Aller au contenu

Pujols (Lot-et-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pujols
Pujols (Lot-et-Garonne)
La rue principale.
Blason de Pujols
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois
Maire
Mandat
Yvon Ventadoux
2020-2026
Code postal 47300
Code commune 47215
Démographie
Gentilé Pujolais
Population
municipale
3 747 hab. (2021 en augmentation de 3,42 % par rapport à 2015)
Densité 150 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 23′ 11″ nord, 0° 41′ 21″ est
Altitude 188 m
Min. 65 m
Max. 211 m
Superficie 24,98 km2
Type Ceinture urbaine
Unité urbaine Villeneuve-sur-Lot
(banlieue)
Aire d'attraction Villeneuve-sur-Lot
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villeneuve-sur-Lot-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Pujols
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Pujols
Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne
Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
Pujols
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
Pujols
Liens
Site web Site officiel

Pujols est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Pujolaises et les Pujolais. Pujols fait partie des Plus beaux villages de France.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

Ce village anciennement fortifié de l'aire d'attraction de Villeneuve-sur-Lot et de son unité urbaine surplombe la vallée du Lot et la ville de Villeneuve-sur-Lot.

Pujols se trouve à environ 30 km au nord d'Agen et est à mi-distance de Bordeaux et de Toulouse (environ 150 km).

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Bias, Hautefage-la-Tour, Saint-Antoine-de-Ficalba, Sainte-Colombe-de-Villeneuve et Villeneuve-sur-Lot.

Hydrographie

[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Masse affluent du Lot.

Historiquement, la commune est exposée à un climat océanique aquitain[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Aquitaine, Gascogne, caractérisée par une pluviométrie abondante au printemps, modérée en automne, un faible ensoleillement au printemps, un été chaud (19,5 °C), des vents faibles, des brouillards fréquents en automne et en hiver et des orages fréquents en été (15 à 20 jours)[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 12,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 814 mm, avec 11,8 jours de précipitations en janvier et 7,1 jours en juillet[4]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Laroque-Timbaut à 12,86 km à vol d'oiseau[5], est de 14,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 821,7 mm[6],[7]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[8].

Au , Pujols est catégorisée ceinture urbaine, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Villeneuve-sur-Lot[Note 1], une agglomération intra-départementale regroupant treize communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 2],[10],[11]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Villeneuve-sur-Lot, dont elle est une commune de la couronne[Note 3],[11]. Cette aire, qui regroupe 34 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[12],[13].

Voies de communication et transports

[modifier | modifier le code]

La route nationale 21 traverse la commune.

Risques majeurs

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Pujols est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, mouvements de terrains et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[14]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[15].

Risques naturels

[modifier | modifier le code]

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par une crue à débordement lent de cours d'eau, notamment la Masse de Pujol. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1988, 1993, 1999, 2003, 2008 et 2009[16],[14].

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des affaissements et effondrements liés aux cavités souterraines (hors mines), des glissements de terrain et des tassements différentiels[17]. Afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, un inventaire national permet de localiser les éventuelles cavités souterraines sur la commune[18].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Pujols.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie[19]. La totalité de la commune est en aléa moyen ou fort (91,8 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national)[20]. Depuis le , en application de la loi ELAN, différentes contraintes s'imposent aux vendeurs, maîtres d'ouvrages ou constructeurs de biens situés dans une zone classée en aléa moyen ou fort[Note 4],[21].

Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 1991, 1996, 2002, 2003, 2005, 2009, 2011, 2012 et 2017 et par des mouvements de terrain en 1999[14].

Le bourg de Pujols est établi sur un site d'éperon dominant les vallées du Lot et de la Masse, au sommet d'une pente abrupte. Selon l'abbé Gerbeau se fiant au toponyme Au Palai du cadastre de 1811, un palais du Haut Moyen Âge occupait l'extrémité occidentale de l'éperon. Un castrum est mentionné en 1259, dépendant du comté de Toulouse : il semble relativement important au début du XIIIe siècle, mais ses murailles sont rasées lors de la répression contre les Albigeois en 1229[22].

Le bourg semble s'être reconstitué difficilement et partiellement, alors que la bastide de Villeneuve se développe dans les années 1250-1260, peuplée par des habitants chassés de Pujols, selon le témoignage de Villefavreuse, sénéchal d'Agenais. Pujols perpétue des coutumes de 1309. À la fin du XIIIe ou au XIVe siècle, le bourg est fortifié en pierre de taille, dont subsiste la porte de ville dite Porte anglaise et la porte du clocher. Un chapitre est fondé par Jean de Pujols et sa femme en 1525 : une collégiale est bâtie au nord du bourg (église Saint-Nicolas).

L'église Sainte-Foy, paroisse rurale, est reconstruite dans le bourg à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle. Maisons du XVIe siècle en pan-de-bois et en pierre.

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Pujols Blason
D'azur au chevron d'or, à la bordure componée d'argent et de sable.
Devise
"Como feras troberas"[23]
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1974 juin 1995 André Grousset[24]    
juin 1995 mars 2001 Guy Rey    
mars 2001 mars 2014 André Garrigues PS Enseignant retraité
mars 2014
(réélu en mai 2020[25])
En cours Yvon Ventadoux EELV Médecin hospitalier
Vice-président de la communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[27].

En 2021, la commune comptait 3 747 habitants[Note 5], en augmentation de 3,42 % par rapport à 2015 (Lot-et-Garonne : −0,66 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0281 3511 3471 5221 5241 3741 3731 3481 267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2051 1931 1881 1311 0601 0331 0021 0081 010
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
991920845819857910854857941
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0611 4672 5343 3653 6083 5463 6573 6073 611
2021 - - - - - - - -
3 747--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Classé parmi Les Plus Beaux Villages de France, Pujols est un village qui compte de nombreuses associations culturelles et sportives. Pujols peut aussi compter sur sa piscine municipale, la piscine de Malbentre située sur la commune, rue de Malbentre, qui complète l'offre sports et loisirs de la commune et de la communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois[30]. Pujols dispose d'une Maison du Jouet Rustique où il est possible de manipuler plusieurs centaines de jouets[31].

Enfance et Jeunesse

[modifier | modifier le code]

La commune de Pujols gère la crèche municipale "3 P'tits Tours" qui accueille les enfants à partir de 2 mois et demi et jusqu'à 4 ans. Elle est ouverte du lundi au vendredi de 7 h 45 à 18 h 15 sans interruption[32].

Le L.A.P.E (Lieu d'Accueil Parents/Enfants) est un espace convivial gratuit et anonyme pour les parents, les grands-parents et les enfants de moins de 6 ans ou pour les futurs parents qui permet d'échanger des idées, de rencontrer des professionnels de la petite-enfance, de participer à des ateliers, de préparer l'entrée à la crèche ou à la maternelle et de favoriser la rencontre entre les enfants[33].

Le groupe scolaire "Petit Tour-Georges Gruelles" comprend une école maternelle (4 classes de la petite section à la grande section), une école primaire (9 classes du CP au CM2) et une cantine scolaire[34].

Grâce à la Communauté d'agglomération du Grand Villeneuvois, les enfants de Pujols (entre 3 et 11 ans) peuvent aussi profiter des centres de loisirs de Monbalen et Fongrave[35].

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Église Saint-Nicolas, ancienne collégiale Saint-Nicolas[36],[37], du XIVe siècle. L'édifice a été inscrit au titre des monuments historique en 1926[37].
  • Église Sainte-Foy, classée au titre des monuments historiques en 1903[38] ;
  • Église Saint-Étienne du Mail, classée au titre des monuments historiques en 1996[39] ;
  • Église Saint-Martin de Noaillac. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel[40]. Mentionnée dès 1271, elle a été reconstruite dans la première moitié du XVIe siècle. Deux chapelles construites de part et d'autre de la nef au XVIe siècle forment un transept. L'église a été fortifiée pendant les guerres de religion. Trois chapelles latérales ont été ajoutées au début du XVIIe siècle. La sacristie a été construite en 1716. L'église a été réparée dans les années 1880[40].
  • Église Saint-Pierre de Doumillac. Elle est inscrite à l'Inventaire général du patrimoine culturel[41]. L'église citée en 1271 a été reconstruite à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle. Elle était d'abord dédiée à Notre-Dame, puis à saint Pierre, à partir de 1520. Le clocher a été rebâti en 1831. La voûte de la nef, les chapelles latérales et la toiture sont refaites en 1882 par l'architecte Adolphe Gilles[41] ;
  • Le monument aux morts, suivant un projet présenté en 1922 par l'architecte de Villefranche-sur-Lot Gaston Rapin, réalisé par le sculpteur Antoine Bourlange[42] ;.
  • Maison, rue de la Citadelles, près de la porte des Anglais, datant du XVIe siècle[43] ;
  • Maison, rue de la Citadelle, près de la place Saint-Nicolas, du XVIe siècle[44].
  • Château-fort de Pujols. Le castrum est cité en 1259. Le château est reconstruit à la fin du Moyen Âge sur la partie la plus vulnérable du site, face à la mairie. C'est un édifice rectangulaire cantonné de tours. Le château est démoli à partir de 1829. Certaines de ses pierres ont servi à construire la prison d'Eysses. Il en reste des éléments de murs et la base de la tour nord-est[45].
  • Prieuré Saint-Christophe de Cambes, le long du CD 223. Il dépendait de l'abbaye de la Chaise-Dieu à la suite de la donation Raoul Passeron de Saint-Sauves, en 1060 d'après l'abbé Gerbeau. L'abside de l'église doit dater de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle. La nef a été reconstruite au XVIe siècle, ainsi que le portail. Les autres bâtiments se trouvaient au nord, autour d'une cour. Le logis était déclaré en ruines en 1551. Il a dû être restauré au XVIIIe siècle et au XIXe siècle[46] ;
  • Église Saint-Christophe de Cambes.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Philippe Ginestet fondateur des magasins Gifi y possède une propriété.

