Vouvray (Indre-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vouvray.

Vouvray
Vouvray (Indre-et-Loire)
Vue sur la ville.
Blason de Vouvray
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Tours
Canton Vouvray
Intercommunalité Communauté de communes Touraine-Est Vallées
Maire
Mandat
Brigitte Pineau
2014-2020
Code postal 37210
Code commune 37281
Démographie
Gentilé Vouvrillons
Population
municipale
3 191 hab. (2015 en augmentation de 3,98 % par rapport à 2010)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 46″ nord, 0° 48′ 00″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 121 m
Superficie 27,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Vouvray

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Vouvray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vouvray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vouvray

Vouvray est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Ses habitants sont appelés les Vouvrillon(ne)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vouvray est située à 10 kilomètres à l'est de Tours, dans la vallée de la Loire, en bordure de la Loire et de la Cisse, dont le confluent avec le fleuve se situe dans la commune. Vouvray est construite en partie à flanc de coteau dans lequel se nichent de nombreuses maisons troglodytiques et caves de producteurs de vins. Sur le coteau, la commune compte quelques hameaux importants et de très nombreuses vignes.

Anciennes voies de communication[modifier | modifier le code]

Vouvray disposait d'une gare de chemin de fer, située sur la ligne de Paris-Austerlitz à Bordeaux-Saint-Jean, juste avant le viaduc de Montlouis sur la Loire, côté rive droite. La gare bénéficiait d'une halle à marchandises. La gare et la halle marchandise, toujours visibles, ne sont désormais plus affectées au service ferroviaire. La commune est traversée par la LGV Atlantique qui passe dans le tunnel de Vouvray[1].

La gare de Vouvray.
La gare de Vouvray et sa halle marchandise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gaulois vober = terre inculte, broussailles (FEW, XIV, 92a), et suffixe collectif latin etum ; d’où : ensemble inculte, ensemble de broussailles.
Vobridus, 774 (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. V) ; Vobridius super Ligerim, 845 (Actes de Charles II le Chauve, n° 175) ; Vovreius, 903 (Actes de Charles III le Simple, n° 97) ; Vaubridius, Xe s. (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. X, diplôme de Charles III le Simple, de Hugues Capet) ; Vovroi, qui est juxta Roiches, XIIe s. (Missale Beatae Martini) ; In parrochia de Vovreio, mars 1242 (Cartulaire de l’archevêché de Tours, t. 2, p. 322, charte 314) ; Hacelina, de parochia de Vovray, 1247 (Archives nationales-JJ 274, Querimoniae Turonum, n° 887) ; Vovray, 1284 (Charte de Jeanne de Vierzon) ; Voveray in Turonia, 1437 (Charte du chapitre Saint-Martin de Tours) ; Vovray, avril 1469 (Archives Nationales-JJ 197, n° 74, fol. 46) ; Vouvray, novembre 1495 (Archives nationales-JJ 228, n° 45, fol. 22) ; Vouvray sur Loyre, XVIIe s. (Registres paroissiaux, passim) ; Vouvray, XVIIIe s. (Carte de Cassini).
Délimitation réalisée de Vouvray d’avec Rochecorbon par Ordonnance royale du 1er octobre 1817 : Vouvray cède à Rochecorbon le territoire formé du bois de la Roche, du bois de Luynes contenant la ferme des Roches et 12 habitations aux Pâtis ; en échange, Rochecorbon cède à Vouvray Montauran, une partie de la ferme de la Malourie, 3 caves habitées et un territoire proche de la Bellangerie (Archives nationales-F 2 II Indre-et-Loire 3, plan annexé à la minute).

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Bouteille de Vouvray pétillant (domaine François Pinon)
    Le vin est roi à Vouvray, à tel point que la commune possède même le nom de Vouvray-les-vins.
  • La bernache, jus de raisin au début de sa fermentation (vin nouveau). Elle se déguste de fin octobre à mi-novembre environ.
  • Rillettes et rillons (rillettes non hachées) aromatisés au Vouvray.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1820 1821 Pierre-Hippolyte Le Tissier    
1846 1870 Frédéric Bordes    
1908 1944 Charles Vavasseur[2]   Viticulteur et négociants en vins
Député d'Indre-et-Loire (1919-1924)
Les données manquantes sont à compléter.
1947 mars 1989 Gaston Huet DVD Viticulteur
Conseiller général (1951-1982)
mars 1989 mars 2001 Daniel Allias    
mars 2001 mars 2014 Pierre Darragon    
mars 2014 en cours Brigitte Pineau SE Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Randersacker (Allemagne), voir Randersacker (page allemande) - Site de la ville

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2015, la commune comptait 3 191 habitants[Note 1], en augmentation de 3,98 % par rapport à 2010 (Indre-et-Loire : +2,45 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0801 9542 2662 4252 3872 6102 4432 3412 418
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2952 4382 2672 1802 2272 2462 2992 2502 361
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 2852 3502 3352 1652 3332 2452 2492 5522 617
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
2 7532 7252 6062 4692 9333 0463 0833 0623 191
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

La ville possède de nombreux clubs sportifs (football, badminton, handball, volley-ball…).

Culte[modifier | modifier le code]

Vouvray dispose de l'église Notre-Dame-et-Saint-Jean-Baptiste. Elle est rattachée au diocèse de Tours.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Animations[modifier | modifier le code]

Diverses manifestations autour du vin, notamment :

  • Saint Vincent, patron des vignerons, dernier samedi de janvier
  • Foire aux vins, (week-end de la Pentecôte et mi-août), consacrée uniquement aux vins de Vouvray
  • La boule de fort est un jeu traditionnel d'Anjou. La société de boule de fort de Vouvray est l'endroit où l'on y joue le plus à l'est.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Vouvray.
  • Château de Moncontour : longtemps désiré, en vain, par Balzac (« Moncontour a ma prédilection », lettre à madame Hanska du 10 juin 1846). On peut y visiter le Musée du vin, écomusée très complet (plus de 2 000 outils traditionnels).
  • Château de Vaudenuits.
  • Église Notre-Dame-et-Saint-Jean-Baptiste : sur le mur de l'église, intéressant monument à Charles Bordes, créateur de la Schola Cantorum. Devant l'église, là où se trouvait naguère un « orme de Sully », on peut voir une pierre d'attente des morts.
  • Nombreux manoirs : la Gaudrelle (XVIIe siècle), le Mont (XVIIe siècle), les Bidaudières (XVIIIe siècle), etc.
  • Parmi les constructions plus récentes, on notera l'ancienne école Saint-François, en pur style 1930, démolie en 2013.
  • Place Charles-Vavasseur : outre le buste (œuvre d'Aimé Octobre) de cet ancien maire de Vouvray, le visiteur contemplera un monument rare, dédié à un personnage de fiction : l'illustre Gaudissart, héros du roman éponyme d'Honoré de Balzac.
  • Depuis le 29 mars 1992, la ville de Vouvray, avec celle de Vernou-sur-Brenne, était la marraine du sous-marin Psyché, mis sur cale le 1er juin 1967, en service le 7 juin 1970, désarmé le 29 septembre 1998 et coulé comme cible le 29 avril 2005.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vouvray

Les armes de Vouvray se blasonnent ainsi :

D'azur aux deux lions affrontés d'argent supportant une grappe de raisin tigée d'or[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denis Jeanson, Sites et monuments du Val de Loire, (tome 1), à compte d'auteur, 1976.

Références littéraires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :