Suèvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Suèvres
Suèvres
Église et mairie.
Blason de Suèvres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Intercommunalité Communauté de communes Beauce Val de Loire
Maire
Mandat
Frédéric Dejente
2020-2026
Code postal 41500
Code commune 41252
Démographie
Population
municipale
1 693 hab. (2017 en augmentation de 7,49 % par rapport à 2012)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 02″ nord, 1° 27′ 42″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 119 m
Superficie 36,65 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Blois
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Beauce
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Suèvres
Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher
Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Suèvres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Suèvres
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Suèvres

Suèvres est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Localisée au centre-nord du département, la commune fait partie de la petite région agricole « la Beauce », une vaste étendue de cultures céréalières, oléagineuses (colza) et protéagineuses (pois, féverolle, lupin), avec également de la betterave sucrière, et de la pomme de terre.

L'occupation des sols est marquée par l'importance des espaces agricoles et naturels qui occupent la quasi-totalité du territoire communal. Plusieurs espaces naturels d'intérêt sont présents sur la commune : trois sites natura 2000 et une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF). En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture sur la commune est la culture des céréales et des oléoprotéagineux. À l'instar du département qui a vu disparaître le quart de ses exploitations en dix ans, le nombre d'exploitations agricoles a fortement diminué, passant de 22 en 1988, à 17 en 2000, puis à 16 en 2010.

Le patrimoine architectural de la commune comprend cinq bâtiments portés à l'inventaire des monuments historiques : l'église Saint-Christophe, classée en 1921, l'église Saint-Lubin, classée en 1862, le château de Diziers, inscrit en 1946, le château des Forges, inscrit en 1946, et les fortifications, inscrites en 1946.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune de Suèvres se trouve au centre-nord du département de Loir-et-Cher, dans la petite région agricole de la Beauce[1],[2]. À vol d'oiseau, elle se situe à 13,3 km de Blois[3], préfecture du département et à 27,6 km de Beauce la Romaine, chef-lieu du canton de la Beauce dont dépend la commune depuis 2015[4]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Mer[5].

Les communes les plus proches sont[6] : Saint-Dyé-sur-Loire (2,4 km), Montlivault (3,2 km), Cour-sur-Loire (3,3 km), Maslives (4,1 km), Muides-sur-Loire (4,8 km), Menars (5 km), Mer (5,4 km), Mulsans (6,5 km) et La Chapelle-Saint-Martin-en-Plaine (6,5 km).

Traversée de Suèvres via la D 2152.

Le village se situe à 15 km de Blois, en direction d'Orléans.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est drainée par la Loire (1,683 km), la Tronne (6,679 km) et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 20,52 km de longueur totale[7].

Le cours de la Loire s'insère dans une large vallée qu'elle a façonnée peu à peu depuis des milliers d'années. Elle traverse d'est en ouest le département de Loir-et-Cher depuis Saint-Laurent-Nouan jusqu'à Veuves, avec un cours large et lent.

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 11,1 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5 °C : 3,3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 5,3 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 653 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,8 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,2 j

La commune bénéficie d'un climat « océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climat de la France définie en 2010. Ce type affecte l'ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, et en particulier la plus grande partie du département de Loir-et-Cher. Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires et les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l'ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d'établir cette typologie comportent 6 variables pour les températures et 8 pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[Note 2]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[8]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de conservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État membre. Les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l'état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[9]. Des parties du territoire communal sont incluses dans les sites Natura 2000 suivants[10] :

  • la « Vallée de la Loire de Mosnes à Tavers », d'une superficie de 2 278 ha, un des sites ligériens les plus remarquables par son originalité, avec des milieux naturels incontournables tels que les habitats d'eaux courantes et stagnantes accueillant de nombreux poissons et autres animaux de l'Annexe II (Castor), les pelouses et prairies de grèves et zones inondables et les forêts alluviales[11].
  • la « Petite Beauce », d'une superficie de 52 565 ha[12], et

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L'inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d'améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d'aide à la prise en compte de l'environnement dans l'aménagement du territoire. Le territoire communal de Suèvres comprend une ZNIEFF[13] : la « Loire Blésoise » (2 380,68 ha)[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Suèvres est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 3],[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Blois, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 78 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols est marquée par l'importance des espaces agricoles et naturels (96,8 %). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2012 est la suivante : terres arables (11,6 %), cultures permanentes (0,6 %), zones agricoles hétérogènes (15,4 %), prairies (3,5 %), forêts (65,2 %), milieux à végétation arbustive ou herbacée (0,7 %), zones urbanisées (1 %), espaces verts artificialisés non agricoles (0,5 %), zones industrielles et commerciales et réseaux de communication (1,7 %), eaux continentales (0,5 %)[7].

Planification[modifier | modifier le code]

En matière de planification, la commune disposait en 2017 d'un plan local d'urbanisme approuvé[19].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Suèvres en 2016 en comparaison avec celle du Loir-et-Cher et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi la faible proportion des résidences secondaires et logements occasionnels (6,6 %) par rapport au département (18 %) et à la France entière (9,6 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 83,2 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (81,7 % en 2011), contre 68,1 % pour le Loir-et-Cher et 57,6 pour la France entière.

Le logement à Suèvres en 2016.
Suèvres[20] Loir-et-Cher[21] France entière[22]
Résidences principales (en %) 84,1 74,5 82,3
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 6,6 18 9,6
Logements vacants (en %) 9,3 7,5 8,1

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire communal de Suèvres est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement de la Loire), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible)11 avril 202011 avril 2020 Il est également exposé à un risque technologique : le risque nucléaire[23],[24].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Zones inondables de la commune de Suèvres.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont liés au retrait-gonflement des argiles[23]. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[25]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. La carte de zonage de cet aléa peut être consultée sur le site de l'observatoire national des risques naturels Georisques[26].

En Loir-et-Cher, les crues de la Loire représentent des volumes d'eau et des débits quatre à cinq fois supérieurs à ceux du Cher et du Loir : la superficie des zones et l'ampleur des dégâts peuvent être considérables. Les crues historiques sont celles de 1846 (6,60 m à l'échelle de Blois), 1856 (6,78 m), 1866 (6,70 m), 1907 (5,63 m) et 2003 (3,78 m). Le débit maximal historique est de 5 100 m3/s (crue de 1846) et caractérise une crue de retour centennal[27]. Le risque d'inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) de la Loire amont[28].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune peut être concernée par le risque nucléaire. En cas d'accident grave, certaines installations nucléaires sont susceptibles de rejeter dans l'atmosphère de l'iode radioactif. Or la commune se situe partiellement à l'intérieur du périmètre de 20 km du Plan particulier d'intervention de la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux. À ce titre les habitants de la commune, comme tous ceux résidant dans le périmètre proche de 20 km de la centrale ont bénéficié, à titre préventif, d'une distribution de comprimés d'iode stable dont l'ingestion avant rejet radioactif permet de pallier les effets sur la thyroïde d'une exposition à de l'iode radioactif. En cas d'incident ou d'accident nucléaire, des consignes de confinement ou d'évacuation peuvent être données et les habitants peuvent être amenés à ingérer, sur ordre du préfet, les comprimés en leur possession[29],[30].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sodobria, VIIe s. ; Pseudoforus etiam, quae et Sodobria dicitur [...] cum ecclesiis in honorem Sancti Dionysii et Sancti Leobini in eisdem rebus constructis, 920 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, no 39, col. 56) ; Ministrum Sanctae Mariae de Sodobrio ad Ligerim, août 995 (Dom Housseau, t. I, no 268) ; Actum apud Suevrum, ubi comes Stephanus tunc faciebat castrum, anno ab incanatione Domini millesimo nonagentesimo, tempore Philippi regis Francorum, 1090 (cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, charte 146) ; Sodobrium, 1146-1153 (cartulaire de Sainte-Croix d'Orléans, p. 11) ; Suèvres, avril 1310 (Archives Nationales.-JJ 45, fol. 48 v°, no 62) ; Ad mensuram de Sodobrio, XIVe s. (cartulaire de Beaugency, p. 180)

Bas latin Sotobriga. Soto, thème obscur, peut-être un nom de personne gaulois ou le nom propre roman Satur, et gaulois briga = hauteur, château fort. D'où le sens possible : forteresse de Soto.

Histoire[modifier | modifier le code]

Suèvres possédait 3 paroisses : Saint-Christophe, Saint-Lubin, Saint-Martin. Par décret du 21 avril 1791, l'Assemblée nationale supprima les paroisses Saint-Lubin et Saint-Martin, et les rattacha à celle de Saint-Christophe (Archives Départementales de Loir-et-Cher-3 O1 /1).

On a découvert sur le territoire de la commune des ossements de tortue géante, de mollusques fluviaux, attestant de la présence d'un grand lac ou d'un fleuve d'importance dans les temps primitifs.

Un acte de Thibaud le Vieux de 957 en faveur de l'abbaye Saint Martin de Tours nous apprend beaucoup sur Suèvres : il y fait transférer les droits qu'il avait sur un serf nommé Letbrannus fils d'Erluinus, qualifié de major de Suèvres, c'est-à-dire le maire, ou régisseur de la commune. De plus, la commune est qualifiée de curtis, ce qui semble indiquer qu'il ne s'agit à l'époque que d'un domaine de taille moyenne, ainsi que la présence de colons fixés sur ces terres ( colonus : tenancier rural à tenure héréditaire, ayant un statut personnel particulier caractérisé par son attachement à la glèbe - Niermeyer).

La présence ancienne d'hommes vivant sur le territoire de Suèvres est attestée par les fouilles des grottes troglodytes de Balatre (époque celtique). La commune garde les traces de quatre voies gauloises (empruntées pour commercer) ainsi que de nombreux souterrains.[réf. nécessaire]

Les pierres de la chapelle Saint-Lubin et sa pierre druidique datent de l'époque gallo-romaine.[réf. nécessaire]

Dans l'église de Saint-Lubin du IXe siècle, l'on retrouve des pierres portant des inscriptions assurant que l'église a été bâtie à l'emplacement d'un temple romain dédié à Apollon, divinité des sources. Des vestiges de temples, une mosaïque, des aqueducs ainsi que divers objets de l'époque gallo-romaine ont été retrouvés sur la commune[réf. nécessaire].

La cité fut fortifiée au VIIe siècle et possédait à cette époque des murs d'enceinte, des tours percées de meurtrières et de larges fossés.[réf. nécessaire]

Au IXe siècle, Suèvres fut envahie par les Normands et s'en trouva très meurtrie.[réf. nécessaire]

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[31], dont Suèvres[32]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[33]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[34].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

Suèvres dans l'intercommunalité en 2016.

La commune de Suèvres est membre de la communauté de communes Beauce Val de Loire, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le [35].

Elle est rattachée sur le plan administratif à l'arrondissement de Blois, au département de Loir-et-Cher et à la région Centre-Val de Loire[5], en tant que circonscriptions administratives[5]. Sur le plan électoral, elle est rattachée au canton de la Beauce depuis 2015 pour l'élection des conseillers départementaux[36] et à la troisième circonscription de Loir-et-Cher pour les élections législatives[37].

Politique et administration municipale[modifier | modifier le code]

Conseil municipal et maire[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Suèvres, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel plurinominal avec prime majoritaire[38]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges au conseil municipal est de 19. Le maire, à la fois agent de l'État et exécutif de la commune en tant que collectivité territoriale, est élu par le conseil municipal au scrutin secret lors de la première réunion du conseil suivant les élections municipales, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil[39].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1975 Emile Cosson    
1975 1989 Kléber Cousin    
1989 1995 Étienne Terrier    
1995 2008 Édith Rimbert    
2008 2014 Raphaël Pilleboue    
mars 2014 mai 2020 Philippe Lamoureux[40]   Retraité de l'enseignement
mai 2020 En cours Frédéric Dejente[40],[41]   Cadre administratif et commercial d'entreprise

[42]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[44].

En 2017, la commune comptait 1 693 habitants[Note 5], en augmentation de 7,49 % par rapport à 2012 (Loir-et-Cher : +0,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6661 7611 7471 6991 9561 9601 9571 9401 883
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9161 9191 9911 9521 9561 9602 0671 9951 726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6771 6371 5521 4471 4101 3041 2001 2051 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2341 2441 1471 3071 3601 3711 4501 4981 673
2017 - - - - - - - -
1 693--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d'hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 21,4 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 24,2 %).
Pyramide des âges à Suèvres en 2007 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
9,4 
75 à 89 ans
9,9 
11,6 
60 à 74 ans
13,2 
23,6 
45 à 59 ans
21,6 
21,7 
30 à 44 ans
20,1 
13,5 
15 à 29 ans
13,5 
19,8 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

72 odonymes recensés à Suèvres
au 29 mars 2014
Allée Avenue Bld Chemin Cité Clos Impasse Passage Place Route Rue Ruelle Sentier Tertre Autres Total
0 0 0 5 [N 1] 0 0 4 [N 2] 1 [N 3] 2 [N 4] 2 [N 5] 43 [N 6] 2 [N 7] 0 0 13 [N 8] 72
Notes « N »
  1. Chemin de l'Enfer, Chemin de Montcellereux, Chemin des Couettes, Chemin des Sables et Chemin des Sablonnards.
  2. Impasse de Prasle, Impasse du Four à Chaux, Impasse du Lavoir et Impasse Perrochin.
  3. Passage du 8-Mai.
  4. Place de l'Église et Place de la Mairie.
  5. Route Nationale 152 et Route Nationale de Fleury.
  6. Dont Rue du 19-Mars-1962, Rue du 8-Mai et Rue du 11-Novembre.
  7. Ruelle de Fleury et Ruelle Torse.
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Christophe de Suèvres, au centre du village, est un ensemble des XIIe, XIIIe et XVIe siècles. Elle possède une façade mérovingienne à l'ouest ainsi qu'un caquetoir du XVIe siècle.
  • L'église privée Saint-Lubin de Suèvres est un ensemble de pur style roman du XIIe avec clocher à toit pyramidal. La façade sud date du XVIe siècle, de style gothique flamboyant. L'édifice est ouvert pendant les expositions de peintures. Elle abrite dans son jardin une pierre dite « druidique ».
  • Il reste quelques vestiges d'une église Saint-Martin.
  • À proximité, le château de Diziers (propriété privée) et le Moulin de Diziers.
  • À proximité, le château de la Grenouillère, une maison bourgeoise du XVIIIe siècle (propriété privée ; terrain de camping).
  • Château des Forges[49].
  • Fortifications de Suèvres.
  • C'est au cimetière de Suèvres que repose "La petite martyre de l'A10", retrouvée au bord de l'autoroute, sur la commune, le 11 août 1987 par des employés de Cofiroute. La sépulture, longtemps anonyme, est depuis régulièrement fleurie. En juin 2018, après plus de 30 ans d'investigations, la petite victime est identifiée grâce à des recoupements d'ADN. Il s'agit d'Inass Touloub, née le 3 juillet 1983 à Casablanca[50].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr suèvres (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Suèvres se blasonnent ainsi :

De gueules aux trois fasces d'argent, aux trois fleurs de lys d'or brochant, au chef cousu d'azur chargé d'une roue de moulin de huit augettes aussi d'argent, adextrée d'un épi et senestrée d'une grappe de raisin, tous deux d'or.

Création Mme Jacquemin - MM. Neveu et Yvonnet (1993).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe Fénelon, né le 23 novembre 1952 à Suèvres, compositeur.
  • Jeanne Guyon, née à Montargis le 13 avril 1648, morte à Blois le 9 juin 1717, est une mystique française. Elle a vécu au château de Diziers. Elle est enterrée à Suèvres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Les normales climatiques sont des produits statistiques calculés sur des périodes de 30 ans, permettant de caractériser le climat sur cette période et servant de référence.
  3. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Petites régions agricoles (PRA) par commune », sur https://geo.data.gouv.fr/ (consulté le 9 avril 2020)
  2. [PDF]« Carte des petites régions agricoles de Loir-et-Cher », sur la plateforme de l'information territoriale de Loir-et-Cher (consulté le 9 avril 2020)
  3. « Orthodromie entre "Suèvres" et "Blois" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 9 avril 2020).
  4. « Orthodromie entre "Suèvres" et "Beauce la Romaine" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 9 avril 2020).
  5. a b et c « Métadonnées de la commune de Suèvres », sur le site de l'Insee (consulté le 9 avril 2020).
  6. « Communes les plus proches de Suèvres », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 9 avril 2020).
  7. a et b « Fiche communale de Suèvres », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 9 avril 2020)
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 11 avril 2020)
  9. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du Ministère de la trasition écologique et solidaire (consulté le 9 avril 2020)
  10. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Suèvres » (consulté le 9 avril 2020).
  11. « site Natura 2000 la « Vallée de la Loire de Mosnes à Tavers » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 avril 2020)
  12. « site Natura 2000 la « Petite Beauce » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 avril 2020)
  13. « Liste des ZNIEFF de la commune de Suèvres » (consulté le 9 avril 2020).
  14. « ZNIEFF la « Loire Blésoise » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 avril 2020)
  15. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  16. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  19. « Etat par commune des POS, PLU et cartes communales », sur https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/ (consulté le 9 avril 2020)
  20. « Chiffres clés - Logement en 2016 à Suèvres », sur le site de l'Insee (consulté le 9 avril 2020).
  21. « Chiffres clés - Logement en 2016 dans le Loir-et-Cher », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 9 avril 2020).
  22. « Chiffres clés - Logement en 2016 dans la France entière », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 9 avril 2020).
  23. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de Loir-et-Cher - Liste des risques par commune », sur http://www.loir-et-cher.gouv.fr/ (consulté le 11 avril 2020), p. 74-86
  24. « Rapport présentant les risques affectant la commune », sur l'observatoire national des risques naturels, (consulté le 11 avril 2020)
  25. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 11 avril 2020).
  26. « Carte de zonage de l'aléa retrait-gonflement des argiles sur la commune de Suèvres », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 11 avril 2020)
  27. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de Loir-et-Cher - Liste des risques par commune », sur http://www.loir-et-cher.gouv.fr/ (consulté le 11 avril 2020), p. 18-23
  28. « PPRI de la Loire approuvés », sur le site de la préfecture de Loir-et-Cher (consulté le 11 avril 2020)
  29. « Un nouveau périmètre autour de la centrale nucléaire de Saint-Laurent », sur https://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté en 43899)
  30. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de Loir-et-Cher - Liste des risques par commune », sur http://www.loir-et-cher.gouv.fr/ (consulté le 11 avril 2020), p. 67-72
  31. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  32. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  33. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  34. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  35. « CC Beauce Val de Loire - fiche descriptive au 1er janvier 2019 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté en 43915)
  36. « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 9 avril 2020).
  37. « Découpage électoral de Loir-et-Cher (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 9 avril 2020).
  38. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de plus de 1000 habitants », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 9 avril 2020)
  39. « Les fonctions d'un maire », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le 25 mars 2020)
  40. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 7 août 2020)
  41. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 7 août 2020)
  42. « https://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/commune/suevres/apres-43-ans-a-la-mairie-martine-s-en-va », sur lanouvellerepublique.fr (consulté le 7 janvier 2020)
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  47. « Évolution et structure de la population à Suèvres en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  48. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  49. [1]
  50. « Libération.fr – Inconnue de l’A10 : trente ans d'une enquête hors norme », sur Libération (consulté le 5 septembre 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Provost, Carte archéologique de la Gaule - Le Loir-et-Cher, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, , 159 p. (ISBN 2-87754-003-0)
  • Christian Poitou, Paroisses et communes de France - Loir-et-Cher, Paris, CNRS Editions, , 591 p. (ISBN 2-271-05482-6)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d'hier, communes d'aujourd'hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d'histoire administrative, Paris, Institut National d'Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]