Renage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Renage
Renage
Centre de Renage
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Tullins
Intercommunalité Communauté de communes de Bièvre Est
Maire
Mandat
Amélie Girerd
2014-2020
Code postal 38140
Code commune 38332
Démographie
Population
municipale
3 532 hab. (2016 en diminution de 4,07 % par rapport à 2011)
Densité 693 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 20′ 03″ nord, 5° 29′ 10″ est
Altitude Min. 229 m
Max. 464 m
Superficie 5,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Renage

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Renage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Renage

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Renage
Liens
Site web Ville-renage.fr

Renage est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de la communauté de communes de Bièvre Est et de l'unité urbaine de Grenoble, ville dont elle est distante de 31 km. Elle possède une gendarmerie qui a une dizaine de villes sous sa juridiction.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Renage et des communes limitrophes.
Communes limitrophes de Renage
Rives
Beaucroissant Renage Charnècles
Tullins Vourey

Relief et géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Fure traversant la Grande Fabrique.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Desservie par plusieurs lignes de bus

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Alivet et le vallon du Furon au XIXe siècle, par Victor Cassien (1808 - 1893).

Longtemps hameau de Beaucroissant autour des quartiers actuels de la Croze et de Maubec, Renage est intimement liée à la Fure, cette rivière exploitée dès le XIVe siècle pour ses chutes d'eau successives, entraînant des martinets de forge puis de papeterie, puis les roues des usines de soierie.

Explosion industrielle au milieu du XIXe siècle.

En 1835, J.D. Court, élève de Canson, fonde une papeterie dans la vallée de la Fure, produisant environ 500 kg. par jour. En 1876, la Société Anonyme de la Papeterie de Renage acquiert l'usine, gérée par M. Bruel Père jusqu'en 1900, puis ses trois fils.Elle compte 300 ouvriers en 1887. Ne se sentant pas en mesure de conserver l'aura commerciale des productions de qualité de la papeterie, les Bruel cèdent la Papeterie en 1913 à Denis-Auguste Dumarest, docteur en médecine (entré dans le capital dès 1878) et à son gendre Henri Thouvard. Se dégageant de contrats commerciaux désastreux, notamment grâce à la guerre (loi Falliot), la nouvelle direction s'adjuge le marché des cartes du service géographique de l'Armée de 1914 à 1918 (2.442 tonnes). L'usine prospère. En 1930, elle ouvre une centrale hydroélectrique à Petite-Hurtière puis en1949 à Grand-Hurtière. La papeterie fabriquera le papier de billets de banque de la France et du Maroc après 1945. L'affaire traverse les crises cycliques de cette industrie tant que les propriétaires auront eu la capacité d'épargner pour traverser les périodes difficiles. La présidence V. Giscard entraînera la disparition en à peine plus d'un septennat de presque toutes les affaires familiales multi-séculaires françaises, du seul fait de la pression fiscale qui pour la première fois depuis deux siècles, avait empêché la constitution de leur indispensable épargne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1800 Antoine BRET    
1800 1804 Louis SALOMON    
1804 1808 Alexandre MORTILLET    
1815   Florentin MARQUIS    
1833 1846 Augustin VIAL    
1846 1852 Urbain MARQUIS    
1852 1857 Augustin TOURNIER    
1857 1863 Hippolyte CHARVET    
1863 1865 Frédéric BROQUIS    
1865 1870 Hippolyte CHARVET    
1870 1872 Jules TOURNIER    
1872 1895 François JUVIN    
1895 1912 Félix ROSSAT    
1912 1918 Jean-Baptiste REVOLLIER    
1918 1919 Eugène DOUILLET    
1919 1925 Pierre EXPERTON    
1925 1941 Alexandre RAPHAEL    
1941 1944 Alfred BONNET-EYMARD    
1944 1947 Michel VINAY    
1947 1983 Aimé BROCHIER    
mars 1983 mars 2001 Jean Aluigi PCF  
mars 2001 mars 2008 Robert Du Besset DVD propriétaire du château d'Allivet
mars 2008 octobre 2011[1] Pier-Luigi Olivieri PS Fondateur du club de rugby de Rives-Renage (USRR)
décembre 2011 en cours Amélie Girerd PS Assistante parlementaire au Sénat
Benjamine des maires de l'Isère
Conseillère départementale
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 3 532 habitants[Note 1], en diminution de 4,07 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0491 1221 1461 0941 2041 3631 4941 5901 630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6051 7001 8701 8301 8602 1732 3262 3302 277
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3052 5072 5112 3932 6512 4682 1482 0042 314
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 7083 0373 0933 1543 3183 3323 6013 6413 647
2016 - - - - - - - -
3 532--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Parmi les anciens sites industriels de Renage, trois encore en activité :

  • le Gua et son importante usine de papiers fins et spéciaux (ArjoBex) ;
  • Alivet et son entreprise tournée vers le matériel de restauration collective (Socamel),
  • le site des Forges (taillanderie et piquets de clôture).

Cette activité traditionnelle se complète par une importante Zone d'Activités très diversifiée.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henry Baboin, député de l'Isère en 1869, soyeux, propriétaire du château d'Alivet à Renage.
  • Henri Thouvard (1874+1957). Industriel natif de Barraux (Isère). Commandeur de Saint Grégoire le Grand. Il parvient à prendre progressivement le contrôle complet de la papeterie de Renage. Ardent catholique, il défend l'Église lors des attaques antichrétiennes du début du XXe siècle, organisant avec son beau-frère Bonnet-Eymard des manifestations de plusieurs dizaines de milliers de personnes, mettant en émoi la préfecture et ses commettants. Il défend ardemment les Chartreux, qui ont imprudemment refusé l'accommodement affairiste du gendre du ministre républicain (sur le brevet de la liqueur). Adversaire permanent de Léon Perrier, franc-maçon président inamovible du Conseil Général de l'Isère. Dirigeant du syndicat des papetiers du Sud-Ouest, il intervient à ce titre dans le sauvetage en 1926 de l'École Française du Papier en lui faisant adopter un statut de SA. Son usine a notamment produit le papier des billets de banque du royaume chérifien. Patron social, imposant le repos dominical, il est combattu à ce titre. Auteur de mémoires restés à l'état de manuscrit. Époux de Denise Dumarest, fille d'un médecin originaire d'Hauteville-Lompnès (Ain). Il dirige le syndicat professionnel de l'industrie papetière du Sud-Est (75 usines, 10.000 salariés, 130.000 tonnes). Il s'oppose au transfert de l'Ecole de Papeterie de Grenoble à Paris. Il refuse par deux fois la Légion d'Honneur. Il prête son concours à toutes les opérations immobilières de l'évêché de Grenoble (maisons de retraite pour employés, employées, prêtres âgés, foyers pour étudiantes, écoles libres, économats, presse quotidienne conservatrice et catholique). [réf. nécessaire].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Renage Blason De gueules à la croix d'argent chargée de trois molettes d'éperon de sable en pal, au chef cousu d'azur chargé d'un livre ouvert adextré de deux martinets de forge passées en sautoir et senestré de deux navettes de tisserand passées en sautoir, le tout aussi d'argent[9].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décédé en cours de mandat.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  7. a b et c Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 419-421
  8. « Château d'Alivet », notice no PA00135644, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Photo des armoiries de Renage. File:Renage.jpg