Noizay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Noizay
Noizay
Le château.
Blason de Noizay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Amboise
Intercommunalité Communauté de communes Val d'Amboise
Maire
Mandat
Jean-Pierre Vincendeau
2014-2020
Code postal 37210
Code commune 37171
Démographie
Gentilé Noizéens
Population
municipale
1 146 hab. (2016 en diminution de 1,12 % par rapport à 2011)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 20″ nord, 0° 53′ 33″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 114 m
Superficie 17,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Noizay

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Noizay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noizay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noizay
Liens
Site web noizay.net/

Noizay est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et paysages[modifier | modifier le code]

Noizay est un village rural de Touraine de 1 747 hectares qui est situé dans le département d'Indre-et-Loire (37), à 230 km de Paris, entre Tours (à 20 km) et Amboise (10 km).

Il s'étend entre la Loire, au sud, la plaine céréalière et maraîchère traversée par la Cisse, et les coteaux consacrés au vignoble de l'AOC Vouvray.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Noizay.

La commune est longée sur son flanc sud par la Loire (3,032 km) et traversée par la Cisse (5,058 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 18,37 km, comprend en outre cinq petits cours d'eau[1],[2].

Le cours de la Loire s’insère dans une large vallée qu’elle a façonnée peu à peu depuis des milliers d’années. Elle traverse d'est en ouest le département d'Indre-et-Loire depuis Mosnes jusqu'à Candes-Saint-Martin, avec un cours large et lent. La Loire présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de la Loire tourangelle, qui court entre la sortie de Nazelles-Négron et la confluence de la Vienne[3], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Tours [aval pont Mirabeau]. Le débit mensuel moyen (calculé sur 62 ans pour cette station) varie de 112 m3/s au mois d'août à 622 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 3 050 m3/s et s'est produit le , la hauteur maximale relevée a été de 5,78 m ce même jour[4],[5]. La hauteur maximale historique a été atteinte le 3 juin 1856 avec une hauteur inconnue mais supérieure à 6,20 m[6]. Sur le plan piscicole, la Loire est également classée en deuxième catégorie piscicole[7].

La Cisse, d'une longueur totale de 87,7 km, prend sa source à Rhodon[8] en Loir-et-Cher, et se jette dans la Loire à Vouvray, après avoir traversé 28 communes[9]. La station hydrométrique de Nazelles-Négron permet de caractériser les paramètres hydrométriques de la Cisse. Le débit mensuel moyen (calculé sur 21 ans pour cette station) varie de 0,99 m3/s au mois d'août à 4,22 m3/s au mois de janvier. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 29 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 1,85 m le [4],[10]. Ce cours d'eau est classé dans les listes 1[Note 1] et 2[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Au titre de la liste 1, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux. Au titre de la liste 2, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [11],[12]. Sur le plan piscicole, la Cisse est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[7].

Deux zones humides[Note 3] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de la Cisse » et « la vallée de la Loire de Mosnes à Candes-Saint-Martin »[13],[14].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latine Nogarentum en 886[réf. nécessaire] (cacographie probable pour *Nogaretum, d'après le suffixe -entum[15]), Noerium en 1290[réf. nécessaire], Noezayum au XIIIe siècle[16], Nouezay en 1590.

Il s'agit d'un type toponymique gallo-roman *NUCARETU « lieu planté de noyers », sur la base des éléments *NUCARIU « noyer » (dérivé du latin nux, nucis « noix ») et suffixe collectif *-ETU (autrement noté -etum), qui qualifie « un ensemble de choses ».

La première forme *Nogaretum est conforme à l'évolution phonétique régulière : lénition du [c] intervocalique qui devient [g], puis s'amuït complètement [∅] en langue d'oïl (alors qu'en occitan, il se conserve au stade [g], d'où « nougat », emprunt au provençal, issu du bas latin *nucatum). Théoriquement, comme l'indique bien la forme de 1290, la forme attendue devrait être *No(i)ray comme Norrois, Noroy, Nourray, etc., cependant un phénomène secondaire est parfois observé dans le centre ouest de la France, à savoir le passage de [r] à [z] que l'on croit déceler également dans Nozay (Essonne, Noereiz au XIIe siècle[17]).

Albert Dauzat et Charles Rostaing[18], qui ne citent que la forme Noezayum au XIIIe siècle, y ont vu, à tort semble-t-il, un *Nautiacum qu'ils croient reconnaître par ailleurs dans Noizé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Noizay entre dans l'histoire en 886 dans un diplôme de Charles Le GROS. Au XIIIe siècle, Noizay, paroisse rurale, est également un domaine féodal. Ce fief relevait de la baronnie de Vernou qui dépendait de l'archevêque de Tours.

