beaux Villages de France », il attire actuellement beaucoup de touristes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1953 Auguste-Jean Claire   Artiste peintre
années 1970 juin 1995 Jacques Hébert SE Éleveur
juin 1995 mars 2014 Kenneth Tatham NC Chef d'entreprise
mars 2014[18] en cours Florence Mauny Uhl SE Architecte
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[19] :

  • total des produits de fonctionnement : 87 000 , soit 682  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 78 000 , soit 606  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 30 000 , soit 236  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 12 000 , soit 94  par habitant.
  • endettement : 6 000 , soit 50  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 8,87 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 5,95 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 11,00 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 23 402 [20].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22].

En 2015, la commune comptait 121 habitants[Note 2], en diminution de 3,97 % par rapport à 2010 (Orne : -1,72 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
310261388283343308298318348
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
333332304321274260262242229
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
203195171152157160148144140
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 -
121122136152122140126121-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune relève de l'Académie de Caen.

Les établissements d'enseignement les plus proches sont[25] :

  • Écoles maternelles et primaires à Moulins-le-Carbonnel,
  • Collèges à Moulins-le-Carbonnel,
  • Lycées à Alençon.

Santé[modifier | modifier le code]

Les professionnels et établissements de santé :

Cultes[modifier | modifier le code]

  • La paroisse St Pierre au pays d'Alençon comporte 3 relais et 17 clochers. Le relais de Saint Denis d'Écouves comporte la commune de Saint-Céneri-le-Gérei[29],[30].

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Cultivateurs et éleveurs[31].
  • La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail[32] tient depuis 2012 un stand au marché champêtre de Saint-Céneri-le-Gérei[33].

Tourisme[modifier | modifier le code]

L’économie de Saint-Céneri-le-Gérei, en raison de son environnement pittoresque et calme, repose essentiellement sur le tourisme.

  • Base de pleine nature sur les bords de la Sarthe : Aire de camping[34].
  • Maisons d'hôtes et chambres meublées[35].
  • L'auberge des peintres[36].
  • Circuits de randonnées[37].
  • Aire de stationnement provisoire[38].

Commerces-Artisanat[modifier | modifier le code]

  • Restauration de meubles anciens[39] et objets d’art, Restauration de tableaux et objets en bois dorés[40].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux :

  • Église Saint-Céneri, romane, du XIe siècle, classée monument historique[41],[42] avec ses peintures monumentales du XIVe siècle[43] et son chemin de croix, œuvre du sculpteur girois Malezieux[44].
  • Chapelle du XVe siècle[45] et la fontaine miraculeuse sur la rive opposée, face à la chapelle dite du Petit-Saint-Céneri, qui fut peinte par René Veillon en 1887, Gauthier en 1923, Bernard Buffet en 1976 et André Paly.
  • Le presbytère.
  • Les sarcophages mérovingiens.

Patrimoine civil :

  • Ruines d'un château fort construit en 1049 par Geoffroy de Mayenne[46].
  • Le pont de Saint-Céneri sur la D 101.
  • Ancien hôtel Legangeux, devenu auberge des Peintres[47].
  • L’auberge Moisy[48].
  • L'ancienne épicerie Péronne.
  • L'auberge de la Vallée.
  • La maison en pierre de l'ancien maire Jean Jacquenot (1905-1977).
  • Le chemin des Gaulois, le moulin de Trotté, la pierre Bécue[49].

Patrimoine naturel :

Activité, labels et manifestations[modifier | modifier le code]

Saint-Céneri-le-Gérei est un des plus beaux villages de France[51]. Un reportage de l'émission de France 2[52] y a été réalisé par Stéphane Bern[53] .

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À Paul Saïn, aux peintres de St Céneri.

Saint Céneri-le-Gérei, Barbizon des Alpes Mancelles[54],[55] :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Saint-Céneri-le-Gérei, p. 1015
  • Chiffres clés publiés par l'institut national de la statistique et des études économiques (INSEE). Dossier complet
  • Inventaire national du patrimoine naturel de la commune
  • Village de Saint-Céneri-le-Gérei
  • Liens externes[modifier | modifier le code]

    Notes et références[modifier | modifier le code]

    Notes[modifier | modifier le code]

    1. Population municipale 2015.
    2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

    Références[modifier | modifier le code]

    1. Le territoire "Alpes Mancelles"
    2. Informations sur les risques naturels et technologiques
    3. Découverte et points d'intérêt
    4. Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin versant de la Sarthe-Amont, pp. 20 (B–Les activités humaines et le contexte socio-économique : Le tourisme)-32 (L’hydromorphologie des cours d’eau) et 37 (Barrage du pont)-98-103 (Annexe n°5 : Liste des communes du SAGE Sarthe Amont comprises dans les périmètres des Parcs Naturels Régionaux (PNR)
    5. Il était une fois... la fontaine miraculeuse
    6. La fontaine miraculeuse
    7. Alpes mancelles (Orne et Sarthe) Aquifères et Ressources en eau
    8. Table climatique
    9. Météo agricole
    10. Plans et Horaires des lignes de bus
    11. 24 lignes d’autocars régulières à disposition avec le réseau Cap’Orne
    12. Plan Local d’Urbanisme Intercommunal de la Communauté Urbaine d’Alençon
    13. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 590b
    14. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2), p. 218a
    15. « Les Girois ont créé un superbe costume de lumière », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 janvier 2018)
    16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Céneri-le-Gérei », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 30 juillet 2012)
    17. Grâce à Auguste Poulet-Malassis (éditeur alenconnais de Charles Baudelaire) et ses amis écrivains, poètes, musiciens et peintres
    18. « Florence Mauny-Uhl élue maire dans une ambiance conviviale », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 14 décembre 2014)
    19. Les comptes de la commune
    20. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
    21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
    22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
    23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
    25. Les établissements d'enseignement les plus proches
    26. Médecins proches du village
    27. Centre Hospitalier intercommunal Alençon-Mamers
    28. Professionnels et établissements de santé
    29. La paroisse St Pierre au pays d'Alençon
    30. Diocèse de Séez
    31. Cultivateurs et éleveurs
    32. La Confrérie des Fins Goustiers du Haut-Maine et Pail
    33. Lesactions de la Confrérie particulièrement centrées sur le cidre, le poiré et leurs produits dérivés
    34. Aire naturelle base de plein nature
    35. Hébergement
    36. L'auberge des peintres
    37. Les méandres de la Sarthe : Randonnée pédestre les Alpes Mancelles
    38. Aire de stationnement temporaire
    39. L’atelier d’Amélie
    40. Tableaux, bois dorés et polychromes
    41. « Eglise », notice no PA00110910, base Mérimée, ministère français de la Culture : classement par arrêté du 12 juillet 1886.
    42. Intérieur de l’église de Saint Ceneri
    43. Notice no PM61000794, base Palissy, ministère français de la Culture peintures monumentales
    44. Journal de Denis Chautard, Prêtre de la Mission de France, Membre de l'Association d'Entraide aux Migrants de Vernon et Aumônier de la Communauté Chrétienne des Policiers d'Île-de-France]. Diocèse d'Evreux Mission de France
    45. « Chapelle de Saint-Ceneri », notice no PA00110909, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    46. Le château
    47. « Ancien hôtel Legangeux, devenu Auberge des Peintres », notice no PA61000029, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    48. « Ancienne auberge de Moisy », notice no PA61000030, base Mérimée, ministère français de la Culture.
    49. le Chemin des gaulois (un morceau du GR36)
    50. Le Mont des Avaloirs
    51. Saint-Céneri-le-Gérei
    52. France 2 lance l'édition 2015 du "Village préféré des Français". Les internautes sont invités à choisir parmi 22 communes françaises. C'est le village ornais Saint Céneri-le-Gérei qui a été retenu pour défendre les couleurs de la Basse-Normandie.
    53. Émission de Stéphane Bern
    54. Saint Céneri-le-Gérei, Barbizon des Alpes Mancelles
    55. Les rencontres des peintres, une belle histoire...