Braye-sous-Faye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Braye.

Braye-sous-Faye
Braye-sous-Faye
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Sainte-Maure-de-Touraine
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Val de Vienne
Maire
Mandat
Serge Gaboriau
2014-2020
Code postal 37120
Code commune 37035
Démographie
Population
municipale
325 hab. (2016 en diminution de 0,31 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 32″ nord, 0° 20′ 51″ est
Altitude Min. 54 m
Max. 102 m
Superficie 15,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Braye-sous-Faye

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Braye-sous-Faye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Braye-sous-Faye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Braye-sous-Faye

Braye-sous-Faye est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Braye-sous-Faye est un petit village français, situé dans le département d'Indre-et-Loire et la région du Centre-Val de Loire.

La commune s'étend sur 15,7 kilomètres carrés et compte 333 habitants depuis le dernier recensement de la population. Avec une densité de 21,3 habitants par kilomètre carré, Braye-sous-Faye a subi une forte baisse de 10,5 % de sa population par rapport à 1999.

Entouré par les communes de Razines, Richelieu et Braslou, Braye-sous-Faye est situé à quatre kilomètres au sud-est de Richelieu, la plus grande ville aux alentours.

Située à 67 mètres d'altitude, les rivières La Veude et Le Mable sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Braye-sous-Faye.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique de Braye-sous-Faye.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 20,54 km, comprend deux cours d'eau notables, la Veude (1,369 km) et la Mable (3,58 km), et neuf petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

La Veude, d'une longueur totale de 42,2 km, prend sa source à une altitude de 150 m sur la commune de Thuré (Vienne) et se jette dans la Vienne à 36 m d'altitude[3], à la limite entre les communes d'Anché et de Rivière, après avoir traversé 14 communes[4]. La station hydrométrique de Lémeré permet de caractériser les paramètres hydrométriques de la Veude. Le débit mensuel moyen (calculé sur 22 ans pour cette station) varie de 0,32 m3/s au mois d'août à 2,31 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 24,90 m3/s le , la hauteur maximale relevée a été de 2,57 m ce même jour[5],[6]. Sur le plan piscicole, la Veude est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[7].

La Mable, d'une longueur totale de 25,3 km, prend sa source à une altitude de 137 m sur la commune d'Orches et se jette dans la Veude à Champigny-sur-Veude, à 43 m d'altitude, après avoir traversé 9 communes[8]. Sur le plan piscicole, la Mable est également classée en deuxième catégorie piscicole[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune tient son nom de celle de Faye-la-Vineuse, qui autrefois tenait Braye-sous-Faye sous tutelle, comme dix autres villages du canton, du XIIIe siècle au XVIIIe siècle. En tant que paroisse du château de Richelieu, avant construction de la ville du même nom de 1631 à 1643, son église abrita jusqu'à la Révolution les sépultures d'une grande partie de la famille du cardinal de Richelieu, dont sa mère Suzanne du Plessis et son frère Henri.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 mars 2001 Marcel Brisset SE  
mars 2001 réélu en 2008 Jean-Marie Savaton SE  
mars 2014 en cours Serge Gaboriau DVD[9] Artisan
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[11].

En 2016, la commune comptait 325 habitants[Note 1], en diminution de 0,31 % par rapport à 2011 (Indre-et-Loire : +2,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
342394367456406411435439471
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
465465444384404390409428421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
393377379370348363361377353
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
373297294307349368333328323
2013 2016 - - - - - - -
329325-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Jean-Baptiste, de style néo-gothique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 1er février 2019)
  2. « Carte hydrologique de Braye-sous-Faye », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 1er février 2019)
  3. « Confluence de la Veudre avec la Vienne » sur Géoportail (consulté le 25 janvier 2019).
  4. « Fiche Sandre - la Veude », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 1er février 2019)
  5. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 1er février 2019)
  6. « Station hydrométrique L7123001, la Veude à Lémeré », sur le site de la banque Hydro (consulté le 1er février 2019)
  7. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 1er février 2019)
  8. « Fiche Sandre - la Mable », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 1er février 2019)
  9. https://www.lemonde.fr/centre-val-de-loire/indre-et-loire,37/braye-sous-faye,37035/
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.