Bouvante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bouvante
Image illustrative de l'article Bouvante
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Canton Vercors-Monts du Matin
Intercommunalité Le Pays du Royans
Maire
Mandat
Jean-Luc Faure
2014-2020
Code postal 26190
Code commune 26059
Démographie
Population
municipale
246 hab. (2014 en augmentation de 2,5 % par rapport à 2009)
Densité 2,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 57′ 55″ nord, 5° 16′ 17″ est
Altitude Min. 311 m
Max. 1 701 m
Superficie 83,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Bouvante

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Bouvante

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bouvante

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bouvante

Bouvante est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Bouvantiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bouvante est situé à 40 km à l'est de Romans-sur-Isère et à 8 km au sud de Saint-Jean-en-Royans. Il est possible de rejoindre Saint-Jean, via le Col de la croix lorsque l'on se trouve à Bouvante le Haut.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes de Bovanti en 1190, Bovantio en 1265, issues d'un composé gaulois *Bo-venton, l'abattoir (ou aire de sacrifice) à bœufs, d'après Xavier Delamarre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 30 juillet 1978, lors d'un pique-nique en famille, un policier découvre au bord du lac une pierre de 8,3 kg. Cette météorite sera identifiée par le géologue François Kraut.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1951 Henri Labrosse    
mars 1951 1983 Claude Labrosse    
mars 1983 1989 Henri Allier    
mars 1989 en cours Jean-Luc Faure[2] DVG Retraité de l'enseignement

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2014, la commune comptait 246 habitants[Note 1], en augmentation de 2,5 % par rapport à 2009 (Drôme : +3,35 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
801 849 1 029 1 014 955 922 908 848 852
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
838 826 835 771 744 690 709 653 628
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
561 523 463 401 434 377 354 315 287
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
285 250 222 219 220 223 237 238 239
2013 2014 - - - - - - -
244 246 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ruines de la Chartreuse du Val-Sainte-Marie : à proximité du hameau des Vignes, le couvent détenait un trésor de boiseries exceptionnelles. Après l'expulsion des Chartreux de Bouvante en 1791, elles ont été rachetées à l'État par la commune de Saint-Jean-en-Royans. Elles sont visibles dans l'église de Saint-Jean-en-Royans.
  • Église du XIe siècle.
  • Église du XIXe siècle
    Fontaine de Bouvante-le-Haut.
  • Forêt de Lente.

Référence dans la littérature[modifier | modifier le code]

Pierre Pellegrini y situe l'action de son roman La Branche cassée[7]. Plus précisément dans le hameau de Lente.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Station de ski de Font-d'Urle/Chaud Clapier : 16 pistes.

Spéléologie[modifier | modifier le code]

De nombreux réseaux existent sous la forêt de Lente. Les principaux sont le scialet de l'Appel-grotte du Brudour[8] de 5 900 mètres de développement, le réseau Christian Gathier[Note 2], [9] de 327 m de dénivelé pour 11 700 m de longueur et le scialet Robin[Note 3], [10] d'une dénivellation de 231 m. Plus au sud-est le réseau des Chuats comporte quatre entrées, le sialet Abel, le scialet des Fleurs Blanches, le scialet des Deux Gardes et le scialet II des Chuats[Note 4] . Il est le deuxième plus grand réseau de la Drôme avec plus de 39 000 m de galeries explorées pour une profondeur de 304 m[11],[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le sourcier Barthélémy Bléton.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • [vidéo] Adrien Ragot (mise en ligne & montage) Images: Ales Hrabec, Alexandre Lopez, Adrien Ragiot. (). We are Cavers-Scialet Robin. beontherope.com. Consulté le . “min 33 s”.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .
  2. Le scialet du Toboggan a pour coordonnées 44° 55′ 30″ N, 5° 19′ 22″ E.
  3. Le scialet Robin a pour coordonnées 44° 57′ 46″ N, 5° 20′ 58″ E.
  4. Le scialet II des Chuats a pour coordonnées 44° 53′ 25″ N, 5° 20′ 12″ E.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, Éditions Errance, Arles 2012, 384 p. (ISBN 978-2-87772-483-8), p. 85.
  2. Bouvante sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 8 mars 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. « La branche cassée », sur http://www.monpetitediteur.com, (consulté le 19 mars 2015)
  8. « Font d'Urle et la grotte du Brudour », sur eau.amisdesparcs.fr (consulté le 6 juillet 2017).
  9. Pierre Garcin, « Un quart de siècle pour la traversée », Spéléo, Corenc, Spéléo magazine, no 50,‎ , p. 17-21 (ISSN 1629-1573).
  10. Thomas Dobelmann, le scialet Robin (lire en ligne).
  11. Pierre-Yves Belette, Scialet II des Chuats (lire en ligne).
  12. Florent Merlet, Scialet II des Chuats : Réseau des Chats Perchés (lire en ligne).