Saint-Léon-sur-Vézère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léon.

Saint-Léon-sur-Vézère
Saint-Léon-sur-Vézère
Le château de Clérans à Saint-Léon-sur-Vézère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Sarlat-la-Canéda
Canton Vallée de l'Homme
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de l'Homme
Maire
Mandat
Frédéric Malvaud
2014-2020
Code postal 24290
Code commune 24443
Démographie
Gentilé Saint-Léonnais
Population
municipale
428 hab. (2015 en augmentation de 1,66 % par rapport à 2010)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 00′ 41″ nord, 1° 05′ 22″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 260 m
Superficie 13,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Léon-sur-Vézère

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Léon-sur-Vézère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léon-sur-Vézère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léon-sur-Vézère
Liens
Site web saint-leon-sur-vezere.fr

Saint-Léon-sur-Vézère est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. La commune fait partie du canton de la Vallée de l'Homme (et auparavant du canton de Montignac).

Elle fait partie de l'association « Les Plus Beaux Villages de France ».

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Léon-sur-Vézère, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Au sud-est du département de la Dordogne, en Périgord noir, elle est, comme son nom l'indique, arrosée par la Vézère qui y forme deux méandres successifs. Elle est membre de l'association « Les Plus Beaux Villages de France ».

L'altitude minimale, 62 mètres, se trouve au sud-ouest, là où la Vézère quitte la commune pour entrer sur celle de Peyzac-le-Moustier. L'altitude maximale avec 260 mètres est localisée au nord, près du lieu-dit Argiller, en limite de la commune de Plazac.

Le village de Saint-Léon-sur-Vézère, au bord de la rivière et traversé par la route départementale 66, se situe, en distances orthodromiques, huit kilomètres au sud-ouest de Montignac et onze kilomètres au nord-est des Eyzies.

La commune est également desservie par la route départementale 706 qui longe la Vézère en rive droite, et par la route départementale 45 au nord.

Le sentier de grande randonnée GR 36 traverse le territoire communal sur plus de cinq kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Léon-sur-Vézère
Plazac Fanlac Thonac
Saint-Léon-sur-Vézère
Fleurac Peyzac-le-Moustier Sergeac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune se réfère à saint Léonce et à la Vézère, important affluent de la Dordogne et rivière qui arrose le territoire communal[1].

Ses habitants se nomment les Saint-Léonais[2].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Lèon de Vesera[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Après avoir connu une implantation gallo-romaine, le territoire communal a vu l'installation au XIIe siècle d'un prieuré bénédictin dépendant de l'abbaye de Sarlat[1].

La première mention écrite connue du lieu remonte au XIIIe siècle sous la forme Sanctus Leontius[1]. C'est de cette époque que date le château de Chaban, détruit au XIVe siècle et reconstruit aux deux siècles suivants[4]. Le manoir de la Salle, est construit au XVe siècle[5] et le château de Clérans au XVIe siècle[1].

Le 29 juin 1944, la 111e division blindée allemande, en route vers la Normandie, abat un résistant à Saint-Léon-sur-Vézère et y fusille deux autres personnes[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2014 François Bruno SE Retraité de la fonction publique hospitalière
mars 2014 en cours Frédéric Malvaud[7] PS enseignant

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Saint-Léon-sur-Vézère se nomment les Saint-Léonnais[8].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2015, la commune comptait 428 habitants[Note 1], en augmentation de 1,66 % par rapport à 2010 (Dordogne : +0,31 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8598308869701 0159159371 067927
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0001 0301 0931 0681 102931822743700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
665670670564538507505439377
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
319345334390427419434414428
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2013, Saint-Léon-sur-Vézère est organisée en regroupement pédagogique intercommunal[13] (RPI) avec les communes de Peyzac-le-Moustier et Plazac au niveau des classes de maternelle et de primaire. La commune se charge des classes de maternelle et le cours préparatoire. Les classes de cours élémentaire et de cours moyen ont lieu à Plazac.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 1983, l’église accueille plusieurs concerts du festival de musique du Périgord noir en août.

Depuis 2001, la Rando Silex, randonnée en VTT, mais aussi pédestre, organisée par le club Vélo Silex[14], attire le premier dimanche d'octobre de nombreux concurrents (1 300 vététistes et 200 marcheurs en 2016 pour la 16e édition[15]).

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012[16], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 181 personnes, soit 43,1 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (vingt-sept) a diminué par rapport à 2007 (quarante-quatre) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 15,2 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2013, la commune compte 84 établissements[17], dont cinquante au niveau des commerces, transports ou services, quatorze relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, neuf dans la construction, sept dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, et quatre dans l'industrie[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église romane Saint-Léonce.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Patrick Carré, sinologue et tibétologue, traducteur, essayiste et écrivain français.
  • Jacques Chaban-Delmas (1915-2000) : c’est à Saint-Léon-sur-Vézère en 1943 que cet homme d'État, a été inspiré pour son nom de résistant, « Chaban », parce que, a-t-il confié dans « Mémoires pour demain », se promenant à travers la campagne, il avait identifié au départ d'un chemin un écriteau « Château de Chaban ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 339
  2. Annuaire des maires de la Dordogne 2009, Mediapress, Périgueux, 2009, (ISSN 1770-3387), p. 259.
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 18 novembre 2013.
  4. a et b « Château de Chabans », notice no PA00082857, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mars 2011.
  5. a et b « Manoir de la Salle et prieuré attenant », notice no PA00082864, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mars 2011.
  6. Danièle Willer, « En mémoire des résistants tombés sous les balles nazies », Sud Ouest édition Périgueux, 6 juillet 2015, p. 22.
  7. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 29 août 2014.
  8. Nom des habitants des communes françaises sur le site habitants.fr, consulté le 26 novembre 2016.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. École élémentaire publique à Saint-Léon-sur-Vézère sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 24 août 2013.
  14. Vélo Silex de Saint-Léon-sur-Vézère, consulté le 8 mai 2016.
  15. Pierre Fock, « La Rando Silex, nouvelle formule », Sud Ouest édition Périgueux, 5 octobre 2016, p. 20d.
  16. Chiffres-clés - Emploi - Population active - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 29 novembre 2015.
  17. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 29 novembre 2015).
  18. Chiffres clés - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 29 novembre 2015.
  19. « Église Saint-Léonce », notice no PA00082860, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mars 2011.
  20. Jean Secret, Périgord roman, coll. « La nuit des temps », n° 27, Éditions Zodiaque, La Pierre-qui-Vire, 1979, p. 63 à 94.
  21. « Cimetière », notice no PA00082859, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mars 2011.
  22. « Gisement sous le Roc », notice no PA00082861, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mars 2011.
  23. « Gisement préhistorique du Moustier », notice no PA00082862, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mars 2011.
  24. « Gisement préhistorique de La Rochette », notice no PA00082863, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 8 mars 2011.
  25. Site du Conquil, consulté le 7 avril 2018.
  26. Eurydice Baillet, « A la conquête des ères », Sud Ouest édition Dordogne, 6 avril 2018, p. 24f-24g.
  27. Union bouddhiste de France, consultée le 24 mai 2011.
  28. Thierry Dumas, « Le centre bouddhiste fête ses 40 ans », Sud Ouest édition Dordogne, 7 avril 2015, p. 11.