Saint-Thomas-en-Royans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Thomas-en-Royans
Saint-Thomas-en-Royans
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Intercommunalité Communauté de communes du Royans-Vercors
Maire
Mandat
Valéry Friol
2020-2026
Code postal 26190
Code commune 26331
Démographie
Gentilé Saint-Thomassois, Saint-Thomassoises
Population
municipale
596 hab. (2017 en augmentation de 6,43 % par rapport à 2012)
Densité 116 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 00″ nord, 5° 17′ 43″ est
Altitude Min. 164 m
Max. 390 m
Superficie 5,15 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vercors-Monts du Matin
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Thomas-en-Royans
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Saint-Thomas-en-Royans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Thomas-en-Royans
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Thomas-en-Royans

Saint-Thomas-en-Royans est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Thomas-en-Royans est située à 27 km à l'est de Romans-sur-Isère.

Rose des vents Saint-Just-de-Claix
Isère
Auberives-en-Royans
Isère
Auberives-en-Royans
Isère
Rose des vents
La Motte-Fanjas N Saint-Laurent-en-Royans
O    Saint-Thomas-en-Royans    E
S
Saint-Jean-en-Royans Saint-Jean-en-Royans Saint-Jean-en-Royans

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est la porte du Vercors par la Combe Laval et les Grands Goulets[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Saint-Thomas-en-Royans est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[2],[3].

La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[6] :

  • 1204 : mention de la paroisse : capella Sancti Thomae (archives des Bouches-du-Rhône, mss. de Chantelou).
  • 1444 : mention de la paroisse : ecclesia Sancti Thomae in Royannis (archives des Bouches-du-Rhône, mss. de Chantelou).
  • XVe siècle : mention de la paroisse : cura Sancti Thomae in Royanis (pouillé de Valence).
  • 1477 : ad Sanctum Thomam in Royanis (terrier de Saint-Just).
  • 1891 : Saint-Thomas, commune du canton de Saint-Jean-en-Royans.

(non daté)[réf. nécessaire] : Saint-Thomas-en-Royans.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité : les Gallo-romains[modifier | modifier le code]

  • Découverte d'un tombeau gallo-romain[1].

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

La seigneurie :

  • Sa possession fut disputée entre les dauphins et les comtes de Diois[1].
  • Au point de vue féodal, Saint-Thomas faisait partie du mandement de Saint-Nazaire-en-Royans et du duché d'Hostun[6].

Démographie[6] :

  • 1688 : 50 familles.
  • 1789 : 62 chefs de famille.

Avant 1790, Saint-Thomas était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et du bailliage de Saint-Marcellin.
Elle formait une paroisse du diocèse de Valence, dont les dîmes appartenaient au prieur de la Motte-Fanjas qui présentait à la cure[6].

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune fait partie du canton de Saint-Jean-en-Royans[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871   ?    
1874   ?    
1878   ?    
1884   ?    
1888   ?    
1892   ?    
1896   ?    
1900   ?    
1904   ?    
1908   ?    
1912   ?    
1919   ?    
1925   ?    
1929   ?    
1935   ?    
1945   ?    
1947   ?    
1953   ?    
1959   ?    
1965   ?    
1971   ?    
1977   ?    
1983   ?    
1989   ?    
1995   ?    
2001 2008 Christian Follut    
2008 2014 Christian Follut   maire sortant
2014 2020 Valéry Friol   employé
2020 En cours
(au 3 décembre 2020)
Valéry Friol[7][source insuffisante]   maire sortant

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[9].

En 2017, la commune comptait 596 habitants[Note 2], en augmentation de 6,43 % par rapport à 2012 (Drôme : +4,12 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
269297292350346319335341345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298300320320329292298288322
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
302332305267249246266281218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
186216230328440476502504560
2017 - - - - - - - -
596--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1992 : bois (résineux), pâturages (bovins)[1].

La commune possède des carrières[1].

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Station climatique d'été[1].
  • Camping[1].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tombeau gallo-romain[1].
  • Église du XIIe siècle[réf. nécessaire]. Remaniée au XIXe siècle (néo-roman)[1].
  • Château de la Chartronnière (XVIe et XVIIIe siècles)[1].
  • Maisons nobles[1].
  • Cimetière au milieu des champs[1].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional du Vercors[1].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Saint-Thomas-en-Royans possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l et m Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Saint-Thomas-en-Royans
  2. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. Vianney Costemalle, « Toujours plus d'habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d’attraction d'une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  6. a b c d et e J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 362
  7. http://www.mairesdeladrome.fr/annuaire/
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.