Suèvres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Suèvres
Suèvres
Église et mairie.
Blason de Suèvres
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton La Beauce
Intercommunalité Beauce Val de Loire
Maire
Mandat
Philippe Lamoureux
2014-2020
Code postal 41500
Code commune 41252
Démographie
Population
municipale
1 679 hab. (2016 en augmentation de 9,38 % par rapport à 2011)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 02″ nord, 1° 27′ 42″ est
Altitude Min. 71 m
Max. 119 m
Superficie 36,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Suèvres

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Suèvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Suèvres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Suèvres

Suèvres est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Traversée de Suèvres via la D 2152.

Le village se situe à 15 km de Blois, en direction d'Orléans.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sodobria, VIIe s. ; Pseudoforus etiam, quae et Sodobria dicitur [...] cum ecclesiis in honorem Sancti Dionysii et Sancti Leobini in eisdem rebus constructis, 920 (Gallia Christiana, t. XIV, Instrumenta, no 39, col. 56) ; Ministrum Sanctae Mariae de Sodobrio ad Ligerim, août 995 (Dom Housseau, t. I, no 268) ; Actum apud Suevrum, ubi comes Stephanus tunc faciebat castrum, anno ab incanatione Domini millesimo nonagentesimo, tempore Philippi regis Francorum, 1090 (cartulaire de Marmoutier pour le Dunois, charte 146) ; Sodobrium, 1146-1153 (cartulaire de Sainte-Croix d’Orléans, p. 11) ; Suèvres, avril 1310 (Archives Nationales.-JJ 45, fol. 48 v°, no 62) ; Ad mensuram de Sodobrio, XIVe s. (cartulaire de Beaugency, p. 180)

Bas latin Sotobriga. Soto, thème obscur, peut-être un nom de personne gaulois ou le nom propre roman Satur, et gaulois briga = hauteur, château fort. D’où le sens possible : forteresse de Soto.

Histoire[modifier | modifier le code]

Suèvres possédait 3 paroisses : Saint-Christophe, Saint-Lubin, Saint-Martin. Par décret du 21 avril 1791, l’Assemblée Nationale supprima les paroisses Saint-Lubin et Saint-Martin, et les rattacha à celle de Saint-Christophe (Archives Départementales de Loir-et-Cher-3 O1 /1).

On a découvert sur le territoire de la commune des ossements de tortue géante, de mollusques fluviaux, attestant de la présence d'un grand lac ou d'un fleuve d'importance dans les temps primitifs.

Un acte de Thibaud le Vieux de 957 en faveur de l'abbaye Saint Martin de Tours nous apprend beaucoup sur Suèvres : il y fait transférer les droits qu'il avait sur un serf nommé Letbrannus fils d'Erluinus, qualifié de major de Suèvres, c'est-à-dire le maire, ou régisseur de la commune. De plus, la commune est qualifiée de curtis, ce qui semble indiquer qu'il ne s'agit à l'époque que d'un domaine de taille moyenne, ainsi que la présence de colons fixés sur ces terres ( colonus : tenancier rural à tenure héréditaire, ayant un statut personnel particulier caractérisé par son attachement à la glèbe - Niermeyer).

La présence ancienne d'hommes vivant sur le territoire de Suèvres est attestée par les fouilles des grottes troglodytes de Balatre (époque celtique). La commune garde les traces de quatre voies gauloises (empruntées pour commercer) ainsi que de nombreux souterrains.[réf. nécessaire]

Les pierres de la chapelle Saint-Lubin et sa pierre druidique datent de l'époque gallo-romaine.[réf. nécessaire]

Dans l'église de Saint-Lubin du IXe siècle, l'on retrouve des pierres portant des inscriptions assurant que l'église a été bâtie à l'emplacement d'un temple romain dédié à Apollon, divinité des sources. Des vestiges de temples, une mosaïque, des aqueducs ainsi que divers objets de l'époque gallo-romaine ont été retrouvés sur la commune[réf. nécessaire].

La cité fut fortifiée au VIIe siècle et possédait à cette époque des murs d'enceinte, des tours percées de meurtrières et de larges fossés.[réf. nécessaire]

Au IXe siècle, Suèvres fut envahie par les Normands et s'en trouva très meurtrie.[réf. nécessaire]

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février, plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Devant l'insuffisance des structures d'accueil (les haras de Selles-sur-Cher sont notamment utilisés), 47 villages sont mis à contribution[1], dont Suèvres[2]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[3]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[4].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loir-et-Cher.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1977 Emile Cosson    
1977 1989 Kléber Cousin    
1989 1995 Étienne Terrier    
1995 2008 Édith Rimbert    
2008 2014 Raphaël Pilleboue    
2014 En cours Philippe Lamoureux DVD Retraité de l'enseignement[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7].

