Lans-en-Vercors

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Lans.
Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».
Lans-en-Vercors
Lans-en-Vercors.
Lans-en-Vercors.
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Fontaine-Vercors
Intercommunalité communauté de communes du massif du Vercors
Maire
Mandat
Michaël Kraemer
2014-2020
Code postal 38250
Code commune 38205
Démographie
Gentilé Lantiers
Population
municipale
2 613 hab. (2013)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 07′ 40″ N 5° 35′ 23″ E / 45.1278889, 5.589611145° 07′ 40″ Nord 5° 35′ 23″ Est / 45.1278889, 5.5896111
Altitude Min. 895 m – Max. 1 966 m
Superficie 38,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Lans-en-Vercors

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Lans-en-Vercors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lans-en-Vercors

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lans-en-Vercors
Liens
Site web mairie-lansenvercors.fr

Lans-en-Vercors /lɑ̃s ɑ̃ vɛʁkɔʀ/, nommée Lans /lɑ̃s/ avant 1947, est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ce bourg de moyenne montagne est le passage obligé du Vercors septentrional à Grenoble. Il profite de cette situation en faisant sien chaque progrès du val de Lans, dont fait également partie Villard-de-Lans. Il est inclus parmi les quatre paroisses des montagnes de Sassenage.

Sa population, de 2 613 habitants en 2013, globalement jeune, est en pleine croissance. Elle connait un taux de chômage deux fois et demie moindre que la moyenne nationale. Natifs comme nouveaux venus descendent pour la plupart travailler à Grenoble. La commune souhaite concilier son activité agricole et d'élevage, qui préserve son cadre de vie, ainsi que le tourisme avec le développement d'activités durant les intersaisons.

Initialement, cette commune isolée dépend des seigneurs de Sassenage, qui s'installent parfois sur une motte castrale dont il ne reste qu'une ruine. Lors de la Révolution, cette terre de tradition rurale s'avère peu républicaine et perd son statut de centre administratif. Au début du XIXe siècle, le premier réseau routier qui désenclave le massif du Vercors passe par Lans ce qui permet à l'économie agricole et forestière de s'ouvrir vers l'extérieur et la venue de touristes. Dans le même temps, le chef-lieu communal se développe autour des axes de communication aux dépens du Peuil qui devient un simple hameau. Au XXe siècle, Lans-en-Vercors se transforme en petite station climatique qui s'attache ensuite à développer les sports d'hiver.

Lans-en-Vercors est une des entrées du parc naturel régional du Vercors, aux paysages et à la biodiversité remarquables. L'architecture de son habitat est caractérisée par des maisons aux pignons à redents qui entourent l'église Saint-Barthélemy dont une partie, datant du XVIIe siècle, est classée au patrimoine.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte topographique.
Carte topographique du massif du Vercors.

Lans-en-Vercors est située au sud-ouest de Grenoble. Entre les deux villes, la route la plus directe, de 30 km, serpente pour une partie dans les gorges d'un cours d'eau — le Furon — et franchit un dénivelé de 800 m. L'agglomération s'avère alors la première du val de Lans située sur la partie nord-est du plateau du Vercors. Les deux lieux peuvent être joints en 40 min environ[1]. Ceci ne représente que 12 km à vol d'oiseau[2], soit min d'hélicoptère[N 1].

Villard-de-Lans est au sud de Lans-en-Vercors. Les deux agglomérations appartiennent à la même vallée. Ceci en fait un bourg de référence malgré des ressources bien moindres que celles de Grenoble. Une route de 9 km, soit 12 min environ, réunit les deux chefs-lieux de communes[3].

Le territoire de cette commune de moyenne montagne appartient aux Quatre Montagnes[N 2] qui est l'étendue la plus au nord du massif du Vercors. Au pays des Quatre Montagnes, la partie à l'est abrite un val — le val de Lans — tel qu'il s'observe dans un relief jurassien. Le bourg se trouve à son extrémité nord[4]. Du côté oriental du val de Lans se trouve le prolongement de l'ensemble du Moucherotte avec vers le sud la Croix des Ramées, le Grand-Cheval, le pic Saint-Michel et enfin le col de l'Arc, dernier élément de l'ensemble sur le territoire. Ces éléments d'une partie des massifs subalpins le séparent de la cuvette grenobloise[5],[N 3]. Du côté occidental, le val de Lans est bordé par le mont boisé de la forêt de Guiney, qui s'abaisse au sud pour former le col de la Croix-Perrin, dernier élément de la commune. Ceci le sépare du val d'Autrans dans lequel se trouvent les communes de Méaudre et d'Autrans[6].

Au nord la limite du territoire se fait avec deux communes. À l'ouest, le ruisseau de Chasau — orienté ouest-est — dans la forêt de Guiney marque une limite avec Engins. À l'est, le torrent du Bruyant — orienté est-ouest — en parcourant le plateau de Saint-Nizier-du-Moucherotte, dominé par Le Moucherotte, le sépare de la commune du même nom[7]. Au sud, le val de Lans se poursuit avec le val de Villard-de-Lans et sa commune[8].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte Insee des communes limitrophes de Lans-en-Vercors.
Commune de Lans-en-Vercors et les communes limitrophes.
Rose des vents Autrans Engins / Saint-Nizier-du-Moucherotte Claix Rose des vents
Méaudre N Claix
O    Lans-en-Vercors    E
S
Villard-de-Lans Villard-de-Lans Varces-Allières-et-Risset
Saint-Paul-de-Varces

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

À l'ère tertiaire lors de l'érection du massif alpin, au Miocène — environ -23 à -5,3 millions d’années —, les plissements créent une succession d'anticlinaux et de synclinaux. Le val de Lans, ainsi créé, est alors une large dépression allongée nord-sud. Il résulte de l'intersection du synclinal de Villard-de-Lans, presque nord-sud, qui est le pli majeur de ce val, avec un pli oblique, le trans-synclinal de Saint-Nizier, nord-est - sud-ouest, de superposition plus tardive. Les axes de ces deux plis, très ouverts l'un par rapport à l'autre, se recoupent aux abords sud de Lans-en-Vercors[5].

Carte géologique schématique, avec légendes, d’un territoire communal.
Carte géologique simplifiée de Lans-en-Vercors[9],[10].

À l'ère quaternaire, deux entités se distinguent. Une petite partie nord de la commune est comprise dans la vallée du Furon et le vallon du Bruyant, par ailleurs tout le reste de la commune se situe sur le val de Lans.

Au nord du val de Lans, le vallon du Bruyant résulte d'un glacier local (G). Ainsi, les pentes du Moucherotte qui le dominent présentent la forme caractéristique d'un cirque glaciaire avec des pentes raides au-dessus d'un fond de cirque en pentes plus douces. À la glaciation de Riss — environ -300 000 à -120 000 ans —, ce glacier rejoint celui qui remonte la vallée du Furon. À la décrue des glaciers rissiens, ils se séparent. À la glaciation de Würm — environ -80 000 à -20 000 ans —, les glaces provenant de l'Isère ne remontent pas assez loin dans la vallée du Furon et laissent isolé le glacier de cirque du Moucherotte. « Tant pendant les glaciations qu'entre celles-ci, les eaux sous-glaciaires et postglaciaires auront tout loisir pour creuser le vallon du Bruyant. »[11]

Pour le val de Lans, lors du Riss existe probablement un vallum[12] terminal ainsi qu'en témoigne la crête rectiligne d'est en ouest qui barre complètement la vallée. Cette crête forme le barrage qui retient le lac du val de Lans[11]. Lors du Würm, le glacier de l'Isère, moins étendu que lors du Riss, envoie une langue qui ne remonte la vallée du Furon que jusqu'aux environs d'Engins[13]. Ainsi, le val de Lans est le fond d'un lac et non pas issu « d'un glacier local important […] qui n'a jamais existé[11] ». Progressivement s'installe un vaste marécage qui donne les terres humides actuelles[14]. Sur la crête rectiligne qui barre la vallée au niveau de l'Olette s'est construit Lans-en-Vercors.

Le fond du val de Lans est donc une prairie garnie d'alluvions fluviatiles et glaciaires (Fy-z). Sous les alluvions fluviatiles se trouve, presque horizontale, une dalle de calcaires à silex du Sénonien supérieur. La gorge du Furon entaille cette dalle au nord de Lans-en-Vercors. À l'est de cette gorge se trouve de la molasse miocène (E), riche en couches de conglomérats. Son épaisseur augmente vers Saint-Nizier-du-Moucherotte[5].

Sur le côté oriental du val se trouve la Combe-Claire où le Furon prend sa source. Elle se forme entre deux lignes de relief parallèles orientées nord-sud. La plus à l'est comprend des dalles structurales d'Urgonien (n4 5U) inférieur qui vont des falaises de la Croix-des-Ramées et du stade de neige, jusqu'à la crête du rebord subalpin. Celle-ci commence au Moucherotte et sur la commune comprend le sommet du Grand-Cheval (1 827 mètres) et le pic Saint-Michel (1 966 mètres) — sommet le plus élevé de la commune. Le col de l'Arc (1 736 mètres) marque la limite sud du territoire lantier. Visible du val de Lans comme de la cuvette grenobloise, la crête est souvent enneigée. La ligne de reliefs plus à l'ouest, avec un maximum de 1 477 mètres, reste émoussée et boisée. Elle est formée d'une succession de couches du Sénonien (c6)[5].

Sur le côté occidental du val, le mont boisé de la forêt de Guiney orienté nord-sud est constitué de calcaires à silex du Sénonien supérieur (c7). Sur la commune, le point culminant est à 1 659 mètres mais, un peu plus au nord, le Charande atteint 1 709 mètres. L'abaissement au sud se fait progressivement vers le col de la Croix-Perrin à 1 218 mètres, dernier élément du territoire[15].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Bourne et le Furon, tous deux affluents de la rive gauche de l'Isère, prennent leur source à Lans-en-Vercors, mais s'écoulent au départ dans des directions opposées : la Bourne vers le sud et le Furon vers le nord ; leurs bassins versants sont séparés schématiquement par le versant ouest de la Combe-Claire puis la RD 106[16], plus précisément l'axe est-sud-est - ouest-nord-ouest du bourg de Lans-en-Vercors qui joue ainsi le rôle de ligne de séparation des eaux[17],[N 4]. Ces cours d'eau résultent d'un écoulement rapide des précipitations au travers d'un sol karstique donc peu filtrant. Le faible pourcentage de pente, particulier en montagne, — 1 % pour la Bourne — aboutit notamment à la constitution de zones marécageuses de rôle particulièrement important sur le territoire[18].

Sur la commune, tant la Bourne que le Furon et son affluent le Bruyant sont classés en réservoirs biologiques[19].

La Bourne[modifier | modifier le code]

Chute d'eau d'un torrent.
Torrent du Peuil[N 5]. Élément du bassin versant de la Bourne.

Bourne, au XIIe siècle Borna et au XIIIe siècle Burna, signifie « frontière ». Cette rivière sépare de nombreuses entités administratives — paroisses, puis communes et départements[20].

La source de la Bourne est aux Jailleux, à l'est du village, à 1 038 mètres d'altitude[N 6]. En effet, ce lieu est le plus éloigné du confluent avec l'Isère[21].

Elle s'écoule dans le val de Lans selon une direction nord - sud-ouest en effectuant de nombreux méandres. Sur la rive gauche, elle reçoit le torrent du Peuil[N 7]. Au hameau du Bouilly, la source de Bouilly, sur la rive droite, est la première exurgence qui donne un affluent d'origine souterraine[N 8]. Située à 1 007 m d'altitude, son débit est de 20 l/s environ. Il n'est pas possible de l'explorer. Elle draine probablement la zone de la Croix-Perrin — liaison prouvée avec la grotte des Eymards[22]. Pour la commune, le bassin versant de la Bourne est d'environ 17 km2[23]. Puis, elle quitte son territoire pour celui de Villard-de-Lans au pont des Aniers avec un débit moyen de 13 m3/s[23],[N 9].

Le Furon[modifier | modifier le code]

Furon vient de foron et signifie « torrent[24] ».

La source du Furon est dans la Combe-Claire, en contre-bas du gite des Allières au sud-est de Lans-en-Vercors, à 1 293 m d'altitude[N 10]. Sur le territoire de la commune, les limites de son bassin versant sont ouest — du pic Saint-Michel au plateau des Ramées. Initialement de quelques litres par seconde, son débit augmente progressivement avec les contributions du ruisseau des Jailleux[N 6] puis de la source de la Lutinière située à la grotte de l'Olette — connue des archéologues —[25],[N 11]. Son débit moyen est de 0,40 m3/s juste avant la confluence du Bruyant[26]. Celle-ci se situe à 899 m d’altitude, sous le bec de l'Aigle peu après la limite communale[17],[N 12]. Elle permet un apport conséquent.

Il s'écoule du sud au nord ce qui s'oppose aux directions ouest des autres cours d'eau qui suivent ainsi la pente générale du massif du Vercors. Après un cheminement au pied des hameaux des Bernards et des Geymonds dans un fond de vallée peu encaissé[17], il parcourt des zones de pâturage. Puis à l'Olette, il emprunte des gorges assez larges jusqu'au barrage d'Engins.

Le Bruyant[modifier | modifier le code]

Le Bruyant est un torrent, affluent de la rive droite du Furon, qui forme une frontière entre les communes de Lans-en-Vercors et de Saint-Nizier-du-Moucherotte. Sans désignation dans les années 1860, il ne semble nommé que vers 1880[27].

La source[N 13] est à 981 m d'altitude[N 14]. Cette source est alimentée par un bassin versant compris entre Le Moucherotte et le pic Saint-Michel — liaisons prouvées par traçage : trou d’Ira, grotte Vallier, scialet de la Sierre et scialet des Choucas. Cette étendue d'environ 1 km de large sur 8 km de long va de la ligne de crête à l'est vers l'ouest. Puis apparaît une exurgence karstique froide dont le débit moyen est de 0,42 m3/s[29],[30]. Initialement les eaux coulent dans une gorge étroite puis le lit s'élargit en passant de 2 à 8 m. Ainsi, après un parcours est-ouest de 1,5 km, le cours d'eau se jette dans le Furon à 899 m d'altitude[31],[N 12].

Un sentier de randonnée le suit et des travaux sont régulièrement entrepris pour le rendre accessible malgré de fréquentes crues. À la source un moulin, dont des restes sont encore visibles — canal de fuite[N 15] —, fonctionne avant 1552[CP(2) 3] jusqu'à la fin du XIXe siècle[27]. Tout le vallon du Bruyant est classé depuis le pour son intérêt pittorresque[32].

Climat[modifier | modifier le code]

Les relevés de températures et de pluviométrie donnent à Lans-en-Vercors, selon la classification de Köppen, le code Cfb. Les lettres C indiquent une zone tempérée, f l'absence de saison sèche et b des étés dont le mois le plus chaud n'excède pas 22 °C[33]. À cette donnée s'adjoint un climat montagnard avec des variations thermiques importantes au cours d'une même journée et de l'année[34].

Les précipitations, de type nivo-pluviale, sont soumises à des effets locaux dont l'altitude[34],[35].

Le vent résulte également de la situation de la commune[34]. La lombarde est un vent régional de secteur sud-est à nord-est qui balaie le val de Lans. Son nom tient au fait qu'il vient de la frontière italienne. La violence de ses rafales le caractérise. Lorsqu'il s'associe à la bise, il est nord-est et froid et sec. Lorsqu'il est de sud-est, il est tiède et sec. Sa sécheresse est due à l'effet de foehn qu'il subit sur le versant occidental des Alpes[36].

Relevés annuels[modifier | modifier le code]

Températures / année[37],[N 16]
2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Maximale extrême (°C) 29 32 31 31,7 33,6 29,6 29,7 34,7
Maximale moyenne (°C) 13,1 14,1 12,1 14,9 13,5 12,2 13,8 13,9
Moyenne moyenne (°C) 7,5 8 6,5 8,4 7,7 6,8 8,4 7,9
Minimale moyenne (°C) 1,9 1,9 0,9 1,9 1,9 1,4 2,9 1,9
Minimale extrême (°C) -14 -21,5 -23 -14 -23,1 -18,1 -15 -16,4
Vent / année[37]
2013 2014 2015
Vitesse maximale rafales (km/h)[N 17] 75,6 88 70,8
Jours à vitesse supérieure à 57,6 km/h 3 8 1
Neige / année[37]
2014 2015
Nombre de jours de chute 33 41

Relevés de l'année 2015[modifier | modifier le code]

Températures année 2015[38],[N 16]
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Maximale extrême (°C) 12,3 9,1 14,1 21,7 26,5 28,6 34,7 31.6 22,1 19,4 20,4 15,3
Maximale moyenne (°C) 3,8 1,8 8,4 14 16,9 22,1 27,2 23,6 16,8 12,5 10,9 9,4
Moyenne moyenne (°C) -0,4 -2,2 3,4 7,4 11,2 15,1 18,8 16,6 10,7 7,2 4,5 3
Minimale moyenne (°C) -4,5 -6,5 -1,5 0,9 5,4 8,1 10,4 9,6 4,6 1,9 -2 -3,5
Minimale extrême (°C) -16,1 -16,4 -7,8 -5,7 -0,3 1,6 2,3 2,7 -1,9 -1,9 -10,7 -9,6
Vent année 2015[38],[N 17]
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Vitesse maximale rafales (km/h) 49,9 45,1 54,7 46,7 38,6 38,6 37 43,5 70,8 43,5 48,3 56,3
Neige année 2015[38],[N 18]
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Chutes maximales en 24 heures (cm) 33 68 45 1 0 0 0 0 0 2 21 14

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Chemins puis routes[modifier | modifier le code]

Initialement, une voie de communication joint « les villages du Villar-de-Lans et de Lans où il existe un chemin à mulets [qui se poursuit] par la gorge d’Engein et Sassenage[39] ».

En 1820 ou 1830, « le canton du Vercors […] est entièrement privé de communications avec le pays environnant ; il lui est presque impossible de faire aucun échange. Aussi […] les habitants sont-ils dans un état effrayant de misère et d'ignorance qui ne fait que s'accroître[40] ».

Le développement routier du Vercors est intimement lié à celui de la commune. Du XIXe au XXe siècles, trois routes sont construites et se croisent à Lans au carrefour de Jaume[N 19].

Villard-de-Lans−Sassenage[modifier | modifier le code]
Une route à flancs de montagne se poursuit par un pont qui franchit un torrent.
Chemin de grande communication no 6. Pont Charvet (actuellement disparu) au-dessus du Furon. 1905.

En 1818, le chemin de Villard-de-Lans à Sassenage − proche de Grenoble − subit des dégradations particulièrement importantes. Les communes des Quatre Montagnes demandent au préfet de l'Isère « une petite route praticable à de petites voitures seulement ». Bien que Lans refuse initialement de participer financièrement, toutes les communes instaurent un impôt pour la réalisation du projet. Celui-ci aboutit en 1827 à une route allant de Villard-de-Lans à Sassenage via Lans. Des modifications ont lieu jusqu'en 1845. Ce chemin de grande communication no 6 a « le grand mérite d'être la première brèche faite au bloc du Vercors ». Son succès pour le commerce forestier et agricole avec Grenoble est indéniable[41].

Lors de la construction de la route nationale 531 — devenue RD 531 — elle prend le nom de vieille route de Villard-de-Lans. Ainsi, depuis le XXe siècle, à Lans-en-Vercors elle se superpose à la RD 531 depuis l'Olette jusqu'au carrefour de Jaume puis, après sa traversée du bourg, elle longe la partie est du val de Lans pour rejoindre Villard-de-Lans.