La conjuration d'Amboise[modifier | modifier le code]

En 1560, un complot veut arracher François II à l'influence des Guise (catholiques) et faire admettre la liberté de conscience pour les protestants. L'enlèvement de François II est prévu le 15 mars 1560. Mais cette conspiration est éventée et le jeune roi est transféré dans la forteresse d'Amboise. Les conspirateurs se replient dans « la maison forte de Noizay ». VILLEMONGIS et CASTELNAU sont décapités à Amboise. Le corps de logis du château de Noizay brûla à cette époque.

Époque classique[modifier | modifier le code]

En 1594, le fief de Noizay devient une possession de Claude de MAROLLES, chevalier, gentilhomme ordinaire de la Maison du Roi. En 1651, la famille de MAROLLES, sans descendance, perd ce fief. Commencée en 1653, la reconstruction du château est achevée en 1717 par Nicolas LEFBVRE de la FALLUERE.

Révolution et empire[modifier | modifier le code]

En mai 1789, Noizay connaît son dernier seigneur, Léonard LEFEBVRE de la FALLUERE. Par le décret du 26 janvier 1790, acte de naissance du département d'Indre-et-Loire, la commune de Noizay, faisant partie du canton de Saint-Ouen, était rattachée au district d'Amboise. Puis, une municipalité cantonale est mise en place. Le 11 juin 1800 marque la fin de cette administration cantonale de Saint-Ouen. Lors de son mariage avec l'archiduchesse Marie-Louise, en avril 1810, Napoléon souhaite que 6000 de ses anciens militaires soient mariés à des jeunes filles méritantes. Pour le canton de Vouvray, après concertation de quelques personnalités, c'est un jeune soldat de Noizay, Michel ANGELLIER qui est désigné. Son mariage, le 1er mai 1810, avec Catherine MELAIN, est célébré en grande pompe.

La guerre de 1939-1945[modifier | modifier le code]

Après le décès du maire et conseiller général, Octave Pardou, le 29 janvier 1941, le conseil municipal est dissous. La loi du 5 avril 1884 prévoyait dans ce cas l'instauration d'une délégation spéciale. Celle-ci entre en vigueur le 8 mars 1941. Elle reste en place jusqu'à la Libération. En septembre 1944, une nouvelle équipe dirigeante est installée en attendant les élections municipales d'avril 1945.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1967 ? Hubert André DVD Exploitant agricole
mars 2001 mars 2008 Gérard Lecoq    
mars 2008 En cours Jean-Pierre Vincendeau DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2016, la commune comptait 1 146 habitants[Note 4], en diminution de 1,12 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0581 1511 1661 1221 1871 1551 1041 1041 149
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0671 1201 2261 1931 1311 1601 1531 0721 055
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0441 0511 0681 0341 0001 000928935873
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
9488629009571 0371 1551 0991 1311 151
2016 - - - - - - - -
1 146--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Noizay se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription d'Amboise.

L'école primaire Octave Pardou accueille les élèves de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Prix de Noizay.
  • Église Saint-Prix

La nef a été construite au XIe siècle tandis que les chapelles latérales ont ensuite été ajoutées au XIIe et le chœur au XVe siècle. Elle possède encore des vitraux ainsi qu’une pietà du XVIe. La restauration du XIXe siècle a reconstruit la façade et le clocher.

Le château de Noizay.
  • château de Noizay : exemple d'un château-hôtel, membre des Relais & châteaux, le château de Noizay de style Renaissance (1520) a été entièrement rénové en 1989. Il fut le fief des protestants durant la conjuration d'Amboise en 1560. Il possède un jardin à la française.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Francis Poulenc, membre du Groupe des six, musicien français, habita à Noizay la maison du "Grand Coteau" qu'il acheta en 1927.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Noizay

Les armes de Noizay se blasonnent ainsi :

« d'azur, au cep de vigne à deux sarments tigés et feuillés d'or, fruités chacun de trois grappes de gueules, enfermant un château d'argent ouvert et maçonné de sable, sommé de trois tours couvertes et girouettées du même ; ledit cep posé sur une champagne d'or chargée d'une jumelle ondée d'azur »[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le classement en liste 1 est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  2. Ce classement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  3. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 4 février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Noizay », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  3. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19
  4. a et b « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  5. « Station hydrométrique K4900030, la Loire à Tours [aval pont Mirabeau] », sur le site de la banque Hydro (consulté le 4 février 2019)
  6. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 52
  7. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 4 février 2019)
  8. « Souce de la Cisse à Rhodon » sur Géoportail.
  9. « Fiche Sandre - la Cisse », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 4 février 2019)
  10. « Station hydrométrique K4853000, la Cisse à Nazelles-Négron », sur le site de la banque Hydro (consulté le 4 février 2019)
  11. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  12. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 4 février 2019)
  13. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 4 février 2019)
  14. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 4 février 2019)
  15. Si c'était le cas, la forme attendue serait en -ent, voir Drevent, Nogent, etc.
  16. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 499b.
  17. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Op. cité.
  18. Ibidem.
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :