Langeais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langeais
La rue Gambetta et le château.
La rue Gambetta et le château.
Blason de Langeais
Héraldique
Langeais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Pierre-Alain Roiron
2017-2020
Code postal 37130
Code commune 37123
Démographie
Gentilé Langeaisiens
Population
municipale
4 341 hab. (2014)
Densité 67 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 36″ nord, 0° 24′ 25″ est
Altitude Min. 36 m – Max. 109 m
Superficie 64,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Langeais
Liens
Site web langeais.fr

Langeais est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire. Sa devise est Alae gaviae vicus.

La commune est née le sous le statut administratif de commune nouvelle de la fusion de l'ancienne commune de Langeais et de la commune des Essards qui a pris alors le statut de commune déléguée[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six autres communes :

Communes limitrophes de Langeais
Avrillé-les-Ponceaux Mazières-de-Touraine
Continvoir Langeais Cinq-Mars-la-Pile
Coteaux sur Loire La Chapelle-aux-Naux
Carte de Langeais et des communes limitrophes

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Pont suspendu sur la Loire.

La commune, située sur la rive nord de la Loire, est traversée par la Roumer et le Breuil, affluents de la Loire.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Encadrée par le coteau au nord et la Loire au sud, la commune est desservie par la ligne de chemin de fer Tours - Saint-Nazaire et la route nationale 152 reliant Tours à Angers. Le contournement autoroutier de Langeais au sein de l'autoroute A 85 (Angers-Tours) fit l'objet de vives polémiques.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Représentation de Langeais sur la carte de Cassini.

Les premières mentions du lieu se trouvent dans les écrits de Grégoire de Tours (Histoire des Francs, X) où Langeais, sous le nom d'Alingavia, est citée comme l'une des première paroisses rurales fondées en Touraine par Martin de Tours dans le dernier quart du IVe siècle[2]. Plusieurs hypothèses sont émises quant à l'origine du toponyme. Pierre-Henri Billy propose un dérivé de l'indo-européen *sălo- (hydronyme faisant référence à la proximité de la Loire) et du suffixe gaulois -inco, évoluant en *Alingo puis *Aling-au-ia[3]. Ernest Nègre suggère une origine germanique avec Adalingus[4]. Albert Dauzat et Charles Rostaing envisagent, pour leur part, un dérivé du nom du peuple celtique des Lingons avec le radical Aling- et le suffixe -avus[5].

Le nom de la commune déléguée des Essards est une évolution du vieux français essart désignant un lieu défriché, ici dans le bois de Bifomont[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les informations relatives à l'histoire de cette commune sont la synthèse des informations données dans les articles l'ancienne commune de Langeais et de la commune des Essards.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Langeais (ancienne commune)
(siège)
37123 CC Touraine Ouest Val de Loire 60,38 4 248 (2013) 70
Les Essards 37102 CC Touraine Ouest Val de Loire 4,17 156 (2014) 37

Le , le maire des Essards devient « maire délégué » jusqu'au prochain renouvellement général des conseils municipaux[1].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
10 janvier 2017 en cours Pierre-Alain Roiron[7] PS  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 341 habitants, en augmentation de 8,23 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Liste des erreurs :
• Aucune année fournie au modèle
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Langeais est située dans l'académie d'Orléans-Tours.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La description des lieux et monuments de la commune reprend les descriptions des deux anciennes communes de Langeais (ancienne commune) et des Essards.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Langeais Blason D'or à une mouette d'argent volant et plongeant en bande, tenant dans son bec un poisson du même, au chef de sable chargé de trois tours crénelées aussi d'argent couvertes et girouettées de gueules, ouvertes et maçonnées aussi de sable[12].
Détails * Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (argent sur or).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. III, Société archéologique de Touraine, , 419 p. (lire en ligne).
  • Jacques-Xavier Carré de Busserolle, Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de l'ancienne province de Touraine, t. IV, Société archéologique de Touraine, , 430 p. (lire en ligne).
  • Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, C.L.D., , 967 p. (ISBN 2-85443-136-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Arrêté portant création de la commune nouvelle « Langeais » » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 13 janvier 2017), p. 494.
  2. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 133.
  3. Pierre-Henri Billy, Dictionnaire des noms de lieux en France, Paris, Errance, , 638 p. (ISBN 9-782-87772-449-4), p. 308.
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), n° 15246.
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, , 738 p., p. 385.
  6. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 116.
  7. « P.-A. Roiron maire du « nouveau » Langeais », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014 .
  12. Banque du Blason