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  2. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Villeneuve-sur-Lot comprend une ville-centre et douze communes de banlieue.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Dans les zones classées en aléa moyen ou fort, différentes contraintes s'imposent :
    • au vendeur d'informer le potentiel acquéreur du terrain non bâti de l’existence du risque RGA ;
    • au maître d’ouvrage, dans le cadre du contrat conclu avec le constructeur ayant pour objet les travaux de construction, ou avec le maître d'œuvre, le choix entre fournir une étude géotechnique de conception et le respect des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire ;
    • au constructeur de l'ouvrage qui est tenu, soit de suivre les recommandations de l’étude géotechnique de conception, soit de respecter des techniques particulières de construction définies par voie réglementaire.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (ORACLE) en Nouvelle-Aquitaine. » [PDF], sur haute-vienne.chambre-agriculture.fr, (consulté le ), p. 2.
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  4. Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Orthodromie entre Pujols et Laroque-Timbaut », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Laroque-timbaut » (commune de Laroque-Timbaut) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Laroque-timbaut » (commune de Laroque-Timbaut) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  8. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  9. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Villeneuve-sur-Lot », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Pujols ».
  12. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Villeneuve-sur-Lot », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  14. a b et c « Les risques près de chez moi - commune de Pujols », sur Géorisques (consulté le ).
  15. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  16. « Dossier départemental des risques majeurs de Lot-et-Garonne », sur lot-et-garonne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque inondation.
  17. « Dossier départemental des risques majeurs de Lot-et-Garonne », sur lot-et-garonne.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  18. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Pujols », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  20. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).
  21. « Sols argileux, sécheresse et construction », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  22. Georges Tholin, Notes sur la féodalité en Agenais au milieu du XIIIe siècle, p. 147-148, Revue de l'Agenais, année 1897, tome 24 (lire en ligne)
  23. Armorial de France
  24. La rue André-Grousset inaugurée [1], sur ladepeche.fr
  25. André Dossat, « Yvon Ventadoux, deuxième », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 21.
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  30. Piscine de Malbentre
  31. Voir : la Maison du Jouet Rustique de Pujols sur le site Internet de la ville. Annabel Perrin Le musée se prend au jeu, article de Quidam l'hebdo du 26 juin 2015 annonçant l'inauguration de la Maison du Jouet Rustique de Pujols. André Dossat Maison du jouet rustique : prête à ouvrir au public, Sud-Ouest, 24 juin 2015.
  32. Crèche Municipale 3 P'TITS TOURS.
  33. L.A.P.E
  34. Ecole Petit Tour-Georges Gruelles
  35. Centre de loisirs intercommunal de Monbalen
  36. Jacques Gardelles, Aquitaine gothique, pp. 227, Paris, Picard, 1992 (ISBN 2-7084-0421-0)
  37. a et b « Eglise Saint-Nicolas », notice no PA00084214, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  38. « Eglise Sainte-Foy », notice no PA00084213, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  39. « Eglise Saint-Etienne du Mail », notice no PA00132752, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. a et b « Inventaire général : Eglise paroissiale Saint-Martin », notice no IA47001851, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. a et b « Inventaire général : Eglise paroissiale Saint-Pierre-ès-Liens », notice no IA47001849, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Inventaire général : Monument aux morts », notice no IA47002367, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Inventaire général : Maison 1 », notice no IA47002369, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  44. « Inventaire général : Maison 2 », notice no IA47002370, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  45. « Château-fort », notice no IA47002368, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. « Inventaire général : prieuré Saint-Christophe de Cambes », notice no IA47001848, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Abbé Jean-Baptiste Gerbeau, Essai historique sur la baronnie de Pujols en Agenais, Agen, J. Roche libraire-éditeur, 1891 (lire en ligne)

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]