Montalieu-Vercieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montalieu-Vercieu
Place de la bascule à Montalieu en 1908.
Place de la bascule à Montalieu en 1908.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Canton Morestel
Intercommunalité Communauté de communes du Pays des Couleurs
Maire
Mandat
Christian Giroud
2014-2020
Code postal 38390
Code commune 38247
Démographie
Population
municipale
3 334 hab. (2014)
Densité 385 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 48′ 54″ nord, 5° 24′ 16″ est
Altitude Min. 200 m – Max. 347 m
Superficie 8,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Montalieu-Vercieu

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Montalieu-Vercieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montalieu-Vercieu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montalieu-Vercieu
Liens
Site web Montalieuvercieu.fr

Montalieu-Vercieu est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare de Montalieu.

Pays de carrières. Rives du Rhône. Cascade Chaugnieu. Etangs.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Les « spongiaires siliceux de l'Oxfordien de la carrière de Brouvesse » sont un site géologique remarquable de 55,12 hectares qui se trouve sur les communes de Bouvesse-Quirieu et Montalieu-Vercieu. En 2014, cette formation des calcaires lités d'intérêt paléontologique, est classée « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vercieu était plus important que Montalieu au XVIIIe siècle.[réf. nécessaire]

Vestiges préhistoriques et antiques.

Au XVe siècle, avec La Flachère elle fait partie de la paroisse de Saint-Vincent-de-Mercuze[2]. Entre 1790 et 1794, les communes éphémères de Montalieu[3] et Vercieu[4] fusionnent pour former la nouvelle commune de Montalieu-Vercieu.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montalieu-Vercieu Blason De gueules à la bande d'azur chargée d’une tierce ondée d'argent, accompagnée, en chef, d’une couronne royale ouverte à laquelle sont appendues les inscriptions St et L et en pointe d’un maillet rond et d’un ciseau de sculpteur à dents de chien passés en sautoir, le tout d’or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Ressources et productions[modifier | modifier le code]

La carrière des Galoches.

Anciennes carrières. Bois, pâturages. Carrières. Céréales. Bovins caprins. Fromages.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2001 2008 Georges Vagnon    
Mars 2008 en cours Christian Giroud UDI Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 334 habitants, en augmentation de 10,36 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
498 383 807 678 907 1 032 1 274 1 507 1 506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 727 1 768 1 869 1 771 1 944 1 955 2 098 2 023 2 012
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 125 2 077 1 980 1 683 1 874 2 050 1 742 1 561 1 577
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
1 754 1 842 1 756 2 329 2 076 2 178 2 590 3 189 3 334
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Mairie XIXe siècle. Vieille forge des tailleurs XIXe siècle.
  • Lavoirs et fontaines.
  • Château de Porcieu.
  • Église 1833 de style classique.
  • Croix du Besset ; croix du cimetière.
  • Oratoire de la Vierge sur la RN 75.
  • Four XIXe siècle à Vercieu.
  • Chemin de fer du Haut-Rhône
  • Base de loisirs de la Vallée Bleue[9]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La Maison de la pierre et du ciment.

Cet espace d'exposition permanente retrace l'histoire du bassin carrier d'extraction de la pierre dite de Villebois. Cette histoire commence il y a 160 millions d'années avec la formation des pierres calcaires qui font la réputation de la région et se poursuit avec les hommes, qui d'hier à aujourd'hui, travaillent ce matériau[10].

    • exposition sur l'un des principaux bassins carrier et cimentier de France,
    • carrières millénaires,
    • techniques et métiers,
    • photographies,
    • enregistrements sonores,
    • stages d'initiation.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[11].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ninon Vallin
  • Ninon Vallin (1886-1961), cantatrice, fille d'un notaire de la commune
  • Steeve Estatof, musicien, chanteur (Nouvelle Star, 2004, M6)
  • Louis Rivet, général de brigade, commandant du Renseignement militaire français entre 1936 et 1944.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 279-280
  3. http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=39353
  4. http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=61225
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Base de Loisirs de la Vallée Bleue », sur www.isere-tourisme.com (consulté le 22 juillet 2014).
  10. Maison de la Pierre au Ciment.
  11. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :