Castelnau-de-Montmiral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castelnau.
image illustrant une commune du Tarn
Cet article est une ébauche concernant une commune du Tarn.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Castelnau-de-Montmiral
Image illustrative de l'article Castelnau-de-Montmiral
Blason de Castelnau-de-Montmiral
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement d'Albi
Canton Vignobles et Bastides
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Rabastinois - Tarn et Dadou - Vère Grésigne et Pays Salvagnacois
Maire
Mandat
Paul Salvador
2014-2020
Code postal 81140
Code commune 81064
Démographie
Gentilé Montmiralais
Population
municipale
1 037 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 59″ nord, 1° 49′ 18″ est
Altitude Min. 153 m – Max. 485 m
Superficie 88,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Castelnau-de-Montmiral

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Castelnau-de-Montmiral

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castelnau-de-Montmiral

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castelnau-de-Montmiral
Liens
Site web site officiel

Castelnau-de-Montmiral (en occitan Castèlnòu de Montmiralh) est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située entre Albi et Montauban.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Castelnau-de-Montmiral
Larroque Penne Vaour Saint-Beauzile
Puycelsi Castelnau-de-Montmiral Sainte-Cécile-du-Cayrou
Le Verdier
Cahuzac
Lisle-sur-Tarn Gaillac Broze

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Vère un affluent de l'Aveyron.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune (8 881 hectares) en fait une des plus grandes du département; son altitude varie de 153 à 486 mètres[1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la route départementale D964 (ex : Route nationale 664)

Histoire[modifier | modifier le code]

Tout autour de la forêt de Grésigne s'élèvent des dolmens de l'âge de bronze et des oppidums/oppida (places fortes) de l'âge de fer. La bastide albigeoise est fondée en 1222 par Raymond VII, comte de Toulouse. Son nom primitif est Castellum Novum Montis Mirabilis ; le diminutif de Montmiral a été communément utilisé dans les actes officiels, y compris au XIXe siècle dans l'état civil de la commune.

Pendant la guerre de Cent Ans, les Anglais, conduits par le prince Noir, envahissent l'Albigeois en 1345. Ceux-ci se retireront sans oser attaquer la ville...

Pendant les guerres de religion, Castelnau-de-Montmiral n'adhère jamais au protestantisme et accueille les catholiques de Gaillac, qui ont été chassés de la ville par les protestants majoritaires. En janvier 1587, une attaque du capitaine protestant Bruniquel est repoussée. Selon la légende, une femme revenant de puiser l'eau à la fontaine du Théron aurait donné l'alerte, contraignant les assaillants à une retraite précipitée.

Louis XIII est passé à Castelnau de Montmiral le 24 juin 1622, logé dans la maison de Tonnac. C'est également le lieu d'habitation de la célèbre famille Privat.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Castelnau-de-Montmiral

Son blasonnement est : De gueules au château donjonné d'argent, ouvert et maçonné de sable, senestré d'un monde croisé d'or, le tout surmonté d'un miroir du même, ouvert aussi de sable, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement d'Albi du canton jusqu'à sa suppression en 2015, date depuis laquelle elle appartient au canton de Vignobles et Bastides. Enfin, elle est rattachée à la deuxième circonscription du Tarn. La commune fait partie de la communauté de communes Tarn et Dadou depuis 2002.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Paul Salvador SE Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 037 habitants, en augmentation de 9,16 % par rapport à 2009 (Tarn : 2,72 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 452 2 523 2 716 2 758 3 104 3 108 3 086 3 116 3 066
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 019 3 021 2 901 2 569 2 507 2 532 2 559 2 563 2 058
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 771 1 777 1 682 1 522 1 508 1 502 1 419 1 315 1 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 238 1 215 1 037 958 910 895 952 1 029 1 037
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[6] 1975[6] 1982[6] 1990[6] 1999[6] 2006[7] 2009[8] 2013[9]
Rang de la commune dans le département 44 52 52 64 68 71 73 69
Nombre de communes du département 326 324 324 324 324 323 323 323

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Croix reliquaire, début XIVe siècle.
  • Village classé parmi les « plus beaux villages de France ».
  • Place des Arcades avec son pilori.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption (la cloche date de 1554).
  • Portes fortifiées (portes des Garrics, de Toulze).
  • Maisons en pierre et à colombages.
  • Remparts.
  • Château du Guet détruit en 1819 que l'on retrouve sur les armoiries du village.
  • Croix reliquaire dite de Montmiral, exécutée en 1341 par un orfèvre d'Albi et achevée par un orfèvre de Toulouse après diverses vicissitudes.
  • Plusieurs églises et chapelles dispersées dans la campagne (Saint-Martin, Saint-Jérôme, Brugnac...).
  • Plusieurs petits châteaux sont situés sur la commune : Corduriès, Fézembat, Mazières, Meyragues.
  • Plusieurs souterrains refuge.
  • Forêt de Grésigne.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Tous les ans, fin juillet, "les Musicales de Montmiral" proposent un festival de musique pendant trois jours.

Le jeudi ambiance LATINO

Le vendredi soirée BLUES ROCK

Le samedi immersion CELTIQUE

Concerts sur la place des arcades avec buvettes, restaurations et grillades assurées par le Dégourdy's Club de GAILLAC.

« Sartre préférait les pierres aux arbres ; mes plans tenaient compte de ses goûts. Tantôt marchant, tantôt prenant des cars nous visitâmes des villes et des villages, des abbayes, des châteaux. Un soir, un petit autobus cahotant et bondé nous amena à Castelnau de Montmiral ; il pleuvait ; en descendant sur la place entourée d’arcades, Sartre me dit abruptement qu’il en avait assez d’être fou. »

  • Dans la série américaine Smallville, la famille de Lana Lang est originaire de Castelnau-de-Montmiral.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Les reponchons (mot occitan qui peut se traduire par tamier ou herbe aux femmes battues en français ; prononcer repountchous) poussent dans les sous-bois et les fossés. On les ramasse en avril. Ils ressemblent à du lierre (fine liane grimpante) ou à des asperges sauvages. Amers, ils se consomment coupés en rondelles et cuits à la poêle seuls ou en préparation.
  • Les radis au foie : cuire des rouelles de radis et des dés de foie de veau à la poêle, puis déglacer au vinaigre.
  • Les oreillettes.
  • La fouace avec laquelle on fête les Rois à l'Épiphanie.
  • La croustade : tourte aux pommes, poires ou pruneaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr,‎ (consulté le 10 janvier 2016)
  7. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  8. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr,‎ (consulté le 8 janvier 2016)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :