Longué-Jumelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Longué-Jumelles
Église de Longué.
Église de Longué.
Blason de Longué-Jumelles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Longué-Jumelles
Intercommunalité C.A. Saumur Val de Loire
Maire
Mandat
Frédéric Mortier
2014-2020
Code postal 49160
Code commune 49180
Démographie
Gentilé Longuéen-Jumellois
Population
municipale
6 836 hab. (2014)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 45″ nord, 0° 06′ 24″ ouest
Altitude Min. 20 m
Max. 68 m
Superficie 96,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Longué-Jumelles

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Longué-Jumelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Longué-Jumelles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Longué-Jumelles
Liens
Site web Ville de Longué-Jumelles

Longué-Jumelles est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

La commune est née le 1er janvier 1973 de la fusion-association des deux anciennes communes voisines de Longué et de Jumelles, devenues communes associées.

Partagée entre la vallée de la Loire et le Baugeois, c'était jusqu'en 2015 la plus grande commune de Maine-et-Loire par la superficie.

Siège de la communauté de communes du canton de Longué-Jumelles, elle est le centre administratif et commercial de la région.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Au cœur de l'Anjou, ce territoire rural de l’Ouest de la France se trouve à 35 km à l'est d'Angers et à 18 km au sud de Baugé[1], au nord d'une ligne Angers Saumur. Son territoire se situe dans le Baugeois, dans le parc régional Loire Anjou Touraine[2].

Le Baugeois est la partie nord-est du département de Maine-et-Loire. Il est délimité au sud par la vallée de l'Authion et celle de la Loire, et à l'ouest par la vallée de la Sarthe[3].

Aux alentours[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits : Tonnelièvre, le Haut Chemin, l'Humois, Embranchard, Beauregard, la Croix-Fourreau, les Souvenets, la Musse, la Petite Hurtoudrie, la Piotterie, le Breil[4].

Les communes les plus proches sont Saint-Philbert-du-Peuple (5 km), Blou (6 km), Neuillé (7 km), Vivy (7 km), Saint-Clément-des-Levées (8 km), Saint-Martin-de-la-Place (8 km), Brion (8 km), Chênehutte-Trèves-Cunault (9 km), Les Rosiers-sur-Loire (9 km) et Gennes (10 km)[1].

Rose des vents Beaufort
La Ménitré
Baugé
Cuon
Mouliherne
Linières-Bouton
Rose des vents
Le Thoureil N Saint-Philbert
Vernantes
O    Longué-Jumelles    E
S
Les Rosiers
Gennes
Saumur Neuillé
Vivy

Topographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

Situé sur le Bassin parisien, sa superficie est de plus de 96 km2 (9 620 hectares)[5], ce qui en faisait la commune ayant la plus grande superficie du département[6]. Elle a perdu ce titre à la fin de 2015 à la suite de la création de plusieurs communes nouvelles, la plus grande étant Chemillé-en-Anjou.

Son altitude varie de 20 à 78 mètres[6], pour une altitude moyenne de 49 mètres.

Protections sur la commune[modifier | modifier le code]

Outre des protections sur des bâtiments (monuments historiques et inventaires), la commune de Longué-Jumelles figure à l'inscription[7] de

  • Inventaires : Zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF) de type 1 pour les zones du moulin de la rivière, de l'étang des Hayes, de la partie nord de la forêt de Monnaie, des sablières de la Croix-Fourreau,
  • et zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique de type 2 pour les zones de la forêt de Monnaie, les prairies des Montils, et les bois des Monteaux ;
  • Eau et milieux aquatiques : schémas d'aménagement et de gestion des eaux de l'Authion ;
  • Parcs naturels régionaux : parc naturel régional Loire Anjou Touraine[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

On trouve de nombreux cours d'eau sur la commune de Longué-Jumelles. La rivière du Lathan, qui la traverse d'Est en Ouest, s'y réunit avec l'Authion, qui délimite la partie Sud de son territoire et s'y divise en plusieurs bras[4].

On trouve sur la commune une multitude de canaux de la rivière le Lathan, dont le Racinai, le ruisseau du Gué de Terry, la Fontaine Suzon, l'Authionceau. On y trouve également un étang, alimenté par le ruisseau de la Filière[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Son climat est tempéré, de type océanique. Le climat angevin est particulièrement doux, compte tenu de sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelées rares et les étés ensoleillés[9].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Résultat de la fusion de 1973, la commune est vaste et se situe au carrefour des routes de Baugé, Saumur et Angers. Le bourg de Jumelles est à plus de 6 km au nord de Longué ; bourg de Longué qui est traversé d'ouest en est par la D 347 (Beaufort-en-Vallée - Saumur) et la A85 (Angers - Tours)[4].

La commune est desservie par une ligne d’autobus du réseau interurbain de Maine-et-Loire AnjouBus, la ligne 15 Beaufort-Saumur, qui passe par Brion, Longué et Vivy. La ligne 4 Angers-Saumur est accessible aux Rosiers[10].

La gare ferroviaire la plus proche se situe aux Rosiers-sur-Loire[11].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine : La commune s'inscrit dans un territoire essentiellement rural.

En 2008, les résidences principales construites avant 2006, dataient pour 39 % d'avant 1949, 24 % entre 1949 et 1974, 22 % entre 1975 et 1989, et 15 % entre 1990 et 2005[12].

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 3 219 (pour 3 160 en 2008)[13],[12]. Parmi ces logements, 90 % étaient des résidences principales, 2 % des résidences secondaires et 7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour une part de 89 % des maisons et de 9 % des appartements. Toujours sur l'ensemble des logements de la commune, 3 % étaient des studios, 7 % des logements de deux pièces, 19 % de trois pièces, 26 % de quatre pièces, et 45 % des logements de cinq pièces ou plus[13].
Le nombre de ménages propriétaires de leur logements était de 58 %, proportion inférieure à la moyenne départementale (60 %)[14], et le nombre de ménages locataires était de 40 %. On peut également noter que 1 % des logements étaient occupés gratuitement[13].
L'ancienneté d'emménagement dans la résidence principale, rapporté au nombre de ménages, était de 11 % depuis moins de deux ans, 17 % entre deux et quatre ans, 17 % entre cinq et neuf ans, et 55 % de dix ans et plus[13].

En 2013 on trouvait 3 319 logements sur la commune de Longué-Jumelles, dont 89 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 90 %, et dont 58 % des ménages en étaient propriétaires[15].

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Jumelles est rattachée à Longué (fusion association) qui devient Longué-Jumelles[16].

Village de Longué

Formes anciennes du nom de Longué : Vicus qui vocatur Thanaicus en 1055, In longo Vado en 1106, Ecclesia Sancte Maririe de Tanais en 1130, Versus Longue en 1150, Prior de Longue en 1157, Ballia de Longueyo en 1210, Feodum de Longue en 1236, Parochia de Languo Vado en 1238, Villa de Lungueyo en 1270, Lont Gué en Vallée en 1296[17], Longué en 1793 et 1801, avant de devenir Longué-Jumelles en 1973[18].

Son étymologie viendrait de gué, du latin vadum, le bourg primitif s'étant formé à proximité du gué qui permettait de traverser le Lathan[19].

Village de Jumelles

Formes anciennes du nom de Jumelles : Presbiter de Jumellas en 1081, Ecclesia de Jumellis en 1145, Stagnum de Jumellis en 1152, Apund burgum qui dicitur Jumezlas en 1158[20], Jumelles en 1793, Jumelle en 1801[21].

Son étymologie viendrait du latin gamelles (jumeau), qui désignait à l'origine deux éléments identiques du paysage[19].

Gentilé

Nom des habitants : les Longuéens-Jumellois (Longuéens pour Longué, et Jumellois pour Jumelles)[19].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Longué-Jumelles

Héraldique :

parti, au premier d'argent à la bande fuselée de gueules, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or, au second d'argent à trois lionceaux de sable[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Une présence préhistorique est attestée sur le territoire de la commune de Longué. On y a trouvés, un biface, douze haches de pierre et des silex.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Outre des vestiges de voies romaines, y ont été également trouvés une médaille gauloise et des monnaies gallo-romaines. À cette époque, le Long gué est un passage à travers le Lathan et ses bras secondaires[23].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le bourg de Longué est mentionné au XIe siècle, avec une présence d'un prieuré[24], d'une léproserie et d'une aumônerie[17].
Longué appartient au comte d'Anjou. En 1200, Jean sans Terre fait don de Longué à Rorgeon de Sacé, en 1204 Philippe-Auguste l'attribue à Roger de Mazé puis à Baudouin des Roches, et en 1215 à Geoffroi des Roches. Du XIIIe au XVe siècle, Jarzé et Longué demeurent dans la famille Sainte-Maure, qui vend ces fiefs à Jean Bourré en 1473[23].
Un château aurait été reconstruit au XIIIe siècle sur le territoire de Longué[17] et aurait été ruiné à la fin du XVIIe siècle[23].

La paroisse de Jumelles, quant à elle, fait partie de la seigneurie des Haies, à Brion. Le domaine de Baugé y a des possessions[25].

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIIe siècle (royaume de France), Longué relève du diocèse d'Angers, du Grenier à sel de Saumur, du gouvernement du Saumurois et de l'élection d'Angers[23].
Jumelles relève du diocèse d'Angers et de l'élection d'Angers[25].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution, en 1790 Longué est chef-lieu de canton (département de Maine-et-Loire) et intégrée au district de Baugé, puis en 1800 à l'Arrondissement de Baugé et en 1926 à l'arrondissement de Saumur[18].
Jumelles est intégrée au canton de Longué (département de Maine-et-Loire) et au district de Baugé, puis en 1800 à l'Arrondissement de Baugé et en 1926 à l'arrondissement de Saumur[21].

En 1874, une ligne ferroviaire est mise en service entre Vivy et Longué (Ligne La Flèche - Vivy). Aujourd'hui, la gare de Longué n'est plus qu'un vestige et la voie n'est plus utilisée qu'entre Vivy et la coopérative céréalière de Longué-Jumelles pour le transport de céréales.

En 1923, la forge Périgois-Frémont frappe une série de monnaies de nécessité. Charles Périgois fut le maire de Jumelles de 1935 à 1959.
En 1944, Marcel Derouin, forgeron et gendre de Charles Périgois, frappe des médailles en l'honneur de Pierre Bourdan.

En 1973 les communes de Longué et de Jumelles fusionnent[26], en utilisant le statut de commune associée conformément à loi du 16 juillet 1971[27].

Ancienne commune de Longué[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : voir Toponymie.
Municipalité en 1790, chef-lieu de canton[18], Longué-Jumelles en 1973[28]. Arrondissement de Baugé, puis de Saumur en 1926.
4 805 habitants en 1968[18], appelés les Longuéens[19].

Ancienne commune de Jumelles[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom : voir Toponymie.
Municipalité en 1790, canton de Longué [21], Longué-Jumelles en 1973[28]. Arrondissement de Baugé, puis de Saumur en 1926.
1 131 habitants en 1968[21], appelés les Jumellois[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Les communes de Longué et de Jumelles sont érigées en municipalité en 1790, qui deviennent Longué-Jumelles en 1973, de la fusion de ces deux communes[18],[28]. Le conseil municipal est composé de 29 élus[29].

Liste des maires successifs[23],[25]
Période Identité Étiquette Qualité
Jumelles 1900 1919 Joseph de Montesquiou    
Longué 1900 1912 Victor Cailleau    
Longué 1912 1925 Ernest Davoine    
Jumelles 1919 1935 Pierre Guyon    
Longué 1925 1947 Édouard Tardif    
Jumelles 1935 1959 Charles Périgois    
Longué 1947 1953 Raphaël Despeignes    
Longué avril 1953 avril 1971 Philippe Rivain    
Jumelles 1959 avril 1971 André Crossonneau    
Longué avril 1971 décembre 1972 Robert Châtel    
Jumelles avril 1971 décembre 1972 Raymond Launay    
janvier 1973 mars 1977 Robert Châtel    
mars 1977 mars 2008 Edmond Alphandéry UMP Docteur en économie
mars 2008 en cours Frédéric Mortier[30] DVD Professeur d'économie
Les données manquantes sont à compléter.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Comptes de la commune[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune de Longué-Jumelles de l'année 2013[31]
Chiffres clés En milliers d'Euros En euros par habitant Chiffres 2000
Total des produits de fonctionnement (A) 6 216 886 4 317
Total des charges de fonctionnement (B) 5 205 742 3 311
Résultat comptable (R=A-B) 1 012 144 1 006
Total des ressources d'investissement (C) 3 060 436 2 233
Total des emplois d'investissement (D) 2 462 351 1 885
Besoin ou capacité de financement des investissements (E=D-C) -597 -85 -292
Encours de la dette au 31/12 6 858 977 5 675
Annuité de la dette 763 109 958
Budget principal seul - Population légale en vigueur au 1er janvier de l'exercice 2013 : 7 019 habitants


Les taux de fiscalité 2013[32]
Fiscalité locale Taux
Taxe d'habitation (y compris THLV) 9,95 %
Foncier bâti 17,03 %
Foncier non bâti 33,38 %
Cotisation foncière des entreprises 0,00 %
Taux votés pour l'année 2013[33].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération Saumur Val de Loire.

Jusqu'en 2016 la commune est intégrée à la communauté de communes Loire-Longué, structure intercommunale regroupant onze communes (dont Blou, Longué-Jumelles, Les Rosiers-sur-Loire, Saint-Clément-des-Levées, Saint-Martin-de-la-Place et Saint-Philbert-du-Peuple[34]), elle-même membre du syndicat mixte au syndicat mixte Pays des Vallées d'Anjou jusqu'en 2013, puis du syndicat mixte Grand Saumurois.

Autres groupements : La commune est également membre de plusieurs autres groupements, comme le syndicat intercommunal touristique du val de Loire (SITVAL)[35] ou le SMICTOM de la vallée de l'Authion (collecte des ordures ménagères)[36].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

La commune de Longué-Jumelles fait partie du canton Longué-Jumelles (bureau distributeur) et de l'arrondissement de Saumur[37].

Jusqu'en 2014 ce canton comprend huit communes, dont Blou, Longué-Jumelles et Saint-Philbert-du-Peuple. Il comptait 13 511 habitants en 2009. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton passe alors de huit à dix-huit communes, Longué-Jumelles en restant le chef-lieu (bureau distributeur), avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[38].

Longué-Jumelles fait partie de la troisième circonscription de Maine-et-Loire, composée de huit cantons dont Baugé et Saumur-Nord. Cette circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Instances judiciaires[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'administrations judiciaires à Longué-Jumelles.

Le Tribunal d'instance et le Conseil de prud'hommes se situent à Saumur, le Tribunal de grande instance, la Cour d'appel, le Tribunal pour enfants et le Tribunal de commerce, se situent à Angers, tandis que le Tribunal administratif et la Cour administrative d'appel se situent à Nantes[39].

Jumelage et partenariat[modifier | modifier le code]

La ville de Longué-Jumelles est jumelée avec[40] :

Le jumelage est une relation établie entre deux villes de pays différents qui se concrétise par des échanges socio-culturels.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[43],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 6 836 habitants, en augmentation de 0,23 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 089 3 573 3 804 4 103 4 491 4 377 4 287 4 177 4 113
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 267 4 283 4 352 4 274 4 301 4 298 4 408 4 362 4 227
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 196 4 065 4 075 3 710 3 739 3 657 3 669 3 788 3 922
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
4 500 4 805 6 317 6 773 6 781 6 928 6 892 6 832 6 836
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,2 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 21,3 %, 45 à 59 ans = 20,2 %, plus de 60 ans = 22,6 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 20,9 %, 45 à 59 ans = 18,2 %, plus de 60 ans = 28,2 %).
Pyramide des âges à Longué-Jumelles en 2008 en pourcentage[46]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,5 
8,2 
75 à 89 ans
10,8 
13,8 
60 à 74 ans
15,9 
20,2 
45 à 59 ans
18,2 
21,3 
30 à 44 ans
20,9 
15,6 
15 à 29 ans
13,5 
20,2 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[47].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Population des anciennes communes[modifier | modifier le code]

Longué (1793-1972)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 089 3 573 3 804 4 103 4 491 4 377 4 287 4 177 4 113
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 267 4 283 4 352 4 274 4 301 4 298 4 408 4 362 4 227
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 196 4 065 4 075 3 710 3 739 3 657 3 669 3 788 3 922
1962 1968 1972 - - - - - -
4 500 4 805 - - - - - - -
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Longué 49 3 17 180)[48])
Jumelles (1793-1972)
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 450 1 386 1 447 1 509 1 603 1 545 1 524 1 530 1 484
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 550 1 570 1 618 1 522 1 503 1 567 1 517 1 514 1 490
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 471 1 405 1 375 1 282 1 238 1 219 1 142 1 163 1 136
1962 1968 1972 - - - - - -
1 127 1 131 - - - - - - -
(Sources : base Cassini de l'EHESS (Jumelles 49 180)[49])

Vie locale[modifier | modifier le code]

Les services publics présents sur la commune sont une crèche et une halte-garderie, des écoles maternelle et primaire, des collèges, une bibliothèque, un centre culturel, un hôpital local, une maison de retraite, un centre de secours, une gendarmerie, un bureau de poste et une trésorerie[50], ainsi qu'un espace public numérique, le Cybercentre de Longué[51].

Longué-Jumelles est la ville la plus importante du canton. C'est un centre administratif et commercial incontournable de la région. Outre les services publics, la commune possède également plusieurs infrastructures, de nombreux commerces et un marché local[52].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Située dans l'académie de Nantes, la commune compte six écoles et deux collèges :

  • École maternelle Victor-Hugo ;
  • École maternelle Andrée-Boissin ;
  • École maternelle privée Notre-Dame de Thenais ;
  • École primaire Raymond-Renard ;
  • École primaire Félix-Landreau (Jumelles) ;
  • École primaire privée Sacré-Cœur ;
  • Collège François-Truffaut ;
  • Collège privé Saint-Joseph.

Sports et équipements sportifs[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune des salles de sport, une piscine et un terrain multisports, qui permettent la pratique de plusieurs sports, comme le badminton, le basket, le cyclisme, le football, la gymnastique, le judo, le karaté, la natation, la pétanque, le tennis, le tennis de table, le volley-ball, ainsi que des sports mécanique comme la moto.
Sport très répandu dans le Baugeois, on y trouve également plusieurs sociétés de boule de fort.

Équipements sportifs : salle des sports Émile-Joulain, salle Tête-Noire, petit gymnase, salle gymnastique, salle tennis de table, dojo, hall tennis et piste d'athlétisme[52].

Santé[modifier | modifier le code]

Plusieurs professionnels de la santé se trouvent sur le territoire communal : médecins généralistes, chirurgiens-dentistes, kinésithérapeutes, infirmiers, pharmacies, opticiens, laboratoire d'analyses médicales.

On y trouve également plusieurs établissements de santé : un hôpital local (170 places) et un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (75 places)[53].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte des ordures ménagères (collecte sélective) est assurée par le SMICTOM de la vallée de l'Authion[36]. Un centre de déchets se situe dans la zone industrielle de la Métairie[52].

Manifestations et festivités[modifier | modifier le code]

Plusieurs manifestations s'y déroulent tout au long de l'année, comme la fête des lavoirs (juillet), une brocante (avril) et la foire aux champignons (octobre), etc.[52].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage sur Longué-Jumelles était de 15 673 , pour une moyenne sur le département de 17 632 [14].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle on trouve à Longué des fours à chaux, une fonderie, des tuileries, et du commerce de bestiaux, de chanvre, de grains, de bois, de fruits, de sangsues, etc[54].

En 2008, sur les 561 établissements présents sur la commune, 30 % relevaient du secteur de l'agriculture[55]. Deux ans plus tard, en 2010, sur 563 établissements présents sur la commune, 27 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 11 % du secteur de la construction, 46 % de celui du commerce et des services et 11 % du secteur de l'administration et de la santé[56].

Sur 566 établissements présents sur la commune à fin 2014, 18 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 11 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 11 % du secteur de la construction, 53 % de celui du commerce et des services et 12 % du secteur de l'administration et de la santé[15].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Comme dans le reste du département, l'agriculture est fortement implantée sur le territoire. On y trouve notamment des exploitations laitières, des champignonnières, des cultures céréalières et des vergers[52].

Liste des appellations présentes sur le territoire[57] : IGP Bœuf du Maine, IGP Volailles de Loué, IGP Volailles du Maine, IGP Œufs de Loué, IGP Cidre de Bretagne ou Cidre breton, IGP Maine-et-Loire blanc, IGP Maine-et-Loire rosé, IGP Maine-et-Loire rouge.

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune un marché hebdomadaire (jeudi), et un grand nombre de commerces : alimentation, boucherie, boulangerie-pâtisserie, charcuterie, coiffure, presse, ainsi que plusieurs commerces de restauration et d'hébergement.
On trouve également une fabrique de fromages et de yaourts fermiers[52].

Une zone d'activité a été établie au nord de Longué, près de l'échangeur de l'A85 (Angers-Vierzon)[52].

Tourisme[modifier | modifier le code]

L'office du tourisme est géré par la communauté de communes Loire-Longué[35].

On trouve sur la commune des circuits de visites ou de randonnées, comme la promenade des lavoirs.

Activité économique de la région[modifier | modifier le code]

Principale ville de la région, Longué-Jumelles se trouve au cœur de l'activité économique du canton, tel que constitué au XVIIIe[58].

Sur le territoire cantonal[58] on trouvait 1 102 établissements présents sur la commune à fin 2010, répartis pour 30 % dans le secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % dans le secteur de l'industrie, 10 % dans le secteur de la construction, 42 % dans celui du commerce et des services et 11 % dans le secteur de l'administration et de la santé[59].

Seuls 7 % des établissements comptaient plus de 10 salariés, pour 8 % sur l'ensemble du département[59].

En 2009, sur les 1 051 établissements présents sur ce même territoire, 32 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour 18 % dans le département), et 41 % du secteur du commerce et des services (pour 52 % sur l'ensemble du département)[60].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune de Longué-Jumelles comporte plusieurs inscriptions au Patrimoine[61], dont six monuments historiques[62].

  • Ancien château de la Girottière, monument historique inscrit par arrêté du 16 juin 1926 (PA00109153).
  • Logis de Beauregard, Jumelles, logis et ferme du XVIe siècle, monument historique inscrit par arrêté du 10 février 1992 (PA00109451).
  • Logis d'habitation de la Chesnaie-Archenon, du XVIe siècle, monument historique inscrit par arrêté du 29 juillet 1986 (PA00109154).
  • Logis Le Grand Boust, des XVe et XVIIIe siècles, monument historique inscrit par arrêté du 21 février 1974 (PA00109155).
  • Manoir de la Grand'Maison, Longué, du XVIe siècle, monument historique inscrit par arrêté du 27 octobre 1971 (PA00109156).
  • Manoir de la Vente, des XVe XVIe et XVIIe siècles, manoir devenu ferme au XVIIIe siècle, monument historique inscrit par arrêté du 15 juin 2005 (PA49000046).

Autres bâtiments inventoriés[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Notre-Dame, dite église Notre-Dame-de-la-Légion-d'honneur, Longué, des XIIe XIIIe XVIe et XVIIIe siècles, chœur et absidiole sud datant du XIIe siècle, clocher datant du XIIIe siècle, collatéral nord datant du XVIe siècle et chapelle du Rosaire au nord-ouest datant du XVIIIe siècle, inventaire général du patrimoine culturel.
  • Église paroissiale Saint-Pierre, Jumelles, du XIXe siècle, église datant du XIIe siècle et entièrement reconstruite en 1873, chapelle sud construite en 1757 et remaniée en 1858, inventaire général du patrimoine culturel.
  • Plusieurs fermes des XVIe XVIIe XVIIIe et XIXe siècles, inventaire général du patrimoine culturel.
  • Lavoir du Lathan, rue Michel-Couet à Longué, du XIXe siècle, inventaire général du patrimoine culturel.
  • Léproserie de Fontevristes Sainte-Catherine, la Cour des Montils, des XVe XVIIIe et XIXe siècles, inventaire général du patrimoine culturel.
  • Plusieurs maisons des XVe XVIe XVIIe XVIIIe et XIXe siècles, inventaire général du patrimoine culturel,
    dont Maison dite la Cour Baudry des XVe et XVIIIe siècles, Maison dite le Pavillon des XVIe et XIXe siècles, Maison dite le Vieux Logis des XVe XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Plusieurs manoirs des XVe XVIe XVIIe XVIIIe et XIXe siècles, inventaire général du patrimoine culturel,
    dont manoir de la Guiberderie des XVe et XIXe siècles, manoir de la Rigauderie des XVIIe et XIXe siècles, manoir de Lasse des XVIe XVIIIe et XIXe siècles.
  • Plusieurs moulins des XVIe XVIIe XVIIIe et XVIIIe siècles, inventaire général du patrimoine culturel,
    dont moulin la Richerie des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Prieuré d'Augustins Saint-Pierre, du XVIIIe siècle, inventaire général du patrimoine culturel.
  • Prieuré de Cisterciens Saint-Gilles, la Cirotière, des XVe XVIIe et XIXe siècles, prieuré dépendant de l'abbaye de Loroux et qui passa au XVe siècle aux mains des séculiers, inventaire général du patrimoine culturel.
  • Prieuré de Grandmontains, Monnais, du XIXe siècle, prieuré fondé à la fin du XIIe siècle, inventaire général du patrimoine culturel.

Autres lieux[modifier | modifier le code]

  • Bois et étang des Haies, de Brion.
  • Forêt domaniale de Monnaie.
  • Panorama des Hauts de Longué.
  • Promenade des lavoirs, plusieurs lavoirs à plancher amovible à l'aide de treuils.
  • Rives de l'Authion et du Lathan.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Bourdan (1909-1948) : speaker de l'émission Les Français parlent aux Français puis ministre de la Jeunesse, des Arts et des Lettres à la Libération. Il fut caché à Longué par la famille Bloudeau en 1944 et écoutait clandestinement Radio Londres à Jumelles, chez Marcel Derouin. Pour lui rendre hommage, une rue de Longué porte son nom.
  • Edmond Alphandéry (1943- ) : homme politique français, Ministre de l'Économie de 1993 à 1995, maire de Longué-Jumelles de 1977 à 2008. Il fut également président du conseil général du Maine-et-Loire de 1994 à 1995, et président de la communauté de communes Loire-Longué.
  • Jean-Lou Bigot (1966- ) : cavalier sportif de niveau international, né à Longué.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)
  • Daniel Couturier, Longué-Jumelles d'hier et d'aujourd'hui, Éditions du vieux logis,
  • Georges Giraud, Longué pendant la Révolution : d'après les notes de Georges Giraud, présentation de Louis Rimbault, Ass. Amis de Notre-Dame de la Légion d'honneur (Impr. J. Lemercier),
  • Georges Giraud, Longué pendant la guerre mondiale 1939-1945, G. Giraud (Impr. J.Lemercier),
  • André Riette et Raymonde Deniau, Il était une fois les commerces à Longué : de 1900 à 2006, Éd. du Petit pavé, (ISBN 2-84712-119-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Longué-Jumelles (49), consulté le 6 novembre 2011 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. a et b Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, Fiche d'identité, consultée le 17 novembre 2010 - Le Parc naturel régional Loire Anjou Touraine est situé entre Tours et Angers, et regroupe 141 communes dans les deux départements d'Indre-et-Loire et de Maine-et-Loire.
  3. P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951, p. 10.
  4. a, b et c IGN et BRGM, Géoportail Longué Jumelles - 49 Maine et Loire - INSEE 49180, consulté le 17 novembre 2010.
  5. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Longué-Jumelles, indiquant une superficie de 9 620 ha et une altitude de 20 m / 78 m, consulté le 6 novembre 2011 - Le site de la communauté de communes Loire-Longué (Commune de Longué), indique quant à lui une superficie de 9 600 ha, et l'édition révisée de 1978 du Célestin Port (op. cit.) une superficie de 4 870 ha pour Longué (p. 380) et 4 749 ha pour Jumelles (p. 319).
  6. a et b IGN, Répertoire géographique des communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 - Données consultables sur WikiAnjou.
  7. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, Liste des zonages recensés sur la commune de Longué-Jumelles, consultée le 17 novembre 2010.
  8. Mairie de Longué Jumelles, Le Lathan : Longué-Jumelles, ville d’eau, consulté le 16 juin 2015.
  9. Comité météorologique départemental, Le climat de Maine-et-Loire, consulté le 17 novembre 2010.
  10. Réseau interurbain de Maine-et-Loire, AnjouBus, données mises à jour le 6 novembre 2011.
  11. Destineo, Transports en Pays de la Loire, consulté le 17 novembre 2010.
  12. a et b Insee, Données 2008 sur la commune de Longué-Jumelles, consulté le 19 juin 2012
  13. a, b, c et d Insee, Dossier complet sur la commune de Longué-Jumelles (49180), consulté le 31 juillet 2013
  14. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Longué-Jumelles, données mises à jour le 31 juillet 2013
  15. a et b Insee, Statistiques locales du territoire de Longué-Jumelles (49180), consultées le 20 novembre 2016.
  16. Insee, Code officiel géographique, Modifications des communes de Maine-et-Loire, consultées le 24 juin 2012.
  17. a, b et c Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine et Loire, Lachèse Belleuvre et Dolbeau, 1876, (Longué) t. 2 p. 538 et suivantes - selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  18. a, b, c, d et e École des hautes études en sciences sociales, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Longué-Jumelles, consultée le 6 novembre 2011 - Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l'ensemble du territoire français de l'époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  19. a, b, c, d et e Pierre-Louis Augereau, Les secrets des noms de communes et lieux-dits du Maine-et-Loire, Cheminements, 2005, p. 100 et 101.
  20. Célestin Port, op. cit., (Jumelles) t. 2 p. 426 et suivantes.
  21. a, b, c et d École des hautes études en sciences sociales, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Jumelles, consultée le 6 novembre 2011.
  22. Armorial des communes de Maine-et-Loire, Le blason des communes de l'Anjou de Gérard Byron-Clouzard.
  23. a, b, c, d et e Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874-1878, Édition révisée de 1978 par J. Levron P. d'Herbécourt R. Favreau et C. Souchon, (Longué) t. 2 p. 380 et suivantes.
  24. Prieuré sur Wiktionnaire.
  25. a, b et c Édition révisée de 1978 du Célestin Port (op. cit.), (Jumelles) t. 2 p. 319 et suivantes.
  26. Arrêté préfectoral du 28 décembre 1972 portant fusion par association des communes de Longué et de Jumelles, en vigueur au 1er janvier 1973.
  27. Loi n°71-588 du 16 juillet 1971 sur les fusions et regroupements de communes sur Legifrance.
  28. a, b et c INSEE, Code officiel géographique, consulté le 17 novembre 2010
  29. Vingt-sept élus (Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales) et deux élus supplémentaires comme le permet le statut de commune associée.
  30. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  31. « Les comptes des communes », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 15 juin 2011, mis à jour le 2 novembre 2014 - « Définition des rubriques », sur le site du Ministère de l’Économie et des Finances.
  32. « Les comptes des communes, Fiscalité », Ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie et Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’État. Consulté le 15 juin 2011, mis à jour le 2 novembre 2014.
  33. La taxe professionnelle a été remplacée en 2010 par la contribution économique territoriale (CET), composée de la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE).
    Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance).
  34. Insee, Composition de l'EPCI de Loire-Longué (244900791), consulté le 15 août 2013.
  35. a et b Office de tourisme Loire-Longué de la C.C. Loire-Longué, consulté le 18 novembre 2010
  36. a et b SMICTOM, syndicat mixte intercommunal pour la collecte et le traitement des ordures ménagères, consulté le 15 juin 2011.
  37. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Longué-Jumelles, consultée le 15 février 2015.
  38. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  39. Ministère de la Justice et des Libertés, Liste des juridictions compétentes pour 49160 Longué-Jumelles, consulté le 7 novembre 2011.
  40. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du Ministère des Affaires étrangères (consulté le 31 juillet 2013).
  41. Le Courrier de l'Ouest, Longué-Jumelles (Jumelage avec Sinsheim), parution du 7 novembre 2011.
  42. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  46. « Évolution et structure de la population à Longué-Jumelles en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012)
  47. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 octobre 2012)
  48. « Longué (49 3 17 180) », sur EHESS, Base Cassini (consulté le 24 mars 2013)
  49. « Jumelles (49 180) », sur EHESS, Base Cassini (consulté le 24 mars 2013)
  50. Conseil général de Maine-et-Loire, Commune de Longué-Jumelles, consulté le 17 novembre 2010.
  51. Délégation Internet (gouv), Accès public accompagné à Internet, consulté le 12 août 2012.
  52. a, b, c, d, e, f et g Mairie de Longué Jumelles, Ville de Longué-Jumelles, consulté le 17 novembre 2010.
  53. Fédération Hospitalière de France, Centre hospitalier (Longué-Jumelles), consulté le 7 novembre 2011.
  54. Jules Verne, Géographie illustrée de la France et de ses colonies, J. Hetzel, , p. 398.
  55. Insee, Statistiques locales 2008 du territoire de Longué-Jumelles, consultées le 31 janvier 2011.
  56. Insee, Statistiques locales 2010 du territoire de Longué-Jumelles, consultées le 10 février 2013.
  57. INAO, Fiche de Longué Jumelles (49), consultée le 17 novembre 2010 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), IGP Indication géographique protégée (CE).
  58. a et b Canton de Longué-Jumelles, tel que constitué avant la réforme territoriale de 2014 (voir canton de Longué-Jumelles).
  59. a et b Insee, Statistiques locales du canton de Longué-Jumelles (4917), consulté le 10 février 2013.
  60. Insee, Statistiques locales 2009 du canton de Longué-Jumelles, consulté le 8 novembre 2011.
  61. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 17 novembre 2010.
  62. Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine, Maine et Loire, consultée le 8 novembre 2011.