Louerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louerre
Louerre
La tour Beauregard.
Blason de Louerre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Doué-la-Fontaine
Commune Tuffalun
Statut commune déléguée
Code postal 49700
Code commune 49181
Démographie
Gentilé Lorien
Population 485 hab. (2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 50″ nord, 0° 19′ 23″ ouest
Altitude 70 m
Min. 49 m
Max. 103 m
Superficie 14,44 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2016
Commune(s) d’intégration Tuffalun
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Louerre

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Louerre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Louerre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Louerre

Louerre est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Tuffalun[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine du Saumurois, Louerre se situe au nord-est de Noyant-la-Plaine, sur les routes D 161, Grézillé, D 156, Ambillou Château, et D 70, Noyant la Plaine - Trémentines[2].

Les hameaux d'Avort, du Vaux, de la Haute et Basse Coudre, de la Chaslerie, de la Trésorerie et de la Dronière ponctuent la campagne où de nombreux sites troglodytiques sont à découvrir.

La forêt couvre une grande partie de la commune, offrant ainsi, avec l'ensemble de la commune de très belles promenades.

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Louerre

Héraldique :
D'argent, chaussé de sinople, à l'arbre de gueules accompagné de deux anilles d'or[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec ses vieilles maisons, abondamment fleuries, sa rivière, son ancien presbytère et les dépendances du château de la Felonnière, Louerre est un petit village champêtre, discret et tranquille. Une stèle, sorte de menhir, érigée en 1892, rappelle la bataille sanglante qui aurait eu lieu en 51 av. J.-C. entre Fabius, lieutenant de César, et Dumnacus, chef des Andes. D'après César, 12 000 Gaulois défendant farouchement leur indépendance, y trouvèrent la mort. Pour son centenaire, cette stèle fut déplacée et restaurée en 1992 par l'Association lorienne de sauvegarde du patrimoine.

L'abondance et la qualité de l'eau ont permis l'installation à l'époque gallo-romaine et tout près de la source de l'Aubance d'une importante villa (exploitation agricole) connue au temps carolingien sous le nom de Landrum Villa (848). La source alimentait un excellent puits, un lavoir en plein air, et un abreuvoir appelé fontaine aux chevaux. Le lavoir, assidûment fréquenté jusqu'en 1980, ne fut partiellement clos et recouvert qu'à une date relativement récente (1900). Quant à la fontaine aux chevaux, elle fut comblée en 1957. Sur les remblais passe aujourd'hui le chemin de la fontaine, qui contourne le lavoir et joint la route de Saint-Georges-des-Sept-Voies et Le Thoureil à celle de Grézillé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le Louerre constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Tuffalun, et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 en cours      
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2008 Lucien Landreau    
mars 2008 décembre 2015 Gérard Pédrono[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2015 la commune est membre de la communauté de communes du Gennois[5], elle-même membre du syndicat mixte Pays de Loire en Layon.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 485 habitants, en augmentation de 21,86 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
768714772836820763733717752
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
742720669653625611594570541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
510481513446438420415433463
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2013
421402354370373372382458485
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,9 %, 15 à 29 ans = 16,5 %, 30 à 44 ans = 20,7 %, 45 à 59 ans = 22,9 %, plus de 60 ans = 25 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 17 %, 45 à 59 ans = 19,6 %, plus de 60 ans = 29,4 %).
Pyramide des âges à Louerre en 2008 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,5 
10,6 
75 à 89 ans
9,3 
14,4 
60 à 74 ans
19,6 
22,9 
45 à 59 ans
19,6 
20,7 
30 à 44 ans
17,0 
16,5 
15 à 29 ans
12,4 
14,9 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 42 établissements présents sur la commune à fin 2010, 43 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), aucun du secteur de l'industrie, 14 % du secteur de la construction, 36 % de celui du commerce et des services et 7 % du secteur de l'administration et de la santé[12].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La source de l'Aubance et le lavoir.

Le village s'est construit autour de l'église Saint-Maurice du XIIIe siècle, du lavoir et de la source de l'Aubance.

  • L'église Saint-Maurice
    Elle est bâtie près de la source de l'Aubance qui alimente un lavoir. Les bases du clocher datent du XIIIe siècle, le chœur du XVIe siècle. La montée est un soubassement de moellons en grès, l'église est construite en tuffeau doré. La sacristie ajoutée tardivement est constituée d'un grand appareil en tuffeau blanc.
    La paroisse, fondée par le chapitre de Saint-Maurice d'Angers, à qui elle doit son nom, dépendait du prieuré de Cunault. Durant le Moyen Âge, beaucoup d'ordres de chevalerie se mirent sous la protection de Saint-Maurice, comme celui de la Toison d'Or. Un autre patronage, plus inattendu, fut celui des teinturiers, qui considèrent Saint Maurice comme l'un des leurs. Mauricius signifie "noir" en latin, et les statues de la fin du Moyen Âge représentent volontiers le saint avec une peau noire.
    La promenade autour de l'église permet de découvrir des plantes de terre de bruyère. Près du lavoir (ancienne fontaine aux chevaux) sont visibles des plantations de clématites et de chèvrefeuilles variés.

Autres lieux et monuments :

  • la tour Beauregard surplombant la forêt (accès libre) ;
  • le manoir de Vau (XVIe siècle) ;
  • le manoir du Bois Noblet (XVIe siècle) ;
  • la gentilhommière de la Félonière (XVIIe siècle) et son curieux oratoire du (XVIIIe) ;
  • le monument commémoratif de la bataille supposée entre les Romains de Crassus et les Gaulois de Dumnac ;
  • le village troglodyte de la Trésorerie, l'ancien village troglodyte de la Baboue où se trouvait la chapelle photographiée par Jean Fraysse dans l'ouvrage de ses parents Jeanne et Camille Fraysse Les troglodytes en Anjou à travers les âges.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : D-M, t. 2, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF34649310, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Arrêté DRCL/BCL n° 2015-92 du 17 décembre 2015, création de la commune nouvelle de Tuffalun, pages 17-18, consulté le 21 décembre 2015.
  2. IGN et BRGM, Géoportail Louerre (49), consulté le 4 septembre 2012.
  3. Armorial des communes de Maine-et-Loire. Le blason des communes de l'Anjou de Gérard Byron-Clouzard.
  4. Réélection 2014 : « Liste des maires élus en 2014 », sur le site de la préfecture du département de Maine-et-Loire (consulté le 19 avril 2014).
  5. Insee, Composition de l'EPCI du Gennois (244900767), consulté le 7 septembre 2013.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  10. « Évolution et structure de la population à Louerre en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 mars 2012)
  12. Insee, Statistiques locales du territoire de Louerre (49), consultées le 20 avril 2013.