Saint-André-en-Royans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-André-en-Royans
Saint-André-en-Royans
Vue du village en 2006.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de Grenoble
Canton Le Sud Grésivaudan
Intercommunalité Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté
Maire
Mandat
Frédéric de Azevedo
2014-2020
Code postal 38680
Code commune 38356
Démographie
Population
municipale
319 hab. (2015 en diminution de 2,15 % par rapport à 2010)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 12″ nord, 5° 20′ 22″ est
Altitude 320 m
Min. 224 m
Max. 1 007 m
Superficie 10,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-André-en-Royans

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-André-en-Royans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-en-Royans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-en-Royans
Liens
Site web st-andre-en-royans.sud-gresivaudan.org

Saint-André-en-Royans est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle fait partie de la communauté de communes de Saint-Marcellin Vercors Isère Communauté.

Ses habitants se nomment les Andréens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Royans : une géographie historique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Royans.

Saint-André-en-Royans est un petit village du Royans Isère, à 4 km du Royans Drôme, situé près de la rivière Isère, sur les contreforts du massif du Vercors. L’appellation Royans est très ancienne. Elle aurait été donnée en souvenir d’un roi envahisseur Burgonde nommé Rhodan réfugié dans cette région, puis de nouveau vaincu et anéanti vers 580. Le Royans n’est donc pas une création du Royaume de France. Aux XIIe et XIIIe siècles, avant le « transport » du Dauphiné dans la France, les seigneurs Béranger se disaient déjà « Princes du Royans » et les villages qui portent encore ce suffixe faisaient partie de leur fief.

Pendant la Révolution, ces communes furent débaptisées, ainsi Saint-André-en-Royans, doublement fautif (Saint, Royans) se nomma, pour un temps, André la Roche. Cette situation se poursuivit lors de la constitution des départements. C’est ainsi que la rivière Bourne sépare aujourd’hui le Royans entre Isère et Drôme. Les limites du Royans sont : au nord, Iseron, au sud, Léoncel, à l’ouest, la rivière Isère et à l’est, les contreforts du plateau du Vercors. Saint-André-en-Royans fait partie du canton de Pont-en-Royans, de la communauté de communes de la Bourne à l’Isère, du Sud-Grésivaudan et du Parc du Vercors.

Les villages portant ce suffixe[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-André-en-Royans Blason De gueules à la tour donjonnée d’argent (d'or) maçonnée, ouverte et ajourée de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2014 en cours M. Frédéric DE AZEVEDO SE Fonctionnaire[1]
Président de la Communauté de Communes
Mars 2008 Mars 2014 M. Dominique ANDRE    
2001 2008 M. Francisque DUMAS    
1989 2001 M. Gérard ROZIER    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 319 habitants[Note 1], en diminution de 2,15 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
627641713684700728736777792
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
757699710632627609600574546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
527524488456427379340317322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
311278239251273297326327319
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • L'Église Saint-André, du XVIIe siècle, fait l'objet d'un classement et d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 16 janvier 1990 pour la protection de son décor intérieur[6].
  • Le château des Prunier de Saint-André, des XIVe et XVIe siècles[7].
  • La maison forte de Saint-Just-de-Claix, du XIIIe ou XIVe siècle, aujourd'hui monastère de Notre-Dame-des-Anges[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/saint-andre-en-royans,38356/
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. « Eglise », notice no PA00117369, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. a et b Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 694

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :