Le Bec-Hellouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bec-Hellouin Les plus beaux villages de france.svg
Maisons à pans de bois au cœur du village.
Maisons à pans de bois au cœur du village.
Blason de Le Bec-Hellouin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Brionne
Intercommunalité Communauté de communes Bernay Terres de Normandie
Maire
Mandat
Pascal Finet
2014-2020
Code postal 27800
Code commune 27052
Démographie
Gentilé Bexien
Population
municipale
421 hab. (2014)
Densité 44 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 13′ 57″ nord, 0° 43′ 18″ est
Altitude Min. 46 m
Max. 141 m
Superficie 9,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Le Bec-Hellouin Les plus beaux villages de france.svg

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Le Bec-Hellouin Les plus beaux villages de france.svg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Bec-Hellouin Les plus beaux villages de france.svg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Bec-Hellouin Les plus beaux villages de france.svg
Liens
Site web Site officiel du village du Bec-Hellouin

Le Bec-Hellouin est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie. Nichée au cœur de la vallée du Bec, elle bénéficie du label des plus beaux villages de France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune du Bec-Hellouin se situe dans la région naturelle du Roumois, près de Brionne. Elle se situe à 43 km au nord-ouest d'Évreux, à 22 km au nord-est de Bernay, à 44 km à l'est de Lisieux et à 23 km au sud-est de Pont-Audemer.

Communes limitrophes de Le Bec-Hellouin[1]
Pont-Authou, Thierville (par un angle), Malleville-sur-le-Bec Malleville-sur-le-Bec
Pont-Authou
Brionne
Le Bec-Hellouin[1] Malleville-sur-le-Bec
Bosrobert
Brionne Brionne
Calleville
Bosrobert
Calleville

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le ruisseau du Bec[2] qui prend sa source à Bosrobert et s'écoule vers le nord-ouest jusqu'à Pont-Authou où il se jette dans la Risle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Beccensis Ecclesia en 1041 et Beccus Herlevini vers 1160.

Le village tire son nom du ruisseau Le bec, appellatif normand d'origine norroise signifiant précisément « ruisseau », du scandinave bekkr « ruisseau ». Hellouin se rapporte au bienheureux Herluin, fondateur de la célèbre abbaye de ce lieu[3]. Nom de personne d'origine germanique Herlewinus[4] formé des éléments Herle, de sens obscur, mais qu'on retrouve dans Arlette, issu de Herleva (Herlève) et dans Arlequin, issu de *Herlacyning, nom français Hellequin (cf. la Maisnie Hellequin), Hennequin. et win, ami (cf. norvégien venn, ami).

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée vers 1035 par Herluin, chevalier du comte Gilbert de Brionne, l'abbaye Notre-Dame-du-Bec devint très tôt un des centres de la spiritualité chrétienne grâce à l'arrivée du clerc italien Lanfranc, qui y fonda les écoles ou allaient être formés les grands esprits des XIe et XIIe siècles, avant d'être nommé abbé de Saint-Étienne de Caen, puis, archevêque de Cantorbéry et primat d'Angleterre. Mais c'est avec l'arrivée d'un autre italien, saint Anselme, en 1059, que la pensée religieuse et philosophique atteint son point culminant et marqua tout l'Occident. Le rayonnement de l'abbaye fut important jusqu'au XIVe siècle. La guerre de Cent ans, puis le régime de la commende la ruinèrent. Elle fut réformée au XVIIe siècle par les mauristes qui reconstruisirent les bâtiments monastiques, rétablirent les études et la discipline. Donnée en 1792 à l'administration militaire, elle fut transformée en caserne, puis en dépôt de remonte de cavalerie. Ce n'est qu'en 1948 que les moines olivétains des communautés de Mesnil-Saint-Loup et Cormeilles-en-Parisis s'y installèrent et redonnèrent à l'abbaye son rayonnement spirituel et international.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 11 décembre 2008
(décès)
Francis Cavelier    
janvier 2009 2014 Jean-Paul Vittecoq    
2014 en cours Pascal Finet DVD Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont des Bexiens[5].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 421 habitants, en augmentation de 0,48 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
710 650 546 650 745 680 708 640 680
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
580 610 727 647 604 686 581 600 563
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
490 534 401 438 429 436 402 338 450
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
465 566 439 470 434 406 414 420 421
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune du Bec-Hellouin compte deux édifices classés au titre des monuments historiques :

Autres édifices :

Par ailleurs, le village comporte un ensemble de maisons à colombages typiques, groupées autour de l'abbaye Notre-Dame du Bec.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le nom L'Aventure est cité dans le poème de 1943 écrit par Louis Aragon [12] extrait de La Diane Française, et intitulé "Le Conscrit des Cent Villages". Les trois principales sources de géolocalisation (Géoportail de l'IGN[13], ViaMichelin & Google Earth) localisent L'aventure comme un hameau du Bec-Hellouin.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Site Natura 2000 "Risle, Guiel, Charentonne"[14].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

Vallée du Bec.
  • La cavité de l'abbaye du Bec-Hellouin[15].
  • Les prairies du Bec-Hellouin[16]. Le site des prairies du Bec-Hellouin comprend plusieurs parcelles de prairies humides et de mégaphorbiaies de part et d'autre d'un ruisseau central. Les prairies humides abritent deux espèces végétales essentielles : le gaillet des fanges (Galium uliginosum) et la dactylorhize négligée (Dactylorhiza praetermissa). Par ailleurs, sur les bordures du ruisseau, pousse la petite berle (Berula erecta).
  • Les prairies du moulin du Cat[17].
    Le champ des moines
    Le site des prairies du Moulin du Cat comprend un ensemble de prairies pâturées mésophiles à hygrophiles, ainsi que quelques tronçons de haies et une rangée de peupliers en bordure du Bec. Dans les parties les plus engorgées des prairies, poussent deux espèces essentielles : le gaillet des fanges (Galium uliginosum) et la véronique à écussons (Veronica scutellata). Par ailleurs, le râle d'eau (Rallus aquaticus), qui est un oiseau nicheur, se rencontre dans cette partie de la vallée du Bec.
  • Les prairies et les petits bois de Mémoulin[18]. Cette zone comprend des prairies mésophiles à mésohygrophiles, parcourues de petits ruisseaux et fossés, et quelques haies bocagères. Des agrions de mercure ont élu domicile près du ruisseau du Bec.

ZNIEFF de type 2[modifier | modifier le code]

  • La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort[19].

Site classé[modifier | modifier le code]

Site inscrit[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Le Bec-Hellouin

Les armes de la commune de Le Bec-Hellouin se blasonnent ainsi :
parti, au 1 de gueules à deux léopards d'or armés et lampassés d'azur l'un sur l'autre, à la champagne d'argent chargée d'une tierce ondée d'azur ; au 2 d'argent à l'abbaye du lieu au trait de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau du Bec (H6229000) ».
  3. Toponymie générale de la France, Volume 2, Ernest Nègre page 1011
  4. François de Beaurepaire (préf. Marcel Baudot), Les Noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure, Paris, A. et J. Picard, , 221 p. (ISBN 2-7084-0067-3, OCLC 9675154).
  5. habitants.fr, « Eure > Le Bec-Hellouin (27800) » (consulté le 21 juillet 2012)
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Ancienne abbaye Notre-Dame du Bec », notice no PA00099327, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  11. « Ancien logis abbatial », notice no PA00099328, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Un poème d'Aragon extrait de "La Diane française" », sur https://blogs.mediapart.fr, (consulté le 2 mai 2016)
  13. http://www.geoportail.gouv.fr/accueil
  14. « Risle, Guiel, Charentonne », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 février 2015).
  15. « La cavité de l'abbaye du Bec-Hellouin », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 février 2015).
  16. « Les prairies du Bec-Hellouin », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 février 2015).
  17. « Les prairies du moulin du Cat », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 février 2015).
  18. « Les prairies et les petits bois de Mémoulin », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 février 2015).
  19. « La vallée de la Risle de Brionne à Pont-Audemer, la forêt de Montfort », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 25 février 2015).
  20. « L'entrée de l'abbatiale du Bec-Hellouin », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 17 juillet 2017).
  21. « La vallée du Bec », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 28 mars 2016).
  22. Véronique Couvret, « Perrine Hervé-Gruyer, la sorcière de la ferme biologique », sur leveilnormand.fr, 13 mars 2014 (consulté le 15 décembre 2015).