Avrillé-les-Ponceaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avrillé.
Avrillé-les-Ponceaux
L'église Saint-Aubin.
L'église Saint-Aubin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Jean-Jack Bordeau
2014-2020
Code postal 37340
Code commune 37013
Démographie
Gentilé Poncivriens
Population
municipale
488 hab. (2015 en augmentation de 8,69 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 23′ 43″ nord, 0° 17′ 14″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 95 m
Superficie 32,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Avrillé-les-Ponceaux

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Avrillé-les-Ponceaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avrillé-les-Ponceaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avrillé-les-Ponceaux

Avrillé-les-Ponceaux est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1817, Avrillé-les-Ponceaux annexe la commune de Saint-Symphorien-les-Ponceaux.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le régime de Vichy fit interner des Roms du 6 décembre 1940 au 8 novembre 1941 et des communistes du 1er juillet au 17 novembre 1941 dans un camp de transit situé au lieu-dit la Morellerie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Jack Bordeau DVG Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2015, la commune comptait 488 habitants[Note 1], en augmentation de 8,69 % par rapport à 2010 (Indre-et-Loire : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
353 562 225 533 530 606 630 633 584
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
635 639 693 700 688 711 729 694 662
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
684 683 693 704 625 674 581 592 591
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
561 512 438 372 366 384 441 448 485
2015 - - - - - - - -
488 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune n'a pas érigé de monuments aux morts.

  • Stèle du camp la Morellerie.
Stèle du camp de transit la Morellerie.

Le 14 janvier 2008, une stèle a été dévoilée sur le lieu même du camp, sur laquelle on peut lire : « Ici dans ce camp dit de la Morellerie, furent internés des Tsiganes du 6 décembre 1940 au 8 novembre 1941 et des communistes du 1er juillet au 17 novembre 1941 avant d'être transférés dans d'autres camps de la région. Passant, pense à la Liberté, cette Liberté qu’on leur refusa ».
Elle se situe au lieu-dit la Morellerie à 2,8 km en direction de Continvoir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Michel Pouchard (1938-), chimiste, est né dans la commune.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :