Chasse-sur-Rhône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasse (homonymie).
Chasse-sur-Rhône
Image illustrative de l'article Chasse-sur-Rhône
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Vienne
Canton Vienne-1
Intercommunalité ViennAgglo
Maire
Mandat
Claude Bosio
2014-2020
Code postal 38670
Code commune 38087
Démographie
Gentilé Chassères
Population
municipale
5 772 hab. (2014)
Densité 730 hab./km2
Population
aire urbaine
110 965 hab. (2008)
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 53″ nord, 4° 48′ 03″ est
Altitude Min. 145 m – Max. 290 m
Superficie 7,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Chasse-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Chasse-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chasse-sur-Rhône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chasse-sur-Rhône
Liens
Site web http://www.chasse-sur-rhone.com/

Chasse-sur-Rhône (prononcer [ ʃasɘsyʀʀon]) est une ville française située dans le quart sud-est de la France, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, à l'extrémité ouest du département de l'Isère et de l'arrondissement de Vienne. Chasse-sur-Rhône est le seul pôle urbain de toutes les communes de l'Isère faisant partie de l'aire urbaine de Lyon. Ses habitants sont appelés les Chassères.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Chasse-sur-Rhône et du carrefour autoroutier.

Occupant une place privilégiée à la croisée de plusieurs routes : autoroute, routes départementales, voie ferrée, Chasse-sur-Rhône fait aussi figure de carrefour majeur entre les axes de communication est/ouest (Échangeur de Chasse-sur-Rhône : A46 : Genève - Chambéry - Grenoble / A47 : Givors - Saint-Étienne - Clermont-Ferrand) et surtout nord/sud (A7 : Paris - Mâcon - Lyon / Vienne - Valence - Marseille).

Topographie[modifier | modifier le code]

Chasse-sur-Rhône est une commune périurbaine qui s'étend sur près de 791 hectares le long d'un méandre du Rhône (rive gauche).

Chasse-sur-Rhône se développe sur deux types géographiques distincts : les « Hauteurs » de Chasse, sur le plateau qui rejoint Seyssuel puis Chuzelles, et le bas de la commune, constitué par la plaine alluviale située le long du couloir rhodanien.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Située à l'extrémité nord-ouest du département de l'Isère, avec, au nord, les communes rhodaniennes de Ternay et Communay et, au sud, la commune iséroise de Seyssuel, Chasse-sur-Rhône constitue la porte d'entrée Nord sur le territoire de la ViennAgglo, à 25 kilomètres au sud de Lyon et à 12 kilomètres au nord de Vienne. Elle est voisine de Givors, située sur le rive opposée du Rhône.

Rose des vents Givors Ternay Communay Rose des vents
Givors N Seyssuel, Communay
O    Chasse-sur-Rhône    E
S
Loire-sur-Rhône Seyssuel Seyssuel

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Sismicité[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Tout comme Vienne, la commune connait le phénomène du mistral, vent du nord accéléré par effet de tuyère et de couloir entre le Massif Central et les Alpes. C'est aussi une zone d'affrontement privilégiée où se trouvent canalisés l'air méditerranéen, doux et humide et l'air plus froid qui vient du nord. Ce conflit donne parfois lieu à des précipitations particulièrement intenses, orages en été et en automne, neige en hiver.

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,3 0,3 3,5 5,6 9,6 13,7 16,6 15,4 12,3 8,3 4 0,9 7,4
Température moyenne (°C) 3 4,5 7,7 10,6 13,3 17,6 21,6 21,1 17,9 12,2 6,8 4,3 11,7
Température maximale moyenne (°C) 6 7,6 11,6 14,5 19,3 22,8 26,5 26,1 18,2 16,6 9,5 6,9 15,5
Précipitations (mm) 52,4 47,6 56,9 65,3 81,8 78,9 63,9 83,5 86,9 84,9 80,8 57,1 840
Source : Le climat à Chasse-sur-Rhône[1]


Quartiers[modifier | modifier le code]

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Chasse-sur-Rhône se situe dans l'agglomération de Vienne, qui est dotée d'un réseau de bus : L'va.

Voies routières[modifier | modifier le code]

Chasse-sur-Rhône est traversée du nord au sud par l'A7. Elle débute à la sortie 8 de l'A7 venant de Vienne. Elle s'étend sur trois km, avant de rejoindre l'A47, direction Lyon, Saint-Étienne, Givors.

Voies ferrovaires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare de Chasse-sur-Rhône.

TER Rhône-Alpes.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lignes de Vienne et agglomération.

Le transport urbain est assuré par le réseau L'va.

Voies aériennes[modifier | modifier le code]

Les aéroports les plus proches de Chasse-sur-Rhône sont ceux de Saint-Exupéry et de Grenoble - Isère. Plus proche, existe aussi l'aérodrome de Vienne - Reventin au sud de Chasse-sur-Rhône sur la commune de Reventin-Vaugris.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projet d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Landata au IXe siècle, dénonce la présence de lindo, d’où le sens d’étang.[réf. nécessaire]

Le toponyme Chasse-sur-Rhône tire son nom du gaulois cassanos signifiant chêne, et d'autre part de sa position géographique (au bord du Rhône). [réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve des traces d'occupation de la commune remontant à 1400 av. J.-C. Au Xe siècle apparaît pour la première fois la mention « Chassen », que l'on traduit par : forêt de chênes. Le toponyme (nom de lieu) « Chasse » pour le bourg et le château apparaît dans les textes au XVe siècle. Autour de son château, les terres de la commune constituaient alors le terrain de chasse privilégié des seigneurs de Seyssuel, en raison notamment de son abondance en gibier. Lors de la création des communes par l'Assemblée nationale, le 14 décembre 1789, Chasse et Seyssuel furent réunies en une seule et même entité administrative. L'évolution des deux bourgs fut différente : Chasse connut un fort essor industriel alors que Seyssuel resta à dominante agricole. La commune de Chasse, jusque-là section de Seyssuel et Chasse, attendra le 23 avril 1853 pour être détachée de Seyssuel. Ce n'est qu'en novembre 1932 que Chasse prit officiellement (par décret préfectoral) le nom de Chasse-sur-Rhône, « en raison de son importance ferroviaire sur la PLM », pour éviter toute confusion avec une autre commune iséroise de moindre importance, Chatte.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chasse-sur-Rhône Blason Écartelé : aux 1er et 4e d’azur au faucon d’argent, aux 2e et 3e d’or au dauphin d’azur, barbé, crêté, lorré, oreillé et peautré de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Chasse sur Rhône fait partie de la huitième circonscription de l'Isère, dont le député actuel est Erwann Binet.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Chasse-sur-Rhône fait partie du canton de Vienne-1 et de l'arrondissement de Vienne qui compte 204 007 habitants pour 1 237 km².

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 Antoine-Marie Laurent-Devalors    
1791 1794 François Marcillat    
1794 1797 Abel-Joseph Pioct    
1797 1798 Ennemond Berquet    
1798 1800 Antoine Peyrard    
1800 1802 Antoine Pessonneaux    
1802 1806 Abel-Joseph Pioct    
1806 1807 Joseph-Antoine Carlet    
1807 1816 Pierre-Joseph-Henri Carlet    
1816 1830 Pierre Mercier    
1830 1832 Pierre-Joseph-Henri Carlet    
1832 1846 Jean-Joseph Roussillon    
1846 1848 Jacques David    
1848 1853 Gaspard Berry    
1853 1860 Pierre Laurent    
1860 1874 Amédée Laurent-Devalors    
1874 1878 Louis-Bertrand Langlois    
1878 1888 Félix David    
1888 1896 Michel Laurent-Devalors    
1896 1899 Didier Jobert    
1899 1901 Pierre Dugnat    
1901 1904 Julien Remilly    
1904 1923 Jean-Louis Jaillet    
1923 1924 Claude Priest    
1924 1925 Auguste Frantz    
1925 1928 Stéphane Jobert    
1928 1935 Claude Priest    
1935 1939 Félix Carral    
1939 1941 André Domeyne    
1941 1941 Eugène Porchet    
1941 1945 Paul Laurent-Devalors    
1945 1947 André Domeyne    
1947 1965 Pierre Bouchard    
1965 1982 Joseph Domeyne SFIO puis PS Conseiller général du Canton de Vienne-Nord (1967-1979)
1982 1995 Paul Vittoz PS  
1995 2014 Jean-Pierre Rioult PS  
2014 en cours Claude Bosio SE Cadre[1]
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Chasse-sur-Rhône est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Chasse-sur-Rhône sont appelés les Chassères. La population en 2013 de la commune est de 5 609 habitants.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 772 habitants, en augmentation de 12,01 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
954 1 002 1 034 1 162 1 105 1 160 1 242 1 077 1 118
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 230 1 194 1 516 2 035 2 469 2 559 2 325 2 420 2 804
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 630 3 529 3 944 4 378 4 566 4 795 5 024 5 609 5 772
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramides des âges de Chasse-sur-Rhône et de l'Isère[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges de Chasse-sur-Rhône en 2008 en nombre d'individus[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
90 à plus
15 
139 
75 à 89
178 
271 
60 à 74
334 
449 
44 à 59
445 
567 
30 à 44
581 
449 
15 à 29
443 
577 
0 à 14
570 
Pyramide des âges du département de l'Isère en 2008 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 à plus
0,9 
5,3 
75 à 89
8,2 
12,3 
60 à 74
13,0 
19,6 
45 à 59
19,6 
21,5 
30 à 44
20,8 
20,5 
15 à 29
19,0 
20,4 
0 à 14
18,6 
Pyramide des âges de Chasse-sur-Rhône en 2008 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 à plus
0,6 
5,7 
75 à 89
6,9 
11,0 
60 à 74
13,0 
18,3 
45 à 59
17,3 
23,1 
30 à 44
22,6 
18,3 
15 à 29
17,3 
23,5 
0 à 14
22,2 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Trois écoles maternelles

• Les Georgelières

• Le Château

• Les Barbières

Une école primaire

• École primaire Pierre-Bouchard

Les élèves de la commune se rendent au collège Grange-de-Seyssuel, ainsi qu'au lycée de Saint-Romain-en-Gal, pour les études post-primaires.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

De nombreux clubs sportifs existent sur la commune :

  • GS Chasse Football, créé en 1918 ;
  • GS Chasse Basket ;
  • Rugby Club Chasse-sur-Rhône, recréé en 2012 ;
  • Tennis Club de Chasse-sur-Rhône ;
  • Les sauveteurs de Chasse-sur-Rhône, avec des sections joutes, barque et natation.

La commune a par ailleurs inauguré en 2012 un nouveau complexe sportif ultra-moderne sur les hauteurs, le complexe de Moleye, où cohabitent trois stades de football, dont deux terrains synthétiques, une piste d'athlétisme, des gradins couvrant les vestiaires, ainsi qu'une halle dédiée à la pratique du tennis et du badminton.

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par deux quotidiens de presse régionale, Le Progrès, dans son édition Givors bassin, et Le Dauphiné libéré.

La municipalité édite également un magazine trimestriel d'informations municipales, Chasse Infos.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin, construite au début du XXe siècle

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Le groupe CONDAT, entreprise de lubrifiants industriels, est implantée sur la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le pont de Givors et de Chasse qui relie Chasse-sur-Rhône à Givors. Aussi appelé la Passerelle.
  • La chapelle : La date de 1607 retrouvée sur l’une des poutres atteste de son existence dès le XVIe siècle. Sa construction est très probablement antérieure (XIIIe ou XIVe siècle ?). Longtemps utilisés comme poulailler, les lieux sont aujourd’hui désaffectés, en attente d’une rénovation d’ores et déjà entreprise dans les autres parties du corps de ferme datant de la même époque.
Façade principale du château des Estournelles.
  • Le château :
  • Le clocher de la vieille église : incorporé à l’ancien bâtiment des sapeurs-pompiers (aujourd’hui local du service voirie de la mairie de Chasse-sur-Rhône), le clocher est le seul élément qui reste de la chapelle Saint-Martin bâtie dès le Xe siècle. Achetée en 1926 par la fille d’un magnat américain des chemins de fer, elle fut démantelée et embarquée en 1927 pour les États-Unis. C’est le dernier monument français à avoir subi un tel sort avant une interdiction définitive de ces pratiques par les Monuments historiques français.
  • Le lavoir : le lavoir date approximativement du XIe siècle. Démoli et bouché voici une vingtaine d’années, il n’est aujourd’hui plus alimenté en eau en raison d’un détournement du cours d’eau qui l’approvisionnait. Un projet de restauration des lieux est actuellement à l’étude.
  • La fontaine Saint-Martin : la fontaine date du XIe siècle environ. Elle est actuellement en cours de rénovation et de consolidation et devrait faire l’objet d’une remise en eau après l’achèvement de sa restauration.

Moulin à eau. Difficile à dater précisément, ce moulin à eau, aujourd’hui désaffecté, était autrefois utilisé principalement pour moudre le blé par les habitants de la commune et des environs.

  • La Pierre blanche : appelée également « Grosse Pierre », son installation à cet endroit date de la fin du XIXe ou du tout début du XXe siècle. Elle provient des rives du Rhône et a été remontée jusqu’aux Estournelles tractée par des bœufs qui la tiraient sur des rondins de bois installés au fur et à mesure sur son parcours.

Puits de la rue Bizet. Ce puits aujourd’hui désaffecté et utilisé à des fins décoratives permettait aux habitants du quartier de puiser directement de l’eau du Rhône. Il est resté en activité pendant une bonne partie du XXe siècle.

  • Puits et lavoir à Chatanay : difficiles à dater précisément, le puits et le lavoir, aujourd’hui envahis par la végétation, font toutefois l’objet d’une attention particulière en raison de leur intérêt naturel. Le lavoir abrite en effet une espèce extrêmement rare de triton, le triton crêté, dont la présence n’est avérée que dans un seul autre lieu du département de l’Isère.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le vallon du Gorneton, où coule ruisseau du même nom, à cheval sur Chasse-su- Rhône et Seyssuel, est une ZNIEFF de type I, où est notamment recensée la présence du Hibou Grand-Duc d'Europe[10].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Bénigne Gustave, comte Desplaces, est né à Chasse en 1820. Polytechnicien, il préside à 22 ans la commission technique chargée de rédiger la première charte des chemins de fer. Adjoint de Paulin Talabot, le créateur du PLM, Desplaces est l'auteur de la gare Saint-Charles de Marseille, des docks de La Joliette, du viaduc de Saint-Chamas.
  • Laurent Ennemond Berquet, né à Chasse en 1847, polytechnicien, ingénieur en chef et directeur-adjoint du P.L.M.

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]