Maillot jaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Maillot jaune

Le maillot jaune est un maillot distinctif de couleur jaune porté par le coureur occupant la première place d'un classement au cours de certaines compétitions de cyclisme sur route, dont le Tour de France.

Tour de France[modifier | modifier le code]

Version commerciale du maillot jaune de 2003

Il est souvent admis que le premier maillot jaune a été revêtu par Eugène Christophe au départ de la onzième étape du Tour de France 1919, allant de Grenoble à Genève, le 19 juillet. L'idée originale est attribuée par certains à des journalistes[1], par d'autres à Alphonse Baugé, depuis peu collaborateur de l'organisation du Tour, qui aurait suggéré à Henri Desgrange de faire porter au leader du classement général un maillot distinctif, de couleur jaune comme le maillot qu'il portait lorsqu'il était coureur, ou celui qu'il faisait porter à ses ravitailleurs dans les équipes Alcyon et Peugeot qu'il dirigeait avant-guerre. Le choix de la couleur jaune pourrait également être le fait de Desgrange, optant ainsi pour la couleur des pages du journal L'Auto qui organise la course[2]. Toutefois, d'autres sources font remonter la création du maillot jaune à 1913 ou 1914. Ainsi le vainqueur de ces deux éditions, le Belge Philippe Thys, affirme que Desgrange lui a fait porter un maillot jaune lors du Tour 1913. Le journaliste Roger Frankeur prête à Henri Desgrange ces paroles adressées à Thys en 1914 : « Vous le porterez l'an prochain, mon maillot jaune ! »[3] et The Story of the Tour de France, livre en anglais sorti en 2006, écrit même à ce sujet « qu’il est généralement admis que Thys dit la vérité », « probablement en raison de la personnalité de Thys » (connu pour son honnêteté) et il termine le paragraphe à ce sujet en disant qu’« il a apporté tant de détails à cette histoire que les recueils sur le Tour ont retenu que Thys était vraiment le premier maillot jaune ».

Eddy Merckx est le coureur qui détient le record de détention du maillot jaune en course pendant 96 jours (contre 78 jours pour Bernard Hinault)[4].

La prime versée au vainqueur du Tour de France, et donc ultime porteur du Maillot jaune, était de 3 000 francs en 1919 (soit en équivalent Euros 2014 : 3 950 €)[5] et de 500 000 en 2016[6].

Liste des sponsors[modifier | modifier le code]

Sur les premiers maillots jaunes, aucun nom de sponsors n'apparaissait, hormis celui de son porteur. À partir de 1948, un parrainage permet néanmoins au porteur du maillot de toucher une prime. Les Laines Sofil offrent ainsi une rente quotidienne de 10 000 francs au maillot jaune.

Ce n'est qu'en 1969 que le sponsor officiel voit son nom apparaître sur le maillot jaune.

Le maillot jaune sur les autres courses[modifier | modifier le code]

Pour le classement général[modifier | modifier le code]

Il peut récompenser le leader du classement général :

Pour le classement par points[modifier | modifier le code]

Il peut récompenser le leader du classement par points :

Pour le classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Il peut récompenser le leader du classement du meilleur jeune :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Chany 1988, p. 250
  2. Viollet 2007, p. 80
  3. de Mondenard 2010, p. 89-93
  4. Jacques Augendre, Petites histoires secrètes du Tour..., Solar, , p. 97
  5. « érosion monétaire », sur Le Particulier
  6. Alexandre Bailleul, « Des primes en augmentation pour les coureurs du Tour de France 2016 », sur sportbuzzbusiness.fr,
  7. Jean-Louis Le Touzet, « Miko, une crème de sponsor », Libération,
  8. http://www.memoire-du-cyclisme.eu/pelotons/sets.php?s=71