Léa Blain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Léa Blain
Léa Blain.jpg
Portrait pris entre 1940 et 1944 par un ami de la famille.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine

Léa Élise Regina Blain, née le à Tullins et morte le à Villard-de-Lans, est une résistante française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Monument à la mémoire de Léa Blain et Rémi Lifschitz à Villard-de-Lans, au lieu-dit Les Glovettes.

Née à Tullins en Isère[1], Léa est une fille d'ouvriers, elle travaille à l'usine Morel de La Sône et au bureau de poste de Chatte. Animatrice des « Ames Vaillantes », un groupe catholique, elle rallie la résistance dès 1942 et devient Louise Bouvard[2]. Elle s'occupe alors des liaisons et du camouflage des réfractaires au S.T.O..

Chiffreuse/codeuse de l'équipe radio de la mission Eucalyptus, elle rejoint la Compagnie Goderville dans le Vercors à la Grotte des fées le [3]. Tentant d'atteindre Villard-de-Lans avec plusieurs compagnons, le groupe tombe sur une vingtaine de soldats allemands qui font aussitôt feu. Léa Blain est tuée d'une balle dans la tête à la Croix des Glovettes sur les hauteurs de Villard-de-Lans le .

Elle est inhumée au cimetière de Chatte.

Odonymie et hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs lieux portent le nom de cette résistante française :

  • Une impasse parisienne située dans le 16e arrondissement de Paris : l'impasse Léa-Blain.
  • Une rue d'Échirolles, commune située dans la banlieue grenobloise[4], ainsi qu'une rue de Nimes, préfecture du Gard[5].
  • Une école de Chatte, où une plaque commémorative est apposée sur sa maison natale au n°21 de la grande rue, porte son nom.
  • L'école élémentaire de Lans-en-Vercors porte son nom, suite à un choix des enfants de l'école effectuée lors de la rentrée 2019, choix validé par le conseil municipal[6].
  • Une crèche publique dite multi-accueil porte son nom à Fontaine, commune située près de Grenoble[7].
  • Le monument dressé sur le territoire de Villard-de-Lans, près du hameau des Glovettes.

Une exposition sur sa vie, Léa Blain et les femmes de la résistance a été organisée du 7 au à Chatte par l'association Esprit de la Résistance en Rhône Alpes[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michelle Berger, Histoire des communes de l'Isère: Arrondissement de Grenoble, 1988, p.114
  • Albert Oriol-Maloire, Ces jeunes dans la guerre, 1939-1945, 1997, p.108 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Laurence Thibault, Les femmes et la Résistance, 2006, p.114
  • Laurence Thibault, Les jeunes et la Résistance, 2007, p.155
  • Jean Paul Papet, Léa Blain, une jeune fille de France, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site museedelaresistanceenligne.org, fiche sur Léa Blain, consulté le 18 septembre 2020
  2. L. Thibault, Les jeunes et la Résistance, p.179
  3. Albert Oriol-Maloire, Ces jeunes dans la guerre, 1939-1945, 1997, p.108
  4. Site moovitapp.com, page "Comment aller à 3 Rue Léa Blain à Échirolles", consulté le 12 décembre 2019.
  5. site annuaire-mairie.fr, liste des rues de Nimes, consulté le 12 décembre 2019.
  6. Site vercors-resistance.fr, page "Léa Blain, le nom qu’ils ont choisi pour leur école", consulté le 12 décembre 2019.
  7. Site journaldesfemmes.fr, page sur la crèche Léa Blain, consulté le 12 décembre 2019.
  8. Léa Blain et les femmes de la résistance

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]