Parallélogramme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ou cette section concernant les mathématiques doit être recyclé. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Une réorganisation et une clarification du contenu est nécessaire. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

En géométrie, un parallélogramme est un quadrilatère dont les côtés opposés sont parallèles deux à deux.

Un parallélogramme.

Définitions équivalentes[modifier | modifier le code]

Pllgm Geometry.png

Un quadrilatère est un parallélogramme (au sens défini en introduction) si et seulement s'il satisfait l'une des propriétés équivalentes suivantes :

  • ses diagonales se coupent en leurs milieux ;
  • il est non croisé et ses côtés opposés sont de même longueur deux à deux ;
  • il est convexe et ses angles opposés ont la même mesure deux à deux ;
  • ses angles consécutifs sont supplémentaires deux à deux ;
  • c'est un trapèze (non croisé) dont les bases ont même longueur.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Tout parallélogramme a un centre de symétrie : le point d'intersection de ses diagonales.

Cas particuliers[modifier | modifier le code]

Caractérisation vectorielle[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Équipollence (mathématiques) et Vecteur.
(C,D) et (E,F) sont équipollents à (A,B).

La notion de parallélogramme permet de définir la relation d'équipollence de deux bipoints, ce qui amène à la notion de vecteur en géométrie euclidienne :

  • on appelle bipoint tout couple de points (l'ordre des points a une importance) ;
  • deux bipoints (A,B) et (C,D) sont dits équipollents si ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati ;
on peut dire de manière équivalente que (A,B) et (C,D) sont équipollents si [AD] et [BC] ont le même milieu (ce qui règle le problème des parallélogrammes aplatis) ;
dans ce cas, les segments [AB] et [CD] sont parallèles et de même longueur, mais pas seulement : ils ont aussi « le même sens ».
La relation d'équipollence est une relation d'équivalence.
  • on appelle vecteur \overrightarrow{AB} la classe d'équivalence du bipoint (A,B), c'est-à-dire l'ensemble des bipoints équipollents à (A,B).

Ainsi, un quadrilatère ABCD est un parallélogramme si et seulement si {\textstyle \overrightarrow{AB} = \overrightarrow{DC}}.

Aire[modifier | modifier le code]

L'aire d'un parallélogramme est égale à celle du rectangle de mêmes base et hauteur.

Soient b la longueur d'un côté du parallélogramme et h la longueur de la hauteur associée. L'aire A du parallélogramme vaut :

A=b \times h.

L'aire d'un parallélogramme est aussi donnée par un déterminant.

Antiparallélogramme[modifier | modifier le code]

Un antiparallélogramme.
Article détaillé : Antiparallélogramme.

Un antiparallélogramme est un quadrilatère croisé dont les côtés opposés ont la même longueur deux à deux.

Dans un antiparallélogramme, les angles opposés ont la même mesure en valeur absolue.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :