Penol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Penol
Penol
La place de l'église au début du XXe siècle.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Intercommunalité Communauté de communes Bièvre Isère
Maire
Mandat
Bernard Veyret
2020-2026
Code postal 38260
Code commune 38300
Démographie
Population
municipale
350 hab. (2017 en augmentation de 7,36 % par rapport à 2012)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 28″ nord, 5° 11′ 30″ est
Altitude Min. 281 m
Max. 455 m
Superficie 12,16 km2
Élections
Départementales Canton de la Bièvre
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Penol
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Penol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Penol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Penol

Penol est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Penolois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Située entre Lyon, Grenoble, Valence et Bourgoin-Jallieu, le village de Penol se trouve plus précisément à l'ouest de La Côte-Saint-André dans la Plaine de Bièvre, dans le secteur du Bas Dauphiné, en Isère.

Il s'agit d'une petite commune à vocation essentiellement rurale située au carrefour des routes reliant La Côte-Saint-André, Beaurepaire et Vienne. Elle est plus précisément positionnée à l’extrême est de la plaine de Bièvre qu'elle domine légèrement.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

1. Hors exclave :

Communes limitrophes de Penol
Faramans Bossieu Ornacieux-Balbins
(anciennement Ornacieux)
Penol Ornacieux-Balbins
(anciennement Balbins)
Pajay Marcilloles Sardieu

2. Exclave :
Situation assez exceptionnelle dans le département de l'Isère, le territoire de la commune possède une petite exclave (improprement dénommée « enclave ») au sud-ouest, correspondant au hameau du Contant, entourée par les territoires de Beaufort, Thodure et Pajay et située à plus de quatre kilomètres du bourg central[2] .

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La région de La Bièvre-Valloire, où se situe Penol, présente un climat de type semi-continental[3] qui se caractérise par des précipitations assez régulières toute l'année.

Les étés sont généralement chauds et quelquefois secs mais avec des périodes orageuses en fin de période. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Hameaux, Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Le hameau du Trièves et le hameau du Contant, situé dans une exclave à quatre kilomètres du bourg sont les principaux hameaux de la commune.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Penol est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[4].

Terminologie des zones sismiques[5]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Au début de l'Antiquité, le territoire des Allobroges s'étendait sur la plus grande partie des pays qui seront nommés plus tard la Sapaudia (ce « pays des sapins » deviendra la Savoie) et au nord de l'Isère. Les Allobroges, comme bien d'autres peuples gaulois, sont une « confédération ». En fait, les Romains donnèrent, par commodité le nom d'Allobroges à l'ensemble des peuples gaulois vivant dans la civitate (cité) de Vienne, à l'ouest et au sud de la Sapaudia.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un prieuré bénédictin y est attesté au XIe siècle.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune se situait, jusqu'en 1929, dans le canton de Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs. C'est la loi no 1707 du qui l'a rattachée au canton de La Côte-Saint-André[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2015 Jean-Pierre Barbier UMP-LR Cadre
Conseiller général du Canton de La Côte-Saint-André (2008-2015)
Député (2012-2017)
Conseiller départemental du Canton de Bièvre
Président du Conseil départemental depuis 2015
2015 En cours Bernard Veyret SE Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2017, la commune comptait 350 habitants[Note 1], en augmentation de 7,36 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
312327318367481540556604604
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
570566518511520513508511448
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
461458437402409404402387388
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
383231242247278288309315336
2017 - - - - - - - -
350--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Ressources et Production[modifier | modifier le code]

Bois de coupe (forêts),
Pâturages (bovins, ovins),
Polyculture,
Élevage (porcins, volailles)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cet édifice religieux possède des colonnes à chapiteaux très richement décorés. Son portail datant du XIe siècle se présente en saillie. Il se compose de deux colonnes cylindriques avec chapiteaux à feuilles d'acanthe et volutes accompagnées de masques grimaçants supportant une arcade en plein cintre[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason à dessiner Blason
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :