Chécy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chécy
Chécy
Le canal d'Orléans à Chécy.
Blason de Chécy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Intercommunalité Orléans Métropole
Maire
Mandat
Jean-Vincent Valliès
2020-2026
Code postal 45430
Code commune 45089
Démographie
Gentilé Caciens
Population
municipale
8 667 hab. (2017 en augmentation de 0,96 % par rapport à 2012)
Densité 560 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 39″ nord, 2° 01′ 39″ est
Altitude Min. 95 m
Max. 116 m
Superficie 15,47 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Jean-de-Braye
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Chécy
Géolocalisation sur la carte : Loiret
Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Chécy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chécy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chécy
Liens
Site web www.checy.fr

Chécy est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

La commune, située dans le périmètre inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, possède des paysages et des milieux écologiques remarquables, ainsi qu'un certain cachet patrimonial autour du canal et du vieux bourg. Si elle s'est développée autour de son activité commerciale, elle devient au début du XXIe siècle de plus en plus résidentielle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Chécy et des communes limitrophes.

La ville est située dans l'aire urbaine et l'unité urbaine d'Orléans à 10 km à l'est d'Orléans et 117 km au sud de Paris sur la rive droite de la Loire. Les deux ponts les plus proches sont, en amont celui de Jargeau (à 9 km), et en aval le pont René Thinat à Orléans (à 9,5 km).


Communes limitrophes de Chécy
Boigny-sur-Bionne
Saint-Jean de Braye Chécy Mardié
Combleux La Loire Bou

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la commune de Chécy.
  • Fz : Alluvions récentes des lits mineurs (Holocène)
  • Fy : Alluvions récentes des levées et montilles de la Loire (Holocène
  • Fw : Alluvions de haute terrasse de la Loire (Pléistocène (Riss))
  • m2MSO : Marnes et sables de l'Orléanais (Burdigalien)
  • m2MCO : Marnes et calcaires de l'Orléanais (Burdigalien)
  • m1MBI : Marnes de Blamont (Aquitanien)
  • m1CPi : Calcaires de Pithiviers (Aquitanien)
$ : Carrière à ciel ouvert

La région d’Orléans se situe dans le sud du Bassin parisien, vaste cuvette composée d’un empilement de couches sédimentaires d’origines essentiellement détritiques (issus de l’érosion d’anciennes chaînes de montagnes) et carbonatées (précipitation de carbonate de calcium). Ces dépôts s'étagent du Trias (- 250 millions d’années) au Pliocène (- 23 millions d’années) et se font surtout en contexte marin, mais aussi en milieu lacustre. Les successions de périodes glaciaires et interglaciaires au Quaternaire aboutissent à la configuration géomorphologique actuelle : altération plus ou moins profonde des roches en place, terrasses alluviales anciennes perchées sur les plateaux et incision de la vallée actuelle de la Loire[1],[2].

Les calcaires de Beauce, qui constituent le socle du territoire communal, se forment à l'Aquitanien (de - 23 à - 20,5 millions d’années). Leur partie supérieure, les marnes et calcaires de l’Orléanais (m2MCO), occupe la partie centrale de la commune[3]. Les marnes et sables de l’Orléanais (m2MSO), premiers dépôts burdigaliens (de – 20,44 à – 15,97 millions d'années) recouvrant les calcaires de Beauce, occupent la partie ouest de la commune. Ces sables sont essentiellement composés de grains de quartz émoussés, accompagnés de feldspaths kaolinisés et friables, de silex à patine noire et de graviers calcaires particulièrement fréquents à la base de la formation[4],[3]. Cette formation est elle-même surmontée par les sables et argiles de Sologne (m3-p1SASO), datés du Langhien supérieur au Pliocène inférieur, une formation composée de sables (quartz gneissique ou granitique) argileux très grossiers à fins et de lentilles d’argile verte, pure ou sableuse, occupant une partie est de la commune[5].

Divers alluvions complètent cette stratigraphie géologique : des alluvions fluviatiles anciennes, les hautes terrasses de la Loire, comprises entre 10 et 30 m (Fw) et affleurant dans une grande partie nord du territoire communal, et des alluvions plus récentes, datant de l'Holocène (Fz), situées dans le lit mineur de la Bionne et de l'Oussance datant de l'Holocène, des sables quartzeux émoussés repris des Sables de l'Orléanais sous-jacents érodés par les cours d'eau, mais aussi des alluvions de la Loire (Fy) [2].

Fragmentés et fissurés, les calcaires peuvent être le siège de phénomènes karstiques. Les circulations préférentielles d’eaux souterraines érodent ces calcaires en profondeur et entraînent la formation de dépressions, gouffre ou dolines. Les manifestations en surface de ces fragilités ne sont pas rares dans la région orléanaise. 39 cavités ont été inventoriées par le service régional Centre du BRGM sur la commune, en octobre 2003 : six gouffres et des dolines (dépressions circulaires ou elliptiques liée à l'activité karstique) et un gouffre[6].

Le territoire communal est relativement plat puisque la dénivelée maximale est de 21 mètres. L'altitude du territoire varie en effet de 95 mètres à 116 mètres[7],[8].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Chécy.

La commune est traversée par le Canal d'Orléans (4,364 km) et la Loire (1,022 km), qui constitue la limite sud du territoire communal. Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 20,28 km, comprend deux autres cours d'eau notables, l'Oussance (4,101 km) et la Bionne (1,58 km), et divers petits cours d'eau[9].

Le canal d’Orléans court sur 78,65 kilomètres entre Orléans, où il débouche dans la Loire et Châlette-sur-Loing, où il rejoint le canal du Loing et le canal de Briare au niveau du bief de Buges. La commune de Chécy est traversée par le bief de Combleux, d'une longueur de 5 450 m entre l'écluse de Pont-aux-Moines sur la commune de Mardié et l'écluse de la Patache sur la commune de Combleux. Le canal est en plein essor de 1692 à 1793. De 1 500 à 2 000 bateaux remontent chaque année la Loire depuis Nantes pour gagner Paris. A Chécy, le Port-à-l'Ardoise est aménagé et permet, à partir de 1783, le débarquement de matériaux de construction en provenance de l'Anjou. Le port de la Herpinière, à Chécy également, accueillait déjà les vins locaux et ceux de la rive opposée de la Loire[10]. Mais avec la concurrence du rail, le trafic diminue puis disparaît complètement au début du 20e siècle. Le canal est déclassé en 1954 des voies navigables et entre dans le domaine privé de l’État[11]. Des promenades dans un bateau pouvant accueillir une centaine de places sont aujourd'hui proposées entre le port d'attache de Pont-aux-Moines et Combleux en aval[12].

Le cours de la Loire s’insère dans une large vallée qu’elle a façonnée peu à peu depuis des milliers d’années. Elle traverse le sud du département du Loiret depuis Beaulieu-sur-Loire jusqu'à Beaugency, avec un cours large et lent. La Loire présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. La station hydrométrique la plus proche de la commune et servant de référence en cas de crue est celle d'Orléans, au droit du pont Royal. Le débit mensuel moyen (calculé sur 55 ans pour cette station) varie de 96,80 m3/s au mois d'août à 600 m3/s au mois de février. La Loire connaît toutefois en cas d'intempéries exceptionnelles des pics de débits très importants, le maximum ayant été atteint sur cette station le avec 3 130 m3/s. Le débit maximal de la Loire calculé pour les crues maximales de 1856 ou 1866 est de l'ordre de 7 000 m3/s[13],[14]. La hauteur maximale a été atteinte le 2 juin 1856 avec 7,10 m[15].Son débit est régulé par des barrages amont (Naussac en amont sur l’Allier et Villerest). Ces barrages interviennent pour le soutien d’étiage (débit minimum de 60 m3/s en étiage à Gien) et Villerest permet également d’écrêter les crues. La Loire est un cours d’eau domanial classé en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche). Depuis les années 1990 ce type de rivières est également peuplé de silures[16].

Le Cens, d'une longueur totale de 19,9 km, prend sa source dans la commune de Nibelle et se jette dans le Canal d'Orléans à Orléans, après avoir traversé 11 communes[17].

La Bionne, d'une longueur totale de 18,9 km, constitue la limite ouest de la commune. Elle prend sa source dans la commune de Loury et se jette dans le Canal d'Orléans à Saint-Jean-de-Braye, après avoir traversé 7 communes[18]. Sur le plan piscicole, la Bionne est classée en deuxième catégorie piscicole[19].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1970-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,4 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 5,5 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,4 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 673 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,2 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,4 j

La commune bénéficie d’un climat « océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes du Loiret. Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires et les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l’ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée[20].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[20]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Orléans-Bricy, qui se trouve à 21,60 km à vol d'oiseau[21], où la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[22], à 11,2 °C pour 1981-2010[23], puis à 11,7 °C pour 1991-2020[24].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[25],[26].

Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Chécy sont au nombre de deux[INPN 1].

Numéro Type Nom Arrêté Localisation
FR2400528 SIC (Directive « Habitats ») Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire Arrêté du 13 avril 2007[27] Dans les parties est et sud de la commune[28].
FR2410017 ZPS (Directive « Oiseaux ») Vallée de la Loire du Loiret Arrêté du 4 mai 2007[29] Dans les parties est et sud de la commune[28].

Le site de la « Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire », d'une superficie de 7 120 ha, concerne 51 communes. La délimitation de ce site Natura 2000 est très proche de celle correspondant à la Directive Oiseaux. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux ligériens liés à la dynamique du fleuve, qui hébergent de nombreuses espèces citées en annexe II de la directive Habitats[INPN 2].

Le site de la « Vallée de la Loire du Loiret » s'étend sur une superficie de 7 684 ha et concerne la vallée de la Loire dans le Loiret. Cette ZPS se poursuit en amont et en aval sur les départements voisins. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux et les espèces ligériens liés à la dynamique du fleuve. Ces milieux hébergent de nombreuses espèces citées en annexe I de la directive Oiseaux. Le site est caractérisé par la présence de colonies nicheuses de sternes naines et pierregarin et de mouette mélanocéphale. Des sites de pêche du Balbuzard pêcheur sont également présents. Le site est également lieu de reproduction du bihoreau gris, de l'aigrette garzette, de la bondrée apivore, du milan noir, de l'œdicnème criard, du martin-pêcheur, du pic noir, de la pie-grièche écorcheur[INPN 3].

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

Carte des ZNIEFF de la commune et de ses abords.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Chécy comprend trois ZNIEFF[INPN 4].

  • les « Grèves d'Albœuf et de la Haute île », de type 1[Note 2] et de 76 hectares. La zone s'étend sur 3 communes (Bou, Chécy et Sandillon) et se situe à la sortie du méandre de Sandillon, entre les communes de Bou et de Sandillon[30]. Son altitude est de 97 m[INPN 5]. La zone comprend plusieurs grèves d'étendue et de forme variables selon le niveau de la Loire et selon les années. Au cours des dernières années, ces grèves ont accueilli l'une des plus importantes colonies de sternes du département[INPN 6].
  • les « Ile et grèves de Combleux », de type 1 et de 127,97 hectares. La zone s'étend sur 5 communes (Chécy, Combleux, Saint-Denis-en-Val, Saint-Jean-de-Braye et Saint-Jean-le-Blanc) et se situe dans le lit mineur de la Loire à l'amont de l'agglomération d'Orléans, donc en milieu périurbain[31]. Son altitude est de 100 m[INPN 7]. La pulicaire commune (Pulicaria vulgaris) est présente de manière constante en plusieurs stations, dont le nombre de pieds est important. Le Castor (Castor fiber) est installé de manière pérenne et s'y reproduit chaque année. Il s'agit d'un site important pour cette espèce dans le département du Loiret. Concernant l'avifaune, cet espace assure une fonction de halte migratoire du fait de sa situation dans la partie la plus septentrionale du fleuve et de la présence de surfaces notables de grèves[INPN 8].
  • la « La Loire orléanaise », de type 2[Note 3] et de 35 hectares de superficie. La zone s'étend sur 41 communes, dont 39 communes dans le Loiret et dont Bou. Elle correspond à la boucle septentrionale du fleuve[DREAL 1]. Son altitude varie entre 80 et 135 m[INPN 9]. Elle se caractérise par un lit mineur largement occupé par des îles et grèves sableuses. Ces milieux soumis au marnage annuel recèlent de multiples habitats plus ou moins temporaires. C'est pratiquement la seule section qui présente des méandres. On observe, sur les basses terrasses, quelques formations sablo-calcaires[INPN 10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Reproduction d'une confirmation de la charte d’affranchissement de 1180 des serfs et des serves de la région d’Orléans et notamment ceux de la voirie de Chécy.

Chécy est l’héritière de l'ancienne Cattiacum (ou Cacciacum ou Caciacum) ou villa Cattiii (Caccii). Le village s'est en effet développé à partir du Domaine de Cattius (Caccius ou Cacius), un riche propriétaire terrien de l'époque gallo-romaine, le vocable en bas latin Caciacus étant formé du gentilice Cacius, suivi du suffixe acus[32],[33].

Seuls, une mention de possession ecclésiastique (« Capsiacus » dans une charte de 990 donnée par Hugues Capet confirmant les possessions de Sainte-Croix[34]) et un patronyme (« Bardulfus de Calciaco » vers 980[35],[32]), sont attestées avant l’an 1000. Pourtant la « villa Caciacum », dépendant comme tout l'Orléanais du pouvoir royal, relevait des Capétiens depuis l'avènement de Hugues Capet en 987.

II faut cependant attendre l'accession de Philippe II Auguste au trône de France en 1180, pour qu'apparaisse enfin un acte relatif au statut cacien. Il s'agit en l'occurence d'une charte donnée cette même année par Louis VII le Jeune puis confirmée par son fils Philippe Auguste, qui octroie l'affranchissement aux serfs et serves se trouvant à Orléans et dans les cinq lieues environnantes, à savoir : Meung, Gémigny, Champs (à Saint-Sigismond), la voirie de Chécy (« viatoriam caciaci »), le bailliage de Saint-Jean-de-Braye, celui de Saint-Martin-sur-Loiret (Olivet), Saint-Mesmin, le bailliage de Neuville, Rebréchien, etc[36]...

Chécy sur la carte de Cassini (limites communales modernes en jaune) .

N'étant pas soumise à une tutelle seigneuriale locale, la ville de Chécy était administrée directement par le roi et l'agent voyer de la voirie de Chécy avait puissance juridique pour faire respecter les décisions royales. Treize ans après la charte d'affranchissement, Philippe Auguste se mariait en secondes noces avec Ingeburge, princesse danoise. Mariage tumultueux puisqu'il la répudia le lendemain de ses noces pour ne la reprendre que sous la pression des ecclésiastiques en 1213. Il avait cependant eu le temps de lui assigner en 1193, un douaire dans lequel figure que le roi donnait en dotation la prévôté d'Orléans et Chécy (« Checiaco » en latin), Châteauneuf et Neuville. À la mort du roi, la reine Ingeburge demanda à Louis VIII, fils de Philippe Auguste et futur père de Louis IX (Saint-Louis), de maintenir le douaire donné par son mari en 1193. Louis accepta et c'est dans cette charte de 1223 qu'il est mentionné que le roi lui accordait, entre autres, les taxes de rachat de la non-catholicité des juifs d'Orléans, de Chécy et de Châteauneuf[37].

Plusieurs mentions peuvent ensuite être signalées : « In parrochia de Chaciaco  » en 1221[38], «  Checiacum» en 1249[39], puis la graphie est stabilisée avec « Chécy » dans « La maison et les vignes de Chécy » en juin 1307[40], ou en décembre 1383[41], en janvier 1393[42] ou en mars 1489[43],[32], au XVIIIe siècle sur la Carte de Cassini ou en 1801, dans l'arrêté du 5 vendémiaire an IX portant réduction des justices de paix du département du Loiret[44].

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

L’habitation de la région orléanaise commence dès l’époque gallo-romaine. La région constitue un lieu de passage le long de la Loire. À Chécy, on a retrouvé les traces d’un carrefour de voies romaines, reliant Orléans (en passant par Saint-Jean-de-Braye), Paris, Gien et Sens. De plus, les Romains plantent les premières vignes, à proximité de la Loire, et cette activité perdurera jusqu’au XXe siècle[45].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, l’agriculture progresse aux dépens de la forêt, laissant des résidus forestiers sur les hauteurs tandis que les terres limoneuses, riches, sont cultivées. La vigne se développe et l’Orléanais est au cœur du domaine royal. La navigation sur le fleuve prend de l'ampleur en lien avec cette production commerciale, et le port de Chécy est le lieu d'une importante activité. Entre 950 et 1100, Chécy perd de son territoire au profit de Combleux au sud-ouest et de Mardié (lieu-dit de Pont-aux-Moines au nord-ouest). Une léproserie est en activité sur la commune, sur une période allant au moins du XIIe au XVe siècle. Jeanne d'Arc s'arrête à Chécy le avant de partir reconquérir Orléans. Au début du XVIe siècle, le fleuve change de cours. Le port de Chécy, à sec, est abandonné[46].

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les vignerons représentent les deux tiers des métiers exercés. Au XVIIe siècle également, le canal d’Orléans est construit. Sous la Révolution française et le Premier Empire, le canal est la voie la plus fréquentée de France, et il résulte des embouteillages aux écluses une vie foisonnante à Chécy et Combleux[45].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Nouvelle organisation territoriale[modifier | modifier le code]

Le décret de l'Assemblée Nationale du décrète « il y aura une municipalité dans chaque ville, bourg, paroisse ou communauté de campagne ». Ce décret ne crée pas encore les communes, mais les municipalités, témoignant et entretenant une confusion entre l'institution et le territoire et ouvrant la porte à un nombre considérable de municipalités[47]. En 1790, dans le cadre de la création des départements, le Loiret compte alors 367 municipalités, rattachées à 59 cantons et 7 districts[48]. La municipalité de Checy est rattachée au canton de Saint Jean de Braye et au district d'Orléans[49]. Le terme « commune », au sens de l’administration territoriale actuelle, est imposé par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II () : « La Convention nationale, sur la proposition d’un membre, décrète que toutes les dénominations de ville, bourg ou village sont supprimées et que celle de commune leur est substituée »[50]. Ainsi la municipalité de Checy devient formellement « commune de Checy » en 1793[49].

Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du , et ne conservent qu'un rôle électoral, permettant l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[51],[52]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, considérés comme des rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance en retrouvant une fonction administrative[51]. Enfin, sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 58 à 31[Note 4],[53]. Chécy est alors rattachée au canton Chécy et à l'Arrondissement d'Orléans par arrêté du 9 vendémiaire an X ()[54],[49],[55]. Cette organisation va rester inchangée pendant près de 150 ans.

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1829, les bancs de sables accessibles depuis la rive sud mais liés administrativement à la rive nord du fait des droits paroissiaux sont rattachés aux communes de Sandillon et Saint-Denis-en-Val. Chécy perd ainsi 320 nouveaux hectares, pour obtenir sa forme actuelle. En 1912, l'épidémie du phylloxéra détruit une partie des vignes. C'est le début d'une période de crise (guerres mondiales, crise économique). Le développement des machines agricoles conduit à réaliser des cultures de plein-champ plutôt que de replanter les vignes.

