Bourgueil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgueil (homonymie).
Bourgueil
Ancienne mairie de Bourgueil, Place des Halles
Ancienne mairie de Bourgueil, Place des Halles
Blason de Bourgueil
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais
Intercommunalité communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Laurence Riguet
2014-2020
Code postal 37140
Code commune 37031
Démographie
Gentilé Bourgueillois
Population
municipale
3 879 hab. (2014)
Densité 118 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 59″ nord, 0° 10′ 09″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 117 m
Superficie 32,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Bourgueil

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Bourgueil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bourgueil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bourgueil
Liens
Site web bourgueil.fr

Bourgueil est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bourgueil est située au cœur du parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine. La commune est située dans la Touraine angevine, anciennement province d'Anjou.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Partie intégrante de la province d'Anjou et de son histoire, la région de Bourgueil (y compris le domaine du château de Gizeux et jusqu'à Château-la-Vallière) fut rattachée en 1790 au tout nouveau département d'Indre-et-Loire.

En 1343, le sel devient un monopole d'État par une ordonnance du roi Philippe VI de Valois, qui institue la gabelle, la taxe sur le sel. L'Anjou fait partie des pays de « grande gabelle » et comprend seize tribunaux spéciaux ou « greniers à sel », dont celui de Bourgueil.

Le , Duplessis-Mornay, gouverneur de Saumur (1589-1621), ne commande pas seulement la ville de Saumur, il prend la tête d'un gouvernement spécial qui est détaché de l'Anjou. Cette sénéchaussée de Saumur englobe, au nord de la Loire, le pays de Bourgueil.

Le pays bourgueillois (s'étendant jusqu'à Ingrandes vers l'est et jusqu'au château de Gizeux au nord) dépendra de la sénéchaussée de Saumur jusqu'à la Révolution française.

La Révolution française[modifier | modifier le code]

Le , l'Assemblée Constituante ordonne aux députés des anciennes provinces de se concerter, afin de mettre en place un réseau de nouveaux départements d'environ 324 lieues carrées, soit 6 561 km² actuels.

Des réunions se tiennent dans l'hôtel du duc de Choiseul-Praslin, député de la noblesse de la sénéchaussée d'Angers.
Une trentaine de députés (des trois provinces constituant la généralité de Tours : Anjou, Maine et Touraine) envisagent de rétrocéder des territoires au Poitou et de subdiviser le domaine restant en quatre départements, autour des capitales traditionnelles, Tours, Angers et Le Mans, et autour de la ville de Laval, qui récupérerait des terres du Maine et de l'Anjou.

Le , les représentants de Saumur se dissocient de cette décision. Les Saumurois plaident en faveur d'un département de Saumur situé au carrefour des trois provinces de l'Anjou, de la Touraine et du Poitou, avec Loudun pour le partage des pouvoirs. Ils accusent les représentants d'Angers de s'entendre avec leurs collègues du Maine et de Touraine pour le dépeçage de la sénéchaussée de Saumur. Ils les accusent également d'abandonner à la Touraine vingt-quatre paroisses anciennement angevines (autour de Château-la-Vallière et de Bourgueil).
Le mécontentement grandit, la population de Bourgueil manifeste pour son maintien dans l'Anjou et se solidarise avec Saumur.

Le , l'Assemblée constituante de 1789 décrète que « Saumur et le Saumurois feront partie du département de l'Anjou ».

L'Assemblée Constituante entérine cette structure le et le roi le . Le pays bourgueillois est détaché du Saumurois et séparé de l'Anjou, pour intégrer le tout nouveau département d'Indre-et-Loire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
vers 1789   Jean Beguin de Montlavé[1]    
    Adam Tallonneau de La Rivière    
1971 1993 Jean Chamboissier DVD Pharmacien, conseiller général (1967-1979, 1985-1998)
mars 2001 2008 Jean Dumont DVD Conseiller général (1998-2004)
mars 2008 janvier 2013
(démission)
Pierre Junges DVG Conseiller général (2004-2015)
janvier 2013 en cours Laurence Riguet DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[2].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 879 habitants, en diminution de -1,15 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 280 3 179 3 200 3 320 3 556 3 600 3 493 3 485 3 405
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 400 3 416 3 381 3 304 3 310 3 207 3 274 3 143 3 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 063 2 989 2 850 2 512 2 563 2 488 2 456 2 551 2 602
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
3 093 3 631 3 620 4 136 4 001 4 109 3 923 3 872 3 879
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bourgueil en 2007 en pourcentage[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
1,4 
90 ans ou +
2,9 
11,2 
75 à 89 ans
14,6 
15,9 
60 à 74 ans
18,1 
21,3 
45 à 59 ans
19,3 
17,8 
30 à 44 ans
17,4 
15,5 
15 à 29 ans
12,8 
16,9 
0 à 14 ans
14,8 
Pyramide des âges du département d'Indre-et-Loire en 2007 en pourcentage [8].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,8 
75 à 89 ans
9,8 
13,1 
60 à 74 ans
13,9 
20,7 
45 à 59 ans
20,1 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
19,6 
15 à 29 ans
19,1 
18,8 
0 à 14 ans
16,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Maison Familiale Rurale de Bourgueil.
  • Collège Pierre de Ronsard[9]
  • Collège privé Le Jouteux[10]

Garderie[modifier | modifier le code]

  • Galipettes est géré par l'Association Petite Enfance du Pays de Bourgueil . Il y a une possibilité d'accueil régulier ou occasionnel.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture[modifier | modifier le code]

Bourgueil est au cœur du vignoble de Touraine[11], sur les coteaux du Val de Loire, produisant des vins rouges réputés qui furent célébrés par Ronsard, par Rabelais et par Honoré de Balzac dans Maître Cornélius, (1831) où Louis XI demande « qu'on lui fasse servir du bon vin de Bourgueil à table[12]».

Outre l'AOC Bourgueil, d'autres vins peuvent être produits comme le Touraine, le Crémant de Loire, l'IGP Val de Loire et le Rosé de Loire[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’abbaye Saint-Pierre de Bourgueil et la ville de Bourgueil.

L'abbaye Saint-Pierre de Bourgueil était une importante abbaye bénédictine, fondée en 990 par Emma, comtesse de Blois, fille de Thibaud Ier « le Tricheur », comte de Blois[14]

En 1156, Henri II Plantagenêt y tint les États Généraux de ses provinces.

En 1208, le pape Innocent III prit l’abbaye sous sa protection directe.

Mise en commende au XVIe siècle, elle adopta la règle de saint Maur en 1630.

Cette abbaye fut autrefois l’une des plus riches d’Anjou. Cet ensemble imposant est célèbre pour ses vastes jardins chantés par Ronsard. L'abbaye de Bourgueil fut ruinée à la Révolution.

L’église Saint-Germain a pour caractéristique de présenter une nef romane contrastant avec un chœur gothique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Moïse Amyraut (1596-1664), théologien protestant.
  • Albert Ruelle (1754-1805), notaire royal, juriste, député à la Convention et au Conseil des Cinq-Cents.
  • Jean Carmet (1920-1994), acteur et scénariste français.

Dans la généalogie acadienne, Bourgueil est connu pour être le lieu de naissance de Guillaume Trahan.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la ville de Bourgueil (Indre-et-Loire).svg

Les armoiries de Bourgueil se blasonnent ainsi :

D'azur à deux clefs d'or passées en sautoir, liées en cœur d'argent, surmontées de trois fleurs de lys aussi d'or rangées en chef[15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Goupil de Bouillé, Bourgueil, Trois siècles d'Histoire, p.134.
  2. Site des villes et villages fleuris, consulté le 22 décembre 2016.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Evolution et structure de la population à Bourgueil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  8. « Résultats du recensement de la population d'Indre-et-Loire en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 juillet 2010)
  9. « http://www.education.gouv.fr/annuaire/ »
  10. « http://www.education.gouv.fr/annuaire/ »
  11. Placido Llorca, « Les vins de la région viticole de Touraine », sur Vin-Vigne, (consulté le 8 mai 2012)
  12. Balzac, Maître Cornélius, vol. 15 des Études philosophiques, édition dite du Furne, p.450
  13. Placido Llorca, « http://www.vin-vigne.com/commune/Bourgueil-37140.html », sur Vin-Vigne, (consulté le 8 mai 2012)
  14. Michel Dupont : Monographie du cartulaire de Bourgueil (des origines à la fin du Moyen Age), Tours, Société archéologique de Touraine (Mémoires, LVI), 1962.
  15. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.