Seyssinet-Pariset−Méaudre[modifier | modifier le code]

Le est déposé, à la mairie de Pariset − proche de Grenoble −, un projet de route pour développer le chemin préexistant entre Grenoble et le val de Lans via Pariset. Après des péripéties tenant aux débats intéressants à son utilité et à son financement, le , un arrêté préfectoral décide sa construction. Les travaux vont de cette date à 1875. Ainsi le chemin d'intérêt commun no 106 joint Pariset, Saint-Nizier et atteint Lans[42].

En 1892, est envisagé un chemin de Jaume à Autrans. Sa réalisation se fait de 1895 à 1896. Il joint Lans à Autrans puis à Méaudre[43].

Au XXIe siècle, ces deux voies réunies constituent, selon un axe est-ouest, la route départementale 106 — RD 106 — de Seyssinet-Pariset à Méaudre.

Bourg-de-Péage−Grenoble[modifier | modifier le code]

En 1933, est créée la route de Bourg-de-Péage — proche de Valence — à Grenoble par Villard-de-Lans. La route nationale 531 — RN 531 — assure ainsi la traversée du Vercors. En 1972, elle est déclassée sur une partie de son parcours, dont celui qui traverse Lans-en-Vercors, en route départementale 531 — RD 531. Pratiquement parallèle à la vieille route, elle parcourt le côté ouest du val de Lans en venant de Villard-de-Lans suivant un axe sud-nord. L'intersection avec la RD 106 se fait au carrefour de Jaume. Il s'agit d'un axe important du Vercors[44].

Rail[modifier | modifier le code]

Photo depuis une hauteur d'une pace de village avec le porche de l'église et un tramway.
Inauguration du tramway à Lans. .

En 1891, le premier projet de liaison ferrée entre Grenoble et Villard-de-Lans est avancé.

Le tramway Grenoble–Villard-de-Lans est retenu le . Après dix-huit mois de travaux, le , le tronçon entre Grenoble et Pariset est inauguré. Sa construction atteint Saint-Nizier le . Lors de la Première Guerre mondiale, le chantier est tout d'abord arrêté. puis il reprend et malgré les restrictions la voie est posée sans ballast jusqu'à Villard-de-Lans son terminus en passant par Lans. Puis en 1919, les travaux sont menés avec l'aide de prisonniers allemands. Dix ans après le début du chantier, le , la ligne est inaugurée. Il s'agit d'une voie unique sans section à crémaillère. Mais le la Société grenobloise de tramways électriques ramène le terminus à Saint-Nizier et Lans n'est plus desservie. Le tramway cesse progressivement toute activité le . La voie ferrée ne montre ici pas d'avantage[45].

En ce début du XXIe siècle, une partie de cette voie — dite la voie du tram — joint Lans-en-Vercors à Villard-de-Lans sur 7,5 km. Le tracé rectiligne et en terrain plat, au milieu du val de Lans, y est bien reconnaissable avec son remblai mais les traverses et les rails manquent. Sa fréquentation est interdite aux véhicules motorisés et à l'entrainement des chiens de traineaux.

Transport par câble[modifier | modifier le code]

Début , les élus de Grenoble-Alpes Métropole — la Métro — votent le lancement d'un projet de transport par câble. L'infrastructure pour un téléphérique est envisagée de Fontaine — terminus de ligne A du tramway de Grenoble — à Lans-en-Vercors via Saint-Nizier-du-Moucherotte – 4,7 km puis 5,3 km. Il doit réduire le trafic automobile et ses aspects nocifs sans augmenter le temps de transport. Par ailleurs, sa participation au développement du plateau du Vercors est avancée. Tous conviennent que la pression de l'urbanisme doit être contenue. L'impact visuel et plus généralement environnemental est difficile à apprécier. Reste l'aspect économique pour le financement immédiat, estimé dans l'hypothèse la plus optimiste à soixante millions d’euros, puis la subvention nécessaire lors de l'exploitation[46],[47].

Les avis recueillis sont début 2012 majoritairement favorables au projet, puis, fin 2013, alors que les résultats de l'enquête de concertation ne sont pas encore connus, les avis se sont inversés. Le projet est abandonné en [48].

Modes de transport[modifier | modifier le code]

Diligence[modifier | modifier le code]

Diligence tirée dans la poussière d'un chemin de montagne par huit chevaux. Poteaux électriques au bord de la route.
Une patache. Route d'Engins[N 20]. 1906.

En 1858, une voiture à deux places part de Grenoble et gagne Villard-de-Lans deux fois par semaine pour la somme de deux francs. Elle suit les gorges du Furon avant de passer par Lans.

Puis en 1865, une patache — diligence — assure quotidiennement le même trajet[Lans 2]. Elle transporte douze passagers qui peuvent être deux à côté du cocher, quatre sur des sièges en haut et six à l'intérieur. Avant la montée jusqu'à Sassenage, seuls deux chevaux sont attelés, puis six chevaux sont nécessaires. Des relais permettent le changement d'attelages et les voyageurs peuvent descendre. À Lans le relais de Jaume se trouve à l'intersection des routes d'Autrans et de Villard-de-Lans[49],[N 21]. Le parcours dure six heures. Il est dit que « les ressorts qui équipaient les roues n’amortissaient guère les soubresauts »[50].

Tramway[modifier | modifier le code]

Le , le tramway Grenoble–Villard-de-Lans atteint Lans en deux heures quinze minutes et son terminus en deux heures trente-cinq minutes[51]. La motricité est électrique. Dans les wagons-voyageurs, les sièges sont des bancs en bois et il n'existe pas de vitres aux fenêtres. En hiver, trois rames quotidiennes circulent, auxquelles l'une s'adjoint les dimanches et jours de fête. En période estivale, il en existe quatre. Mais, le , Lans n'est plus desservie car l'autocar plus rapide rend l'exploitation déficitaire[45],[52].

Autocar[modifier | modifier le code]

Photo ancienne noire et blanche d'un autocar à l'arrêt devant un hôtel.
Autocar à l'arrêt de Jaume. 1911.

Le , les autocars des établissements Repellin et Traffort assurent un service régulier entre Villard-de-Lans et Grenoble qui fait halte à Lans[53]. Puis, en 1925, Émile et Victor Huillier s'installent sur cette ligne avec leur premier autocar[54]. Le nombre de véhicules croit rapidement et le service rendu supplante celui du tramway.

En 2016, trois lignes quotidiennes d'autocars Transisère desservent Lans-en-Vercors. L'arrêt à l'office de tourisme est systématique. Ainsi le lieu, proche de l'ancien relais de pataches et antérieurement gare de tramway, reste névralgique sur la route de Villard-de-Lans à Grenoble. L'une des lignes relie Villard-de-Lans à Grenoble via Engins et effectue six à neuf allers-retours. L'autre va de Lans-en-Vercors à Grenoble via Saint-Nizier-du-Moucherotte et réalise deux à quatre allers-retours. La dernière reste sur le plateau et joint Villard-de-Lans à Lans-en-Vercors en passant par Méaudre puis Autrans moyennant cinq à sept allers-retours[55].

Le temps de liaison est comparable à celui d'une automobile pour un même trajet. Le réseau interurbain de l'Isère qui appartient au conseil général de l'Isère est largement à la charge de la collectivité. L'usager peut aussi bénéficier d'une prise en charge de l'employeur. L'ensemble le rend très compétitif vis à vis d'un véhicule individuel dans ces conditions[56].

Hélicoptère[modifier | modifier le code]

L'hélicoptère, utilisé par les secours d'urgence, s'affranchit des aléas du réseau routier et permet une évacuation rapide vers Grenoble. Ceci est important en montagne. Il n'existe pas d'hélisurface à Lans-en-Vercors. Au pied du domaine de l'Aigle, situé presque en plein bourg, se trouvent des terrains plats desservis par une route goudronnée. Ceci permet l'accès de véhicules de secours. La caserne de pompiers toute proche permet de préparer le transport dans les meilleures conditions. Une manche à air s'y trouve en permanence puisqu'il s'agit d'une aire d'atterrissage de parapentes. L'ensemble réunit de bonnes conditions pour le transfert d'un véhicule terrestre vers un hélicoptère posé en sécurité même en hiver[N 1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le chef-lieu communal s'étend, selon un axe est-ouest, le long de la RD 106 au niveau de la ligne de partage des eaux entre le Furon au nord et la Bourne au sud[57].

Plan local d'urbanisme 2013
Pourcentage Superficie
(en hectares)
Zone urbaine 4,63 % 179
Zone naturelle 66,10 % 2558
Zone agricole 29,27 % 1133
Source : PLU 2013 de Lans-en-Vercors[58].

En 2013, le conseil municipal approuve le plan local d'urbanisme (PLU) et réduit ainsi de 18 hectares la zone urbaine. La capacité d'urbanisation résiduelle est ramenée à 14,4 hectares. Ceci correspond à une réduction par deux de son objectif de 1999. En contenant ainsi l'urbanisation, il souhaite recentrer l'habitat sur le bourg et les hameaux ainsi que préserver le patrimoine architectural[59],[60].

À la même date, il cède donc 18 hectares à l'activité agricole et pastorale qui constitue un élément économique essentiel en elle-même — par exemple avec la production de bleu du Vercors-Sassenage ayant une appellation d'origine contrôlée[61] — et avec le tourisme induit[62].

Hameaux[modifier | modifier le code]

La répartition des 32 hameaux de la commune[63], d'importance sensiblement égale, est homogène. Situés le long de deux axes routiers — vieille route de Villard-de-Lans et RD 531 — ils bordent le val de Lans. Donc, au milieu du territoire, ils occupent schématiquement les côtés d'un parallélogramme de 2,5 km sur 5 km soit environ un tiers de la surface communale. Les forêts n'occupent pas le val ce qui permet l'exploitation agricole[57],[64].

Le Peuil est particulier car jusqu'à la Révolution il est le centre administratif des Quatre Montagnes. Il se trouve sur un promontoire, or la toponymie du Peuil — probablement du latin podium, hauteur[Rém 1] — désigne selon André Pégorier dans les Alpes un « banc de rocher affleurant sur un versant et y déterminant un ressaut[65]. »

Les dénominations marquent quelques particularités. Deux noms rappellent que les lieux sont marécageux ainsi les Jailleux tiennent leur nom de la Jaille qui est un marécage où divaguent les sources de la Bourne[Rém 2] et Jaume est issu de Marais de Jomme maintenant bâti[Rém 1]. Les Bernards témoignent de l'Ancien régime ainsi la carte de Cassini — feuille 119, libellée « Grenoble », levées 1765-1777 — mentionne le Mas Bernard sur cet emplacement. Or Mas provient du mot manse propriété agricole du seigneur exploitée en partie pour son compte par des paysans[Rém 3]. Les Hérauds, hameau de l'extrême sud de la commune, est particulier du fait de l'installation très précoce d'une classe, cependant son orthographe les Hérauts, plus martiale, est fautive. En souvenir de la famille Eyraud de Saint-Marcel, jadis riche propriétaire des terres, on aurait pu écrire les Eyrauds. Il est également lu sur un parcellaire du XVIIe siècle les Héros[CP(2) 4]. Pour mémoire les Petits-Geymonds ne doivent pas être confondus avec les Geymonds, hameau de la commune voisine Villard-de-Lans[CP(2) 4].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 1 977, alors qu'il est de 1 633 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 54 % sont des résidences principales, 43,6 % des résidences secondaires et 2,4 % des logements vacants. Ces logements sont pour 59,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 39,8 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants est de 72 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (63,1 %). La part de logements loués est de 25 % contre 29,4 %, leur nombre étant en légère hausse 271 contre 225[Insee 3].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le val de Lans est un ancien lac d'où sont issus les cours de la Bourne et du Furon. Il est constitué par endroits de zones marécageuses. Le plan de prévention du risque inondation tient compte du risque de crue de ces rivières sur ce sol marécageux[66],[67].

Pour le risque sismique, Lans-en-Vercors est classée en zone 4 c'est-à-dire de sismicité moyenne sur une échelle dont le maximum est la zone 5 ou sismicité forte. Ceci est dû à sa situation dans les Alpes[68],[67].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lans est dénommée successivement Lancium au XIe siècle, puis Lantz et Lanche au XIIe siècle puis Lamps au XVIIe siècle. L'origine celte est admise et correspond au mot lania qui désigne un plateau[69].

Le qualificatif en Vercors est plus récent.

Le Vercors est appelé Vercorium et parfois Vercosium dans les actes des XIIe et XIIIe siècles ce qui correspond probablement au nom gaulois — Pline appelle Vertacomicori le petit peuple gaulois qui y habite. La traduction du gaulois associe ver grand ou élevé et le radical cor colline ou hauteur. Ainsi posé Vercors doit être traduit par grands monts[70].

Le Vercors est désigné dans les écrits du début du XXe siècle par « la métaphore de la forteresse[71] ». Celle-ci est comprise au sens de protection du mode de vie ancestral des montagnards et s'applique aux communes du Vercors drômois. Lors de la Seconde Guerre mondiale le maquis du Vercors l'érige comme une « forteresse de la Liberté[71] ». Lans revendique après-guerre les valeurs nationales — sans méconnaître l'impact touristique. Prudemment l'Institut géographique national — qui succède au Service géographique de l'Armée, dissous en 1940 — propose d'adjoindre le qualificatif sous Vercors à deux communes de l'Isère (Lans et Saint-Nizier)[72], ce d'autant que ses travaux géographiques étendent les limites du Vercors[73].

Le , est accordé par décret à Lans le nom de Lans-en-Vercors[74],[N 22],[N 23].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Outils en silex du Paléolithique moyen.
Outils en silex du Paléolithique moyen du val de Lans. (Aimé Bocquet).

Il y a plus de 100 000 ans, entre les périodes glaciaires du Riss et du Würm, durant le Paléolithique moyen, des Néandertaliens exploitent les affleurements siliceux du val de Lans. Probablement le couvert végétal, plus discret en altitude, permet plus facilement la mise en évidence et l'exploitation des filons de silex. Si des ateliers de taille ont été découverts — par exemple à la grotte de l'Olette[76],[N 11] —, on ne dispose d'aucune trace d'une occupation installée. Celle-ci est saisonnière et de courte durée[77],[78].

Durant l'Antiquité, un peuple celte — Allobroges ou Vertacomicori ? —, s'installe sur les pentes qui dominent les vallées de l'Isère et du Drac. Probablement s'aventure-t-il sur les hautes terres. Lors de l'occupation romaine de la Gaule, il existe un chemin qui va de Sassenage à Die en passant par Lans[Rém 4]. Mais aucune trace d'une installation durable ne s'observe dans le secteur de Lans. Il n'existe pas de témoignage des invasions successives par les Burgondes puis par les Francs dans le pays des Quatre Montagnes. L'implantation sédentaire semble acquise au début de l'optimum climatique médiéval[Rém 1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ruines d’un mur de pierres.
Ruines de la tour de la motte castrale du Peuil. 2015.

Après l'affaiblissement du pouvoir central détenu par les successeurs de Charlemagne naît la féodalité. Les hommes de guerre gardent pour eux ce que le pouvoir royal n'est plus en mesure de leur réclamer.

Sur ordre d'un seigneur, une motte castrale est érigée au Peuil par les habitants asservis. Le premier seigneur connu est, à la fin du XIe siècle, le chevalier Rainald — ou Rainaud , Reynald[Rém 5]… Il devient le vassal des puissants seigneurs de Sassenage. La tour en bois fait alors place à une tour en pierre. En 1339, une enquête portant sur la valeur des biens du Dauphin[N 24] décrit une « tour carrée de six toises de haut entourée d’une enceinte de murs de soixante-quatre toises[N 25] ». La motte castrale est actuellement visible d'une très large partie du val de Lans sous forme d'une surélévation de terre appuyée sur un affleurement rocheux de 11 m qui reçoit une plateforme de 28 m sur 47 m[N 26]. Une autre construction féodale — maison forte ou simple pigeonnier ? — témoigne au hameau des Falcons de l'époque. Cette ruine de 5 m de diamètre avec une élévation maximum de 2,30 m est portée comme un château sur la carte de Cassini[Lans 4].

Autour de la motte du Peuil se construit le village de Lans. Le mandement de Lans[N 27] est aussi peuplé qu'aujourd'hui et neuf nobles y sont connus qui se partagent les tenures et les manses. Ils obtiennent ainsi des céréales, du seigle, de l'orge, de l'avoine et un peu de froment. Le sort des manants est légèrement amélioré par une charte signée par Albert de Sassenage en 1338. Elle s'avère peu généreuse avec persistance des impôts, des corvées, l'obligation de se servir du moulin du seigneur ou de mettre à sa disposition les bêtes. Les relations avec la vallée se font par le chemin de Sassenage mais aussi le col de la Berche — ou de la Brèche — (col de l'Arc)[Rém 7].

Initialement une chapelle castrale puis une église — de façon certaine en 1080[Rém 8] — existent à Lans. Enfin Notre-Dame-de-Lanceio est érigée au nord du Peuil. Le site est excentré mais probablement proche d'un cimetière. Après avoir pensé, selon une croyance païenne, que les morts nuisent aux vivants, l'idée est de « rassembler les vivants et les défunts et offrir à ceux-ci un espace sacré bénéfique[Rém 9]. » Cet édifice roman comporte deux chapelles dont on ne peut pas présumer de la date de construction. L'une dédiée à saint Barthélemy est la propriété de la famille Garcin de Lans, l'autre dédiée à la Sainte-Croix est la propriété du prieuré. Quelques restes construits vers la fin du XIIe siècle ou le début du XIIIe siècle sont encore visibles dans l'église[Rém 10].

Le , Philippe VI, roi de France, achète le Dauphiné dont fait partie Lans au dauphin Humbert II[79].

La peste noire atteint au XIVe siècle les Quatre Montagnes et instaure des temps de misère. En soixante ans Lans perd trois-quarts de ses 533 feux[Rém 11].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Détails d'une ancienne carte.
Lans sur la carte de Cassini no 119. 1765-1777.

Les guerres de religion n'épargnent pas l'histoire locale. Ainsi le , Pierre de Theys dit le capitaine La Coche, lieutenant protestant du baron Adrets se saisit du baron de Sassenage réfugié — après un assaut infructueux contre Grenoble — dans son château de Lans au Peuil sans rencontrer la moindre résistance[81]. Aucun dommage n'est fait à l'église lors du passage de la troupe. Les Lantiers las d'entretenir le château le démolissent en partie et obtiennent de leur seigneur de ne pas le reconstruire. Les huguenots réhabilitent la tour et l'occupent mais un lieutenant du baron de Gordes la reprend par surprise en 1576 aux hérétiques. Certes, Laurent de Sassenage se convertit au calvinisme et tente d'établir la religion réformée mais un siècle plus tard seul un Lantier semble l'avoir suivi dans cette démarche[Lans 5],[Rém 12].

En 1710, Guillaume de l'Isle, premier cartographe du roi — Louis XIV — ignore dans la levée de la carte du Dauphiné les paroisses des Quatre Montagnes et donc Lans. Ces terres paraissent inconnues des géographes qui les représentent sous la forme de montagnes inhabitées. Cinquante ans plus tard, la carte no 119, levée entre 1765 et 1777 sous la direction de César-François Cassini, démontre l'existence de l'agglomération[Rém 13],[N 28].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Signature d'un curé en 1794 entre deux extraits d'actes de naissance.
Signature « Perrin curé » sur un registre d'état civil en 1794.

La communauté de Lans est la première rencontrée en arrivant sur le plateau du Vercors et à ce titre elle se trouve la première confrontée aux évènements de Grenoble qui annoncent la Révolution.