D'ancienne commune rurale basée sur l'économie fluviale, Chécy est devenue depuis la fin du XXe siècle une commune périurbaine et tertiaire où les lotissements se multiplient. Il ne reste que quelques hectares de vigne que perpétuent l'association CAVE[56], par contre l'agriculture de pleins champs et les vergers sont encore présents sur le territoire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation du sol[modifier | modifier le code]

Différents bois occupent les parties périphériques de la commune : la Guignardière, le bois de l'Ormeteau, la Bretauche, les berges de la Bionne. À ces portions forestières, il faut ajouter le parc du château du Croc, ainsi que différents boisements ligériens. La pointe au sud du canal est en partie inondable : elle n'est urbanisée que le long d'une rue, le reste de ce territoire étant consacré à des vergers, des pâtures et au camping municipal. Le Parc d'activité se situe à l'est de la commune. L'urbanisation ancienne est concentrée au nord du canal, hormis quelques bâtisses plus anciennes dispersées dans la commune. L'urbanisation récente est située au centre de la commune, à proximité du collège et de la piscine, ainsi que dans les lotissements des huttes et de la Malécotière au nord de la RD 2060 (localement dénommée tangentielle). En dehors de la voie rapide et de la voie de chemin de fer, des grands champs ainsi que de petites routes de campagne occupent la partie est.

Planification[modifier | modifier le code]

Plan local d'urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune a réalisé (par révision de son ancien Plan d'occupation des sols ou POS) un Plan local de l'urbanisme (PLU) exemplaire d'un point de vue environnemental, et s'est associé à l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) pour réaliser une analyse environnementale de l'urbanisme (AEU) préalable au PLU, de 2005 à 2006[57]. Cette démarche est assez novatrice dans la région Centre pour une commune inférieure à 10 000 habitants. Le PLU a été approuvé en décembre 2007.

SCOT de l'agglomération orléanaise[modifier | modifier le code]

Le schéma de cohérence territorial (SCOT) de l'agglomération orléanaise, approuvé en décembre 2008, s'applique à la commune de Chécy.

Logement[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune de Chécy (avec indication du trafic routier 2014).

Le territoire de la commune est traversé par les routes départementales 8 (qui va vers Vennecy, et Rebréchien au nord) et 960 (vers Orléans à l'ouest et Saint-Denis-de-l'Hôtel à l'est), par la route nationale 60 ou tangentielle d'Orléans (Orléans à l'ouest, Châteauneuf-sur-Loire à l'est) ainsi que par la ligne ferroviaire Orléans - Gien.

La commune est desservie par les autocars du réseau Ulys, ainsi que par les transports de l'agglomération orléanaise (TAO) à travers les lignes 8, 15 et 34.

Elles desservent toutes deux la plupart des quartiers résidentiels de Chécy, ainsi que le centre commercial Chécy Belles Rives. Le terminus ouest des deux lignes est le pôle d'échange Léon Blum à Saint-Jean-de-Braye : il permet une correspondance avec la ligne B du tramway.

Chécy est traversée par le canal d'Orléans emprunté pour un tourisme fluvial. La Loire, autrefois navigable, n'est plus empruntée que pour des occupations sportives (kayak de bon niveau) ou de loisirs (bateaux à voile à fond plat traditionnels).

Risques naturels et technologiques majeurs[modifier | modifier le code]

La commune de Chécy est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement de la Loire ou de ruisseaux), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique. Elle est également exposée à un risque technologique : le transport de matières dangereuses[58]. Entre 1983 et 2016, dix arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune de Chécy dont trois pour des inondations et coulées de boue et sept pour des mouvements de terrain[59].

Risque d'inondation[modifier | modifier le code]

Zone inondable de la commune de Chécy.

La Loire est à l'origine des dégâts les plus importants sur la commune en cas de crue majeure. Les crues historiques sont celles de 1846, 1856, 1866 et 1907. Aucune crue n'a atteint depuis 1907 les hauteurs atteintes lors de ces événements catastrophiques[60].

La zone inondable de la commune fait partie du val d'Orléans qui s’étend sur 33 km de longueur, du hameau de Bouteille à l’amont au confluent du Loiret à l’aval[61]. Ce val est protégé par une levée en terre, la levée d'Orléans, de 45 km de longueur, interrompue à 3,5 km environ en amont du confluent du Loiret. Il est inondé par le remous de la Loire dans la confluence du Loiret dès les premières crues simulées[62]. Cette levée a été renforcée sur toute sa longueur. Le niveau de protection historique est celui visé par la construction du déversoir de Jargeau, aménagé à la fin du XIXe siècle à l'emplacement des brèches qui s'étaient produites en 1846, 1856 et 1866 et conçu initialement pour fonctionner au-delà de la cote de Loire à l'échelle d'Orléans proche de 6 m (crue de 1825, n'ayant pas occasionné de brèches). Les lignes d’eau en crue ont toutefois beaucoup changé depuis du fait de l’évolution morphologique du lit de la Loire, conséquence des ouvrages de navigation qui ont été réalisés au XIXe siècle et de l’extraction massive de matériaux en deuxième partie du XXe siècle. Le déversoir ne remplit donc plus sa fonction de protéger la levée d’Orléans des surverses et il ne permet plus de définir l’objectif de protection du système d’endiguement[63].

L'analyse menée dans le cadre de l'étude de danger des digues, montre qu'aujourd'hui, le niveau de protection apparent de la levée est associé à une crue de période de retour d'environ 200 ans, soit une hauteur d'eau à l'échelle d'Orléans estimée à 5,75 m[64]. Les zones de surverses probables mises en évidence se situent de l'amont vers l'aval, à Guilly, Tigy et Saint-Denis-en-Val (lieu-dit de Château Lumina)[64]. Par ailleurs, ces études montrent aussi que des défaillances avant dépassement des ouvrages sont probables, en particulier à Guilly, Tigy et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin. Pour le secteur de Guilly, la probabilité de rupture n'est plus négligeable dès la crue de période de retour de 70 ans, soit une cote d'environ 4,60 m à l'échelle d'Orléans. Cette cote définit le niveau de sûreté actuel de la digue d'Orléans et correspond au seuil de déclenchement du plan d'évacuation massive de l'agglomération d'Orléans en cas de crue[64].

La zone inondable de la commune de Chécy couvre une surface de 401 hectares, soit 26 % du territoire communal. Cette zone se répartit en 94 ha en espaces agricoles, 69 ha en eau, 126 ha en espaces naturels, 4 ha en serres et 108 ha en surfaces urbanisées[65]. 1 707 personnes résident dons cette zone[66].

