Olivet (Loiret)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Olivet
Olivet (Loiret)
Rives du Loiret à Olivet.
Blason de Olivet
Blason
Olivet (Loiret)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Intercommunalité Orléans Métropole
Maire
Mandat
Mathieu Schlesinger
2020-2026
Code postal 45160
Code commune 45232
Démographie
Gentilé Olivetains
Population
municipale
21 951 hab. (2017 en augmentation de 10,82 % par rapport à 2012)
Densité 938 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 50″ nord, 1° 54′ 02″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 109 m
Superficie 23,39 km2
Élections
Départementales Canton d'Olivet
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Olivet
Géolocalisation sur la carte : Loiret
Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Olivet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Olivet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Olivet
Liens
Site web olivet.fr

Olivet est une commune française située dans le département du Loiret, en région Centre-Val de Loire.

La commune est située dans le périmètre de la région naturelle du Val de Loire inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte de la commune d'Olivet (Loiret) et des communes limitrophes.

La commune d'Olivet se trouve dans le quadrant sud-ouest du département du Loiret, dans la région agricole du Val de Loire[2] et l'aire urbaine d'Orléans[3]. À vol d'oiseau, elle se situe à 4,5 km d'Orléans[4], préfecture du département. La commune fait partie du bassin de vie d'Orléans[3].

Les communes les plus proches sont : Saint-Pryvé-Saint-Mesmin (3,1 km), Saint-Jean-le-Blanc (3,4 km), Saint-Denis-en-Val (4,5 km), Orléans (4,5 km), Saint-Hilaire-Saint-Mesmin (5,2 km), La Chapelle-Saint-Mesmin (5,3 km), Saint-Jean-de-la-Ruelle (5,4 km), Saint-Cyr-en-Val (6,2 km), Saint-Jean-de-Braye (6,7 km) et Fleury-les-Aubrais (7,4 km)[5].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Noras
  • L’Hôtel-Dieu.

Géologie[modifier | modifier le code]

Carte géologique de la commune d'Olivet.
  • Fz : Alluvions récentes des lits mineurs (Holocène)
  • Fy : Alluvions récentes des levées et montilles de la Loire (Holocène)
  • Fw : Alluvions de haute terrasse de la Loire (Pléistocène (Riss))
  • m2MCO : Marnes et calcaires de l'Orléanais (Burdigalien)
  • m1CPi : Calcaires de Pithiviers (Aquitanien)

La région d’Orléans se situe dans le sud du Bassin parisien, vaste cuvette composée d’un empilement de couches sédimentaires d’origines essentiellement détritiques (issus de l’érosion d’anciennes chaînes de montagnes) et carbonatées (précipitation de carbonate de calcium). Ces dépôts s'étagent du Trias (- 250 millions d’années) au Pliocène (- 23 millions d’années) et se font surtout en contexte marin, mais aussi en milieu lacustre. Les successions de périodes glaciaires et interglaciaires au Quaternaire aboutissent à la configuration géomorphologique actuelle : altération plus ou moins profonde des roches en place, terrasses alluviales anciennes perchées sur les plateaux et incision de la vallée actuelle de la Loire[6],[7].

Le territoire communal peut être décomposé en deux parties : le plateau solognot, au sud du Loiret, et la plaine alluviale de la Loire au nord. Les calcaires de Beauce, qui constituent le socle du territoire communal, se forment à l'Aquitanien (de - 23 à - 20,5 millions d’années). Leur partie supérieure, les calcaires de Pithiviers (m1CPi) et les marnes et calcaires de l'Orléanais (m2MCO), affleure sur les flancs du plateau solognot, en rive gauche du Loiret. Cette formation est constituée d’un calcaire beige, crème, carié, vacuolaire, dur ou marneux[8]. Le reste du plateau est constitué d'alluvions de haute terrasse de la Loire (Fw), datant du Pléistocène (Riss). Le nord du territoire communal, en rive droite du Loiret appartient à la plaine alluviale de la Loiret et est composé d'alluvions récentes (Fy et (Fz), datant de l'Holocène.

Fragmentés et fissurés, les calcaires peuvent être le siège de phénomènes karstiques. Les circulations préférentielles d’eaux souterraines érodent ces calcaires en profondeur et entraînent la formation de dépressions, gouffre ou dolines. Les manifestations en surface de ces fragilités ne sont pas rares dans la région orléanaise. 14 cavités ont été inventoriées par le service régional Centre du BRGM sur la commune, en octobre 2003[9].

Le territoire communal est relativement plat puisque la dénivelée maximale est de 20 mètres. L'altitude du territoire varie en effet de 89 mètres à 109 mètres[10],[11].

Climat[modifier | modifier le code]

Olivet possède un climat tempéré de type océanique dégradé se caractérisant par des hivers doux (3 à °C) et pluvieux, et des étés frais (16 à 18 °C) et relativement humides. La température moyenne est de 10 à 11 °C sur l'année.

Tableau climatologique d'Olivet sur la période 1982-2012, à 103 m d'altitude.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,1 0,4 2,6 5 8,3 11,4 13,2 13,1 10,9 7,1 3,6 1,3 6,4
Température moyenne (°C) 3 3,9 7,4 10,2 13,6 16,9 18,8 18,6 16 11,4 6,7 3,9 10,9
Température maximale moyenne (°C) 6 7,4 12,2 15,5 19 22,5 24,5 24,1 21,2 15,7 9,9 6,5 15,4
Précipitations (mm) 55 50 49 47 64 52 51 49 53 56 59 55 640
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6
0,1
55
 
 
 
7,4
0,4
50
 
 
 
12,2
2,6
49
 
 
 
15,5
5
47
 
 
 
19
8,3
64
 
 
 
22,5
11,4
52
 
 
 
24,5
13,2
51
 
 
 
24,1
13,1
49
 
 
 
21,2
10,9
53
 
 
 
15,7
7,1
56
 
 
 
9,9
3,6
59
 
 
 
6,5
1,3
55
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Paysages[modifier | modifier le code]

La commune s’étend sur 2 339 hectares dans l’aire urbaine et l’unité urbaine d’Orléans. Elle mesure 6,5 kilomètres d’est en ouest et 5,5 kilomètres du nord au sud. Le site d’Olivet doit son originalité à la rivière du Loiret, longue de 13 kilomètres, qui est en fait une résurgence de la Loire. La rivière prend successivement des allures de forêt-galerie, de lac, puis de cours sauvage avant de se jeter dans la Loire à la Pointe de Courpin sur la commune de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin.

Certains sentiers de promenade au bord du Loiret permettent de découvrir une espèce rare d’arbre, les taxodiums ou cyprès chauves de Louisiane. Une grande partie du territoire d’Olivet est classée en zone inondable, même si la dernière crue ayant touché la ville date du XIXe siècle.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal d'Olivet comprend une ZNIEFF[INPN 1].

Les « Landes du bas des vallées » constituent une ZNIEFF de type 1[Note 1] de 54,45 hectares. La zone s'étend sur trois communes : Mézières-lez-Cléry, Olivet et Saint-Hilaire-Saint-Mesmin. Elle se situe au Sud de la commune de Saint-Hilaire-Saint-Mesmin et jouxte le chemin dit des Marnières qui joint Mézières-lez-Cléry au Bois de Noras[DREAL 1]. Son altitude est de 100 m[INPN 2]. La zone se situe ici au fond d'une vallée sèche qui a mis à nu des calcaires marneux (la partie supérieure des calcaires de Beauce), mais dont les flancs sont tapissés de colluvions argilo-siliceuses. Cette configuration est unique en Sologne et elle a été signalée dès le XVIIIe siècle sous la dénomination de "Vallée aux Moines". Le flanc nord du vallon était alors en partie planté de vignes. Le fond a fait l'objet d'extraction de marne jusqu'aux années 1930. Les landes abritent une station étendue d'Halimium umbellatum, espèce protégée en région Centre[INPN 3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1147, le roi Louis VII part pour la deuxième croisade. En Terre Sainte, le roi apprécie l’hospitalité que les religieux de l’abbaye du Mont-Sion de Jérusalem lui accordent ainsi qu’à ses compagnons de croisade. En récompense, il fait don à cette abbaye de l’église de Saint-Samson d’Orléans et de tous ses biens. Jusque là simple collégiale, cette église devient conventuelle et est occupée par des frères du Mont Sion, qui disposent des prébendes des chanoines séculiers à leur décès[12]. Ce prieuré avait des propriétés sur les bords du Loiret, dont une maison et un moulin dans la paroisse de Saint-Martin-sur-Loiret. Lorsque les chanoines du Mont Sion s’installent au prieuré de Saint-Samson, ils importent sans doute ce nom d’Olivet, en souvenir du mont des Oliviers de Jérusalem (dans les chansons de geste médiévales, le mont des Oliviers est en effet appelé Mont-Olivet ou Olivet tout court), qui apparaît dans les documents authentiques en 1238[13],[14].

Jusqu’à l’arrivée des moines, le hameau s’appelait Saint-Martin sur Loiret. Il est encore cité sous ce nom dans un manuscrit de 1178. Le toponyme Olivet apparaît ensuite explicitement : Apud Olivetum en 1274[15], De Oliveto en 1291-1292[16], Olivet en juillet 1376[17], Olivet lez Orléans en juin 1385[18], Olivet en mars 1388[19], Jehan Beaulieu, vigneron et laboureur à Olivet en février 1456[20], Olivet en avril 1484[21]. Du XVIe au XIXe s., on parle de Saint-Martin d’Olivet ou parfois, de Saint-Martin sur Loire[14].

Pour l'anecdote, trois autres théories ont été émises autrefois pour expliquer l’origine du toponyme. La première prétendait que la ville tenait son nom de l’œillette ou olivette, variété de pavot somnifère dont les graines fournissent une huile utilisée en peinture, que l'on aurait cultivée de façon intensive dans la région[13].

La seconde faisait dériver le nom du mot latin olivetum (= lieu planté d’oliviers). Elle s’appuyait sur l’histoire de saint Aignan parti d'Orléans vers le Sud pour chercher de l’aide afin de lutter contre les hordes d’Attila ; le saint aurait ramené un rameau d’olivier du Midi[13].

La troisième était en fait une légende locale qui raconte qu'un pèlerin de Terre Sainte passa par ici et qu'il planta un rameau d’olivier près de l’église. Un miracle se produisit : le rameau prit racine et donna un arbre vigoureux ; les habitants auraient alors décidé de changer le nom de leur localité[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens vestiges découverts remontent à l'époque des Mérovingiens. Les premiers moulins à eau furent construits vers le Xe siècle par les moines de l'abbaye Saint-Mesmin de Micy.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Nouvelle organisation territoriale[modifier | modifier le code]

Le décret de l'Assemblée Nationale du décrète « il y aura une municipalité dans chaque ville, bourg, paroisse ou communauté de campagne »[22]. En 1790, dans le cadre de la création des départements, le Loiret compte alors 367 municipalités, rattachées à 59 cantons et 7 districts[23]. La municipalité d'Olivet est rattachée au canton d'Olivet et au district d'Orléans[24]. Le terme « commune », au sens de l’administration territoriale actuelle, est imposé par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II () : « La Convention nationale, sur la proposition d’un membre, décrète que toutes les dénominations de ville, bourg ou village sont supprimées et que celle de commune leur est substituée »[25]. Ainsi la municipalité d'Olivet devient formellement « commune d'Olivet » en 1793[24].

Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du , et ne conservent qu'un rôle électoral, permettant l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[26],[27]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, considérés comme des rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance en retrouvant une fonction administrative[26]. Enfin, sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 58 à 31[Note 2],[28]. Olivet est alors rattachée au canton Nogen-sur-Vernisson et à l'Arrondissement d'Orléans par arrêté du 9 vendémiaire an X ()[29],[24],[30]. En 1806, la commune est rattachée au canton d'Orléans-Sud, un canton nouveau formé du faubourg Saint-Marceau et de toutes les communes du canton d'Olivet qui est supprimé[31]. Cette organisation va rester inchangée jusqu'en 1973 où la commune est rattachée au canton d'Olivet[32].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIe siècle, est construit le château du Poutyl qui est occupé par le maréchal de camp d'Henri IV, ce dernier rendant à cette demeure plusieurs visites. Il aurait été ainsi le lieu discret de rencontres entre le roi et l'une de ses maîtresses, Henriette d'Entraigues. Plus tard, Louis XIII accompagnant Marie de Médicis rend visite à la demeure en 1614.

Guinguettes sur le chemin de la guinguette Robinson[Note 3], avant 1922.
Avant d'être desservi par la ligne A du tramway d'Orléans, le bourg le fut, entre 1899 et 1938, par la ligne 1 de l'ancien tramway d'Orléans.
On voit également le lavoir édifié dans le cours de la rivière.

Aux XVIIIe et XIXe siècles les bords du Loiret se transforment, devenant un lieu de villégiature privilégié. Les moulins sont petit à petit transformés en habitations. Des guinguettes s'installent sur ses rives[Note 3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Olivet

Les armes d'Olivet se blasonnent ainsi :

D'argent à la croix potencée cantonnée de quatre croisettes, le tout de gueules, chapé de sinople chargé de deux burèles ondées du champ[33].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Planification[modifier | modifier le code]

En 2017, Olivet est la seule commune de la région Centre-Val de Loire mise à l'amende pour son manque de logements sociaux, alors qu'elle n'en compte que 5 % contre les 20 % requis par la loi[34].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier principal de la commune d'Olivet (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

Olivet est traversée par des axes de desserte majeurs tant à l’échelle départementale que de l’agglomération : l'autoroute A71 avec une sortie sur le territoire communal et les routes départementales RD 2020 (20 092 véhicules/jour en 2014) et RD 2271, bretelle d'accès à l'autoroute, (16 543 véhicules/jour en 2014). Des axes avec des trafics moindres mais relativement importants (les RD 14, 15, 168, 920). Le Boulevard Victor Hugo permet désormais de délester la RD14[35].

Ces différents axes constituent d’importantes coupures dans le tissu urbain et des sources de nuisances.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La ville appartient à Orléans Métropole et, de ce fait, bénéficie d'une desserte par les Transports de l'agglomération orléanaise (TAO) avec la ligne A du tramway d'Orléans et les lignes de bus 1, 13, 17, 22 et 23.

La ville est également desservie par le réseau de transport interurbain Ulys du conseil départemental du Loiret.

Transports en commun par tramway[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne A du tramway.

La ville est desservie par la ligne A du tramway d'Orléans. Quatre stations de tram y sont implantées : Zénith-Parc des Expositions, Victor Hugo, Les Aulnaies et Lorette. Elles sont équipées d'un Parking-Relais (P+R), excepté la station Lorette.

Circulation douce[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques majeurs[modifier | modifier le code]

La commune d'Olivet est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement de la Loire ou de ruisseaux), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique. Elle est également exposée à un risque technologique : le transport de matières dangereuses[36]. Entre 1985 et 2016, treize arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune d'Olivet, dont cinq pour des inondations et coulées de boue et onze pour des mouvements de terrains[37].

Risque d'inondation[modifier | modifier le code]

Zone inondable de la commune d'Olivet.

La Loire est à l'origine des dégâts les plus importants sur la commune en cas de crue majeure. Les crues historiques sont celles de 1846, 1856, 1866 et 1907. Aucune crue n'a atteint depuis 1907 les hauteurs atteintes lors de ces événements catastrophiques[38].

La zone inondable de la commune d'Olivet couvre une surface de 424 hectares, soit 18 % du territoire communal. Cette zone se répartit en 81 ha en espaces agricoles, 57 ha en eau, 92 ha en espaces naturels, 5 ha en serres et 189 ha en surfaces urbanisées[39]. 5 829 personnes résident dans cette zone[40]. Elle fait partie du val d'Orléans qui s’étend sur 33 km de longueur, du hameau de Bouteille à l’amont au confluent du Loiret à l’aval, et couvre une partie du territoire de la commune[41]. Ce val est protégé par une levée en terre, la levée d'Orléans, de 45 km de longueur, interrompue à 3,5 km environ en amont du confluent du Loiret. Il est inondé par le remous de la Loire dans la confluence du Loiret dès les premières crues simulées[42]. Cette levée a été renforcée sur toute sa longueur. Le niveau de protection historique est celui visé par la construction du déversoir de Jargeau, aménagé à la fin du XIXe siècle à l'emplacement des brèches qui s'étaient produites en 1846, 1856 et 1866 et conçu initialement pour fonctionner au-delà de la cote de Loire à l'échelle d'Orléans proche de 6 m (crue de 1825, n'ayant pas occasionné de brèches). Les lignes d’eau en crue ont toutefois beaucoup changé depuis du fait de l’évolution morphologique du lit de la Loire, conséquence des ouvrages de navigation qui ont été réalisés au XIXe siècle et de l’extraction massive de matériaux en deuxième partie du XXe siècle. Le déversoir ne remplit donc plus sa fonction de protéger la levée d’Orléans des surverses et il ne permet plus de définir l’objectif de protection du système d’endiguement[43].

L'analyse menée dans le cadre de l'étude de danger des digues, montre qu'aujourd'hui, le niveau de protection apparent de la levée est associé à une crue de période de retour d'environ 200 ans, soit une hauteur d'eau à l'échelle d'Orléans estimée à 5,75 m[44]. Les zones de surverses probables mises en évidence se situent de l'amont vers l'aval, à Guilly, Tigy et Saint-Denis-en-Val (lieu-dit de Château Lumina)[44]. Par ailleurs, ces études montrent aussi que des défaillances avant dépassement des ouvrages sont probables, en particulier à Guilly, Tigy et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin. Pour le secteur de Guilly, la probabilité de rupture n'est plus négligeable dès la crue de période de retour de 70 ans, soit une cote d'environ 4,60 m à l'échelle d'Orléans. Cette cote définit le niveau de sûreté actuel de la digue d'Orléans et correspond au seuil de déclenchement du plan d'évacuation massive de l'agglomération d'Orléans en cas de crue[44].

Le risque d'inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) du val d'Orléans - val amont, approuvé le [45]. Deux documents permettent de définir les modalités de gestion de crise et d'organisation des secours : au niveau départemental, le Dispositif ORSEC départemental spécialisé déclenché en cas d'inondation de la Loire, le plan ORSIL[Note 4], et au niveau communal le plan communal de sauvegarde[46].

Risque de mouvements de terrain[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[47]. Par ailleurs le sol du territoire communal peut faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[48]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Il a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. La plus grande partie du territoire de la commune est soumise à un aléa « faible » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). Une bande est en aléa « moyen » le long du Loiret[49].

Transport de matières dangereuses[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses peut survenir en cas d'accident impliquant une unité mobile (ex. camion) ou une canalisation transportant des matières dangereuses (toxique, inflammable...). Une matière dangereuse est une substance susceptible de présenter un danger et des conséquences graves pour l'homme et son environnement. À Olivet, les facteurs de risque sont le transport routier empruntant l'autoroute A71 et les RD 2020 et 2060[36].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune d'Olivet est membre de l'intercommunalité Orléans Métropole[50], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Orléans. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux. En 2020, il s'agit du Syndicat mixte aménagement desserte aérienne de l'Ouest du Loiret (SMAEDAOL), du Syndicat mixte des bassins versants de la Bionne et du Cens et du Syndicat mixte d'améngament hydraulique (SMAH) du bassin de la Retrêve et de son affluent le ruisseau du Renard[51].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Orléans, au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[50]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton d'Olivet pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[50], et de la première circonscription du Loiret pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[52].

Politique et administration municipales[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal d'Olivet, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[53], pour un mandat de six ans renouvelable[54]. Il est composé de 33 membres[55]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil. Matthieu Schlesinger est maire depuis 2015, remplaçant Hugues Saury devenu président du conseil départemental du Loiret.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Matthieu Schlesinger est élu maire d'Olivet le 16 avril 2015 suite à l'élection de Hugues Saury à la présidence du conseil départemental [56]. Il est réélu dès le premier tour des élections municipales de 2020, avec plus de 65% des voix[57].

Agenda 21[modifier | modifier le code]

Un agenda 21 (développement durable) a été réalisé sur la commune (sorti le 1er avril 2011, après 18 mois de concertation)[58].

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Olivet bénéficie du label « ville fleurie » avec quatre fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris depuis 2003[59].

La commune a signé en 2008 la charte d'engagement « objectif zéro pesticide dans nos villes et villages ».

Les rives du Loiret sont gérées par un syndicat de riverains, l’ASRL, depuis 1858[60].

Démocratie participative[modifier | modifier le code]

Conseils de quartiers, conseil des sports...

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville d'Olivet est jumelée avec[61] :

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

Gestion de l'eau[modifier | modifier le code]

Eau potable[modifier | modifier le code]

La Ville d'Olivet est alimentée en eau potable par deux forages pompant l'eau à 100 m de profondeur dans la nappe souterraine des calcaires de Beauce : le forage de l'Ardillère, mis en service en 1980 et le forage des Épinettes, mis en service en 2010. Deux forages plus anciens, dénommés Plissay 1 et Plissay 2 construits respectivement 1932 et 1962, sont aujourd'hui abandonnés[62]. Sur ces deux sites, l’eau est traitée dans une station de déferrisation et de démanganisation, stérilisée puis distribuée dans un réseau de 131 km canalisations jusqu'au robinet des usagers[63]. Elle est également acheminée vers les deux châteaux d’eau de la commune, situés rue de la Source et allée de Champereux, disposant d’une capacité totale de stockage de 4 500 m3, l’équivalent d’une journée de consommation de la population olivetaine[64]. En 2015, 1 425 million de mètres cubes ont été produits dans l'année et 6 800 clients étaient desservis[63].

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[65]. La commune assurait quant à elle la maîtrise d'ouvrage de la production de l'eau potable sur le territoire communal depuis 1937 et en avait confié la gestion à la société Véolia. En 2015 un nouveau contrat est signé avec la Lyonnaise des eaux pour 18 ans (contrat 2015-2023)[66],[67]. La gestion de l’eau étant une compétence obligatoire des communautés urbaines[68] et des métropoles[69], la communauté urbaine Orléans Métropole s'est substituée à la commune pour la mise en œuvre du service public d'eau potable lors de la transformation de la communauté d'agglomération Val de Loire en communauté urbaine le , puis c'est la métropole Orléans Métropole le qui a pris cette compétence. Un avenant au marché d'affermage maintient la Lyonnaise des Eaux comme société délégataire du service.

Eaux usées[modifier | modifier le code]

La compétence assainissement est assurée depuis le par la Communauté de l'Agglomération Orléans Val de Loire, puis le par la communauté urbaine et enfin depuis le par Orléans Métropole[70].

Depuis le , la métropole a signé un contrat de délégation de service public avec la société Suez Environnement pour l'exploitation des réseaux et ouvrages de transport de 11 communes du territoire métropolitain dont Olivet[71]. Le réseau comprend un réseau séparatif eaux usées de 62 719 ml et un réseau d'eaux pluviales de 54 300 ml. Sur la commune, on compte 27 stations de relevage pour les eaux usées et 7 pour les eaux pluviales[70]. Ces stations peuvent contenir de une à quatre pompes dont les puissances peuvent varier de 1,3 kW à 140 kW (soit de 3 l/s à 450 l/s)[72].

Un zonage d'assainissement a été réalisé par l’AgglO et a été approuvé par délibération du Conseil de Communauté du 15 avril 2004. Si la majeure partie du territoire est en assainissement collectif, la partie sud-ouest de la commune ainsi qu'une petite zone au nord-ouest du Loiret sont en zone d’assainissement non collectif[73].

La commune est raccordée à la station d'épuration de l'Île Arrault, située sur le territoire de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin[74]. Cet équipement, dont la capacité est de 95 000 EH, le deuxième plus important sur le territoire d'Orléans Métropole après la station de La Chapelle-Saint-Mesmin, a été mis en service le [75]. L’exploitation de cette station d’épuration est assurée depuis mai 2016 par Véolia[71].

Gestion des déchets[modifier | modifier le code]

Sites de collecte, de traitement et de valorisation des déchets de la communauté urbaine d'Orléans Métropole, avec localisation de la commune d'Olivet.

La collecte, le traitement et la valorisation des déchets est une compétence exclusive de la communauté urbaine Orléans Métropole depuis 2000 (l'intercommunalité était alors communauté de communes). La collecte des déchets ménagers (résiduels[Note 5] et multimatériaux) est effectuée en porte-à-porte sur toutes les communes de la communauté urbaine, Un réseau de six déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, cartons…). Les deux plus proches pour les habitants de la commune d'Olivet sont les déchèteries sud-ouest d'Orléans (rue Hatton) et sud-est de Saint-Cyr-en-Val[76]

Une unité de traitement permettant la valorisation énergétique (l’incinération des déchets ménagers résiduels) et la valorisation matière des autres déchets (corps creux, corps plats et multimatériaux) est en service sur la commune de Saran depuis 1996. Elle est exploitée par la société ORVADE, filiale du groupe Veolia[77].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Olivet est située dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans Sud-Ouest. La commune possède six écoles maternelles et primaires, trois collèges et un lycée professionnel[78] :

  • Écoles maternelles et élémentaires publiques : du Val, La Cerisaie, le Plissay, le Poutyl, Michel-Ronfard ;
  • École maternelle, élémentaire et collège privés : La Providence ;
  • Collèges publics : Charles-Rivière, Orbellière ;
  • Lycée hôtelier de l'Orléanais, anciennement Lycée Françoise Dolto. Il accueille 400 élèves préparant des diplômes allant du CAP au BTS dans le domaine de l'hôtellerie et de la restauration[79] ;
  • École régionale du travail social, spécialisée dans les formations du secteur social et médico-social de l'économie sociale et solidaire, du niveau V au niveau I, formations initiales, formations continues[80] ;
  • École supérieure d'informatique privée Exia.

Garnison[modifier | modifier le code]

L'armée américaine disposait d'une base, construite après la Seconde Guerre mondiale, à Olivet[81]. Depuis le départ des troupes américaines en 1967 la base appartient à l'armée française, actuels quartiers Valmy et Maison Fort. Elle est aujourd'hui utilisée par le 12e régiment de cuirassiers[82] de la 2e brigade blindée[83].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[84],[Note 6].

En 2017, la commune comptait 21 951 habitants[Note 7], en augmentation de 10,82 % par rapport à 2012 (Loiret : +2,39 %, France hors Mayotte : +2,36 %). En 2009, Olivet était la troisième commune la plus peuplée du département.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0573 2503 2603 1813 2523 3863 3633 3683 399
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 4783 5183 6083 4783 6633 7233 9193 7053 602
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 6683 7803 7703 6973 7733 8334 0504 8165 630
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7 3507 86011 56813 62917 57219 19521 03219 55121 520
2017 - - - - - - - -
21 951--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[85] puis Insee à partir de 2006[86].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie sportive[modifier | modifier le code]

  • Aviron : ACOO (Aviron Club Orléans Olivet), qui compte plusieurs médailles à son palmarès, avec des titres de champions de France mais également des médailles aux championnats de France. Certains des rameurs ont participé aux courses opposant la France à l'Angleterre. La plus récente récompense date de 2008, remportée en quatre sans barreur. Le club évolue notamment en ligue du Centre d'aviron pour former un équipage "Ligue du Centre" et ainsi pouvoir participer à la coupe de France des ligues. Ces compétitions se déroulent sur divers bassins français: Bourges, Mantes-la-Jolie, Caen, Vichy... Le club évolue sur le Loiret[87].
  • Football : USM Olivet[88].
  • Basket-ball : le club de Basket d’Olivet compte 298 licenciés, 8 équipes seniors, 12 équipes de jeunes (entre 11 et 17 ans) et 5 équipes de mini-basket (moins de 11 ans).
  • Le Red Castors Baseball Club d’Olivet, club de baseball évoluant à Olivet sur le domaine sportif du Donjon[89].
  • Tennis de table : USM Olivet TT, dont une équipe évoluant en Nationale 3 saison 2012-2013, phase 2, et deux équipes en pré-nationale.
  • Karate : Union Sportive Municipale Olivetaine de Karate créée au début des années 1980[90].


Économie[modifier | modifier le code]


Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 36 696 €, ce qui plaçait Olivet au 4 847e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[91].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 2015, pour la commune s'élève à 6,6 %, un chiffre nettement inférieur à la moyenne nationale (10,4 %).

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Martin fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [92],[93]. Sa construction s’échelonne entre les XIIe et XIXe siècles, avec un retable du XVIIIe siècle comportant un tableau de Noël Hallé représentant saint Martin et inscrit dès 1908 à l’inventaire supplémentaire ;
  • L’horloge fleurie : parterre de fleurs avec mécanisme d’horlogerie enterré ;
  • Le chalet suisse : pavillon suisse de l’Exposition universelle de 1900 de Paris. Démonté et remonté sur les rives du Loiret.
  • De nombreuses promenades pédestres ont été aménagées le long du Loiret, d’où sont visibles quelques moulins (demeures privées ne se visitant pas : moulin des Béchets, moulin de Saint-Samson, moulin de la Motte, moulin du bac, moulin de Saint-Julien) ; et des garages à bateaux dont l’un a été construit par Charles Garnier, architecte de l’opéra de Paris ;
  • Le Loiret est également bordé de plusieurs châteaux, la plupart privés. Le château du Poutyl, datant de la fin du XVIe siècle, a été acquis par Pierre Fougueu d’Escures, maréchal de camp d’Henri IV et appartient à la municipalité depuis 1941 ; il contient un petit théâtre ainsi qu’un vaste parc. À citer également : le château de La Fontaine ; le château de Beauséjour ; le château du Beauvoir ; le château d’Isambert ; le château de Lorette (détruit en 1969, laissant la place au « clos de Lorette ») ; le château du Couasnon (démantelé en 1942, reste la chapelle impasse du château) ; le château de la Quétonnière ; le château de Villebourgeon.
  • Le portail du château du Rondon, rue du Général-de-Gaulle, fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [94]. Le jardin, dessiné par Le Nôtre en 1730, est également inscrit MH[95].
  • Ponts : Maréchal-Leclerc et de l’autoroute A71 sur le Loiret ; de Sologne ; passerelle Belle-Croix ; pont Cotelle ; pont Bouchet.
  • Venelles : on trouve à Olivet d’assez nombreuses venelles ; celle qui relie l’entrée du château de Beauséjour au pont Bouchet est typique de ces lieux de passage pédestre.

Sites et paysages remarquables[modifier | modifier le code]

Le , le Val de Loire, dans son cours moyen de Sully-sur-Loire (Loiret) à Chalonnes-sur-Loire (Maine-et-Loire), est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) comme « paysage culturel ». Cette inscription reconnaît au site une « valeur universelle exceptionnelle » fondée sur la densité de son patrimoine monumental, architectural et urbain, l'intérêt du paysage fluvial et la qualité exceptionnelle d’expressions paysagères héritées de la Renaissance et du Siècle des Lumières. Toute altération de la V.U.E. est considérée comme une perte pour la mémoire de l’Humanité[96]. Le préfet de la région Centre, préfet coordonnateur, approuve le plan de gestion pour le Val de Loire patrimoine mondial par arrêté en date du 15 novembre 2012[DREAL 2]. Trente-cinq communes du Loiret sont concernées[DREAL 3], dont Olivet qui a une frange de son territoire inscrite et le reste en zone tampon[DREAL 4].

Culture locale[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

  • Le conservatoire d’Olivet propose des formations musicales, instrumentales et vocales avec près de 380 élèves dont 70 adultes par 18 enseignants en 2010.
  • L’harmonie d’Olivet[97] : créée en 2003, elle est composée de 70 musiciens bénévoles et assure les manifestations officielles.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Le fromage d'Olivet : l'appellation d'origine d'un fromage fermier qui était produit par les paysans du pays d'Olivet ;
  • Poire d'Olivet : marque commerciale déposée de la société Covifruit pour son alcool de distillation aromatisé grâce à une poire présente dans la bouteille.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités ayant un lien avec la commune, on peut citer :

Festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival des arts en juin depuis 1990.

Tournages[modifier | modifier le code]

La ville a été le lieu de tournage de plusieurs scènes d'Yvette, téléfilm d'après la nouvelle de Guy de Maupassant, daté de 1967, ainsi que de la série Les Brigades du Tigre (bords du Loiret)[98].

En 1960, André Berthomieu a réalisé le court-métrage Le Rondon, qui raconte l'histoire du château du Rondon et dans lequel figure plusieurs artistes de la chanson française du XXe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée caractérisée par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  2. La suppression d'un canton d'Orléans par la loi du 8 pluviôse an IX (17 février 1800) avait ramené le nombre de cantons intial de 59 à 58
  3. a et b « Robinson » est l'ancien nom du restaurant « le Rivage », racheté en 1954 par Roland Béreaud, père de Jean-Pierre Béreaud qui (en 2013) le dirige depuis 40 ans. Les autres anciennes guinguettes sont « le Pavillon bleu », anciennement « Les Quatre saisons », tenu (en 2013) par Bertrand Béreaud ; et « À Madagascar », petite cabane en 1895, tenue (en 2013) par Virginie Bailly et Vincent Dédion. Toutes étaient (et sont) situées sur le sentier des Prés. Voir Les bonnes tables à connaître sur les bords du Loiret sur larep.fr.
  4. ORSIL = Organisation des Secours en cas d’Inondation Loire.
  5. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  6. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Inventaire national du patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de Loire[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unies, (consulté le 19 septembre 2017) (pour la cartographie du site, ouvrir l'onglet "Cartes" sous le titre) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur www.valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire, (consulté le 15 décembre 2009) « lien brisé »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 28 juillet 2015)
  3. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 28 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Olivet" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  5. « Villes les plus proches d'Olivet », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  6. « Histoire géologique du Bassin parisien », sur le site du Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie (consulté le 4 juin 2020)
  7. « Notice géologique 363 N - secteur d'Orléans », sur http://ficheinfoterre.brgm.fr/, (consulté le 26 mai 2020), p. 1
  8. BRGM, « Carte des ressources en matériaux de la Région Centre - Elaborée dans le cadre de la révision des Schémas Départementaux des Carrières », sur le site de la DREAL Centre-Val de Loire, février (consulté le 26 mai 2020), p. 89
  9. « Carte des cavités souterraines localisées sur la commune d'Olivet », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 8 juin 2020)
  10. Répertoire géographique des communes (RGC) 2015. En 2016, le RGC a été remplacé par la base Admin Express qui ne comporte plus que l'altitude moyenne de la commune, les altitudes minimale et maximale pouvant être trouvées par un système d'information géographique.
  11. « Carte d'Olivet », sur Géoportail (consulté le 8 juin 2020)
  12. J. Soyer, Les actes des souverains antérieurs au XIVe s., conservés dans les archives départementales du Loiret ; I : prieuré de Saint-Samson, p. 13, acte n° III
  13. a b c et d Jean-Marie Cassagnes et Mariola Korsak, Chécy Le Loiret - origine des noms de villes et villages, Brillac (16), Nouvelles Eds Bordessoules, , 284 p. (ISBN 2913471641), p. 189
  14. a et b Denis Jeanson, « Toponymes Olbarde-Oquemile », sur le dictionnaire de toponymie de la région Centre (consulté le 14 juin 2020)
  15. Archives départementales 45-D 371, fol. 188 v°
  16. Archives départementales 45-D 601, censier de Saint-Samson
  17. Archives nationales -JJ 109, no  187, fol. 88
  18. Archives nationales -JJ 126, no  276, fol. 167
  19. Archives nationales -JJ 132, no  168, fol. 91 v°
  20. Archives nationales -JJ 189, no  75, fol. 37
  21. Archives nationales -JJ 210, no  199, fol. 167
  22. Motte 2003, p. 24
  23. Christian Poitou 1982, p. 32.
  24. a b et c « Notice communale d'Olivet », sur le site de l'EHESS (consulté le 7 juillet 2020)
  25. Motte 2003, p. 23
  26. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 7 juillet 2020)
  27. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 3 juin 2020), p. 6.
  28. Christian Poitou 1982, p. 34.
  29. « Arrêté du 5 vendémiaire an IX portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 42 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 7 juillet 2020)
  30. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 7 juillet 2020)
  31. Louis Rondonneau, Collection générale des lois : décrets, arrêtés, sénatus-consultes, avis du conseil d'État et réglemens d'administration publiés depuis 1789 jusqu'au 1er avril 1814. Gouvernement Impérial : 3 juillet 1806 - 22 décembre 1808, vol. 10, Paris, Imprimerie royale, coll. « Bulletin des lois », , 434 p. (lire en ligne), 2e, p. 485-486.
  32. « Décret no 73-726 du 23 juillet 1973 portant création de cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 novembre 2015)
  33. Le blason de la ville sur Gaso. Consultation : mars 2008.
  34. Logements sociaux : 233 nouvelles communes épinglées pour non-respect de la loi sur RTL, le 6 novembre 2017
  35. « Carte du trafic 2014 sur le réseau routier du Loiret », sur le site d'information géographique du Loiret, (consulté le 7 avril 2017)
  36. a et b « Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret) », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 12 mars 2017), p. 69
  37. « Olivet - Arrêtés portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur http://macommune.prim.net/ (consulté le 7 avril 2017)
  38. « Évaluation des conséquences négatives des inondations : résultats sur le sous-bassin de la Loire moyenne », sur http://webissimo.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 7 avril 2017), p. 36-37
  39. PPRI Val d'Orléans - val amont - Rapport de présentation, p. 59
  40. PPRI Val d'Orléans - val amont - Rapport de présentation, p. 62
  41. SOGREAH, « Extension prévisible des inondations pour les crues fortes en Loire moyenne - Note de présentation du val d'Orléans », sur le site de l'EPL consacré au Plan Loire, (consulté le 7 avril 2017), p. 16
  42. Plan d'évacuation massive du val d'Orléans, novembre 2012, 242 p., p. 14
  43. « Étude de dangers des digues de Loire - Digue du val d'Orléans- Rapport non technique », sur le site de la préfecture de région Centre-Val de Loire et de département, (consulté le 22 février 2017), p. 8
  44. a b et c « Étude de dangers des digues de Loire - Digue du val d'Orléans- Plaquette d'information », sur le site de la préfecture de région Centre-Val de Loire et de département, (consulté le 22 février 2017)
  45. PPRI Val d'Orléans - agglo - Rapport de présentation
  46. « Plan communal de sauvegarde (PCS) », sur http://www.mementodumaire.net/ (consulté le 7 avril 2017)
  47. « Olivet - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 7 avril 2017)
  48. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 7 avril 2017).
  49. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur d'Olivet », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 7 avril 2017).
  50. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Olivet », sur le site de l'Insee (consulté le 7 juillet 2020).
  51. « Orléans Métropole - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 7 juillet 2020)
  52. « Découpage électoral du Loiret (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 7 juillet 2020).
  53. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  54. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 7 novembre 2015)
  55. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  56. « Matthieu Schlesinger, maire d'Olivet », sur larep.fr,
  57. « Municipales : À Olivet, Matthieu Schlesinger conserve son fauteuil de maire », sur larep.fr, (consulté le 12 juillet 2020)
  58. « L'agenda 21 de la ville », sur Site officiel de la ville (consulté le 6 mars 2014).
  59. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  60. ASRL, syndicat de riverains des rives du Loiret.
  61. Jumelages.
  62. BRGM, « SIVOM d'Orléans - Implantation des forages d'eau potable et périmètres de protection », sur http://infoterre.brgm.fr/, (consulté le 12 juin 2017), p. 18-22
  63. a et b « La Lyonnaise des eaux a présenté son rapport d’activité pour 2015 à Olivet », sur http://www.larep.fr/, (consulté le 12 juin 2017)
  64. « La distribution de l'eau potable », sur http://www.olivet.fr/ (consulté le 12 juin 2017)
  65. Les services publics d'eau et d'assainissement ; p. 5
  66. « Nouvelle ère dans la gestion de l'eau pour Olivet et Fleury-les-Aubrais », sur http://www.larep.fr/, (consulté le 3 juin 2017)
  67. « Lyonnaise des Eaux assure la fourniture et la distribution de l'eau », sur http://www.olivet.fr/ (consulté le 12 juin 2017)
  68. Article L5215-20 du Code général des collectivités territoriales
  69. L5217-2 Article Article L5217-2 du Code général des collectivités territoriales
  70. a et b Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 25-26
  71. a et b Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 115
  72. Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 27
  73. Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 16-18
  74. « Orléans Métropole - politique d'assainissement », sur http://dev.orleans-agglo.fr/ (consulté le 13 juin 2017)
  75. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 13 septembre 2013 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 13 juin 2017)
  76. « Collecte des ordures ménagères - Olivet », sur http://www.olivet.fr/ (consulté le 12 avril 2017)
  77. « Rapport annuel 2015 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 12 avril 2017), p. 31-36
  78. Éducation : liste des écoles de la circonscription d'Orléans Sud-Ouest, liste des collèges du Loiret et liste des lycées du Loiret sur le site de l'inspection académique d'Orléans.
  79. Site officiel du lycée hôtelier de l'Orléanais
  80. Site de l'École régionale du travail social.
  81. Site (en anglais) sur les bases américaines en France.
  82. Présentation du 12e RC sur defense.gouv.fr, site du ministère de la Défense.
  83. Présentation de l'EEI2 sur defense.gouv.fr, site du Ministère de la Défense.
  84. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  85. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  86. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  87. http://rowingacoo.over-blog.com
  88. Fiche de l’USM Olivet sur le site du district de football du Loiret et site officiel du club.
  89. Site de l’équipe de baseball des Red Castors d’Olivet.
  90. USMO KARATE.
  91. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 24 mars 2019)
  92. « Église Saint-Martin », notice no PA00098835, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  93. « L’église Saint-Martin d’Olivet classée monument historique », La République du Centre, édition Orléans, 18 avril 2008, p. 13.
  94. « château du Rondon », notice no PA00098834, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  95. « Jardin d'agrément du château de Rondon », notice no IA45000905, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  96. « Val de Loire patrimoine mondial - Plan de gestion », sur le site de la DRAC Centre-Val de Loire (consulté le 20 août 2015)
  97. Harmonie d’Olivet : Site officiel de l’orchestre d’harmonie.
  98. Louis Sallé, « Des constructions et des tournage », La République du Centre, édition Orléans-métropole, 26 août 2011, p. 17.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Louis d'Illiers et Julie Bertrand-Sabiani, Lorsque finissait le siècle de Louis d'Illiers, Orléans, Corsaire Éditions, , 215 p. (ISBN 978-2-910475-34-5, OCLC 643749552)
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Rapports[modifier | modifier le code]

  • Plan de prévention des risques d'inondations dans le Val d'Orléans - Agglomération Orléanaise - Rapport de présentation, (lire en ligne) - Règlement - Carte du zonage réglementaire d'Olivet.
  • Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement (lire en ligne)
  • Les services publics d'eau et d'assainissement (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]