Le la Grande Peur gagne le pays des Quatre Montagnes et conduit Lans à envoyer un piquet important à Villard-de-Lans[CP(2) 5].

Puis les privilèges sont abolis et les biens du clergé nationalisés. Le l'Assemblée constituante crée les mairies et par décret du les cantons. D'emblée la commune de Lans est également chef-lieu de canton. Les modalité de la création de la commune de Lans — l’unité territoriale recouvre probablement celle de la paroisse — restent inconnues en raison de la disparition des archives communales[Rém 14].

Les habitants s'organisent pour racheter au département les terres confisquées[Rém 15]. Si cette restitution est appréciée, il est des mesures auxquelles les Lantiers sont plus hostiles. Tel est le cas des subversions religieuses. Ainsi l'église n'est ni dégradée ni utilisée pour un usage profane. Avec la protection de la population, Jean-Baptiste Perrin, curé de Lans, bien que prêtre réfractaire, demeure. De façon singulière, il est même chargé de tenir le registre d'état civil en tant qu'officier de la municipalité et signe « Perrin curé »[82]. Après son absence, en , des insermentés cachés dans d'autres communes, viennent clandestinement exercer leur apostolat[Rém 16]. De même, toute forme de conscription est bannie dans ce milieu rural où tous les bras sont bienvenus pour les travaux des champs. La gendarmerie, molestée, ne fait donc plus de patrouille pour chercher les déserteurs et ne paraît pas aux fêtes nationales. L'adhésion aux valeurs révolutionnaires n'est pas totale. Il n'est pas possible de trouver d'agent communal. Un adjoint rit et provoque les rires en lisant les textes de loi. En 1797, un premier arbre de la liberté est planté au Peuil mais la garde nationale est absente. De surcroit il est scié. À quelques semaines d'intervalle une nouvelle plantation est suivie des mêmes effets[CP(2) 6].

En 1795 le Directoire crée les municipalités des cantons[83]. Lans, chef-lieu de canton, devient alors municipalité cantonale. L'assemblée des conseillers communaux, formée par les représentants des communes avoisinantes, y délibère. Cependant après un réquisitoire en quinze points, Jean-Gabriel Jullien, commissaire de la République et représentant de Villard-de-Lans, soumet à l'assemblée le 30 brumaire An VIII () le transfert du chef-lieu au profit de sa commune, de surcroît plus importante. L'ensemble est résumé ainsi par le commissaire : « L'esprit public est généralement mauvais à Lans[CP(2) 7]. » Le vote favorable est entériné par Grenoble, et Lans n'est plus chef-lieu[CP(2) 6],[N 29].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Photo de la façade d’un ancien moulin à eau avec sa roue.
Moulin d'en bas au Peuil[N 30]. 2015.

Le début du XIXe siècle est marqué par la construction d'une voie de communication « praticable à de petites voitures seulement » vers Grenoble. Celle-ci passe par Lans. Elle est la première — et reste la seule pendant quinze ans — du Vercors. Elle le sort de son isolement. L'agriculture et l'élevage se développent avec l'acheminement des engrais et le commerce du bétail. L'exportation du bois de marine pour l'État, et du bois de construction pour Grenoble s'amplifie[41]. Ainsi, les grumes — troncs d'arbre — amenées aux scieries par des vaches — villardes — peuvent ensuite être chargées sur les chars par des chèvres — treuils manuels. Le bois est alors vendu notamment dans la vallée[84].

Au début du XIXe siècle le conseil municipal décide de faire payer une location aux utilisateurs de certains terrains qui servent surtout à la pâture — essentiellement des terres marécageuses et des zones pentues de montagne. Mais quelques habitants estiment que ce sont des propriétés privées selon des actes d'albergement établis depuis la fin du Moyen Âge et reconduits. Ce problème cause à Lans « plus de troubles que toute la période révolutionnaire ». Les procédures dressent « les communaux » contre les autres pendant les deux premiers tiers du siècle avant que le conflit cesse[Rém 17],[CP(1) 1].

Au pays des Quatre Montagnes l'importance des revenus forestiers est majeure[Lans 6]. Dès le XIIe siècle les forêts, propriété du seigneur, servent comme bois de chauffage ou de construction. La Révolution les confisquent aux nobles, elles deviennent alors communales et sont exploitées de façon désordonnée. Avec l'ordonnance royale du « s’affirme un renouveau forestier ». Or, depuis au moins , il existe un différend entre Lans et Méaudre à propos des limites de la forêt de Guiney. Ce n'est qu'en 1839 que la justice décide définitivement que les cinquante hectares de bois sont la propriété privée de la commune de Méaudre. Depuis elle paye des impôts fonciers à Lans mais elle garde le revenu des coupes[CP(2) 9].

Six moulins à eau[N 31] fonctionnent sur le territoire de Lans au XIXe siècle[N 32]. Leurs fonctions de scierie et d'écrasement indiquent que l'industrie du bois devient aussi florissante que l'agriculture et l'élevage. Au Peuil, le rif de Freydéris — devenu torrent du Peuil[N 5] — s'écoule sous les deux moulins connus dès 1559 qui existent toujours[CP(1) 2]. L'eau du Moulin à grande roue — devenu Moulin d'en haut — est conduite en aval, sous la route, par un caniveau à ciel ouvert en bois au Moulin blanc — devenu Moulin d'en bas. Le premier permet de fabriquer de la farine pour les animaux. À la fin du XIXe siècle l'énergie de l'eau est aussi utilisée pour adjoindre une scierie. Celle-ci est en fonction jusqu'à la dernière guerre. Le second est réservé à la fabrication de farine pour l'homme. En 1962, ils sont arrêtés notamment parce que la culture cède le pas à l'élevage laitier[Lans 7]. Dans les années à venir une centrale hydroélectrique personnelle est envisagée avec le Moulin d'en bas[85],[CP(2) 12],[N 30].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Affiche stylisée de Lans-en-Vercors pour la promotion de la station climatique.
Affiche promotionnelle (Jacques-Antoine Biboud 1975).

Au début du XXe siècle le centre de vie des Lantiers se déplace. Sur le cadastre dit napoléonien, « terminé sur le terrain le  », « le village de Lans » ne comporte qu'une dizaine d'habitations. Le développement des voies de communication, qui associe les routes et le rail, rend le Peuil lointain. Alors la dizaine d'habitations décuple à deux kilomètres du bourg ancestral et abandonne l'ancien centre administratif de tout le val de Lans. L'agglomération actuelle croît autour de la mairie et de l'église[Rém 18],[86].

Durant les années 1920, Lans devient un centre de climatisme pour les enfants non tuberculeux. Pierre Chabert, industriel introduit dans le monde politique national[87], est maire de Lans. Il édicte un arrêté municipal qui stipule que toute personne voulant séjourner dans la commune doit produire un certificat de non contagion[88]. À défaut, les hôteliers ou les hébergeurs peuvent voir leur eau coupée[89]. Puis la commune se spécialise vers le climatisme préventif — ainsi que les Quatre Montagnes qui suivent son exemple. Ceci contribue au développement du tourisme avec notamment la visite des familles[90]. En 1937, elle abrite huit hôtels et sept pensions d'enfants[Lans 8]. Le un arrêté l'érige en station climatique[91].

Cet important propriétaire terrien, à l'occasion d'un déplacement, étudie le tourisme de luxe aux États-Unis. Il en importe à Lans un plan de lotissement en damier. De surcroit, chaque maison doit comprendre un terrain entretenu entre la chaussée et l'habitat avec une clôture qui n'excède pas deux mètres de hauteur. Aucun hôtel n'excède plus de cinq étages. Tout établissement industriel ou de soins est écarté. Cette politique, encore visible, dessine le plan du bourg[88].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le maquis du Vercors se constitue. La répression du au y met fin. La commune de Lans, occupée le , est relativement épargnée grâce à son maire et au secrétaire de mairie. Cependant, sur le territoire, elle recense à la suite de ces évènements quinze victimes — tués, fusillés[N 33], disparus ou déportés non revenus — ainsi qu'une dizaine de maisons brulées[Rém 19].

En 1953, la commune développe le tourisme hivernal et crée des pistes de ski au sein du domaine de l'Aigle contigu du bourg. Puis en 1975, elle développe cette offre en construisant à distance de l'agglomération un stade de neige. Par sa conception non urbanisée il prévoit la charte du parc naturel régional du Vercors en cours d'élaboration[92],[N 34].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Bâtiment sur lequel est inscrit « Mairie » qui porte les drapeaux français et européen.
Mairie de Lans-en-Vercors (ex maison communale et d'école). 2010.
XXIe siècle
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Guy Charron[94] DVD Fonctionnaire de catégorie A[95]
2008 2014 Jean-Paul Gouttenoire[94] PS Retraité salarié privé[96]
2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Michaël Kraemer[97] AUT Ingénieur[98]

Services[modifier | modifier le code]

Vue d'une maison sur laquelle est inscrit : office de tourisme.
Gare du tramway à Lans devenue office de tourisme (depuis l'ex-voie).

L'ordonnance royale du indique que chaque commune doit disposer d'une maison communale et d'une maison d'école avant 1844[CP(1) 3]. Mais, à Lans, ce n'est qu'en 1865 que le principe de construction est voté[Rém 20]. Initialement un seul bâtiment, face à l'église, réunit les deux. Au centre se trouve au rez-de-chaussée une remise pour la pompe à incendie et à l'étage la salle de mairie et le cabinet du maire. De chaque côté est disposée une classe pour les filles et les garçons. Une réception officieuse a lieu le . En 1903, les ailes sont prolongées pour l'école. À la même date, en face, une fontaine est construite et des arbres sont plantés[Rém 21].

La commune dispose d'entités qui témoignent de son autonomie. Il est possible de citer un centre communal d'action sociale, une police municipale, un bureau de poste, une caserne de pompiers[N 35]etc.

Tel un clin d'œil au passé, l'office de tourisme fondé en [100], qui se situe initialement dans les locaux de la mairie, est transféré en 2004 dans l'ancienne gare du tramway due à Tony Garnier[101],[102],[103],[104]. L'ancien hall de marchandises, contigu, sert à des expositions.

La bibliothèque municipale a une portée géographique plus étendue. Elle est initialement créée en 1995 par des bénévoles issus du monde associatif[N 36]. Puis le est inauguré le Centre culturel et sportif de Lans-en-Vercors — nommé « Le Cairn[106] »[N 37] — qu'elle intègre. Elle devient alors la médiathèque intercommunale — dite tête de réseau — de la communauté des communes du massif du Vercors. Les bibliothèques avoisinantes gardent leurs fonds mais chaque acquisition devient concertée. Enfin les livres circulent par le réseau. À terme les communes qui ne disposent pas de bibliothèque intègrent le réseau. Le financement revient à chaque commune et à une subvention du conseil général[108].

Le Cairn dispose également d'un amphithéâtre servant essentiellement de salle de cinéma où les projections sont pluri hebdomadaires. D'autres salles sont dévolues aux associations.

Sur la commune se trouve la maison du parc naturel régional du Vercors dont elle est le siège. Sa médiathèque, d'importance régionale, est accessible au public.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Tri des déchets[modifier | modifier le code]

En 1980 est initié le tri du verre et depuis 2000, au sein de la communauté de communes du massif du Vercors, Lans-en-Vercors applique le tri des ordures ménagères. En 2010-2011 des conteneurs semi-enterrés sont disposés à certains carrefours et remplacent les bacs roulants. Ceci participe « à la qualité de l’environnement et des paysages[109] ». Il n'existe plus de collecte aux domiciles. Après un ramassage vers Villard-de-Lans le traitement définitif se fait à Penol. La pratique du compostage individuel est encouragée ainsi qu'en témoignent les conteneurs dans les jardins[110].

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

Lans-en-Vercors, pour traiter les eaux usées, bénéficie depuis le d'une station d'épuration qui emploie un procédé par méthanisation. Celle-ci est située à Villard-de-Lans. Le dispositif est tel que la Bourne garde une « qualité d’eau exceptionnelle ». Cette installation est complétée par une usine de compostage. Le partage de ces usines par cinq communes de la communauté de communes du massif du Vercors veut témoigner d'« une démarche globale de développement durable »[111]. Actuellement 75 % des habitations sont reliées au réseau collectif et 18 % des foyers fonctionnant avec des fosses septiques doivent également être raccordés d'ici 2020[63].

Finances locales[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'évolution de la capacité d'autofinancement, un des indicateurs des finances locales de Lans-en-Vercors, sur une période de dix ans[112].

Capacité d'autofinancement (CAF) à Lans-en-Vercors de 2005 à 2014.
Résultats exprimés en €/habitant.
Strate : communes de 2 000 à 3 500 habitants appartenant à un groupement fiscalisé.
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Lans-en-Vercors 325 348 357 315 445 330 291 257 246 299
Moyenne de la strate 175 180 183 184 181 195 210 215 210 201

Unités : en ordonnée €/habitant, en abscisse année.
CAF de Lans-en-Vercors. CAF moyenne de la strate.

Au cours des dix dernières années, la capacité d'autofinancement de la commune[N 38] évolue toujours au-dessus de la valeur moyenne de la strate[N 39]. Le fonds de roulement[N 40] est négatif en 2005 et 2006 et peut être inférieur à la moyenne de la strate d'autres années[112].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bloc gnomonique (Armand Destroismaisons).
Bloc gnomonique offert par Saint-Donat (Armand Destroismaisons 1991).

Lans-en-Vercors est jumelée avec la commune québécoise de Saint-Donat depuis 1990[115],[116]. Dans ce cadre, en 1991, Armand Destroismaisons, artiste canadien, sculpte pour la commune un bloc gnomonique[117]. La réalisation en pierre comporte quatre cadrans solaires surmontés d'un globe terrestre. À la partie supérieure se trouve un cadran polaire, dont la table est gravée mais dont le style est absent. En dessous, toujours au sud, se trouve un scaphé demi-cylindrique concave gravé de lignes d'heure en heure et dont les bords servent de styles. À l'est et à l'ouest, des lignes sont gravées sur deux surfaces planes qui créent deux tables pour un cadran vertical oriental et un cadran vertical occidental. Là encore les bords de la sculpture servent de styles[118],[119],[N 41].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Le recensement général des populations se trouve indirectement dans les procès-verbaux des révisions de feux. Ces documents fiscaux, périodiquement révisés, permettent de répartir la charge fiscale déterminée par le prince. Un feu peut correspondre à plusieurs foyers. Pour le Dauphiné l'estimation au XVe siècle est de cinq habitants pour un feu.

Évolution démographique
1339 1399 1441 1451 1474 1744 1760
533 feux 140 feux 87 feux 62 feux 84 feux 391 feux 800 habitants
(Source : [Rém 11],[CP(1) 4],[Lans 9].)

En 1339, Lans a une population comparable à celle de 2012. Villard-de-Lans est considéré comme un hameau selon les cartulaires de saint Hugues, qui ne comptent que 383 feux. Mais une soixantaine d'années plus tard, trois-quarts de la population de Lans disparaît, probablement décimés par la peste noire. Elle perd sa première place qui revient à Villard-de-Lans avec 200 feux[Rém 11].

Le début du XVe siècle est marqué par la crise démographique suivi à sa moitié d'une reprise. À cette date la population représente 25 % des habitants des Quatre Montagnes. Elle vient après celle de Villard-de-Lans qui en possède 36 %.

Cette population est miséreuse puisque seuls 38 % des feux sont solvables c'est-à-dire possèdent pour dix francs or de biens. De nombreuses raisons sont avancées quant à la diminution des feux et à la pauvreté. Parmi celles-ci figurent des conditions climatiques arides rendant les récoltes parfois stériles, une oppression par les hommes du seigneur de Sassenage, une imposition écrasante par les nobles locaux et les épidémies. L'ensemble se résume ainsi : « lorsqu'ils ont tout payé il ne leur reste pas de quoi vivre, si ce n’est leur grande tristesse[CP(1) 4]. »[CP(1) 4]

Après la Révolution[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 2 613 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
980 898 1 060 1 013 1 076 1 155 1 180 1 265 1 170
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 174 1 169 1 120 1 102 1 051 1 032 1 014 978 961
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
888 893 846 726 717 721 738 923 867
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2008 2009
693 795 859 1 098 1 451 2 026 2 303 2 474 2 563
2013 - - - - - - - -
2 613 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[120] puis Insee à partir de 2004[121].)
Histogramme de l'évolution démographique

L'accroissement du nombre d'habitants, de 4 % par an entre 1990 et 2012, est important. Il témoigne de la recherche d'un cadre de vie agréable. Il ne prend pas en compte les 2 000 touristes qui peuvent séjourner pendant les saisons d'hiver et d'été[59].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2012, la population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,7 %) est en effet inférieur au taux national (23,6 %) et au taux départemental (24,8 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2012, la suivante :

  • 50 % d'hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 12,8 %, 30 à 44 ans = 22,6 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 17,5 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 23,9 %, 15 à 29 ans = 11,4 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 17,9 %).

L'accroissement de la population résulte d'un apport extérieur ainsi qu'en témoigne la jeunesse des habitants puisque 55 % a moins de 45 ans[59].

Pyramide des âges à Lans-en-Vercors en 2012 en pourcentage[Insee 4].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,9 
3,3 
75 à 89 ans
4,2 
14,1 
60 à 74 ans
12,8 
24,6 
45 à 59 ans
23,6 
22,6 
30 à 44 ans
23,2 
12,8 
15 à 29 ans
11,4 
22,5 
0 à 14 ans
23,9 
Pyramide des âges du département de l'Isère en 2012 en pourcentage[122].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
5,8 
75 à 89 ans
8,6 
13,4 
60 à 74 ans
14,1 
19,6 
45 à 59 ans
19,6 
20,5 
30 à 44 ans
20,0 
19,6 
15 à 29 ans
18,0 
20,6 
0 à 14 ans
18,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il se fait avant la Révolution dans le prieuré. Après cette dernière, il continue à être dispensé l'hiver dans un local de la cure par un enseignant itinérant. Celui-ci, lorsqu'il ne se trouve pas dans une autre commune, est logé dans le presbytère[Rém 22].

À la rentrée 1870 deux salles d'école, de part et d'autre de la salle communale, prévues chacune pour 80 garçons et filles, accueillent les enfants. Les deux premiers enseignants logent au-dessus des classes. Ils sont ensuite aidés par deux adjoints quand l'effectif augmente. Puis à la rentrée 1886 se présentent 97 garçons et 88 filles ce qui nécessite trois classes dont l'une aux Hérauds. En 1903, les bâtiments sont agrandis pour les élèves et le logement des instituteurs adjoints[Rém 21].

L'école élémentaire des Hérauds, qui comporte alors une classe unique de cinq niveaux, est fermée après 124 ans de fonctionnement à la fin de l'année scolaire 2010-2011[123].

Actuellement après un accueil possible de trois ans dans une crèche parentale, l'enseignement se fait sous la tutelle de l'académie de Grenoble. L'école communale, qui se trouve dans un bâtiment propre, accueille une école maternelle de quatre classes et une école élémentaire de neuf classes[124]. Ultérieurement collégiens et lycéens vont à Villard-de-Lans.

Manifestations sportives et culturelles[modifier | modifier le code]

Manifestations sportives[modifier | modifier le code]

Deux photos. Un skieur saute bras écartés. Arrière plan de montagne avec saignée pour une piste.
Composition réalisée lors de l'inauguration du tremplin à Lans. 1931.
Saut à ski[modifier | modifier le code]

Le [125], a lieu à la Chènevarie l'épreuve de saut du XXe concours international de ski. Cette année, l'organisation est confiée à la Fédération de ski du Dauphiné qui choisit Villard-de-Lans pour la réalisation. Le tremplin alors construit à Lans sert le dernier des quatre jours[126]. Le vainqueur est le Suisse Lasueur avec un saut de 45 mètres. Hors-concours le Norvégien Simonsen réalise un saut de 61 mètres[127],[N 42]. L'exposition aux vents fait dévier les trajectoires, ce tremplin de 70 mètres à ossature bois est donc abandonné quelques années plus tard[128]. Le chemin du Tremplin existe toujours[Rém 23].

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Le Tour de France lors de sa 72e édition va pour la 12e étape, le , de Morzine à Lans-en-Vercors. Cette étape de montagne de 270 km voit la victoire du Colombien Fabio Parra devant son compatriote Luis Herrera qui le laisse gagner. Bernard Hinault, en contrôlant la course, conserve le maillot jaune. Il le garde jusqu'à l'arrivée finale[129].

Des courses régionales sont organisées plusieurs fois par an au départ ou passant par Lans-en-Vercors.

Trophée Andros[modifier | modifier le code]
Voiture de course rouge, vue de trois-quart avant prenant un virage à gauche  sur la neige.
Trophée Andros. Mazda 3 de Toomas Heikkinen. Lans-en-Vercors 2015.

Le Trophée Andros est une compétition française de courses de véhicules sur glace. Il est créé en 1990 par Frédéric Gervoson, président de l'entreprise Andros, et Max Mamers ancien champion de France de rallycross. Depuis sa création Lans-en-Vercors en est l'une des étapes[N 43]. Le principe est celui de courses de cote, donc en milieu naturel, sur moins de dix sites pendant les week-ends. Plusieurs éléments concourent au côté spectaculaire ; l'accès aux paddocks où sont vus véhicules, pilotes et notoriétés invitées est libre, le circuit en boucle fermée est court — environ 800 m — et parcouru de nombreuses fois et au cours de plusieurs manches enfin le sprint est toujours de mise. Les véhicules engagés sont répartis suivant leur type — voitures ou motos, motorisations thermiques ou électriques —, les performances antérieures des pilotes lors du Trophée et la composition des équipages. Le plateau rassemble des pilotes prestigieux qui pendant l'intersaison ne sont pas accaparés par le Rallye automobile Monte-Carlo ou Le Dakar.

À Lans-en-Vercors le circuit est situé à la Sierre, lieu-dit au pied du stade de neige des Montagnes de Lans. Il se trouve à une altitude de 1 420 m et a une longueur de 800 m[131],[Vid 3]. En 2003, on y note la première participation d'Alain Prost[132], d'autres années s'y trouvent des pilotes de Formule 1 (Olivier Panis, Jacques Villeneuveetc.), ou des champions de rallyes (Ari Vatanen, Toomas Heikkinenetc.). La couverture médiatique de l'événement est appréciable pour la commune[133].

Courses à pied[modifier | modifier le code]

En 2004 est créé le Trail du pic Saint-Michel. D'une longueur de 24 km, il forme une boucle sur les reliefs est de Lans-en-Vercors avec un dénivelé de 1 350 m. Du départ du bourg, il atteint le pic Saint-Michel avant d'y revenir. Le meilleur réalise l'épreuve en deux heures environ[134].

En 2011, l'Ultratrail du Vercors est créé. D'une longueur moyenne de 85 km, le parcours traverse les villages des Quatre Montagnes avec un dénivelé d'environ 4 500 m. Cette course à pieds est réalisée en 11 h environ par le meilleur. L'épreuve, qui dévoile des points de vue remarquables, est limitée début septembre à mille participants qui viennent de plus de vingt régions françaises et d'un peu moins de dix pays étrangers. Elle se court seul, à deux ou en relai de quatre coureurs[135].

En 2013, est créé l'Ultratour des 4 massifs (Ut4M). Cette course se déroule au-dessus de Grenoble à travers les massifs du Vercors, du Taillefer, de Belledonne et de la Chartreuse. Chacun des massifs permet une épreuve sur quatre jours consécutifs. Pas moins de 900 inscrits représentent plus de quinze nations. Le défi maître cumule 160 km par le même concurrent avec 10 000 m de dénivelé positif (Ut4M 160 Xtrem). Ceci se réalise pour les meilleurs en 30 heures environ. L'étape du Vercors (Ut4M 40 Vercors) qui passe sur les sommets est de Lans-en-Vercors — Le Moucherotte – le pic Saint-Michel via la Sierre — appartient à l'épreuve. Elle peut en soi constituer une course. Il existe de nombreuses autres formules[136],[137].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Hadra trance festival[modifier | modifier le code]

En 2010 la commune accueille le Hadra trance festival. Ce festival de trance — genre de musique électronique — se tient en été sur le site des Montagnes de Lans pendant trois jours. Les festivaliers, entre cinq à sept fois plus nombreux que la population, campent dans des champs réservés jouxtant le village puis ils montent se rassembler en plein air pour écouter la musique produite sur plusieurs scènes. Les adeptes revendiquent une « culture […] profondément inscrite dans la continuité du mouvement hippie tel qu'il a existé dans les années soixante-dix[138] ».

Les retombées économiques[139] s'opposent à l'organisation dans le parc naturel régional du Vercors et au souhait de garder une image familiale[140]. En 2014 la commune reçoit pour la dernière fois ce rassemblement national[141].

Santé[modifier | modifier le code]

Le premier médecin généraliste s'installe en 1943[Rém 24]. Plus tard maire, il donne son nom à la principale artère de Lans-en-Vercors. Actuellement plusieurs médecins généralistes dispensent leurs soins au sein d'une maison médicale. L'offre se complète avec des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes, des professions paramédicales et une pharmacie. Le centre hospitalier universitaire de Grenoble ainsi que d'autres structures sont les établissements les plus proches de la commune.

Sports[modifier | modifier le code]

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Vue d'un village sous la neige depuis un point dominant.
Neige sur Lans-en-Vercors. Couloirs déboisés pour le ski. 2009.

Au XXIe siècle, la pratique du ski alpin, de type familial, se fait sur deux domaines. Il s'y répartit quinze remontées mécaniques, dont deux tapis roulants et treize téléskis, qui desservent vingt-quatre pistes pour 23 km de glisse. Les chaines de télévisions régionales et nationales prennent parfois en exemple la station pour illustrer l'ouverture d'une saison précoce[Vid 4],[Vid 5]. Très dépendante de l'enneigement, cette activité subventionnée met parfois en déséquilibre le budget de la commune[142].

Le domaine de l'Aigle[N 44] au cœur du village, à 1 020 m d'altitude, est le plus ancien. Créé en 1953, il comprend initialement un téléski de 800 m qui dessert une altitude de 1 286 m d'où partent deux pistes[N 45]. Vers le milieu des années 1970 il comprend quatre téléskis pour cinq pistes[N 46]. Mais du fait de la basse altitude l'enneigement est précaire. Seul un téléski, dont l'orientation est modifiée, subsiste et un tapis roulant est installé.

En 1975, pour pallier cela, le stade de neige des Montagnes de Lans[N 2], est ouvert sur les flancs de la ligne de crêtes à l'est de la commune entre 1 400 m et 1 827 m. Il est distant de 5 km du bourg. Le concept de stade de neige, c'est-à-dire sans logement au pied des pistes, est nouveau en France[N 34]. Initialement l'aménagement est de cinq téléskis, il se termine en 1987[N 47],[N 48]. Un téléski est doublé en 2000[92],[150]. Pour le fréquenter, un parking se trouve aux pieds des pistes ou des navettes joignent le lieu au bourg[151].

Le ski de fond se pratique sur deux domaines. Le domaine de Val de Lans, au départ du village, à une altitude de 1 020 m offre une vingtaine de kilomètres de pistes. Le domaine des Allières, qui suivant les conditions d'enneigement peut être joint par le précédent, se trouve à 1 438 m d'altitude avec environ 35 km de pistes[150].

D'autres activités telles que le snowboard, le snowkite, l'escalade glaciaire ou la randonnée en raquettes sont possibles[150].

Randonnée pédestre[modifier | modifier le code]

Paysage d'une vallée avec au premier plan un chemin et au fond des montagnes.
Voie du Tram. Ancienne ligne de tramway devenue randonnée. 2015.

Le sentier de grande randonnée 91 (GR 91), qui joint Saint-Nizier-du-Moucherotte à Fontaine-de-Vaucluse, traverse la commune. La première étape en parcourt toute la limite est du nord au sud. Elle reste sur le versant oriental des reliefs montagneux qui joignent Le Moucherotte au pic Saint-Michel. Ce sentier pénètre à 1 700 m dans la commune en suivant la grande roche Saint-Michel puis il redescend progressivement et se trouve à mi-parcours sur les flancs du Grand-Cheval à 1 400 m enfin il quitte les pentes du pic Saint-Michel à 1 500 m. Sur les flancs de ce dernier, l'auberge des Allières est le premier gîte d'étape. Cette portion donne notamment une vue sur le val de Lans[152].

Le Tour des Quatre-Montagnes — sentier de grande randonnée de pays — est un parcours en boucle qui passe par les quatre villages historiques : Lans-en-Vercors, Villard-de-Lans, Méaudre et Autrans. Dans la portion de Lans-en-Vercors, il a une orientation nord-sud. Après une voie commune avec le GR 91 il quitte la grande roche Saint-Michel en pénétrant sur le territoire communal et descend vers le bourg qu'il touche avant de rejoindre le gîte des Allières sur les flancs du pic Saint-Michel puis il poursuit momentanément le tracé du sentier de grande randonnée 91. Ainsi, il dessine un arc de cercle sur l'est de la commune dont la convexité touche Lans-en-Vercors[153].

Par ailleurs il existe de très nombreuses randonnées, de la plus simple à la moins facile, sur ce terrain alliant un relief plat ou modérément escarpé.

Vol libre[modifier | modifier le code]

Les parapentes sont présents par dizaines dans le ciel dès que la neige disparaît. Cette activité s'adresse alors aussi bien aux élèves qu'aux pilotes assurant des vols de distance. « Pour les pilotes de l'Isère, Lans-en-Vercors fait partie des sites principaux de la région […] Il ressort comme le site le plus dynamique[154] ».

L'école de parapente Alto existe depuis 1990. Elle gère les sites du Massif de l'Aigle, du Belvédère et de la Dent-Percée. L'atterrissage du premier est accolé au bourg, alors que celui des deux derniers, aux Blancs, est commun.

Des décollages montagnes[N 49] peuvent être le point de départ de très beaux vols : Le Moucherotte, la Sept (haut des pistes des Montagnes de Lans), le pic Saint-Michel, le Rocher-de-l'Ours.

D'autres décollages comme les Virets ou les Sagnes, non entretenus, sont moins utilisés[156],[154].

Escalade[modifier | modifier le code]

L'escalade en milieu naturel — voies de 15 à 40 mètres — peut être pratiquée sur trois sites équipés de la commune.

Le plus important est celui du rocher du Furon, près du village, avec plus de 120 voies ; une partie du site n'est pas classée en escalade sportive compte tenu de ses caractéristiques (grandes parois, équipement non normalisé, risque de chutes de pierre). Les deux autres sont des sites sportifs situés respectivement aux Allières (30 voies) et au col de l'Arc (15 voies). Le site des Allières, très bien adapté à l'initiation, est souvent utilisé par des groupes encadrés[157].

Cultes[modifier | modifier le code]

Dès l'origine, en 1080, les chanoines du prieuré de Saint-Martin-de-Miséré choisissent un prieur qui est désigné comme curé de la paroisse de Lans par l'évêque de Grenoble[Rém 25]. Puis après la Révolution, ces prieurs disparaissent et le curé est nommé par le seul évêque[Rém 26]. En 2000, la paroisse de Lans-en-Vercors fait place à la paroisse de La Croix de Valchevrière qui réunit huit clochers ou relais. Son curé, qui réside à Villard-de-Lans, est nommé par l'évêque de Grenoble. Il vient célébrer, chaque semaine, une messe catholique romaine[158].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage est de 30 536 €, ce qui place Lans-en-Vercors au 14 873e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[159].

En 2012, 26,4 % des foyers fiscaux ne sont pas imposables[Insee 5].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2012, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 1 673 personnes, parmi lesquelles on compte 81,2 % d'actifs dont 76,7 % ayant un emploi et 4 % de chômeurs[Insee 6].

On compte 535 emplois dans la zone d'emploi, contre 464 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 1 296, l'indicateur de concentration d'emploi est de 41,3 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre plus d'un emploi pour trois habitants actifs[Insee 7].

La confrontation entre le taux de chômage et l'indicateur de concentration d'emploi indiquent qu'une grande partie de la population ne travaille pas sur le territoire communal. Elle effectue des déplacements pendulaires vers Grenoble[160],[58].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , Lans-en-Vercors compte 378 établissements : 24 dans l'agriculture-sylviculture-pêche, 16 dans l'industrie, 31 dans la construction, 210 dans le commerce-transports-services divers et 97 sont relatifs au secteur administratif[Insee 8]. Ainsi la population bénéficie de l'importante place de l'agriculture — exercée à 78 % par des agriculteurs natifs de la commune — et du tourisme.

En 2014, 33 entreprises sont créées à Lans-en-Vercors[Insee 9], dont 21 par des autoentrepreneurs[Insee 10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme, pour cette commune, est une entreprise en soi ainsi qu'en témoigne la part importante qu'il tient dans l'animation et dans l'économie. La construction de routes au XIXe siècle a pour effet inattendu l'arrivée des touristes. L'accueil est secondairement favorisé par la création d'une station climatique dans un cadre attrayant, puis par la possibilité de skier. Actuellement, il soutient les nombreux commerces de proximité et l'offre d'hébergement[161]. Ainsi se trouvent trois hôtels dont deux au centre du bourg — l'un date de 1892, l'autre de 1928 —, un camping équipé pour réaliser du caravaneige, une aire de camping-car, des maisons de vacances qui accueillent une quinzaine à cent-vingt hôtes et des locations[162].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le patrimoine local est pour une part protégé. Ainsi les sites du parc naturel régional du Vercors[163] et le vallon du Bruyant[32] sont reconnus par l'État. Celui-ci reconnaît également une partie du clocher de l'église[164] et une cloche[165] toutes les deux du XVIIe siècle. Le département de l'Isère porte attention à un cadran solaire au Peuil[166] du XVIIIe siècle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Barthélemy[modifier | modifier le code]

En 1080, une église est simplement située à Lans : « ecclesiam autem que est sita in villa que vocatur lanceum » — l'église qui est dans le village que l'on appelle Lans[Rém 27]. À la fin du XIIe siècle l'édifice est remplacé par une église romane[Rém 28]. Les documents de 1497, en décrivant « Notre Dame de Lanceo », rapportent l'existence de deux chapelles dans l'église sans indiquer si elles sont construites à la même époque que l'édifice roman. L'une d'elle est sous le vocable de Saint-Barthélemy. Cet apôtre est appelé à devenir le patron de l'église, mais en 1513 la paroisse est toujours sous le vocable de « Notre-Dame de Lans[Rém 29] ». Au début du XVIIe siècle une reconstruction concerne l'abside et renforce le clocher[Rém 30]. Une transformation conséquente de la nef a lieu à la fin du XIXe siècle[Rém 31]. Actuellement, les reliques du saint sont exposées fin août lors de sa fête[Rém 32].

Le clocher, du début du XVIIe siècle, est placé latéralement et s'appuie au chœur. Avec une forme de tour carrée, il est à la fois trapu et élancé. Il comprend deux niveaux de baies. Aux sommets de ses quatre angles se trouvent quatre pyramidons. La flèche en pierre forme une pyramide octogonale plutôt courte. Il est partiellement inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[164].

Probablement lors de sa construction, une cloche est placée qui porte pour inscription : « IESVS MARIA SANCTVS BARTOLOMEVS ORA PRO NOBIS […] 1610 » — Jésus, Marie, saint Barthélemy, priez pour nous […] 1610[Rém 33]. Cette cloche, qui est la plus ancienne de trois, sonne un do dièse. Elle est classée au titre des monuments historiques[165].

Le chevet d'inspiration gothique, soutenu par des contreforts extérieurs, est pentagonal. À l'intérieur l'abside est voutée en ogive. Le mur nord du chœur est celui de la nef romane. En face il est renforcé par un mur intérieur de ciment. Ainsi il ne reste que la partie extérieure et mutilée d'une porte romane — autrefois second accès de la nef. La voute du chœur en croisée d'ogives est dans le style néo-gothique. Ce reste de nef romane, devenu chœur, s'ouvre sur la nef actuelle par un arc triomphal imposant. Il reçoit un maître-hôtel en marbre[Rém 34].

La nef est entièrement néo-gothique avec des murs flanqués de contreforts. La façade est encadrée de deux tourelles. Un perron accède au porche au-dessus duquel se trouve la même fenêtre voûtée que les six de chaque côté. De part et d'autre de cette fenêtre se trouve une niche et au-dessus une horloge qui provient du clocher. Au sommet domine une croix grecque. Le toit très pentu est couvert d'ardoises. Les vitraux réalisés par Jean-Baptiste Jandet[N 50] portent la dédicace des paroissiens. Le mobilier est en chêne[Rém 36].

Une des deux fenêtres de la sacristie, avec son arc brisé, est de même date que le clocher[Rém 33].

Le prieuré-presbytère attenant possède sur le coté une tourelle déjà présente au début du XVIIe siècle. Elle signifie la noblesse du propriétaire sous l'ancien régime et même au-delà. Il en est de même du pigeonnier qui témoigne d'un privilège[Rém 37]. Depuis la fin du XIXe siècle, le toit sans ses sauts de moineau est couvert d'ardoises[Rém 38].

En 2001, deux séquences du film Une hirondelle a fait le printemps de Christian Carion avec Michel Serrault et Mathilde Seigner y sont tournées. Les Lantiers sont nombreux dans la dernière séquence[Rém 39].

Ferme des Quatre Montagnes[modifier | modifier le code]

Hameau en voie d'abandon. Pignons à redents avec lauzes et couves. Une couverture est en chaume. 1890.
Chaumière avec lauzes sur pignons à redents. Route d'Engins[N 20]. 1890.

La ferme des Quatre Montagnes[N 2], typiquement montagnarde, est de type élémentaire puisqu'elle abrite sous un même toit l'habitation et les activités agro-pastorales[N 51]. Ce grand volume est de plan rectangulaire massif. L'orientation est telle que le faîtage est très souvent perpendiculaire aux courbes de niveaux, et la longue façade orientée au sud protège le devant de la maison des vents froids.

Les façades sont de très faible hauteur. Les deux murs pignons sont presque triangulaires. Les belles pierres taillées servent aux chaînes d'angle et à l'encadrement des ouvertures. Celles-ci sont plus hautes que larges, disposées sans ordonnancement et peu nombreuses au nord. Les autres pierres, plus grossières, sont recouvertes d'un enduit gris beige.

Le toit est à deux pans très inclinés en raison de l'utilisation ancienne du chaume — la paille de seigle tend à pourrir à l’humidité et tout est fait pour évacuer la neige et l’eau. Utilisé au XIVe siècle, le chaume disparaît et dans les années 1930 il est progressivement remplacé par l'ardoise, la tôle ou le fibro-ciment[168]. Pour protéger la toiture du vent, des pignons à redents — dits à pas de moineaux — sont prolongés au-dessus de la couverture. Ainsi le toit un peu en contrebas ne les recouvre pas et donc ne les protège pas de la pluie ou de la neige. Pour ce faire, ils sont coiffés de lauzes calcaires, extraites des carrières voisines, et plus larges que le rampant du pignon lui-même : l'eau ruisselle sans s'infiltrer dans la maçonnerie[N 52]. « Primitivement les lauzes étaient assez inclinées pour se recouvrir en écaille sur les bords, comme de grandes tuiles qu’elles étaient par destination, on a soin souvent, aujourd’hui, de les placer horizontalement et de les étager à quelque vingt ou trente centimètres les unes au-dessus des autres, en escalier. C’est de la coquetterie[170] » car l'utilité de tels pignons avec leurs lauzes disparaît avec les techniques modernes. Ils sont conservés au titre du patrimoine[N 53]. La dernière lauze du sommet d'un pignon, posée à plat, reçoit parfois une lourde pierre nommée couve. Celle-ci sert, dit-on, à protéger la maison et constitue un symbole de fécondité[172],[N 54]. Des lauzes posées légèrement inclinées et en saillie font office de corniche sur les façades.

Le terrain oblige parfois, pour accéder aux granges, à bâtir un appentis généralement en bois. Le faîtage, greffé sur la toiture principale, est perpendiculaire à celui du bâtiment. L'accès se fait par le pignon de cet appentis[173],[174],[175],[176].

Cadran solaire[modifier | modifier le code]

Cadran solaire sur la façade d'une maison.
Cadran solaire au Peuil[N 55].

Un cadran solaire portant la date de 1781 est peint et gravé au Peuil sur la façade d'une ancienne auberge[N 55].

Les dix cordes d'une lyre représentent les heures de ce cadran déclinant de l'après-midi. Elles joignent la table d'harmonie qui porte leurs numéros en chiffres romains. Le style est en T. Une ligne d'équinoxe est reportée, elle correspond à l'ombre de l'intersection du jambage et du style. En décor deux fleurs de lys persistent à chaque coins inférieurs malgré la Révolution. Les paysans, de petite condition, qui fréquentent le lieu ne peuvent que rendre hommage au dieu Bacchus qui trône sur un tonneau tenant d'une main un pichet et de l'autre une timbale. Celui-ci est donc représenté tel un noble. Il porte une perruque en ailes de pigeon[N 56] et revêt une veste de brocart avec une culotte qui s'arrête aux genoux suivie de bas de chausse.

La devise est : « BACV A’BV ET BOIRA SVR'LE TONEAV CHANTERA 1781 » ; un jeu de mot s'impose avec le surnom du tenancier — Bacu ou Bacus — volontiers porté sur la bouteille dit-on[178]. Selon la graphie le r final de sur qui ne se prononce pas est toutefois signalé en petit caractère par le peintre, tonneau ne comporte qu’un n en raison d'une orthographe non fixée et le u garde la forme du v dont il dérive[Rém 40].

Ce cadran solaire, inscrit au patrimoine de l'Isère[166], est restauré en 2000 par l'atelier Tournesol[179],[N 57].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Dialecte[modifier | modifier le code]

La limite entre l'occitan et le francoprovençal, encore parlé par quelques rares lantiers, se fait au sud de Lans-en-Vercors. Ainsi, dans les années 1990, un patoisant villardien affirme : « Bien sûr on se comprend ! On a les mêmes mots, mais ils ne finissent pas comme nous[180]. » Ceci établit qu'il existe deux dialectes — et non pas simplement deux patois — différents[N 58]. Les linguistes établissent la limite entre les deux langues dialecticales entre Lans-en-Vercors et Villard-de-Lans[180],[N 59],[N 60]. Ceci est remarquable puisque les deux vaux ne forment qu'une seule et même vallée, longue de six kilomètres seulement, sans relief géographique ou autre élément qui puisse expliquer cette frontière linguistique. Pour certains, ceci est à rapprocher de la frontière entre les terres du seigneur de Sassenage et celles de l'évêque de Die dont l’influence remonte très loin dans le nord du massif du Vercors[183]. Cette frontière, discutée et objet de conflits armés, est encore marquée lors de la moitié du XXe siècle par des bornes depuis disparues[CP(2) 13],[Lans 3].

Le patois de Lans-en-Vercors est proche de celui de Grenoble. Ainsi, dans sa définition, Gaston Tuaillon cité par Dominique Stich indique que « le francoprovençal est une langue romane […] qui représente le mieux le produit de la latinisation de la Gaule du Nord, à partir de sa capitale, Lyon. Cette langue n’existe nulle part à l’état pur, elle existe dans tous les patois, mais partout associée à de fortes particularités locales[184][…] ».

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Vallée avec sommets enneigés en arrière plan.
Val de Lans au sein du parc naturel régional du Vercors. 2015.

Le paysage très typique offre un contraste marqué. Deux lignes montagneuses, faites de falaises de calcaire blanc, enserrent une plaine marécageuse.

Sur ce territoire communal, se trouvent onze zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique et quatorze zones humides et tourbières. Par ailleurs quarante hectares de forêt appartiennent au réseau des espaces naturels sensibles[63].

Parc naturel régional du Vercors[modifier | modifier le code]

Lans-en-Vercors est une entrée du parc naturel régional du Vercors. Dès la Belle Époque le Vercors est l'objet d'attention de nombreux touristes auxquels s'associent spéléologues, archéologues, botanistes, alpinistes[185]… Vers les années 1930 des voix plaident pour protéger les Hauts-Plateaux. Cette région est ressentie comme un « vaste plateau sec, dénué et peu fertile [qui] ne correspond pas au pittoresque vert et propre qui fascine les touristes[186]. » Cependant les mentalités évoluent et il est admis que la nature peut être belle, riche et diverse en ressources. De surcroit elle offre un paysage réellement identitaire tel que les toits en pignons recouverts de lauzes observés notamment à Lans-en-Vercors[187]. Le , un décret institue le parc naturel régional du Vercors[163]. Comme tout parc régional sa vocation première est la protection de la nature avec une dimension touristique alors que les réserves naturelles ne joignent qu'une dimension scientifique[188]. Ce classement s'oppose parfois à une exploitation économique ancestrale et peut poser des problèmes[189].

La biodiversité du parc naturel régional du Vercors est remarquable. Celle-ci s'applique à la commune. Les deux emblèmes du parc peuvent être mentionnées. Le Tétras lyre (Tetrao tetrix) — également support du logotype de la commune jusqu’en 2015 — est un oiseau qui appartient à une espèce nordique relique de l'époque glaciaire. La Tulipe sauvage (Tulipa sylvestris), considérée comme rare, est une espèce protégée[190]. Parmi les ongulés sauvages, en hiver la neige pousse le Cerf élaphe (Cervus elaphus) a s'approcher des habitations. Cette richesse comprend 135 oiseaux nicheurs et 65 espèces de mammifères. Le fait d'être abrités dans le parc en font autant d'espèces protégées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Profil gauche d'un homme sur une médaille grise.
Lithographie du médaillon de Stendhal par David d'Angers. 1892[N 61].

Stendhal, baptisé Marie-Henry Beyle puis dit Henri Beyle[192], aurait des aïeuls paternels originaires de Lans. L'incertitude est réelle car les actes disponibles ne sont pas filiatifs. Des recherches généalogiques citent les travaux de 1925 de Paul Ballaguy. Celui-ci ne peut pas faire appel aux registres paroissiaux car « si les Beyle étaient de Lans, il fallait renoncer à en savoir davantage, car les registres de cette commune ont disparu et ceux qui restent, ne remontent qu'à 1737[193]. » Il part donc d'un acte notarié de mariage, établi à Sassenage. Celui-ci indique que l'époux Jean — qui appartient à la quatrième génération précédant Stendhal — est installé comme drapier à Lans[N 62], et que son père Ambroise Beyle demeure à Autrans[195]. Alors, sans preuve, il affirme qu'un certain Ambroise Beyle d'Autrans est l'ancêtre recherché[194]. Puis deux filles de ce personnage se marient à des paroissiens de Lans. Il considère donc qu'un fils Jean s'est aussi installé à Lans et fait de cette personne l'époux de l'acte de de mariage[196] — il est établi qu'un Jean Beyle, décède le à Lans[CP(1) 5], mais ses ascendance, lieu de naissance et descendance sont inconnus[197]. Les registres de catholicité de Lans[N 63] apportent un complément au patronyme Beyle dans la paroisse[198],[CP(1) 7].

Logotype[modifier | modifier le code]

Le logotype de la commune de Lans-en-Vercors est créé vers 1985 par Jacques-Antoine Biboud dont certaines œuvres sont agréées par le Comité d'organisation des Xes Jeux olympiques d'hiver[199],[N 64]. Il représente un tétras lyre, oiseau appartenant à la faune du plateau.

Sans renier son label Famille Plus, et pour traduire l'évolution de Lans-en-Vercors un nouveau logotype créé par Guillaume Véfour est adopté par le conseil municipal le [201]. « On peut percevoir en ce symbole l’expression de l’altitude : une montagne, un sapin ou encore une flèche dirigée vers le haut. La couleur bleue suggère la fraîcheur, l’air pur de la montagne, l’eau, le ciel bleu estival comme la vivacité de l’hiver. On peut aussi y distinguer le L de Lans et le V de Vercors formés par le blanc du symbole, stylisés à la manière de chemins et pistes de ski[202]. »

Logotype
Avant 2015 Depuis 2015
Logo Lans-en-Vercors.gif Logo Lans en Vercors.svg

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • François Bonnet et Henri Mollier, « Le canton de Villard-de-Lans », dans Yves Armand, Roger Blanchet, Jean Billet, Roger Biron et al., Histoire des communes de l'Isère : Grenoble et son arrondissement, vol. 4, Le Coteau, Horvath,‎ , 469 p., 24 cm (ISBN 2-7171-0495-X), partie 2.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Annick Ménard, Philippe Hanus, Jean Mahey, François Bonnet, Louis Larbouillat et al. (préf. Bernard Jallifer-Ardent), Jadis au pays des Quatre Montagnes : Lans-en-Vercors, s.l., Généalogie et histoire locale, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 1),‎ , 2e éd., 98 p., 30 cm (ISSN 1256-6314).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • JMY, Michel Wullschleger, François Bonnet, Jean Mahey, Philippe Hanus, Robert Lombard, Georgette Mure Ravaud, Louis Larbouillad et al. (préf. Albert Orcel), Jadis au pays des Quatre Montagnes : Villard-de-Lans, s.l., Généalogie et histoire locale, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 2),‎ , 2e éd., 130 p., 30 cm (ISSN 1256-6314).Document utilisé pour la rédaction de l’article
Les ouvrages de la collection « Les cahiers du Peuil » traitent des communes des Quatre Montagnes. Ils reposent sur des documents d’archives anciennes et récentes. Certains documents sont reproduits ou des extraits sont largement cités[203].
  • Étienne Rémond et Annick Rémond (préf. Jean-Paul Gouttenoire), Lans-en-Vercors depuis l'an 1080 autour de son église et de son prieuré, s.l., s.n. (Impr. Notre-Dame à Montbonnot-Saint-Martin),‎ , 136 p., 30 cm (ISBN 978-2-7466-2228-9).Document utilisé pour la rédaction de l’article

Autres sources[modifier | modifier le code]

Plan local d'urbanisme de Lans-en-Vercors, s.n., 2013[modifier | modifier le code]

Les paysages glaciaires : les traces des glaciers dans nos paysages, s.n., 2015[modifier | modifier le code]

Géo-Alp : un atlas géologique des Alpes françaises, s.n., 2016[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

  1. [webcam] Trinum (producteur). (2015). Vertige des cimes [webcam]. Lans-en-Vercors: commune de Lans-en-Vercors..
  2. [web TV]  1931 Les hommes volants à Lans [web TV]. Méaudre: VercorsTV. “durée= 1 min 45 s”.
  3. [vidéo] 2MO (Max Mamers Organisation), « Trophée Andros : Les vidéos de la saison 2016. Lans-en-Vercors », sur site officiel du Trophée Andros (consulté le 28 janvier 2016).
  4. [replay TV] « Le journal du week-end. Alpes : les stations de ski ouvrent leurs portes plus tôt que prévu », de MYTF1News. Vidéo, de TF1, e-TF1, 28 novembre 2015, Replay TV [présentation en ligne], min 52 s : (consulté le 13 mars 2016).
  5. [replay TV] « En montagne, on profite des premières descentes : La neige de ces derniers jours a fait le bonheur des stations de ski. Exemple à Lans-en-Vercors en Isère », de France 2, France Télévisions, 28 novembre 2015, Replay TV [présentation en ligne], min 3 s : (consulté le 13 mars 2016).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Rappels[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les éléments de vol en hélicoptère entre le bourg de Lans-en-Vercors et le centre de Grenoble sont recueillis auprès de deux pilotes fréquentant les lieux : l'un du SAMU et l'autre de la Sécurité civile.
  2. a, b et c Au début du XIVe siècle, les paroisses de Lans, Villard-de-Lans, Autrans et Méaudre dépendent de la seigneurie de Sassenage et forment une unité humaine et administrative désignée par le nom les Quatre Montagnes (abréviation de : les quatre paroisses des montagnes de Sassenage). Elles sont aussi dénommées les Montagnes de Lans ou les Montagnes de Sassenage[Lans 1],[CP(2) 1].
  3. La vue depuis ce versant oriental est donnée par la webcam haute définition Vertige des cimes positionnée au sommet du téléski de La Combe des Virets[Vid 1].
  4. En l'occurrence, la distance entre la source de la Bourne, mentionnée aux Jailleux, et le cours du Furon — qui a déjà parcouru environ deux kilomètres — est de moins de deux cents mètres aux Jailleux[17] : le rôle de crête sur laquelle se trouve la RD 106 y est donc singulièrement caractéristique.
  5. a et b Le torrent du Peuil est anciennement connu sous le nom de rif de Freydéris — rif est un torrent de montagne. Il s'écoule sous le Moulin d'en haut et sous le Moulin d'en bas[CP(2) 2].
  6. a et b La source de la Bourne, selon les cartes de l'IGN, a pour coordonnées 45° 07′ 32″ N 5° 35′ 52″ E / 45.1256667, 5.5978889 à une altitude de 1 038 m. Elle se distingue de la source du ruisseau des Jailleux — dont les coordonnées, selon les cartes de l’IGN, sont 45° 07′ 35″ N 5° 36′ 00″ E / 45.1264722, 5.6000278 à la même altitude — qui crée immédiatement une confluence avec le Furon. Toutes les deux se situent au hameau des Jailleux.
  7. La source du torrent du Peuil, selon les cartes de l'IGN, a pour coordonnées 45° 07′ 00″ N 5° 35′ 28″ E / 45.1167222, 5.591 à une altitude de 1 071 m.
  8. La source de Bouilly, selon les cartes de l'IGN, a pour coordonnées 45° 06′ 42″ N 5° 33′ 59″ E / 45.1116111, 5.5663333 à une altitude de 1 007 m et sa confluence avec la Bourne a pour coordonnées 45° 06′ 31″ N 5° 33′ 59″ E / 45.10861, 5.56639 à une altitude de 985 m.
  9. Le pont des Aniers, lieu où la Bourne quitte la commune, a selon les cartes de l'IGN les coordonnées suivantes : 45° 05′ 43″ N 5° 33′ 25″ E / 45.0953333, 5.5568056. L'altitude est de 977 m. Cet endroit est bien visible avec Google Street View.
  10. La source du Furon, selon les cartes de l’IGN est à proximité d’une boucle de la RD 106I — appelée ici « route des montagnes de Lans » qui mène à « la Sierre » — et a pour coordonnées 45° 06′ 18″ N 5° 36′ 13″ E / 45.1050833, 5.6036944 à une altitude de 1 293 m.
  11. a et b La source de la « source de la Lutinère », selon les cartes de l’IGN, est dans le hameau de la Chenevarie. Ses coordonnées sont 45° 08′ 02″ N 5° 36′ 13″ E / 45.13389, 5.60361 à une altitude de 1 054 m. Son confluent avec le Furon se fait à la grotte de l'Olette aux coordonnées 45° 08′ 36″ N 5° 35′ 47″ E / 45.1432222, 5.5964722 à une altitude de 932 m. Ce confluent est bien visible avec Google Street View.
  12. a et b Le confluent du Bruyant avec le Furon, selon les cartes de l'IGN, a pour coordonnées 45° 09′ 16″ N 5° 36′ 22″ E / 45.15444, 5.60611 à une altitude de 899 m.
  13. La source du Bruyant est exposée ici car si elle appartient bien à la commune de Saint-Nizier-du-Moucherotte le vallon du Bruyant, qui forme une frontière, appartient en partie à Lans-en-Vercors[28].
  14. La source du Bruyant, selon l'IGN, a pour coordonnées 45° 08′ 48″ N 5° 37′ 02″ E / 45.1465278, 5.6173611 à une altitude de 981 m.
  15. Le canal de fuite est un canal artificiel, situé en aval du moulin, qui permet le retour de l’eau au cours d’eau naturel.
  16. a et b L’intensité de la couleur du fond des cellules varie tous les °C. Elle s'assombrit en s'éloignant de °C. Elle est bleue pour les températures négatives et rouge pour les températures positives.
  17. a et b La couleur du fond des cellules — vert clair au vert foncé — correspond aux douze graduations de l'échelle de Beaufort.
  18. L’intensité du jaune du fond des cellules varie tous les 10 cm de précipitation neigeuse.
  19. Le carrefour de Jaume est situé à l'extrémité ouest du chef-lieu communal. Il est visible sur Google Street View aux coordonnées 45° 07′ 51″ N 5° 34′ 54″ E / 45.130921938, 5.58161488.
  20. a et b En 1875, il est désormais possible de joindre Grenoble à Villard-de-Lans via Lans soit par Saint-Nizier soit par le chemin de grande communication no 6 alors communément dénommé route d'Engins.
  21. L'existence du relais de Jaume est attestée par une carte postale de 1900 visible sur Wikimedia Commons.
  22. À l’origine le qualificatif en Vercors s’applique uniquement à cinq communes de la Drôme. Historiquement l’évêque de Die, dont dépend ces paroisses, est un ennemi du seigneur de Sassenage. Des expéditions sont montées à propos du pays des Quatre Montagnes revendiquées par les deux parties[Lans 3]. Géographiquement ces communes appartiennent au Vercors d’origine. Lans est la première commune de l’Isère, a obtenir après-guerre ce qualificatif prisé après le glorieux passé du maquis du Vercors. Ultérieurement une telle attribution à d’autres communes fait l’objet, de la part de celles de la Drôme, de recours en justice. Le Conseil d’État (qui n’est sollicité antérieurement qu’une fois en 1861) statue par un arrêt du 22 avril 1955. L’affaire reste présente dix ans après le conflit armé[75].
  23. Au XXIe siècle, le plus souvent dénommée par ses habitants (natifs et résidents) « Lans » en prononçant le s final — /lɑ̃s/ —, la commune est rarement dénommée « Lans-en-Vercors » — /lɑ̃s ɑ̃ vɛʁkɔʀ/.
  24. Humbert II, dauphin de Vienne, souhaite vendre son bien au pape Benoît XII. Un inventaire est réalisé. Finalement la transaction se fait avec le roi de France Philippe VI[79].
  25. Une toise valant environ 2 m, la description correspond à une hauteur de la tour de 12 m et à une enceinte longue de 128 m[80].
  26. La motte castrale du Peuil à Lans-en-Vercors est visible au loin et de façon plus rapprochée sur Wikimedia Commons.
  27. Le mandement de Lans — ou châtellenie — regroupe les paroisses de Lans, Autrans et Méaudre[Rém 6].
  28. La carte de Cassini no 119, dite de Grenoble, est visible en totalité avec notamment le pays des Quatre Montagnes sur Wikimedia Commons.
  29. En , lors de la Seconde République, Lans envoie au ministre de l'intérieur une supplique pour redevenir chef-lieu de canton. Les arguments sont ceux de sa plus proche proximité de Grenoble que Villard-de-Lans et l'assurance de construire une caserne adaptée pour la gendarmerie. Celle-ci reste sans réponse[CP(2) 8].
  30. a et b Une partie de la roue du Moulin d’en bas est visible dans le hameau du Peuil depuis le chemin Léon-Blanc-Gonnnet. 45° 07′ 10″ N 5° 35′ 17″ E / 45.1194167, 5.5879444.
  31. Il faut comprendre le mot moulin comme celui de machine à eau. Ceci peut inclure, du fait de la difficulté à dépouiller les archives, les battoirs, les scies à eau et les moulins à grains[CP(2) 10].
  32. Une carte présume de l'emplacement des six moulins à Lans au XIXe siècle — les dates sont celles des documents. Il s'agit des deux moulins de Lolette (1559), du moulin de l’Écluse (1790), du moulin des Griats (1834) et des deux moulins du Peuil (1559)[CP(2) 11].
  33. Les derniers jours de , les soldats allemands interceptent quatre maquisards dans les bois au-dessus du Peuil. Ils sont fusillés. La commue honore leur mémoire en donnant à une voie le nom de chemin des Fusillés. Ce chemin est proche de la mairie : 45° 07′ 42″ N 5° 35′ 19″ E / 45.1283361, 5.5887056.
  34. a et b Ce stade de neige, financé avec l'aide de l'État et des collectivités locales, vise à profiter de l’essor de l’or blanc. Il est conçu sans urbanisation pour répondre à la charte du parc naturel régional du Vercors en cours d’élaboration et pour satisfaire une clientèle de week-end et non résidentielle. Il diffère donc du concept de station de ski qui associe une urbanisation autour des pistes et une infrastructure conséquente[93].
  35. La caserne de pompiers de Lans-en-Vercors est l’une des cinq du Centre de secours du Vercors-Isère - Centre d’incendie et de secours. Celui-ci appartient au Groupement territorial Sud du service départemental d’incendie et de secours de l’Isère — SDIS — qui dépend depuis 1996 du Conseil général. On dénombre environ vingt-cinq pompiers volontaires[99].
  36. L’origine de la bibliothèque municipale est disponible sur le site de la mairie de Lans-en-Vercors jusqu’à la création de la médiathèque intercommunale. À cette date, la page est réécrite et l’information disparaît[105].
  37. Le cairn est « un amas de pierres élevé par les explorateurs des régions polaires ou par les alpinistes, afin de marquer leur passage[107]. »
  38. La capacité d'autofinancement (CAF) est l’excédent dégagé en fonctionnement. Cet excédent permet de payer les remboursements de dettes. Le surplus (CAF - remboursements de dettes) s’ajoute aux recettes d’investissement (dotations, subventions, plus-values de cession) pour financer les dépenses d’équipement. Ce montant représente le financement disponible de la commune[113].
  39. Cette remarque ne résulte pas d'une analyse statistique des données présentées. Elle n'a qu'une valeur strictement indicative.
  40. Le fonds de roulement, différence entre les financements à plus d'un an et les immobilisations, permet de combler le décalage entre l'encaissement des recettes et le paiement des dépenses[114].
  41. Ce bloc gnomonique est proche de l’église Saint-Barthélemy, au sud de sa nef et à l'est du monument aux morts. 45° 07′ 40″ N 5° 35′ 21″ E / 45.1277222, 5.5893.
  42. Un film noir et blanc, muet, fait le reportage de l'épreuve de saut du XXe Concours international de ski. Ce document d'archive est numérisé avec une voix off[Vid 2].
  43. Lans-en-Vercors, depuis la création du Trophée Andros, en est une étape hormis en 1993 et 1996[130].
  44. La montagne sur laquelle se trouve le domaine de l’Aigle n’est pas nommée alors que le lieu-dit l'Aigle et Grand-Marais se trouve à l’ouest de la vieille route de Villard-de-Lans aux pieds des pistes de ski[143].
  45. Sur le téléski initial « les enrouleurs ont été conçus par M. Baud avec une roue de bicyclette et un contrepoids[144] ».
  46. Cinq pistes sont officielles, auxquelles il faut adjoindre un chemin emprunté par les skieurs — sur le plan joint, par erreur, la piste la plus au sud passe au sud et non au nord du téléski — Les quatre téléskis ont pour nom du nord au sud : Benjamins, Écureuil (dont l’orientation est ultérieurement modifiée comme l’indique le plan), L’Aigle et Chamois[145],[146].
  47. Les pistes de ski, avec le nom des téléskis, figure sur un plan des années 1980[147].
  48. Un plan du stade des neiges de 1986 figure un projet de trois télésièges vers le pic Saint-Michel inclus non réalisés. Du nord au sud, ils doivent se nommer : le grand cheval, le chemin blanc et le pic Saint-Michel[148],[149].
  49. Les sites montagnes comprennent une ascension qui est un réel effort. Celle-ci fait partie de l’activité[155].
  50. Jean-Baptiste Jandet est précédemment l'un des maître verrier de basilique Notre-Dame de Fourvière[Rém 35].
  51. Une architecture montagnarde n'exclut pas plusieurs types d'habitat. Ainsi la maison élémentaire du Vercors se distingue bien de l' habitat en ordre lâche de la Chartreuse où la maison, le grenier et la grange sont des bâtiments séparés[167].
  52. La fonction des lauzes est exclusivement de protéger le pignon de l’eau. Jules Blache écrit en 1924, alors qu’elles ont encore toute leur raison d’être : « Monter sur ces lauzes pour faire glisser la neige du toit, ou pour le réparer, ou pour éteindre des incendies, c’est ce que personne n’a jamais vu faire dans le pays[169] ».
  53. Les pignons lauzés ne sont pas spécifiques du Vercors et se retrouvent dans plusieurs régions de France[171].
  54. Une couve ronde amène la fécondité féminine, alors qu'une pierre dressée amène la fécondité masculine dit-on. Les représentations plus récentes sont parfois stylisées ou remplacées par un symbole chrétien comme la croix ou la vierge.
  55. a et b Ce cadran solaire au Peuil se trouve dans le hameau sur la vieille route de Villard-de-Lans. 45° 07′ 10″ N 5° 35′ 11″ E / 45.11945, 5.586475.
  56. « Ailes de pigeon […] S'est dit aussi d'une disposition des cheveux adoptée aux XVIIIe et XIXe siècles, qui figurait une aile de chaque côté de la tête. Frisure en ailes de pigeon. Une perruque poudrée à ailes de pigeon[177] ».
  57. Les détails du cadran solaire au Peuil sont visibles sur Wikimedia Commons.
  58. « Les patoisants de ces premiers villages non francoprovençaux n’ont pas l’impression de parler provençal […] l’informateur dit tout simplement qu’il parle patois[181] ».
  59. Cette limite entre francoprovençal parlé à Lans-en-Vercors et provençal parlé à Villard-de-Lans est reportée par Gaston Tuaillon sur la carte qu’il dresse en 1964[182].
  60. Pour le canton de Villard-de-Lans les linguistes indiquent que le langage est le francoprovençal à Lans-en-Vercors, Autrans, et Méaudre alors qu'il s'agit de l'occitan à Villard-de-Lans et Corrençon-en-Vercors[Lans 10].
  61. Par erreur la lithographie porte pour date « 1825 » sur le médaillon alors qu'il est réalisé en 1822[191].
  62. Les drapiers sont des marchands qui se déplacent beaucoup d’un village à l’autre. S’installer dans un village n’en fait ni son lieu de naissance ni celui de ses descendants[194].
  63. Les registres de catholicité de Lans-en-Vercors — excepté celui du au  — sont aux Archives départementales de l'Isère[CP(1) 6].
  64. Jacques-Antoine — et non John — Biboud n'a pas élaboré l'emblème des Jeux olympiques d'hiver de 1968. Roger Excoffon en est l'auteur[200].

Références[modifier | modifier le code]

« Le canton de Villard-de-Lans » dans Histoire des communes de l'Isère, Horvath, 1988[modifier | modifier le code]

Jadis au pays des Quatre Montagnes : Lans-en-Vercors, Généalogie et histoire locale, 1994[modifier | modifier le code]

Jadis au pays des Quatre Montagnes : Villard-de-Lans, Généalogie et histoire locale, 1995[modifier | modifier le code]

  1. s.n. « Documents d’archives des Quatre Montagnes » 1995, p. 127.
  2. Philippe Hanus 1995, p. 71 col. 1.
  3. Philippe Hanus 1995, p. 65.
  4. a et b Jean Mahey 1995, p. 45 col. 1.
  5. Jean Mahey 1995, p. 41 col. 2-42 col. 1.
  6. a et b Jean Mahey 1995, p. 57 col. 1-58.
  7. Jean Mahey 1995, p. 58 col. 1.
  8. Jean Mahey 1995, p. 117.
  9. Robert Lombard 1995, p. 80, 85-86.
  10. Philipe Hanus 1995, p. 64 col. 2.
  11. Philipe Hanus 1995, p. 65.
  12. Philipe Hanus 1995, p. 69-70.
  13. s.n. « Hommage au père Chabrier » 1995, p. 14 col. 2.

Lans-en-Vercors depuis l'an 1080 autour de son église et de son prieuré, s.n., 2010[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 12.
  2. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. II, p. 34 n. 2.
  3. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 19.
  4. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 11.
  5. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 18.
  6. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 18 n. 5.
  7. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 18-19.
  8. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 15-16.
  9. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 13-14.
  10. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 22-24.
  11. a, b et c Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. II, p. 28.
  12. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. II, p. 34-36.
  13. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. IV, p. 45-46.
  14. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. IV, p. 52-53.
  15. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. IV, p. 49-51.
  16. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. IV, p. 55-58.
  17. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. V, p. 78-79.
  18. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. I, p. 12-14.
  19. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. VI, p. 118-119.
  20. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 81.
  21. a et b Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 98-100.
  22. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 78, 95.
  23. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. VI, p. 110 n. 3.
  24. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. VI, p. 118.
  25. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. II, p. 21-22.
  26. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. IV, p. 58.
  27. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. I, p. 16.
  28. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. II, p. 22.
  29. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. II, p. 33.
  30. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. VII, p. 37.
  31. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 88-90.
  32. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. VI, p. 106 n. 1.
  33. a et b Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. III, p. 38.
  34. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 37, 88-90.
  35. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 91.
  36. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 90-91.
  37. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. III, p. 39.
  38. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. V, p. 95.
  39. Étienne Rémond et Annick Rémond, chap. VII, p. 128.
  40. Étienne Rémond et Annick Rémond 2010, chap. IV, p. 57.

Commune de Lans-en-Vercors, Insee, 2012[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. POP T3 - Population par sexe et âge en 2012 à Lans-en Vercors.
  5. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  6. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  7. EMP T5 - Emploi et activité.
  8. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  9. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  10. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Google Maps, « Lans-en-Vercors – Grenoble », Google Maps,‎ mise à jour (consulté le 5 mai 2015).
  2. Lionel Delvarre, « Localisation interactive, orthodromie et navigation : Département 38 « Isère » (Région Rhône-Alpes) », sur le site personnel lion1906,‎ mis à jour le 09 juin 2010 (consulté le 4 mai 2015), p. Lans-en-Vercors.
  3. Google Maps, « Lans-en-Vercors – Villard-de-Lans », Google Maps,‎ mise à jour (consulté le 7 août 2015).
  4. Limites de Lans-en-Vercors sur Géoportail (consulté le 24 mai 2015).
  5. a, b, c et d Gidon 2015, Lans.
  6. Gidon 2013, Méaudre. Forêt des clapiers.
  7. Gidon 2015, Le Moucherotte, Trois Pucelles, Saint-Nizier.
  8. Gidon 2015, Villard-de-Lans.
  9. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Vif (796) » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le 9 février 2016).
  10. Carte géologique de Lans-en-Vercors sur Géoportail (consulté le 9 février 2016).
  11. a, b et c Beaudevin 2013, La diffluence rissienne de Saint-Nizier-du-Moucherotte.
  12. Beaudevin 2013, Annexe documentaire. Lexique.
  13. Beaudevin 2013, La diffluence würmienne de Saint-Nizier-du-Moucherotte.
  14. Sébastien Bernard-Guelle, Le Paléolithique moyen du massif du Vercors (Préalpes du nord) : Étude des systèmes techniques en moyenne montagne, Oxford, Archaeopress, coll. « BAR. International series » (no 1033),‎ , 233 p., 30 cm (ISBN 978-1-8417-1413-4 et 1-84171-413-5), chap. 2 (« Données paléo-environnementales et climatiques »), p. 12 col. 2.
  15. Gidon 2011, Chaînon de Sornin, Charande, Croix-Perrin.
  16. Parc naturel régional du Vercors, Découvrir… Chemin du patrimoine : Voyage dans l’histoire de Lans-en-Vercors, Lans-en-Vercors, Parc naturel régional du Vercors (livret-guide),‎ , 14 vues p. (lire en ligne [PDF]), « Arrêt 2. Du ruisseau au torrent », vue 5.
  17. a, b, c et d « Consultation de la carte IGN au 1/50 000, accessible en ligne », sur geoportail.gouv.fr, Paris, IGN (consulté le 1er avril 2016).
  18. Parc naturel régional du Vercors (pour le compte de dix maîtres d’ouvrage), Bassins versants de la Bourne et du Furon : Enquête publique relative au plan de gestion des boisements des berges des bassins versants de la Bourne et du Furon, s.l., Préfecture de la Drôme et préfecture de l’Isère (rapport et conclusions du commissaire enquêteur),‎ , 27 p. (lire en ligne [PDF]), chap. IX (« Dossier de l’enquête publique »), p. 14-18.
  19. Parc naturel régional du Vercors, Contrat de rivière Vercors eau pure — 2013-2018 : Bassins versants de la Bourne et du Furon Isère (38) et Drôme (26), s.l., s.n. (document de synthèse),‎ , 26 p. (lire en ligne), chap. 4 (« Objectifs environnementaux du SDAGE »), p. 10.
  20. Charles Marteaux, « Hydronymes prélatins : Haute-Savoie, Savoie, Isère », Revue savoisienne, Annecy, Académie florimontane d’Annecy « 82e année » « 3e et 4e trimestre »,‎ , p. 221 (ISSN 0769-0703).
  21. Parc naturel régional du Vercors, Découvrir… Chemin du patrimoine : Voyage dans l’histoire de Lans-en-Vercors,op. cit. (lire en ligne [PDF]), « Réponses », vue 8.
  22. André Bourgin, « La Bourne et ses affluents souterrains », Revue de géographie alpine, Grenoble, Université de Grenoble, vol. 29, no 1,‎ , p. 56-57 (DOI 10.3406/rga.1921.2822, lire en ligne).
  23. a et b Service départemental de restauration des terrains en montagne de l’Isère 2011, Plan de prévention des risques naturels, p. 21.
  24. Robert Luft, « Vocabulaire et toponymie des pays de montagne : Glossaire » [PDF] (consulté le 3 décembre 2015), p. 64 /124.
  25. Bernard Serra-Tosio, Université de Grenoble. Laboratoire d'hydrobiologie et de pisciculture, « Sels minéraux dissous et chironomides dans les cours d'eau de montagne », Travaux du laboratoire d'hydrobiologie et de pisciculture de l'Université de Grenoble, Grenoble, Le Laboratoire, no 59-60,‎ 1967-1968, p. 31, 33 (ISSN 0373-6067).
  26. Nabil Al Anbar, Infiltration et écoulement en milieu karstique : étude statistique des données climatologiques et hydrologiques ; hydrogéologie du bassin versant du Furon, Vercors (France)- Alpes, Grenoble, Université scientifique et médicale de Grenoble (Thèse de doctorat de spécialité (Spécialité : géologie appliquée. Option : hydrologie)),‎ , 287 p. (lire en ligne), chap. IV (« Hydrologie »), p. 10, 99-101.
  27. a et b Pierre Breyton et Nicole Ponce, « Les gorges du Bruyant », dans Généalogie et histoire locale (collectif), Jadis au pays des Quatre Montagnes : cantons de Villard-de-Lans et La Chapelle-en-Vercors, s.l., Communauté de communes du massif du Vercors, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 7),‎ , 232 p., 30 cm (ISSN 1256-6314), p. 115.
  28. Mairie de Saint-Nizier-du-Moucherotte, « Mairie. Urbanisme. PLU approuvé le 30 janvier 2014 : 5.8 règlementation boisements.pdf » [PDF], sur Mairie de Saint-Nizier-du-Moucherotte, s.l., Communauté de communes du massif du Vercors,‎ (consulté le 8 novembre 2015), p. 12 (vue 13 / 90 du pdf).
  29. Pierre Breyton et Nicole Ponce, « Les gorges du Bruyant », dans Généalogie et histoire locale (collectif), Jadis au pays des Quatre Montagnes : cantons de Villard-de-Lans et La Chapelle-en-Vercors, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 7 op. cit.,), p. 115 col. 2-116.
  30. Sogreah, Étude des ressources en eau à l’échelle du parc du Vercors : Opération D1-1 du contrat de rivière, s.l., Parc naturel régional du Vercors (Rapport final. Annexes),‎ , 59 (+3) p. (lire en ligne), « Cuves de Sassenage, émergence du Bruyant », p. 49-50.
  31. Ryszard Sowa et Charles Degrange, « Rhithrogena du groupe hybrida (Ephemeroptera, Heptageniidae) des Alpes francaises », Acta Hydrobiologica, Kakow, vol. 29, no 1,‎ , p. 86 (vue 16 /17 du pdf) (lire en ligne [PDF]).
  32. a et b Arrêté du . L'ensemble du vallon du Bruyant est classé parmi les sites pittoresques du département de l'Isère sur le Journal officiel de la République française.
  33. Grégory Vacher (directeur de publication), « Lans-en-Vercors : Géographie », sur Annuaire-Mairie.fr, Saint-Etienne, Société Advercity,‎ 2004-2015 (consulté le 25 juillet 2015).
  34. a, b et c Jean-Marc Lacave (directeur de publication), « Pluies extrêmes en France métropolitaine : Aperçu climatologique. Climatologie. Les cinq climats de la France », sur Météo-France, Météo-France,‎ mis à jour 21/07/2015 (consulté le 25 juillet 2015).
  35. Parc naturel régional du Vercors (pour le compte de dix maîtres d’ouvrage), Bassins versants de la Bourne et du Furon : Enquête publique relative au plan de gestion des boisements des berges des bassins versants de la Bourne et du Furon, s.l., Préfecture de la Drôme et préfecture de l’Isère (rapport et conclusions du commissaire enquêteur),‎ , 27 p. (lire en ligne [PDF]), chap. IX (« Dossier de l’enquête publique »), p. 15.
  36. Jean-Marc Lacave (directeur de publication), « Météo-France et vous : Prévoir le temps. Phénomènes météo. Les vents régionaux », sur Météo-France, Météo-France,‎ mis à jour 21/07/2015 (consulté le 27 juillet 2015).
  37. a, b et c « Climatologie globale à Lans-en-Vercors », sur site de l'association Infoclimat (consulté le 27 juillet 2015).
  38. a, b et c « Climatologie de l'année 2015 à Lans-en-Vercors », sur site de l'association Infoclimat (consulté le 27 juillet 2015).
  39. Georges Jorré, « L'établissement des routes dans le massif du Vercors », Revue de géographie alpine, Grenoble, Université de Grenoble, vol. 9, no 2,‎ , p. 233 (DOI 10.3406/rga.1921.2822, lire en ligne).
  40. Georges Jorré, « L'établissement des routes dans le massif du Vercors », Revue de géographie alpine, op. cit., vol. 9, no 2,‎ , p. 230 (lire en ligne).
  41. a et b Georges Jorré, « L'établissement des routes dans le massif du Vercors », Revue de géographie alpine, op. cit., vol. 9, no 2,‎ , p. 236-238 (lire en ligne).
  42. Georges Jorré, « L'établissement des routes dans le massif du Vercors », Revue de géographie alpine, op. cit., vol. 9, no 2,‎ , p. 264-267 (lire en ligne).
  43. Georges Jorré, « L'établissement des routes dans le massif du Vercors », Revue de géographie alpine, op. cit., vol. 9, no 2,‎ , p. 277-278 (lire en ligne).
  44. Wikia, « Route nationale française 531 », sur Wiki de Wikia, Wikia, Inc. (consulté le 4 août 2015).
  45. a et b Philippe Guirimand et Patrice Bouillin, Le chemin de fer de Grenoble à Villard-de-Lans, Grenoble, Presses et Éditions Ferroviaires,‎ , 367 photographies en bichromie. 239 p., 29 × 22 cm (ISBN 978-2-9054-4715-9).
  46. Communauté de communes du massif du Vercors et Communauté d’agglomération Grenoble-Alpes Métropole, « Fontaine–Saint-Nizier–du-Moucherotte–Lans-en-Vercors. Transport par câble : Dossier de concertation » (consulté le 31 juillet 2015).
  47. « Vivre en Vercors : Le point sur… Le projet de transport par câble Fontaine ↔ Saint-Nizier ↔ Lans », sur Initiatives-Vercors.fr, Villard-de-Lans, Voyageurs du Net,‎ dernière mise à jour 26 septembre 2014 (consulté le 31 juillet 2015).
  48. « Vivre en Vercors : 2ème Enquête 2013. Le transport par câble Grenoble ↔ Vercors 4 Montagnes, qu’en pensez-vous ? Les résultats », sur Initiatives-Vercors.fr, Villard-de-Lans, Voyageurs du Net,‎ dernière mise à jour 26 septembre 2014 (consulté le 31 juillet 2015).
  49. Parc naturel régional du Vercors, Découvrir… Chemin du patrimoine : Voyage dans l’histoire de Lans-en-Vercors, op. cit. (lire en ligne [PDF]), « Arrêt 5. Le pré de l’Aigle », vue 9.
  50. Corinne Lacrampe (pigiste) et Erik Burdet (responsable éditorial), « Découverte : Lans-en-Vercors : l’appel de la montagne », Isère magazine, s.l., site du Conseil général de l'Isère, no 107,‎ , p. 39 (lire en ligne [PDF]).
  51. Parc naturel régional du Vercors, Découvrir… Chemin du patrimoine : Voyage dans l’histoire de Lans-en-Vercors, op. cit., (lire en ligne [PDF]), « Départ. La gare du tramway », vue 3.
  52. Mairie de Seyssinet-Pariset, « Seyssinet-Pariset. La ville : Les années tramway », sur Mairie de Seyssinet-Pariset,‎ (consulté le 2 août 2015).
  53. Philippe Guirimand et Patrice Bouillin, Le chemin de fer de Grenoble à Villard-de-Lans, op. cit.,, chap. VIII (« Autocars et autobus »), p. 210.
  54. Julien Guillon, Jean-William Dereymez, Guy Giraud et Fabrice Bourrée (directeur de la publication), « Le Projet Montagnards. Les engagements militaires majeurs juillet 1944 : Les évènements après le 9 juin 1944 » [PDF], sur Musée de la Résistance en ligne, s.l., Fondation de la Résistance,‎ 2010-2013 (consulté le 10 septembre 2015), vue 9 / 11.
  55. Transisère, « Transisère. Département : État du réseau. Villard-de-Lans », sur Transisère, Grenoble, Département de l'Isère,‎ (consulté le 1er août 2015), p. Lignes 5100, 5110 et 5120.
  56. La communauté de commune du massif du Vercors, « Activités et Projets. Transport et mobilité : Se déplacer dans le Vercors », sur communauté de communes du massif du Vercors,‎ (consulté le 1er août 2015).
  57. a et b Biays 2011, PLU. Rapport de présentation, p. 66.
  58. a et b Parade 2012, PLU. Rapport d’enquête publique, p. 3.
  59. a, b et c Parade 2012, PLU. Rapport d’enquête publique, p. 1.
  60. Conseil municipal de Lans-en-Vercors 2013, PLU. Projet d'aménagement et de développement durable, p. 7-11.
  61. Décret du relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Bleu du Vercors-Sassenage ».
  62. Parade 2012, PLU. Rapport d’enquête publique, p. 7-8.
  63. a, b et c Parade 2012, PLU. Rapport d’enquête publique, p. 2.
  64. 45° 07′ 40″ N 5° 35′ 21″ E / 45.1277222, 5.5893 sur Google earth.
  65. André Pégorier, Sylvie Lejeune (revue et corrigée) et Élisabeth Calvarin (revue et corrigée), Commission de toponymie 2006, « Les noms de lieux en France : Glossaire des termes dialectaux » [PDF], sur IGN, s.l., IGN,‎ 3e édition (consulté le 27 septembre 2015), p. 359 / 519 du pdf.
  66. Service départemental de restauration des terrains en montagne de l’Isère 2011, Plan de prévention des risques naturels, p. 20.
  67. a et b Richard Samuel (directeur de la publication), « Fiche synthétique sur l’état des risques naturels et technologiques majeurs : Commune : Lans-en-Vercors » [PDF], sur site des services de l'État en Isère, s.l., www.isere.gouv.fr (consulté le 16 décembre 2015) : « Annexe à l'arrêté préfectoral no 2013263-0010 du  », p. 1 / 2.
  68. Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie, « Risques majeurs : Le risque sismique », sur Prim.net (portail thématique) (consulté le 26 février 2016).
  69. Collectif, Les noms anciens des paroisses du diocèse de Grenoble et des communes du département de l'Isère : accompagnés de notes concernant l'origine et le sens de ces noms, Grenoble, Notre-Dame des bonnes lectures,‎ (réimpr. 1995), 160 p., 1 vol., in-12 (OCLC 460538497), p. 61.
  70. Adolphe de Coston, Étymologies des noms de lieu du département de la Drôme : avec l'indication des familles qui les ont possédés à titre de fief, Valence, Auguste Aubry,‎ , IV-270 p., In-8° (lire en ligne), chap. I (« Noms de lieux empruntés aux montagnes, aux rochers et aux cavernes. (suite) »), p. 61-62.
  71. a et b Anne Sgard, « Vercors : l'invention d'un territoire », dans Pascal Kober (rédacteur en chef) et al., L’alpe : Vercors en question, Grenoble, Glénat (revue du Musée dauphinois), coll. « Revue l'alpe / Hors série »,‎ , 114 p., 23 cm × 30 cm (ISBN 2-7234-3544-X, lire en ligne [PDF]), vue 4.
  72. Gilles Vergnon, Le Vercors : histoire et mémoire d'un maquis, Paris, Éditions de l'Atelier, coll. « Patrimoine »,‎ , 256 p., 24 cm (ISBN 2-7082-3631-8), chap. 4 (« Le socle de la légende (1944-1947) »), p. 148.
  73. C. Heumann et G. Liet-Veaux, « Législation et jurisprudence. Jurisprudence : Le nom des communes », La Revue administrative : revue bimestrielle de l'administration moderne, Paris, Revue administrative « 8e année », no 46,‎ , p. 403 col. 1 (ISSN 0035-0672).
  74. République française, « Ministère de l’Intérieur : Décret du 5 mai 1947 portant changement de nom de la commune de Lans (Isère) », Journal officiel de la République française. Lois et décrets. Arrêtés, circulaires, avis, communications, informations et annonces, Paris « 79e année », no 110,‎ , p. 04272 col. 1-2 (lire en ligne).
  75. Patrick Kintz, « La toponymie : aspects juridiques », dans Bénédicte Boyrie-Fénié, Roland Breton, Jean-Jacques Fénié, Robert Greib, Patrick Kintz, François Schaffe, Bernard Vogler, Béatrice Weis, Jean-Jacques Woerhling et Solange Wydmusch (préface, rédactrice), La toponymie, un patrimoine à préserver : en Inde, en Gascogne, en Alsace, vers une politique de réhabilitation des anciens toponymes ?, Paris, L'Harmattan (Actes du colloque du 8 juin 1996 organisé par l’ Association culture et bilinguisme en Alsace et en Moselle),‎ , 176 p., 13,6 cm × 21,6 cm (ISBN 2-7384-7028-9), p. 92.
  76. Jocelyn Robbe, « Engins, Lans-en-Vercors, Saint-Nizier-du-Moucherotte, Sassenage : Circulations et occupations préhistoriques et protohistoriques dans la vallée du Furon (Vercors septentrional) », Archéologie : bilan scientifique en Rhône-Alpes, Lyon, Direction régionale des Affaires culturelles de Rhône-Alpes,‎ 2014 [bilan 2013], p. 130 col. 1 (ISSN 1240-859X, lire en ligne [PDF]).
  77. Aimé Bocquet, « L'homme à la conquête de l'arc alpin : Au temps des plus anciens chasseurs, la recherche du silex », sur La préhistoire des Alpes, s.l., site personnel, hébergé par SFR,‎ mis à jour en 2004 (consulté le 27 septembre 2015).
  78. Sébastien Bernard-Guelle, « Modalités d'occupation et d'exploitation du milieu montagnard au Paléolithique moyen : l'exemple du massif du Vercors (Préalpes du nord) », Bulletin de la Société préhistorique française, Société préhistorique française, vol. 99, no 4,‎ , p. 688 col. 2 (ISSN 0249-7638, lire en ligne).
  79. a et b Claude Faure, « Un projet de cession du Dauphiné à l'Église romaine (1338-1340) », Mélanges d'archéologie et d'histoire, Paris ; Rome, E. Thorin ; Joseph Spithöver, vol. 27, no 1,‎ , p. 153-155, 175, 191, 197, 218 (ISSN 2036-0258, lire en ligne).
  80. Isabelle Jeuge-Maynart (directeur de publication), Larousse, « Dictionnaires de français : Toise », sur Larousse.fr, Paris, Éditions Larousse (consulté le 18 novembre 2015).
  81. Nicolas Chorier, Histoire généalogique de la maison de Sassenage, branche des anciens comtes de Lyon et des Forests, Lyon, Jean Thioly,‎ , 86 p., in-fol (lire en ligne), chap. XVI (« Laurens Baron de Sassenage. Seigneur du Pont »), p. 68-71.
  82. Perrin (curé), « Pierre Maréchal », dans Mairie de Lans, Canton de Villard-de-Lans : Commune Lans-en-Vercors, Document 9NUM2/5E206/3, Lans, Mairie de Lans (registre d’état civil. Naissance), coll. « départementale »,‎ 1793-1806, 169 vues p. (lire en ligne), vue 11.
  83. Directoire, « La Constitution. Les Constitutions antérieures de 1791 à 1946 : Constitution de l'An III » [PDF], sur www.conseil-constitutionnel.fr, Conseil constitutionnel,‎ (consulté le 4 février 2016), p. 16 / 31.
  84. Parc naturel régional du Vercors et Centre permanent d’initiatives pour l’environnement, Des forêts et des hommes, s.l., s.n., coll. « Éduquer… Cahiers pédagogiques », 92 vues p. (lire en ligne [PDF]), chap. 1 (« Informations sur les forêts du Vercors »), vue 15.
  85. Alain Blaise, Noëllie Ortega et Damien Sylvestre-Pottin, « La Bourne au fil de l’eau, au cours des âges ; le temps des moulins », dans Généalogie et histoire locale (collectif), Jadis au pays des Quatre Montagnes : cantons de Villard-de-Lans et Pont-en-Royans, s.l., Communauté de communes du massif du Vercors, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 6),‎ , 240 p., 30 cm (ISSN 1256-6314), p. 42 col. 2-43 col. 1.
  86. Service départemental de restauration des terrains en montagne de l’Isère 2011, Plan de prévention des risques naturels, p. 22.
  87. François Bonnet et Georgette Mure-Ravaud, « Pierre Chabert : Maire de Lans et conseiller général (1875-1971) », dans Généalogie et histoire locale (collectif), Jadis au pays des Quatre Montagnes : cantons de Villard-de-Lans et Pont-en-Royans, op. cit., coll. « Les cahiers du Peuil » (no 6), p. 15 col. 2.
  88. a et b Marc Boyer, Les villégiatures du XVIe au XXIe siècle : Panorama du « tourisme sédentaire », Colombelles, EMS Éditions, coll. « Questions de société »,‎ , 240 p., 15,5 cm x 24 cm (ISBN 978-2-84769-088-0), partie II, chap. 6 (« Les villégiatures océanes et montagnardes d’été du XVIIIe au XXe siècle »), p. 90.
  89. Gilles Della Vedova, « La spécificité des liens aux territoires de montagne ? : Approche comparée Vercors/Morvan », dans Parc naturel régional du Vercors, Université Grenoble-Alpes et Direction régionale des Affaires culturelles de Rhône-Alpes, Penser les liens aux territoires ruraux, Réfl'action (Séminaire du 5 décembre 2014 à Pont-en-Royans),‎ (lire en ligne).
  90. Paul Veyret et Germaine Veyret, « Petites et moyennes villes des Alpes », Revue de géographie alpine, Grenoble, Université de Grenoble, vol. 52, no 1,‎ , p. 88 (lire en ligne).
  91. Arrêté en date du 4 février 1955. Érection d’une commune en station climatique. sur le Journal officiel de la République française.
  92. a et b M@xi, Alspace et Nicolas Maillard (webmaster et responsable de publication) (photogr. M@xi, reportage illustré), « Forums remontées mécaniques. Isère : TKD1 du Grand Jassinet 1 et 2 - Lans-en-Vercors », sur le forum de remontees-mecaniques.net (site personnel),‎ (consulté le 5 mai 2015).
  93. Jacques Baillieux, « Lans-en-Vercors : quand M. le Maire devient promoteur », Aménagement et montagne, Grenoble, Centre des éditions de montagne, no 2,‎ , p. 56-57 (ISSN 0180-1597).
  94. a et b FranceGenWeb, « Maires FranceGenWeb : les maires de Lans-en-Vercors », sur FranceGenWeb (portail de la généalogie en France par des amateurs),‎ (consulté le 16 juillet 2015).
  95. « Maire : M. Michaël Kraemer : Tête de la liste : Vivre Lans », sur politique-ville.com,‎ 2014 (consulté le 16 juillet 2015).
  96. Association française des psychologues de l’Éducation nationale, « Conseil d’administration : 13-14-15 mars 2008. Paris » [PDF], sur site personnel (consulté le 29 avril 2015), p. 34/34.
  97. Commune de Lans-en-Vercors, « Procès-verbal de l’élection du maire et de ses adjoints » [PDF], sur mairie de Lans-en-Vercors, Lans-en-Vercors, Commune de Lans-en-Vercors,‎ (consulté le 8 décembre 2015), p. 3 / 7.
  98. Liste Vivre Lans (élections municipales Lans-en-Vercors 2014), « Michaël Kraemer : Biographie », sur site personnel (consulté le 29 avril 2015).
  99. Jean-Paul Gouttenoire (directeur de publication) et al., « Flash Info. Informations municipales : Le 18 recrute des sapeurs-pompiers », Les jours de Lans, Villard-de-Lans, s.n. (imp. Numéricopie), no 47,‎ , p. 2 col. 1-2 (lire en ligne [PDF]).
  100. Patrice Ceccaldi (directeur de publication), « Office du tourisme : Lans-en-Vercors », sur manageo.fr, Manageo (consulté le 7 août 2015).
  101. Patrick Ollivier-Elliott et Marthe Tempelaere (en collaboration), Vercors : Safari-patrimoine, Montmélian, La Fontaine de Siloé,‎ , 288 p., 23,2 x 3,2 x 23,2 cm (ISBN 2-8420-6484-4 et 978-2-8420-6484-6), chap. F (« La vallée de Lans »), p. 172.
  102. « Réhabilitation de l'ancienne gare du tramway, à Lans-en-Vercors », sur klekoon (appels d’offres internet),‎ (consulté le 4 septembre 2015).
  103. SARL Cruat-Beaudoing, « Quelques références de chantier » [PDF], sur www.couverturesdemontagne.com, Villard-de-Lans, Montagne-net (consulté le 4 septembre 2015), p. 1-2 (ill.) / 3 du pdf.
  104. Office de tourisme de Lans-en-Vercors, « Expérience. Rhône-Alpes : Office de tourisme de Lans-en-Vercors », sur rhonealpes-tourisme.com hébergé par Pinterest,‎ mis à jour le 08 août 2015 (consulté le 8 août 2015).
  105. Mairie de Lans-en-Vercors, « Lans-en-Vercors : Mairie. Bibliothèque », sur mairie de Lans-en-Vercors, s.l., s.n. (consulté le 27 juillet 2015).
  106. Commune de Lans-en-Vercors, « Conseil municipal. Séance du jeudi 16 juillet 2015 : IV - Choix d’un nom pour le centre culturel et sportif » [PDF], sur mairie de Lans-en-Vercors, Lans-en-Vercors, Commune de Lans-en-Vercors,‎ (consulté le 8 décembre 2015), p. 3 / 4.
  107. Isabelle Jeuge-Maynart (dir. de la publication), Larousse, « Dictionnaire de français Larousse : Cairn », sur Larousse.fr, s.l., Éditions Larousse,‎ s.d. (consulté le 16 octobre 2015).
  108. Pierre Buisson (directeur de publication) et Hélène Chauveau (rédaction et photos), « Médiathèque intercommunale : Ouverture d’une médiathèque intercommunale au printemps », CCMV Infos. Une publication de la Communauté de communes du massif du Vercors, s.l., Communauté de communes du massif du Vercors, no 71,‎ , p. 4-5 (ISSN 1261-0712, lire en ligne [PDF]).
  109. Pierre Buisson (directeur de la publication) et Hélène Chauveau (rédaction et photos), Communauté de communes du massif du Vercors, « Tri : Objectif 2012, 75 % de recyclage », CCMV Infos, Communauté de communes du massif du Vercors, no 59,‎ , p. 9 (ISSN 1261-0712, lire en ligne [PDF]).
  110. Communauté de communes du massif du Vercors, « 15 ans de tri sélectif… », sur mission environnement de la Communauté de communes du massif du Vercors, hébergé par Xsalto (consulté le 26 août 2015).
  111. Communauté de communes du massif du Vercors, « Équipements : Station d'épuration intercommunale et usine de compostage », sur Communauté de communes du massif du Vercors, s.l., Communauté de communes du massif du Vercors,‎ (consulté le 7 août 2015).
  112. a et b « Les comptes des communes : Lans-en-Vercors. Isère », sur le site du ministère des Finances (consulté le 4 mars 2016).
  113. Direction générale des Finances publiques, « Mémento financier et fiscal du maire : Les finances de votre commune : l’offre de services » [PDF], sur www.collectivites-locales.gouv.fr,‎ (consulté le 4 mars 2016), p. 34.
  114. Direction générale des Finances publiques, « Mémento financier et fiscal du maire : Les finances de votre commune : l’offre de services » [PDF], sur www.collectivites-locales.gouv.fr,‎ (consulté le 4 mars 2016), p. 36.
  115. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 3 mai 2015).
  116. « Comité de jumelage de Lans-en-Vercors – Saint-Donat », sur site personnel hébergé par Free (consulté le 4 mai 2015).
  117. Armand Destroismaisons, « Liste des membres du CSQ et leurs oeuvres : Destroismaisons », sur Conseil de la sculpture du Québec, s.l., hébergé par Joomla!,‎ (consulté le 8 septembre 2015).
  118. Joël Robic (photogr. Florence Robic), « Cadrans solaires de mes reporters - fin 2007 - Friends sundial photos », sur Cadrans solaires originaux- www.cadrans-solaires.fr, s.l., site personnel,‎ (consulté le 8 septembre 2015).
  119. Michel Lalos, « Cadrans solaires du Vercors (38) : Lans-en-Vercors », sur Cadrans solaires - La mesure du temps, s.l., Michel Lalos (site personnel hébergé par Free) (consulté le 28 septembre).
  120. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  121. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2008, 2009, 2013.
  122. « POP T3 - Population par sexe et âge en 2012 dans l'Isère », sur le site de l'Insee (consulté le 13 décembre 2015).
  123. Actucity, « Infos. Isère : Lans en vercors: Une classe unique menacée de fermeture », sur actucity (infos locales en Rhône-Alpes), s.l., Actuty,‎ (consulté le 20 octobre 2015).
  124. « Fiche établissement Année 2015-2016 : Liste des établissements du 1e degré », sur Académie de Grenoble (consulté le 15 juillet 2015).
  125. François Coty (dir.), « Dernière heure : Le 20e concours international de ski à Villard-de-Lans », Figaro, Paris, Figaro « 106e année », no 40,‎ , p. 3 col. 2 (lire en ligne).
  126. René Chaboud, Fédération française des sports d'hiver, « Le XXe Concours international de ski à Villard-de-Lans. 4-8 février », Neige et glace. Ski – alpinisme - patinage - tourisme d’hiver en France, Paris, s.n. « 9e année », no 135,‎ , p. 172-173, 177 (lire en ligne).
  127. René Chaboud, Fédération française des sports d'hiver, « Le XXe concours international de ski à Villard-de-Lans. 4-8 février : Résultats techniques », Neige et glace, op. cit., « 9e année », no 135,‎ , p. 178 col. 1 (lire en ligne).
  128. Patrick Ollivier-Elliott et Marthe Tempelaere (en collaboration), Vercors : Safari-patrimoine, op. cit.,, chap. F (« La vallée de Lans »), p. 172.
  129. Le journal du Tour : L'étape : Morzine-Lans en Vercors, de Antenne 2 (prod.) et de Patrick Chêne (réal.), scénario de Amaury Sport Organisation, Institut national de l’audiovisuel, juillet 1985 [voir en ligne].
  130. 2MO (Max Mamers Organination), « Trophée Andros : Le trophée. Statistiques des sites », sur site officiel du Trophée Andros (consulté le 30 mai 2015).
  131. 2MO (Max Mamers Organination), « Trophée Andros : Étapes. Lans-en-Vercors », sur site officiel du Trophée Andros (consulté le 30 mai 2015).
  132. 2MO (Max Mamers Organination), « Trophée Andros : Le Trophée. Histoire et faits marquants », sur site officiel du Trophée Andros (consulté le 30 mai 2015).
  133. 2MO (Max Mamers Organination), « Trophée Andros : Médias. Téléchargements : dossiers de presse 2014-2015 » [PDF], sur site officiel du Trophée Andros (consulté le 30 mai 2015), vue 20/21.
  134. Ski club montagnard de Lans-en-Vercors, « 11e Trial du pic Saint-Michel », sur site personnel hébergé par Free (consulté le 27 mai 2015).
  135. CAP Vercors (club de courses en montagne), « Ultra-trail du Vercors », sur Ultratrail du Vercors (consulté le 6 mai 2015).
  136. Rémy Pflimlin (dir. de la publication), France3 Alpes (Isère / Grenoble), « Grenoble : c'est parti pour le 1e Ultratour des 4 massifs », sur France Télévisions, s.l., France Télévisions,‎ (consulté le 12 octobre 2015).
  137. « Ut4M. Ultratour des 4 massifs : L’Ut4M c’est quoi ? », sur site de Ut4M, s.l., s.n. (consulté le 12 octobre 2015).
  138. « Association Hadra : présentation », sur association Hadra (site personnel) (consulté le 6 mai 2015).
  139. Jean-Benoît Vigny, « Musique. Désaccord jeudi au conseil municipal de Lans-en-Vercors : Feu vert discuté pour le festival Hadra » [PDF], sur revue de presse de l’association Hadra (site personnel), Grenoble, Le Dauphiné libéré,‎ (ISSN 2274-5793, consulté le 16 décembre 2015).
  140. Liste Vivre Lans (élections municipales Lans-en-Vercors 2014), « Foire aux questions », sur site personnel (consulté le 6 mai 2015).
  141. Association Hadra, « Hadra trance festival 8 : 21-24 août 2014 », sur website de l'association Hadra (site personnel) (consulté le 6 mai 2015).
  142. Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, « Rapport d’observations définitives commune de Lans-en-Vercors (Département de l’Isère) : Exercices 1997 et suivants » [PDF], sur Cour des comptes. Chambres régionales et territoriales des comptes, Cour des comptes,‎ (consulté le 30 avril 2015), p. 15/19.
  143. Mairie de Lans-en-Vercors 2013, PLU. Règlement. Partie centrale.
  144. m@xi-alpe-d'huez et Nicolas Maillard (webmaster et responsable de publication), « Bienvenue à Lans-en-Vercors ! : Histoire du Ski à Lans », sur le forum de www.remontees-mecaniques.net (site personnel),‎ (consulté le 20 octobre 2015).
  145. Fredo, « Plans des pistes de ski du domaine de l’Aigle : années 1980 » [jpg], sur Servimg.com (hébergeur gratuit d'images et de photos),‎ (consulté le 21 octobre 2015).
  146. Aurel01 (membre du forum) et Nicolas Maillard (webmaster et responsable de publication), « Forums remontées mécaniques. Isère : Lans-en-Vercors - Isère », sur le forum de www.remontees-mecaniques.net (site personnel),‎ (consulté le 21 octobre 2015).
  147. JPJP (membre du forum) et Nicolas Maillard (webmaster et responsable de publication) (diffusé par Lans-en-Vercors), « Le stade de neige » [jpg], sur remontees-mecniques, (hébergeur : OVH SAS),‎ (consulté le 21 octobre 2015).
  148. JPJP (membre du forum) et Nicolas Maillard (webmaster et responsable de publication) (diffusé par Lans-en-Vercors), « Plan des pistes de ski : 1986 » [jpg], sur remontees-mecniques, (hébergeur : OVH SAS),‎ (consulté le 21 octobre 2015).
  149. Aurel01 (membre du forum) et Nicolas Maillard (webmaster et responsable de publication), « Forums remontées mécaniques. Isère : Lans-en-Vercors - Isère », sur le forum de www.remontees-mecaniques.net (site personnel),‎ (consulté le 5 mai 2015).
  150. a, b et c Isère Annuaire, « Stations de ski en Rhône-Alpes : Lans-en-Vercors (Vercors) », sur le site Isère annuaire,‎ (consulté le 4 mai 2015).
  151. Office de tourisme de Lans-en-Vercors, « Ski : Navettes », sur office de tourisme de Lans-en-Vercors,‎ 2014-2015 (consulté le 1er août 2015).
  152. « Circuit de randonnée pédestre : Tracé GPS et cartes IGN 25:000. GR91 », sur Randogps.net (consulté le 27 mai 2015).
  153. Association des professionnels des Grandes Traversées du Vercors, « Tour des Quatre Montagnes : GR de Pays », sur les Grandes Traversées du Vercors (consulté le 4 mai 2015).
  154. a et b Guillaume Bellet, « Voler en parapente : Les sites du Vercors », sur site personnel hébergé par Free (consulté le 28 mai 2015).
  155. Guillaume Bellet, « Voler en parapente : Mémoire : méthode d'analyse des sites de vol libre. Typologie des sites de vol libre », sur site personnel hébergé par Free (consulté le 28 mai 2015).
  156. « Newsletter no 4 : Découvrez les sites sauvages du Vercors ! », sur Altimo – Sol Paragliders France,‎ (consulté le 28 mai 2015).
  157. Camille Meyer (illustration) et Stéphanie Rambure (conception graphique), Escalade en Isère : Ze Topo, vol. 2 : Vercors Belledonne Oisans Valbonnais Matheysine, Eybens, Comité départemental Isère de la Fédération française de la montagne et de l'escalade (guide et cartes),‎ , 290 p., 2 vol., 21 cm (ISBN 978-2-9083-3059-5), Plateau Quatre Montagnes, p. 90-103.
  158. Luc Mazaré (directeur de la rédaction), « La Croix de Valchevrière : Présentation générale », sur site de la paroisse de la croix de Valchevrière (consulté le 9 mars 2016).
  159. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 mai 2015).
  160. Conseil municipal de Lans-en-Vercors 2013, PLU. Projet d'aménagement et de développement durable, p. 3.
  161. Parade 2012, PLU. Rapport d’enquête publique, p. 2-3.
  162. Office de tourisme de Lans-en-Vercors, « Lans-en-Vercors : Je séjourne », sur office de tourisme de Lans-en-Vercors (consulté le 26 février 2016).
  163. a et b Décret no 70-949 du instituant le parc naturel régional du Vercors sur le Journal officiel de la République française.
  164. a et b « Notice no PA00117209 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  165. a et b « Notice no PM38000472 », base Palissy, ministère français de la Culture.
  166. a et b Gaëlle Yeretzian (responsable éditorial) et Anne Cayol-Gerin (responsable éditorial), Département de l’Isère, « Patrimoine de l'Isère : Bases de données. Décors. Lans-en-Vercors », sur du site du département de l'Isère, s.l., hébergé par Eolas (consulté le 8 septembre 2015).
  167. Jules Blache, « Le problème de l'habitat dans les massifs de la Chartreuse et du Vercors », Revue de géographie alpine, Grenoble, Université de Grenoble. Institut de géographie alpine, vol. 12, no 3,‎ , p. 433 (ISSN 0035-1121, lire en ligne [25 cm]).
  168. Parc naturel régional du Vercors, « La connaissance. Patrimoine, histoire et culture. Patrimoine bâti : L'architecture traditionnelle du Vercors. Chaume et Lauze, un savoir-faire traditionnel », sur Parc naturel régional du Vercors, s.l., Parc naturel régional du Vercors (consulté le 9 septembre 2015).
  169. Jules Blache, « Le problème de l'habitat dans les massifs de la Chartreuse et du Vercors », Revue de géographie alpine; op. cit.,, vol. 12, no 3,‎ , p. 426 (lire en ligne).
  170. Jules Blache, « Le problème de l'habitat dans les massifs de la Chartreuse et du Vercors », Revue de géographie alpine; op. cit.,, vol. 12, no 3,‎ , p. 427 (lire en ligne).
  171. Fernand Braudel, L'identité de la France, vol. 1 : Espace et histoire, Paris, Groupe Flammarion, coll. « Champs » (no 220),‎ (réimpr. 1986, 1987, 1989, 1992, 1995, 2000, 2008, 2011), 410, 243, 536 p., 18 cm ; 3 vol. (ISBN 2-0808-1220-3), chap. 1 (« Que la France se nomme diversité »), p. 46.
  172. Parc naturel régional du Vercors, Découvrir… Chemin du patrimoine : Voyage dans l’histoire de Lans-en-Vercors, op. cit., (lire en ligne [PDF]), « Arrêt 7. Le coquetier », vue 11.
  173. Jules Blache, « Le problème de l'habitat dans les massifs de la Chartreuse et du Vercors », Revue de géographie alpine, op. cit.,, vol. 12, no 3,‎ , p. 423-453 (lire en ligne).
  174. Parc naturel régional du Vercors, « La connaissance. Patrimoine, Histoire et Culture. Patrimoine bâti : L'architecture traditionnelle du Vercors. Les Quatre Montagnes, op. cit., » (consulté le 9 septembre 2015).
  175. Parc naturel régional du Vercors, « La connaissance. Patrimoine, Histoire et Culture. Patrimoine bâti : Télécharger… La ferme du Vercors (1), op. cit., »,‎ (consulté le 9 septembre 2015).
  176. Parc naturel régional du Vercors, « La connaissance. Patrimoine, Histoire et Culture. Patrimoine bâti : Télécharger… La ferme du Vercors (2), op. cit., »,‎ (consulté le 9 septembre 2015).
  177. Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition, « Pigeon », sur Ortolang, CNRTL,‎ (consulté le 7 septembre 2015).
  178. Olivier Escuder, Paroles de soleil, vol. 2, Paris, Éditions Le Manuscrit,‎ , 318 p., 2 vol. (ISBN 2-7481-5858-X), « Pensées humoristiques. Jeux de l’esprit », p. 168-169.
  179. Atelier Tournesol, « Cadrans restaurés : 2000 Lans-en-Vercors, ancienne auberge au hameau du Peuil. Isère », s.l., hébergé par Free,‎ mis à jour en novembre 2002 (consulté le 7 septembre 2015).
  180. a et b Gaston Tuaillon, « Faut-il, dans l’ensemble gallo-romain, distinguer une famille linguistique pour le francoprovençal ? », dans Hervé Guillorel et Jean Sibille (sous la dir. de), Langues, dialectes et écriture : les langues romanes de France, Paris ; Nanterre, Institut d'études occitanes ; IPIE (Université de Paris X) (actes du Colloque de Nanterre des 16, 17 et 18 avril 1992),‎ , 319 p., 24 cm (ISBN 2-85910-155-1 et 978-2-85910-155-8), p. 145.
  181. Gaston Tuaillon, « Limite nord du provençal à l'est du Rhône », Revue de linguistique romane, Paris, Société de linguistique romane avec le concours du Centre national de recherche scientifique, vol. 28 « cahier 109-110 »,‎ , p. 132 (ISSN 0035-1458, OCLC 1681180, lire en ligne).
  182. Gaston Tuaillon, « Limite nord du provençal à l'est du Rhône », Revue de linguistique romane, op. cit., vol. 28 « cahier 109-110 »,‎ , p. 142-143 (lire en ligne).
  183. Gaston Tuaillon, « Limite nord du provençal à l'est du Rhône », Revue de linguistique romane, op. cit., vol. 28 « cahier 109-110 »,‎ , p. 138 (lire en ligne).
  184. Dominique Stich, Henriette Walter (directrice de thèse et membre du jury), Caroline Julliard (membre du jury), Marie-Rose Simoni (membre du jury) et Jean-Baptiste Martin (membre du jury), Francoprovençal : proposition d’une orthographe supra-dialecticale standardisée, s.l., Université René Descartes-Paris V. UFR de linguistique. Science du langage (Thèse pour obtenir le grade de docteur de l’université de Paris V),‎ , 1659 p. (lire en ligne [PDF]), partie 1, « Définition et délimitation du francoprovençal », p. 38.
  185. Philippe Hanus et Nina Orsini, « Culture du sauvage : La genèse du parc du Vercors », dans Généalogie et histoire locale (collectif), Jadis au pays des Quatre Montagnes, s.l., Communauté de communes du massif du Vercors, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 8),‎ , 261 p., 30 cm (ISSN 1256-6314), p. 111.
  186. Philippe Hanus et Nina Orsini, « Culture du sauvage : La genèse du parc du Vercors », dans Généalogie et histoire locale (collectif), Jadis au pays des Quatre Montagnes, op. cit., coll. « Les cahiers du Peuil » (no 8), p. 115.
  187. Anne Sgard, « Qu'est-ce qu'un paysage identitaire ? », dans Chrystèle Burgard (dir.), Françoise Chenet (dir.) et al. , Paysage et identité régionale : De pays rhônalpin en paysage, Valence, Éditions la passe du vent (colloque de Valence du 16 au 18 octobre 1997),‎ , 320 p., 14 X 21 cm (ISBN 2-84562-008-X, lire en ligne), p. 28 (vue 5 / 9 du pdf).
  188. Philippe Hanus et Nina Orsini, « Culture du sauvage : La genèse du parc du Vercors », dans Généalogie et histoire locale (collectif), Jadis au pays des Quatre Montagnes, op. cit.,, coll. « Les cahiers du Peuil » (no 8), p. 117-118 col. 1.
  189. « Vercors : 20 000 « indiens » veulent vivre », Actualité Dauphiné : le magazine de Grenoble et du Dauphiné, Grenoble, Grenoble communication, no 5,‎ (ISSN 0752-3319).
  190. Arrêté du portant modifications de l'arrêté du relatif à la liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire.
  191. Adolphe Paupe (préf. Casimir Stryienski), Histoire des œuvres de Stendhal, Paris, Dujarric et Cie,‎ , 446 p. (lire en ligne), « Iconographie de Stendhal », p. 359.
  192. Edmond Maignien, La famille de Beyle-Stendhal : notes généalogiques, Grenoble, Xavier Drevet,‎ , 1e éd., 15 p., 24 cm (lire en ligne), chap. IV, p. 12-13.
  193. Paul Ballaguy et Alfred Vallette (dir.), « La généalogie de Stendhal : le côté paternel », Mercure de France, Paris, Mercure de France, série 36e année, vol. 180, no 648,‎ , p. 675 (lire en ligne [23 cm]).
  194. a et b Paul Ballaguy et Alfred Vallette (dir.), « La généalogie de Stendhal : le côté paternel », Mercure de France, op. cit., série 36e année, vol. 180, no 648,‎ , p. 677 (lire en ligne).
  195. Edmond Maignien, La famille de Beyle-Stendhal : notes généalogiques, op. cit., (lire en ligne), chap. I, p. 6.
  196. Paul Ballaguy et Alfred Vallette (dir.), « La généalogie de Stendhal : le côté paternel », Mercure de France, op. cit., série 36e année, vol. 180, no 648,‎ , p. 680 (lire en ligne).
  197. Edmond Maignien, La famille de Beyle-Stendhal : notes généalogiques, op. cit., (lire en ligne), chap. I-VI, p. 6-12.
  198. Gilles Dubois, « Carnet web de généalogie : Chronique de la descendance de Ambroise Beyle, quadri-aïeul de Stendhal », sur un blog personnel fourni par Blogger,‎ (consulté le 30 avril 2015).
  199. Bureau de presse du Comité d'organisation des Jeux olympiques (préf. Albert Michallon), Grenoble 1968. Xes Jeux olympiques d'hiver, Grenoble, Maîtres imprimeurs de Grenoble (rapport officiel),‎ , 1e éd., 416 p. (lire en ligne [PDF]), « La preparation des jeux olympiques », vues 43, 412 / 416 du pdf.
  200. Bureau de presse du Comité d'organisation des Jeux olympiques (préf. Albert Michallon), Grenoble 1968. Xes Jeux olympiques d'hiver, op. cit., (lire en ligne [PDF]), « Le comité d’organisation et la publicité », p. 129-131.
  201. Commune de Lans-en-Vercors, « Conseil municipal. Séance du 23 jeudi avril 2015 : XI - Changement du logo de la commune de Lans-en-Vercors » [PDF], sur mairie de Lans-en-Vercors, Lans-en-Vercors, Commune de Lans-en-Vercors,‎ (consulté le 8 décembre 2015), p. 7-9 / 12.
  202. Guillaume Véfour, « Guide d’utilisation du logotype Lans-en-Vercors » [PDF], sur mairie de Lans-en-Vercors, s.l., s.n.,‎ (consulté le 8 décembre 2015), p. 3 / 20.
  203. Histoire locale et généalogie, « Jadis au pays des Quatre Montagnes. Les cahiers du Peuil : Index des sujets traités », sur Cahiers du Peuil, (hébergé par Free) (consulté le 15 décembre 2015).
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 23 avril 2016 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.