Le risque d'inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) du val d'Orléans - val amont, approuvé le [67]. Deux nouveaux types de zones sont apparues par rapport au précédent PPRI, plus restrictives pour une meilleure protection des usagers : la zone de dissipation d'énergie (ZDE) et la zone d'expansion de crue (ZEC). Dans la ZDE, située immédiatement à l’arrière des levées, qui serait fortement impactée en cas de brèche ou de rupture de digue, toute construction nouvelle est interdite. La ZEC quant à elle correspond aux secteurs naturels ou agricoles qu’il convient de préserver pour l’étalement des eaux en cas d’inondation et éviter l’accroissement des risques[68]. La ZDE de Chécy, d'une superficie de 10 ha, La ZDE concerne le nord-ouest du secteur résidentiel « Le Moulin de Lazare » et un secteur naturel au sud[69].

Deux documents permettent de définir les modalités de gestion de crise et d'organisation des secours : au niveau départemental, le Dispositif ORSEC départemental spécialisé déclenché en cas d'inondation de la Loire, le plan ORSIL[Note 5], et au niveau communal le plan communal de sauvegarde[70].

Risque de mouvements de terrain[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[71]. Par ailleurs le sol du territoire communal peut être faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[72]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. La plus grande partie du territoire de la commune est soumise à un aléa « faible » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). Différentes bandes sont en aléa « moyen » (une bande courant de Combleux au centre-ville en passant par le Givroux, le petit Cochereau, la Cigogne, le Hameau et une zone au nord de la commune : le Petit Bourgneuf et le Grand Bourgneuf) et en aléa « fort » (l'Aveugle, le Cygne, Malécotière) [73].

Transport de matières dangereuses[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses peut survenir en cas d'accident impliquant une unité mobile (ex. camion) ou une canalisation transportant des matières dangereuses (toxique, inflammable...). Une matière dangereuse est une substance susceptible de présenter un danger et des conséquences graves pour l'homme et son environnement. À Chécy, le facteur prépondérant de risque est le transport routier empruntant la RD 2060[58].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Chécy est membre de l'intercommunalité Orléans Métropole, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Orléans. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux. En 2020, il s'agit du Syndicat mixte aménagement desserte aérienne de l'Ouest du Loiret (SMAEDAOL), du Syndicat mixte des bassins versants de la Bionne et du Cens et du Syndicat mixte d'aménagement hydraulique (SMAH) du bassin de la Retrêve et de son affluent le ruisseau du Renard[74].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Orléans, au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[75]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Jean-de-Braye pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[75], et de la sixième circonscription du Loiret pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[76].

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

La mairie de Chécy
La mairie de Chécy.

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Chécy, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[77], pour un mandat de six ans renouvelable[78]. Il est composé de 29 membres [79]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil. Jean-Vincent Valliès est maire depuis 2014.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1896 Dufour    
1896   Charles de Saint-Paul Cons.  
1908 1911 Mathieu Benard-Coutant    
1911 1919 Eugène Creusillet-Bérault    
1919 1929 Victor Moullé    
1929 1940 Albert Creussillet    
1940 1942 Henri Fouqueau    
1942 1944 Marcel Basseville    
1944 1953 André Prévost    
1953 1957 Henri Létang    
1957 1963 Jean Beaudoin    
1963 1965 Robert Moizard    
1965 1971 André Tissier    
1971 1982 Robert Moizard RPR Commerçant
1982 1995 Gérard Lambert RPR Médecin
1995 2001 Daniel Coulaud PS Docteur en géographie et urbaniste
2001 2008 Francis Duché UMP Cadre d'exploitation
Président de la SEMTAO
2008 En cours Jean-Vincent Valliès[80],[81] PS puis DVG[82] Responsable service protection de l'enfance
Conseiller régional (2010-2015)
Vice-président d'Orléans Métropole

En 2008, la commune a reçu le label « Ville Internet »[83].

Finances de la commune[modifier | modifier le code]

La commune est depuis 2007 en situation de surendettement[84].

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Jumelage
Partenariat

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Gestion de l'eau[modifier | modifier le code]

Eau potable[modifier | modifier le code]

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[88]. La production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal était assurée en régie jusqu'au , par le SIAEP[Note 6] Vals Loire Bionne & Cens[89]. La gestion de l’eau étant une compétence obligatoire des communautés urbaines[90] et des métropoles[91], la communauté urbaine Orléans Métropole s'est substituée à la commune pour la mise en œuvre du service public d'eau potable lors de la transformation de la communauté d'agglomération Val de Loire en communauté urbaine le , puis c'est la métropole Orléans Métropole le qui a pris cette compétence. La ville de Chécy est alimentée en eau potable par deux forages pompant l'eau à 100 m de profondeur dans la nappe souterraine des calcaires de Beauce : le forage de Grainloup, route de Vennecy, mis en service en 1957, et le forage Le Godet - Échelette, mis en service en 1977[92].

Eaux usées[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[93], est assurée depuis le par la Communauté de l'Agglomération Orléans Val de Loire, puis le par la communauté urbaine et enfin depuis le par Orléans Métropole[94].

Depuis le , la métropole a signé un contrat de délégation de service public avec la société Suez Environnement pour l'exploitation des réseaux et ouvrages de transport de 11 communes du territoire métropolitain dont Chécy[95]. Le réseau comprend un réseau unitaire (eaux usées + eaux pluviales) de 11 946 ml, un réseau séparatif eaux usées de 43 160 ml et un réseau d'eaux pluviales de 19 595 ml. Sur la commune, on compte 4 stations de relevage pour les eaux usées [94]. Ces stations peuvent contenir de une à quatre pompes dont les puissances peuvent varier de 1,3 kW à 140 kW (soit de 3 l/s à 450 l/s)[96].

Un zonage d'assainissement, qui délimite les zones d'assainissement collectif, les zones d'assainissement non collectif et le zonage pluvial[97] a été réalisé par l’AgglO et a été approuvé par délibération du conseil de communauté du [98].

La commune est raccordée à une station d'épuration située sur le territoire communal[99]. Cet équipement, dont la capacité est de 25 000 EH, a été mis en service le [100] et son exploitation est assurée depuis mai 2016 par Véolia[95].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Sites de collecte, de traitement et de valorisation des déchets de la communauté urbaine d'Orléans Métropole, avec localisation de la commune de Chécy.

La collecte, le traitement et la valorisation des déchets est une compétence exclusive de la communauté urbaine Orléans Métropole depuis 2000 (l'intercommunalité était alors communauté de communes). La collecte des déchets ménagers résiduels (DMr)[Note 7] est effectuée en porte-à-porte sur toutes les communes de la communauté urbaine, Un réseau de six déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, cartons…), dont une est installée à Chécy dans le Parc d’activités de la Guignardière – rue Pierre et Marie Curie[101].

Une unité de traitement permettant la valorisation énergétique (l’incinération des déchets ménagers résiduels) et la valorisation matière des autres déchets (corps creux, corps plats et multimatériaux) est en service sur la commune de Saran depuis 1996. Elle est exploitée par la société ORVADE, filiale du groupe Veolia[102].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Chécy est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans-Est. La commune possède deux écoles maternelles, trois écoles primaires et un collège[103].

  • Groupe scolaire Albert Camus, une école maternelle et une école primaire ;
  • Groupe scolaire Jean-Baudoin, une école maternelle et une école primaire ;
  • École privée Notre-Dame-de-la-Bretauche, école primaire ;
  • Collège Pierre-Mendès-France.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Centre aquatique : l'Aquacienne ;
  • Stade communal et gymnase ;
  • Association Sportive de Chécy (ASC).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[104]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[105].

En 2017, la commune comptait 8 667 habitants[Note 8], en augmentation de 0,96 % par rapport à 2012 (Loiret : +2,39 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4001 5331 6361 8081 9451 9642 0181 9962 103
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0092 0111 8041 9781 8381 8361 9821 8511 812
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 7781 8111 7341 5781 5871 5911 5371 6231 858
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 0102 2833 9866 2997 1777 2217 8637 9538 044
2013 2017 - - - - - - -
8 7568 667-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[106] puis Insee à partir de 2006[107].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune a toujours eu une tradition commerciale. Aujourd'hui, le tertiaire reste l'activité dominante : zone commerciale (39 boutiques), commerces de proximité, services (36 entreprises en centre-bourg) mais aussi un peu de tourisme (camping...). Le parc d'activité possède une superficie de 66 hectares et regroupe 51 entreprises ; 46 entreprises se trouvent par ailleurs le long de la route nationale[108]. L'agriculture est néanmoins encore présente.

Culture[modifier | modifier le code]

L'espace George Sand est un centre culturel. La commune possède également une salle des fêtes et deux salles communales.

Au niveau gastronomique, on peut signaler le fromage orléanais Chécy qui porte le nom de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre.
  • L'église Saint-Pierre comprend une tour-clocher du XIIe siècle, un chœur et le transept du XIIIe siècle. Elle est classée monument historique depuis le [109]. On y voit un triptyque, La crucifixion, œuvre du peintre François Legrand.
  • Le château de la Prêche, privé, date du XVIIe siècle, sauf l'aile qui date du XIXe siècle. Il est classé MH depuis le [110].
  • Le château et communs de la Herpinière est privé ; il date des XVIIe et XIXe siècles.
  • Le château de Reuilly, privé, date du XVIIIe siècle.
  • Le château du Croc, privé, date des XVIIe et XIXe siècles.
  • Le château de Portmorand n'est constitué que de quelques restes du XVIe au XVIIIe siècle.
  • Le château de la Bretauche, demeure privée, a été habitée en particulier par Daniel-François Legrande de Melleray, intendant des finances du duc d'Orléans durant la Régence.
  • Le musée de la Tonnellerie date de 1989. Il retrace l'histoire de la vigne et la vie des tonneliers[111].
  • Le bassin de radoub dit cale à Giraud faisait partie d'un projet de gare d'eau en 1833. Finalement seul le bassin fut réalisé en 1895. Il fait partie de l'inventaire général du patrimoine culturel depuis 2000[112].
  • Le pont du canal d'Orléans fut construit au XVIIIe siècle. Une partie fut reconstruite en 1871 puis en 1928. Il fait partie du même inventaire[113] ;
  • Le bief de Combleux du canal d'Orléans ;
  • La levée de la Loire.

Par ailleurs, il existe des associations pour la préservation du patrimoine : CAP (Chécy, les Amis du Patrimoine)[114], CAVE (Chécy, les amis de la VignE)[56] et ANCO, l'association pour la navigation du canal d'Orléans[115].

Sites et paysages remarquables[modifier | modifier le code]

Patrimoine mondial de l'Unesco[modifier | modifier le code]

Le , le Val de Loire, dans son cours moyen de Sully-sur-Loire (Loiret) à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) comme « paysage culturel ». Cette inscription reconnaît au site une « valeur universelle exceptionnelle » fondée sur la densité de son patrimoine monumental, architectural et urbain, l'intérêt du paysage fluvial et la qualité exceptionnelle d’expressions paysagères héritées de la Renaissance et du Siècle des Lumières. Toute altération de la V.U.E. est considérée comme une perte pour la mémoire de l’Humanité[116]. Le préfet de la région Centre, préfet coordonnateur, approuve le plan de gestion pour le Val de Loire patrimoine mondial par arrêté en date du 15 novembre 2012[DREAL 2]. Trente-cinq communes du Loiret sont concernées[DREAL 3], dont Chécy qui a une frange de son territoire inscrite et le reste en zone tampon[DREAL 4].

Site classé[modifier | modifier le code]

Le site dénommé « site de Combleux » » est classé au titre de la loi du 2 mai 1930 [Note 9] depuis un arrêté du 14 octobre 1988[DREAL 5]. D'une superficie totale de 285 hectares, il concerne les communes de Combleux, Saint-Jean-de-Braye, Chécy, Saint-Denis-en-Val, Saint-Jean-le-Blanc et Orléans. Il est considéré comme le plus riche sur le plan paysager de l'agglomération orléanaise, au cœur de la coulée verte qui traverse d'est en ouest l'aire du schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme d'Orléans[DREAL 6].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chécy

Les armes de Chécy se blasonnent ainsi :

D'azur à la nef d'argent, la voile gonflée, voguant sur une mer du même ; au chef cousu de gueules chargé d'une tour d'or, maçonnée de sable et mouvant du trait du chef, l'écu surmonté d'une couronne murale d'argent maçonnée de sable doublée de gueules, entouré de deux branches de chêne de sinople fruitées d'or[117].

Manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

  • Fête de la Saint-Vincent en janvier organisée par les associations CAP (Chécy, les Amis du Patrimoine) et CAVE (Chécy, les amis de la VignE) ;
  • Fête johannique, le dernier week-end d'avril ;
  • Marché le samedi... et marché étendu le dernier samedi de chaque mois

Anecdote[modifier | modifier le code]

Le , une salade de fruits de 5 185 kg y fut préparée, permettant à la ville d'entrer dans le livre des records ; record battu quelques années plus tard.
Après avoir été détenu un an jour pour jour par la ville de Montréal au Québec[118], le « record mondial de la plus grosse salade de fruits » a retraversé l’Atlantique pour revenir dans la cité cacienne le en franchissant la barre des 10 340 kg à minuit moins le quart[119].
La salade de fruits a été vendue le lendemain au profit de quatre associations qui aident des enfants malades (T'libre Max, Un arc-en-ciel pour Clara, Rêves, Sourires et partages)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. La suppression d'un canton d'Orléans par la loi du 8 pluviôse an IX (17 février 1800) avait ramené le nombre de cantons intial de 59 à 58
  5. ORSIL = Organisation des Secours en cas d’Inondation Loire.
  6. SIAEP= Syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable.
  7. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  9. Le classement est une protection forte qui correspond à une volonté de strict maintien en l’état du site désigné, ce qui n’exclut en aucun cas la gestion et la valorisation. Les évolutions sont donc possibles mais un site classé ne peut être ni détruit ni modifié dans son état ou son aspect sauf autorisation expresse du ministre concerné ou du préfet (pour travaux non soumis à permis de construire et pour la modification de clôture) après avis de l’architecte des bâtiments de France.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Histoire géologique du Bassin parisien », sur le site du Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie (consulté le 4 juin 2020)
  2. a et b « Notice géologique 363 N - secteur d'Orléans », sur http://ficheinfoterre.brgm.fr/, (consulté le 26 mai 2020), p. 1
  3. a et b BRGM, « Carte des ressources en matériaux de la Région Centre - Elaborée dans le cadre de la révision des Schémas Départementaux des Carrières », sur le site de la DREAL Centre-Val de Loire, février (consulté le 26 mai 2020), p. 89
  4. « Notice géologique - feuille 363 N « Orléans » », sur http://ficheinfoterre.brgm.fr/ (consulté le 26 mai 2020), p. 5
  5. BRGM, « Carte des ressources en matériaux de la Région Centre - Elaborée dans le cadre de la révision des Schémas Départementaux des Carrières », sur le site de la DREAL Centre-Val de Loire, février (consulté le 26 mai 2020), p. 87
  6. « Carte des cavités souterraines localisées sur la commune de Chécy », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 27 mai 2020)
  7. Répertoire géographique des communes (RGC) 2015. En 2016, le RGC a été remplacé par la base Admin Express qui ne comporte plus que l'altitude moyenne de la commune, les altitudes minimale et maximale pouvant être trouvées par un système d'information géographique.
  8. « Carte de Chécy », sur Géoportail (consulté le 28 mai 2020)
  9. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 20 janvier 2019)
  10. Le canal d'Orléans au fil du temps"; p. 26
  11. Le canal d'Orléans au fil du temps"; p. 48-50
  12. « Mardié - Croisière sur le canal d’Orléans », sur https://www.larep.fr/, (consulté le 21 janvier 2019)
  13. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 20 janvier 2019)
  14. « Station hydrométrique K4350010, la Loire à Orléans [Pont Royal] », sur le site de la banque Hydro (consulté le 20 janvier 2019)
  15. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 51
  16. « Plan local d'urbanisme de Châteauneuf-sur-Loire - Rapport de présentation », sur https://www.chateauneuf-sur-loire.com, (consulté le 20 janvier 2019), p. 28
  17. « Fiche Sandre - l'Cens », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 20 janvier 2019)
  18. « Fiche Sandre - la Bionne », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 20 janvier 2019)
  19. (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 janvier 2019)
  20. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  21. « Orthodromie entre Chécy et Bricy », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 9 juillet 2020).
  22. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  23. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  24. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  25. « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  26. « Les objectifs de la démarche Natura 2000 », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  27. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 août 2015)
  28. a et b « Cartographie des zones naturelles protégées sur Chécy », sur l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  29. « Arrêté du 4 mai 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire du Loiret (zone de protection spéciale) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 août 2015)
  30. « Découpage communal de la ZNIEFF 240030812 - Grèves d'Albœuf et de la Haute île » (consulté le 20 août 2015).
  31. « Découpage communal de la ZNIEFF 240009434 - Ile et grèves de Combleux » (consulté le 21 août 2015).
  32. a b et c Denis Jeanson, « Toponymes Cheanne-Chemilly », sur le dictionnaire de toponymie de la région Centre (consulté le 10 juin 2020)
  33. Jean-Marie Cassagnes et Mariola Korsak, Chécy Le Loiret - origine des noms de villes et villages, Brillac (16), Nouvelles Eds Bordessoules, , 200 p. (ISBN 2913471641), p. 76
  34. M.S.A.H.0 tome 30. Identification toutefois sujette à caution.
  35. Archives départementales, 45-H, Prieuré de Bonne-Nouvelle, charte d’Arnoul, évêque d’Orléans)
  36. Michel Marinier 2004, p. 19.
  37. Michel Marinier 2004, p. 21.
  38. Cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, p. 284
  39. Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, Lettre de saint Louis
  40. Archives nationales, JJ 40, fol. 64, no 133
  41. Archives nationales - JJ123, no 277, fol. 137 v°
  42. Archives nationales, JJ 144, no 105, fol. 50
  43. Archives nationales- JJ 225, n° 772, fol.164
  44. « Arrêté du 5 vendémiaire an IX portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 45 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 11 juin 2020)
  45. a et b Michel Marinier, Monique Borrat et al., 2000, Chécy, ville de Loire.
  46. Histoire de Chécy sur le site web de Michel Marinier, historien, 2005
  47. Motte 2003, p. 24
  48. Christian Poitou 1982, p. 32.
  49. a b et c « Notice communale de Checy », sur le site de l'EHESS (consulté le 6 juillet 2020)
  50. Motte 2003, p. 23
  51. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 6 juillet 2020)
  52. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 3 juin 2020), p. 6.
  53. Christian Poitou 1982, p. 34.
  54. « Arrêté du 5 vendémiaire an IX portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 42 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 6 juillet 2020)
  55. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 6 juillet 2020)
  56. a et b « CAVE (Chécy, les Amis de la VignE) », sur www.checycave.fr (consulté le 14 août 2019)
  57. Approche environnementale de l'urbanisme en Région Centre, bonnes pratiques : PLU de Chécy
  58. a et b « Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret) », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 12 mars 2017), p. 66
  59. « Chécy - Arrêtés portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur http://macommune.prim.net/ (consulté le 5 avril 2017)
  60. « Évaluation des conséquences négatives des inondations : résultats sur le sous-bassin de la Loire moyenne », sur http://webissimo.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 5 avril 2017), p. 36-37
  61. SOGREAH, « Extension prévisible des inondations pour les crues fortes en Loire moyenne - Note de présentation du val d'Orléans », sur le site de l'EPL consacré au Plan Loire, (consulté le 5 avril 2017), p. 16
  62. Plan d'évacuation massive du val d'Orléans, novembre 2012, 242 p., p. 14
  63. « Étude de dangers des digues de Loire - Digue du val d'Orléans- Rapport non technique », sur le site de la préfecture de région Centre-Val de Loire et de département, (consulté le 22 février 2017), p. 8
  64. a b et c « Étude de dangers des digues de Loire - Digue du val d'Orléans- Plaquette d'information », sur le site de la préfecture de région Centre-Val de Loire et de département, (consulté le 22 février 2017)
  65. PPRI Val d'Orléans - val amont - Rapport de présentation, p. 59
  66. PPRI Val d'Orléans - val amont - Rapport de présentation, p. 62
  67. PPRI Val d'Orléans - agglo - Rapport de présentation
  68. « Révision des deux PPRI du val d'Orléans - plaquette », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 5 avril 2017)
  69. PPRI Val d'Orléans - val agglo - Rapport de présentation, p. 64
  70. « Plan communal de sauvegarde (PCS) », sur http://www.mementodumaire.net/ (consulté le 5 avril 2017)
  71. « Chécy - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 5 avril 2017)
  72. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 5 avril 2017).
  73. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Chécy », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 5 avril 2017).
  74. « Orléans Métropole - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 6 juillet 2020)
  75. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Chécy », sur le site de l'Insee (consulté le 6 juillet 2020).
  76. « Découpage électoral du Loiret (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 6 juillet 2020).
  77. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  78. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 6 novembre 2015)
  79. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  80. Jean-Vincent Valliès entame officiellement son nouveau mandat de maire à Chécy, La République du Centre, 26 mai 2020
  81. "La démocratie, c’est une compétition" : entretien avec Jean-Vincent Valliès, maire de Chécy depuis 2008, La République du Centre, 21 juin 2020
  82. Il rend sa carte du Parti Socialiste en 2016. [1]
  83. « LES VILLES \ INITIATIVES PAR RÉGIONS \ CENTRE », sur www.villes-internet.net (consulté le 8 octobre 2009)
  84. État des finances de Chécy sur le site officiel de la commune
  85. Site du comité de jumelage Chécy-Ilvesheim
  86. Comité cantonal solidarité Roumanie Chécy-Hodod
  87. Communiqué de presse de la municipalité sur le projet de coopération avec Bangui
  88. Les services publics d'eau et d'assainissement ; p. 5
  89. « Production et Distribution d'eau potable », sur http://www.geoloiret.com/, (consulté le 14 juin 2017)
  90. Article L5215-20 du Code général des collectivités territoriales
  91. L5217-2 Article Article L5217-2 du Code général des collectivités territoriales
  92. BRGM, « SIVOM d'Orléans - Implantation des forages d'eau potable et périmètres de protection », sur http://infoterre.brgm.fr/, (consulté le 14 juin 2017), p. 18-22
  93. Les services publics d'eau et d'assainissement , p. 16
  94. a et b Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 25-26
  95. a et b Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 115
  96. Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 27
  97. Article L2224-10 du Code général des collectivités territoriales
  98. Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 16-18
  99. « Orléans Métropole - politique d'assainissement », sur http://dev.orleans-agglo.fr/ (consulté le 14 juin 2017)
  100. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 13 septembre 2013 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 14 juin 2017)
  101. « Tri et déchetteries », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 10 avril 2017)
  102. « Rapport annuel 2015 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 10 avril 2017), p. 31-36
  103. Éducation : liste des écoles de la circonscription d'Orléans-Est, liste des collèges du Loiret et liste des lycées du Loiret sur le site de l'inspection académique d'Orléans.
  104. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  105. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  106. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  107. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  108. L'économie de Chécy sur le site officiel de la commune
  109. « Église Saint-Pierre », notice no PA00098749, base Mérimée, ministère français de la Culture
  110. « Château de la Prêche », notice no PA00098748, base Mérimée, ministère français de la Culture
  111. Musée de la tonnellerie de Chécy sur le site officiel de la commune
  112. « Bassin de radoub dit cale à Giraud », notice no IA45000017, base Mérimée, ministère français de la Culture
  113. « Pont », notice no IA45000018, base Mérimée, ministère français de la Culture
  114. « Ville de Chécy - Chécy les Amis du patrimoine - Zoom sur une association », sur www.checy.fr (consulté le 14 août 2019)
  115. La canal d'Orléans sur le dictionnaire des canaux et rivière de France. Le travail de l'ANCO y est souligné
  116. « Val de Loire patrimoine mondial - Plan de gestion », sur le site de la DRAC Centre-Val de Loire (consulté le 21 août 2015)
  117. Site officiel de la ville de Chécy. Ville, Histoire, Blason. Article du 12 avril 2005. Consultation : mars 2008.
  118. Québec Canada, « La plus grande salade de fruits au monde est montréalaise », sur www.tvanouvelles.ca, (consulté le 5 octobre 2018)
  119. Centre France, « 10 tonnes et 300 kilos : Chécy décroche le record du monde de la plus grande salade de fruits », sur www.larep.fr, (consulté le 6 octobre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Abbé Duchateau, Souvenirs de Chécy, Le livre d'histoire, coll. « Monographies des villes et villages de France », (réimpr. 1992), 184 p.
  • Michel Marinier, Chécy, 10 siècles d'une histoire redécouverte, , 300 p. (ISBN 2-9521836-0-0, lire en ligne)
  • Collectif, Chécy, ville de Loire, Mairie de Chécy, (ISBN 2-9514509-0-7)
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret : Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870, 511 p. (ISBN 978-2-909112-01-5 et 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui : Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4, lire en ligne)
  • Roland Rabartin, Le Canal d'Orléans au fil du temps, Paris, Conseil général du Loiret, , 80. p. (ASIN B000X7TUVU)

Rapports[modifier | modifier le code]

  • Plan de prévention des risques d'inondations dans le Val d'Orléans - Agglomération Orléanaise : Rapport de présentation, (lire en ligne) - Règlement - Carte du zonage réglementaire de Chécy.
  • Rapports sur le prix et la qualité du service public d'assainissement dans Orléans-Métropole : 2015, 2016, 2017.
  • Les services publics d'eau et d'assainissement (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]