Saint-Just-de-Claix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Just.

Saint-Just-de-Claix
Saint-Just-de-Claix
L'église de Saint-Just-de-Claix.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Le Sud Grésivaudan
Intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté
Maire
Mandat
Joël O'Baton
2014-2020
Code postal 38680
Code commune 38409
Démographie
Population
municipale
1 178 hab. (2015 en diminution de 3,36 % par rapport à 2010)
Densité 102 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 04′ 32″ nord, 5° 17′ 05″ est
Altitude 209 m
Min. 160 m
Max. 320 m
Superficie 11,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Just-de-Claix

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Just-de-Claix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Just-de-Claix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Just-de-Claix

Saint-Just-de-Claix est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Différents hameaux et lieux-dits: Village, village vieux, clairivaux, manne, côte rouge, rochebrune, chirouse, valensole, faisan, Bleton, moraye

Histoire[modifier | modifier le code]

Une abbaye y fut instaurée par le dauphin Humbert II (qui transféra le Dauphiné à la France en 1349) au profit de sa mère, Béatrix de Hongrie, dont la sœur était reine de France. Elle y fut enterrée, mais le couvent étant transféré à Romans, sa dépouille le fut aussi.

Le site de l'abbaye, devenue Château Notre Dame à l'époque néo-gothique, est aujourd'hui un gîte touristique. Au-dessus, le site Château-vieux dont on dit qu'il fut maintes fois transformé, signale la présence évidente d'un ancien castrum sinon d'un oppidum (encore signalé sur la carte de Jean Boin de 1602).

Le site de Rochebrune ou Quatre-têtes est également chargé d'histoire. Jusque vers 1835, il appartenait à Saint Nazaire en Royans. Cette presqu'île du confluent entre la Bourne et l'Isère fut, semble-t-il un camp romain selon Henri Muller, l'historien du Dauphiné au XIXe siècle, et aussi un camp retranché de Monbrun, apôtre combattant de la religion réformée à l'époque des guerres de religion. On sait enfin que les Chartreux utilisèrent son port sur l'Isère pour transférer le minerai de fer venu de Chartreuse vers les fonderies de Bouvante et Val Sainte Marie au Moyen Âge. La traversée de l'Isère se faisait par un bac à traille jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, avant que le lac du barrage électrique de Saint Hilaire du Rosier ne modifie toute l'apparence du site.

On trouve en effet à Rochebrunne une levée de terre de +/- 3 mètres de hauteur dont les pierres plates sont importées, dit-on[Qui ?]. D'autres signes telluriques sont visibles aux environs. Ce campement n'a jamais été fouillé. Depuis, les transformations industrielles et résidentielles ont envahi le site, dont le canal de la Bourne et l'aqueduc du XIXe siècle. Même le grand mur (romain ?) a été récemment touché (2008).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avril 2007 en cours Joël O'Baton SE Employé[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2015, la commune comptait 1 178 habitants[Note 1], en diminution de 3,36 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
452479477548555585690745771
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
737759735760742705752723746
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
789712689599660623592613593
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
5905805568229441 0251 1521 2191 178
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Images[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :