Ponet-et-Saint-Auban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ponet-et-Saint-Auban
Ponet-et-Saint-Auban
Fontaine au centre du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Daniel Rolland
2020-2026
Code postal 26150
Code commune 26246
Démographie
Gentilé Ponetous, Ponetounes
Population
municipale
126 hab. (2019 en diminution de 3,08 % par rapport à 2013)
Densité 9,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 18″ nord, 5° 19′ 02″ est
Altitude Min. 353 m
Max. 1 041 m
Superficie 13,21 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Die
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Diois
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ponet-et-Saint-Auban
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ponet-et-Saint-Auban
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Ponet-et-Saint-Auban
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Ponet-et-Saint-Auban

Ponet-et-Saint-Auban est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ponet-et-Saint-Auban se trouve à 4 km au nord-ouest de Die. Elle s'étend de part et d'autre de la Drôme.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune est limitée par les contreforts du Diois qui culminent au But de Richaude (1 039 m) pour Ponet et au But de l'Aiglette (1 006 m) pour Saint-Auban.

Sites particuliers[1] :

  • But de Richaude (1 039 m)
  • Col d'Anès
  • Col de Ponet et Marignac
  • Col des Chapelets
  • Combe Bardenche
  • Combe Mare
  • Combe Reynaud
  • Montagne de Desse
  • Onglane (569 m)
  • Pas Cultivel
  • Pas des Hermans
  • Pas des Versannes
  • Roche Morlière
  • Serre Liotard
  • Serre Rouyet

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par les cours d'eau suivants[1] :

  • la Drôme ;
  • l'Izarette ;
  • ravin de Bonnefont ;
  • ravin de Chamourier ;
  • ravin de l'Église ;
  • ravin des Chapelets ;
  • ravin du Fond des Buis.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la routes départementales D 93 et D 543[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Ponet-et-Saint-Auban est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

La commune fait partie de l'aire d'attraction de Die dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 27 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (71,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (71,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (66,3 %), zones agricoles hétérogènes (16 %), terres arables (11,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5 %), prairies (0,9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,4 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune couvre 1 321 hectares dont 670 sont boisés, soit la moitié de la superficie communale.

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site Géoportail (carte IGN)[1] :

  • Billat
  • Boissine
  • Chauvet
  • Courdeau
  • Efréat
  • Ferme de Tarrot
  • Font Chinarde
  • Font Jeanne
  • Forêt Domaniale de Justin
  • Forêt Domaniale de Saint-Genis
  • Fournache
  • Girodon
  • la Combe
  • la Condamine
  • la Côte
  • la Gémillière
  • la Roche
  • l'Arsenal
  • le Moulin
  • les Blaches
  • les Chambons
  • les Chapelets
  • les Chauds
  • les Fraches
  • les Peyrousses
  • les Plots
  • les Roux
  • les Touches
  • les Toujours
  • le Trésorier
  • Levas
  • l'Ubac
  • Maubourg
  • Pierre Baume
  • Pierre Grosse
  • Rochasson
  • Saint-Auban
  • Tête Dure
  • Truchat

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Ponet[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[8] :

  • 1210 : villa Paoneti (cartulaire de Die, 49).
  • 1215 : Paonet (cartulaire de Die, 61).
  • XIVe siècle : mention de la paroisse : cappella de Poneto (pouillé de Die).
  • 1441 : Pannetum (cartulaire de Die, 167).
  • 1450 : castrum de Pauneto (Rev. de l'évêché de Die).
  • 1450 : mention du mandement : mandamentum loci de Paneto (Rev. de l'évêché de Die).
  • 1479 : Ponetum (archives de la Drôme, E 1284).
  • 1485 : dominus Ponneti (terrier de Saint-Apollinaire [Valence]).
  • 1487 : Paunetum (archives de la Drôme, E 2533).
  • 1509 : mention de l'église Sainte-Catherine : ecclesia parrochialis Sancte Catharine de Pauneto (visites épiscopales).
  • 1576 : Ponnet (rôle de décimes).
  • 1891 : Ponet, village, chef-lieu de la commune de Ponet-Saint-Auban.

Saint-Auban[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[9] :

  • 1513 : territorium Sancti Albani (archives de la Drôme, E 1568).
  • 1540 : Sainct Alban (inventaire de la chambre des comptes).
  • 1590 : Saint Aulban (Mém. des frères Gay).
  • 1634 : Saint Hauben (archives de Die).
  • 1663 : la Batie Saint-Auban (archives de la Drôme, E 1569).
  • 1705 : Saint Auban lez Dye (dénombrement du royaume).
  • 1891 : Saint-Auban : ferme et quartier de la commune de Ponet-Saint-Auban.

Ponet-et-Saint-Auban[modifier | modifier le code]

(non daté)[réf. nécessaire] : Ponet-et-Saint-Auban, commune.

Étymologie[modifier | modifier le code]

  • Ponet :
  • Saint-Auban :

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Ponet[modifier | modifier le code]

La seigneurie[8] :

  • Au point de vue féodal, Saint-Auban était une terre (ou seigneurie) du fief des évêques de Die.
  • XIIIe siècle : possession des Artaud d'Aix.
  • 1472 : elle passe aux (d')Eurre.
  • 1595 : elle passe (par mariage) aux Moreton de Chabrillan, derniers seigneurs.

XVIe siècle : le seigneur d'Ourches, qui possédait Ponet, s'illustra lors des Guerres de Religion[10].

Avant 1790, Ponet était une communauté de l'élection de Montélimar, de la subdélégation de Crest et du bailliage de Die
Elle formait une paroisse du diocèse de Die dont l'église était dédiée à sainte Catherine et dont les dîmes appartenaient à l'évêque diocésain[8].

Saint-Auban[modifier | modifier le code]

La seigneurie[9] :

  • Au point de vue féodal, Saint-Auban était une terre (ou seigneurie) du fief des évêques de Die.
  • Début XVIe siècle : possession des Reynard.
  • Vers 1667 : la terre passe (par héritage) aux Faure de Vercors.
  • 1745 : elle passe aux Gallien de Chabons, derniers seigneurs.

Avant 1790, Saint-Auban était une communauté de l'élection de Montélimar, de la subdélégation de Crest et du bailliage de Die[9].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Ponet devient une municipalité du canton de Saint-Julien-en-Quint.

En 1799-1800, la réorganisation de l'an VIII (1799-1800) fusionne Ponet et Saint-Auban dans une nouvelle commune nommée Ponet-Saint-Auban et la place dans le canton de Die[8],[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : de la Révolution au Second Empire
1790 1871 ?    
Les données manquantes sont à compléter. : depuis la fin du Second Empire
1871 1874 ?    
1874 1878 ?    
1878 1884 ?    
1884 1888 ?    
1888 1892 ?    
1892 1896 ?    
1896 1900 ?    
1900 1904 ?    
1904 1908 ?    
1908 1912 ?    
1912 1919 ?    
1919 1925 ?    
1925 1929 ?    
1929 1935 ?    
1935 1945 ?    
1945 1947 ?    
1947 1953 ?    
1953 1959 ?    
1959 1965 ?    
1965 1971 ?    
1971 1977 ?    
1977 1983 Ernest Galland PS  
1983 1989 ?    
1989 1995 Jean Cutivel PCF  
1995 2001 ?    
2001 2008 ?    
2008 2014 ?    
2014 2020 Daniel Rolland (sans étiquette) agriculteur
2020 En cours
(au 16 décembre 2021)
Daniel Rolland[11][source insuffisante]   maire sortant

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13].

En 2019, la commune comptait 126 habitants[Note 3], en diminution de 3,08 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,46 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
253181250272274290299276230
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
223221240235230221205195198
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
20017917614916014414311898
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9479681009989121128126
2019 - - - - - - - -
126--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : le dernier dimanche de juillet[10].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : pâturages (ovins), vignes (vins AOC Clairette de Die)[10].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Catherine.
Rue de Ponet-et-Saint-Auban.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Artisanat d'art : poterie[10].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional du Vercors et du Pays diois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Ponet-et-Saint-Auban possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.


Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d https://www.geoportail.gouv.fr/
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. a b c d e et f J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 280 (Ponet, Ponet-et-Saint-Auban).
  9. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 330 (Saint-Auban).
  10. a b c d et e Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Ponet-et-Saint-Auban.
  11. Association des maires de la Drôme, « Renouvellement électoral », sur mairesdeladrome.fr.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.