Sainte-Gemmes-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Maine-et-Loire
Cet article est une ébauche concernant une commune de Maine-et-Loire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Sainte-Gemmes-sur-Loire
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Angers
Canton Angers-2
Intercommunalité C.A. d'Angers Loire Métropole
Maire
Mandat
Laurent Damour
2014-2020
Code postal 49130
Code commune 49278
Démographie
Gentilé Gemmois, Gemmoise
Population
municipale
3 493 hab. (2014)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 35″ nord, 0° 33′ 22″ ouest
Altitude 21 m (min. : 12 m) (max. : 45 m)
Superficie 14,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Sainte-Gemmes-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Sainte-Gemmes-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Gemmes-sur-Loire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Gemmes-sur-Loire
Liens
Site web Site de Sainte-Gemmes-sur-Loire

Sainte-Gemmes-sur-Loire est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Elle se trouve en périphérie sud de la capitale angevine, et fait partie de la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et description[modifier | modifier le code]

Commune angevine implantée sur la rive nord de la Loire, Sainte-Gemmes-sur-Loire est limitrophe d'Angers, située à 6 km[1], et se trouve aux abords de la route D 112, Bouchemaine - Les-Ponts-de-Cé[2].

Au XVIIe siècle, Port-Tibault, la partie au bord de Loire de la commune, devient un lieu de villégiature notamment pour l'évêque et les bourgeois d'Angers ; de nombreuses maisons cossues y sont alors construites, en tuffeau, pierre ou brique, avec des jardins descendant en terrasses vers le fleuve souvent terminés par une petite construction, « bricole » ou « gloriette », qui surplombe la berge.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bouchemaine Angers Angers
Les Ponts-de-Cé
Rose des vents
Bouchemaine N Les Ponts-de-Cé
O    Sainte Gemmes/Loire    E
S
Denée Saint-Jean-de-la-Croix Mûrs-Érigné

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les rives de la Loire à Sainte-Gemmes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Protomé de griffon trouvé à Port-Thibault.

Au XIXe siècle on a trouvé à Port-Thibault un protomé de griffon (il s'agit d'une anse d'un grand chaudron transporté sur la Loire) en bronze provenant de Grèce ou d'Étrurie. Cette pièce est désormais exposée au musée des Beaux-Arts d'Angers.


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Vingt-neuf maires se sont succédé à Sainte-Gemmes-sur-Loire depuis 1790.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
6 mars 1967 1995 Louis Bellard    
18 juin 1995 2008 Paul Mareau UDF  
mars 2008   Laurent Damour[3] DVD  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté d'agglomération d'Angers Loire Métropole[4], elle-même membre du syndicat mixte Pays Loire-Angers[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 493 habitants, en diminution de -11,52 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 598 949 1 177 1 180 1 175 1 136 1 157 1 416 1 557
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 770 1 646 1 883 1 840 1 814 1 971 1 966 1 941 1 984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 996 2 090 2 148 2 207 2 416 2 586 2 791 2 823 3 379
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
4 347 4 789 4 466 4 345 3 803 3 681 3 939 3 521 3 493
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,4 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,5 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 20,8 %) ;
  • 49,3 % de femmes (0 à 14 ans = 14,8 %, 15 à 29 ans = 16,1 %, 30 à 44 ans = 19,6 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 26,2 %).
Pyramide des âges à Sainte-Gemmes-sur-Loire en 2008 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,3 
6,7 
75 à 89 ans
9,1 
13,7 
60 à 74 ans
15,8 
24,3 
45 à 59 ans
23,3 
16,7 
30 à 44 ans
19,6 
21,8 
15 à 29 ans
16,1 
16,5 
0 à 14 ans
14,8 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Sainte-Gemmes-sur-Loire est une ville fleurie: trois fleurs au palmarès 2006 du concours des villes et villages fleuris.

Le musée des boissons et de la sommellerie s'installe en 2011 à Sainte-Gemmes-sur-Loire[12].

On trouve sur la commune plusieurs activités sportives, dont du judo, du cyclisme, de la gymnastique, du basket-ball, de la pétanque, etc[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 287 établissements présents sur la commune à fin 2010, 12 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 8 % du secteur de l'industrie, 11 % du secteur de la construction, 55 % de celui du commerce et des services et 15 % du secteur de l'administration et de la santé[14].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les bords de Maine au pont de Pruniers.

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

La commune abrite trois monuments historiques :

  • Les vestiges archéologiques gallo-romains datant des Ier et IVe siècles situés aux lieux-dits les Chavelliers, les Grandes Maisons et le Ruisseau. Ils ont été classés par décret du 4 novembre 1975[15].
  • Le manoir de Belligan, construit au XVe siècle : peintures murales, boiseries. Il a été inscrit par arrêté du 6 juin 1988[16].
  • Le domaine de Chateaubriant édifié au XVIIIe siècle : château, ancienne chapelle, octogonal, temple périptère. Il a été inscrit par arrêté du 10 mars 1988[17].

Autres sites et monuments[modifier | modifier le code]

L'hôpital.
L'église.
  • Le pont de Pruniers enjambant la Maine entre Sainte-Gemmes-sur-Loire et Bouchemaine.
  • Ancien château de Sainte-Gemmes-sur-Loire transformé en hôpital psychiatrique[18].
  • Manoir de Chanzé XVe siècle remanié au XIXe siècle.
  • Manoir du Clos-Lorelle : chapelle XVIIIe siècle.
  • Trois moulins à cavier en plus ou moins bon état, non restaurés, situés dans la rue des Moulins.
  • Église XIIe et XIXe siècle : chœur à voûtes angevines XIIIe siècle, arc triomphal polychrome XVIIIe siècle, statues.
  • Ancienne chapelle XIIIe siècle aux Châtelliers de Frémur : reste d'un ancien prieuré bâti sur les ruines romaines.
  • Musée des Boissons et de la Sommellerie[12].
  • Jardin méditerranéen : jardin composé d'essences méditerranéennes (palmiers, cyprès, vignes, ...) construit en terrasses et dominant la Loire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Adrien Mercier, qui habitait au domaine de Chateaubriant.
  • François Cacheux (1923-2011), sculpteur, prix Abdel Tif 1954, dont l'atelier se trouvait sur la commune[19].
  • Romain Guyot (1992-2016), cycliste ayant grandi dans la commune. Le cyclo-cross de Sainte-Gemmes-sur-Loire est renommé en son hommage Souvenir Romain Guyot à partir de l'édition 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Sainte-Gemmes-sur-Loire (49), consulté le 21 octobre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. IGN et BRGM, Géoportail Sainte-Gemmes-sur-Loire (49), consulté le 21 octobre 2012
  3. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la Préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  4. Insee, Composition de l'EPCI d'Angers Loire Métropole (244900015), consulté le 15 novembre 2012
  5. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté DRCL no 879 du 13 décembre 2011, RAA spécial du 21 décembre 2011.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population à Sainte-Gemmes-sur-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 octobre 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 octobre 2012)
  12. a et b Le Musée des boissons.
  13. « Associations sportives », sur Mairie de Sainte-Gemmes-sur-Loire (consulté le 18 octobre 2016).
  14. Insee, Statistiques locales du territoire de de Sainte-Gemmes-sur-Loire (49), consultées le 9 mai 2013.
  15. « Notice no PA00109262 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. « Notice no PA00109261 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Notice no PA00109260 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Centre de Santé Mentale Angevin (CESAME)
  19. « Angers : le sculpteur François Cacheux est décédé », sur Ouest-France,‎ .