Saint-Siméon-de-Bressieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Siméon-de-Bressieux
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Vienne[1]
Canton Bièvre
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
Éric Savignon
2014-2020
Code postal 38870
Code commune 38457
Démographie
Gentilé Saint-Siméonais
Population
municipale
2 852 hab. (2014)
Densité 152 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 19′ 45″ nord, 5° 15′ 44″ est
Altitude 378 m (min. : 337 m) (max. : 627 m)
Superficie 18,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Siméon-de-Bressieux

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Siméon-de-Bressieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Siméon-de-Bressieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Siméon-de-Bressieux
Liens
Site web www.st-simeon-de-bressieux.fr

Saint-Siméon-de-Bressieux est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Saint-Siméonais.

Toponymie[modifier | modifier le code]

"Sancti-Symeon-Styllite" au XIVe siècle, fut le premier nom donné au bourg, sans doute attribué par l'église puis le prieuré[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Siméon-de-Bressieux est situé dans la vallée de Bièvre Valloire à 39,5 kilomètres au nord-ouest de Grenoble, à 53,1 kilomètres au nord-est de Valence et à 58,2 kilomètres au sud-est de Lyon[3]. Le territoire de la commune est implanté sur le talus septentrional du plateau boisé de Chambaran. Sa limite nord, matérialisée par la route départementale D 519, longe les confins des basses terres de la plaine de Bièvre. On accède au bourg par le nord ou le sud en empruntant la D 71, reliant La Côte-Saint-André à Saint-Marcellin via Roybon, tandis que la D 130 traverse la commune d'est en ouest depuis Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs et forme la Grande Rue dans la partie la plus dense de l'agglomération.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint Siméon de Bressieux
Sardieu La Côte Saint André Brézins
Châtenay Saint Siméon de Bressieux Bressieux
Marnans Saint-Pierre-de-Bressieux

Histoire[modifier | modifier le code]

La soierie Girodon[modifier | modifier le code]

La commune a longtemps été liée à l'activité de la soierie Girodon (1873-1934)[4]. L'usine Girodon fondée par Alphonse Girodon (1848-1909) en 1873, se compose de plusieurs bâtiments : L'usine avec les ateliers de tissage, le pensionnat en forme de "L" et de deux pavillons (ces derniers détruits en 1994). Le pensionnat pouvait accueillir jusqu'à une soixantaine de personnes. L'usine faisait travailler jusqu'à 972 ouvriers[5].

Directeurs de l'usine[6]

Année noms des directeurs
Jusqu'en 1891 Joseph Girodon
1891-1910 Joseph Billard
1910-1926 Joseph Lacua
1931 Francis Raquin
1933 Auguste Fanget

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 août 2012[7] Gilles Perenon UMP  
octobre 2012 en cours Éric Savignon UDI Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 852 habitants, en augmentation de 2,92 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 452 1 872 2 096 2 277 2 285 2 268 2 221 2 115 1 997
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 998 1 963 1 975 2 187 2 409 2 428 2 407 2 310 2 349
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
2 311 2 173 1 867 1 771 1 669 1 493 1 638 1 746 1 774
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014 -
1 861 2 527 2 600 2 437 2 498 2 739 2 808 2 852 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'étang des Essarts, dans l'Espace Naturel Sensible en Chambaran

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne usine-pensionnat des soieries Girodon, édifiée entre 1873 et 1875, est inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 17 juillet 1990. Ensemble remarquable de l'architecture industrielle du XIXe siècle mêlant le verre, le métal, la brique de terre cuite et la terre crue. Le pensionnat qui hébergeait les ouvrières durant la semaine est en effet construit selon la technique du pisé dont l'emploi était courant dans la région à l'époque. Propriété privée, le site ne peut être visité actuellement. Il est néanmoins possible d'observer une grande partie cette infrastructure, dont la verrière, depuis la Grande Rue du village[12],[13]. L'ensemble est une propriété privée, uniquement visible de l'extérieur.
  • Ancienne tannerie du XVIIe siècle au 22 impasse du Mollard. Cette maison construite en torchis et pans de bois a été restaurée dans le respect des techniques d'époque[14].
  • Châtelet du XVe siècle ; le château est reconstruit au XVIIe siècle.[précision nécessaire]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • La Médiathèque Intercommunale [17]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Paul Durand (1886-1960), docteur en médecine, spécialiste des pathologies exotiques, directeur de l'Institut Pasteur d'Athènes (1935-1936) et de Tunis (1949-1954), est né dans la commune[18].
  • Charles-Pierre-François Cotton (1825-1905), évêque de Valence à partir de 1875, opposant aux lois Ferry sur l'enseignement, est né dans la commune.
  • L'abbé Gervat (1867-1930), peintre, disciple de Jongkind, est né dans la commune.
  • Marcel Mariotte (1918-1981), docteur en médecine, résistant, commandant du bataillon de Chambaran (1943-1944), a été maire de la commune de 1953 à 1965, puis de 1976 à 1981. Le collège public de l'agglomération porte son nom.
  • Siméon le Stylite, dit Siméon l'Ancien est représenté sur une colonne au fond de la nef latérale de l'église de Saint-Siméon de Bressieux, sur un vitrail éxécuté en 1887 par la maison Buche de Grenoble. [19]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.isere.gouv.fr/Publications/Salle-de-presse/Derniers-communiques/Les-limites-territoriales-des-arrondissements-du-departement-de-l-Isere-seront-modifiees-le-2017
  2. André Plank, L'origine des noms des communes du département de l'Isère, artès, , 159 p. (ISBN 9782910459086), p. 133
  3. « Distance orthodromique », sur Localisation Interactive Orthodromie et Navigation (LION 1969) (consulté le 14 avril 2015)
  4. Raymond Moyroud, La soierie Girodon à Saint Siméon de Bressieux (Isère), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, , 56 p. (ISBN 2706107421), p. 9
  5. Archives départementales Isère, 138 M 15
  6. Raymond Moyroud, La soierie Girodon à Saint Siméon de Bressieux, Presses universitaires de Grenobles, , 56 p. (ISBN 2-7061-0742-1), P54
  7. [1], Décès de Gilles Perenon
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Ancienne usine-pensionnat Girodon », notice no PA00117368, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Différentes vues du site de l'ancienne usine pensionnat Girodon sur le site du Ministère de la culture. », sur www.culture.gouv.fr (consulté le 14 avril 2015)
  14. « Maison en torchis : contact et période d'ouverture », sur tourisme-Bievre Valloire (consulté le 14 avril 2015)
  15. Espace Naturel Sensible en Chambaran
  16. Découvrez les Espaces Naturels Sensibles de l'Isère, www.isere.fr, p. 25 (consulté le 22 juillet 2014)
  17. La Médiathèque Intercommunale, Bièvre Isère Communauté, accès le 20 décembre 2015.
  18. « Notice biographique de Paul Durand », sur Institut Pasteur
  19. André Plank, L'origine des noms des communes du département de l'Isère, Grenoble, artès, , 159 p. (ISBN 9782910459086), p.133