En 2016, la commune comptait 1 679 habitants[Note 1], en augmentation de 9,38 % par rapport à 2011 (Loir-et-Cher : +0,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6661 7611 7471 6991 9561 9601 9571 9401 883
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9161 9191 9911 9521 9561 9602 0671 9951 726
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6771 6371 5521 4471 4101 3041 2001 2051 205
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2341 2441 1471 3071 3601 3711 4501 4981 673
2016 - - - - - - - -
1 679--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,9 % d'hommes (0 à 14 ans = 19,8 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 21,7 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 21,4 %) ;
  • 50,1 % de femmes (0 à 14 ans = 20,5 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 20,1 %, 45 à 59 ans = 21,6 %, plus de 60 ans = 24,2 %).
Pyramide des âges à Suèvres en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
9,4 
75 à 89 ans
9,9 
11,6 
60 à 74 ans
13,2 
23,6 
45 à 59 ans
21,6 
21,7 
30 à 44 ans
20,1 
13,5 
15 à 29 ans
13,5 
19,8 
0 à 14 ans
20,5 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

72 odonymes recensés à Suèvres
au 29 mars 2014
Allée Avenue Bld Chemin Cité Clos Impasse Passage Place Route Rue Ruelle Sentier Tertre Autres Total
0 0 0 5 [N 1] 0 0 4 [N 2] 1 [N 3] 2 [N 4] 2 [N 5] 43 [N 6] 2 [N 7] 0 0 13 [N 8] 72
Notes « N »
  1. Chemin de l'Enfer, Chemin de Montcellereux, Chemin des Couettes, Chemin des Sables et Chemin des Sablonnards.
  2. Impasse de Prasle, Impasse du Four à Chaux, Impasse du Lavoir et Impasse Perrochin.
  3. Passage du 8-Mai.
  4. Place de l'Église et Place de la Mairie.
  5. Route Nationale 152 et Route Nationale de Fleury.
  6. Dont Rue du 19-Mars-1962, Rue du 8-Mai et Rue du 11-Novembre.
  7. Ruelle de Fleury et Ruelle Torse.
  8. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Christophe de Suèvres, au centre du village, est un ensemble des XIIe, XIIIe et XVIe siècles. Elle possède une façade mérovingienne à l'ouest ainsi qu'un caquetoir du XVIe siècle.
  • L'église privée Saint-Lubin de Suèvres est un ensemble de pur style roman du XIIe avec clocher à toit pyramidal. La façade sud date du XVIe siècle, de style gothique flamboyant. L'édifice est ouvert pendant les expositions de peintures. Elle abrite dans son jardin une pierre dite « druidique ».
  • Il reste quelques vestiges d'une église Saint-Martin.
  • À proximité, le château de Diziers (propriété privée) et le Moulin de Diziers.
  • À proximité, le château de la Grenouillère, une maison bourgeoise du XVIIIe siècle (propriété privée ; terrain de camping).
  • Château des Forges[12].
  • Fortifications de Suèvres.
  • C'est au cimetière de Suèvres que repose "La petite martyre de l'A10", retrouvée au bord de l'autoroute, sur la commune, le 11 août 1987 par des employés de Cofiroute. La sépulture, longtemps anonyme, est depuis régulièrement fleurie. En juin 2018, après plus de 30 ans d'investigations, la petite victime est identifiée grâce à des recoupements d'ADN. Il s'agit d'Inass Touloub, née le 3 juillet 1983 à Casablanca[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr suèvres (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Suèvres se blasonnent ainsi :

De gueules aux trois fasces d'argent, aux trois fleurs de lys d'or brochant, au chef cousu d'azur chargé d'une roue de moulin de huit augettes aussi d'argent, adextrée d'un épi et senestrée d'une grappe de raisin, tous deux d'or.

Création Mme Jacquemin - MM. Neveu et Yvonnet (1993).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Philippe Fénelon, né le 23 novembre 1952 à Suèvres, compositeur.
  • Jeanne Guyon, née à Montargis le 13 avril 1648, morte à Blois le 9 juin 1717, est une mystique française. Elle a vécu au château de Diziers. Elle est enterrée à Suèvres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  2. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 47.
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  5. https://www.lemonde.fr/centre-val-de-loire/loir-et-cher,41/suevres,41252/
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Évolution et structure de la population à Suèvres en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  11. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  12. [1]
  13. http://www.liberation.fr/apps/2018/07/inconnue-de-l-a10/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]