Saint-Victor-de-Cessieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Victor-de-Cessieu
Saint-Victor-de-Cessieu
Le village de Saint-Victor-de-Cessieu et son église
en Septembre 2019
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement La Tour-du-Pin
Intercommunalité Communauté de communes Les Vals du Dauphiné
Maire
Mandat
Jean-Charles Gallet
2020-2026
Code postal 38110
Code commune 38464
Démographie
Gentilé Saint-Victoriens
Population
municipale
2 235 hab. (2018 en augmentation de 1,41 % par rapport à 2013)
Densité 183 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 32′ 30″ nord, 5° 23′ 32″ est
Altitude 430 m
Min. 310 m
Max. 555 m
Superficie 12,22 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine La Tour-du-Pin
(banlieue)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de La Tour-du-Pin
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Saint-Victor-de-Cessieu
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Victor-de-Cessieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Victor-de-Cessieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Victor-de-Cessieu
Liens
Site web www.saintvictordecessieu.fr

Saint-Victor-de-Cessieu est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Située dans la vallée de l'Hien, la commune fut adhérente de l'ancienne commune de la communauté de communes de la Vallée de l'Hien. À la suite d'un regroupement, la commune est rattachée à la nouvelle communauté de communes des Vals du Dauphiné dont le siège est situé à La Tour-du-Pin, sous-préfecture de l'Isère et ville la plus proche.

Ses habitants sont dénommés les Saint-Victoriens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Saint-Victor-de-Cessieu et de ses communes limitrophes

Situation et description[modifier | modifier le code]

Saint-Victor-de-Cessieu est une petite commune à vocation nettement rurale, positionnée dans la vallée de l'Hien, laquelle se situe dans la partie septentrionale du département de l'Isère, au sud-ouest de l'agglomérations de La Tour-du-Pin.

Le centre-ville (bourg de Saint-Victor) se situe (par la route) à 59 km du centre de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes et à 73 km de Grenoble, préfecture du département de l'Isère, ainsi qu'à 346 km de Marseille et 529 km de Paris[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hameau de Vaux vu du haut bourg

Les moraines des glaciers de l'époque quaternaire déposées sur un bloc molassique ont donné à cette partie au nord-ouest du département de l'Isère un paysage de collines ondulées connues sous le nom de « Terres Froides »[3]. Le bourg central est perché sur une colline molassique dominant la vallée de l'Hien.

Climat[modifier | modifier le code]

La région de Saint-Victor-de-Cessieu présente un climat de type semi-continental[4] qui se caractérise par des précipitations généralement plus importantes au printemps et en été qu'en hiver.

Située dans la vallée de l'Hien, en limite de secteur des Terres froides, où règne une sorte de micro-climat, le climat de cette portion de territoire est généralement plus froid que la plaine de Bièvre ou celle de Bourgoin, d'où son appellation. Il n'est donc pas rare en hiver, de trouver de la neige dans le secteur de cette commune alors que le reste du Nord-Isère en est dénué.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par le ruisseau de l'Hien, notamment au niveau du bourg central. ce cours d'eau est un affluent de la Bourbre et d'une longueur de 17,2 km[5]. La commune héberge également de nombreux étangs dont l'étang de Ravaux, l'étang Rompu, l'étang de Vallin.

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

St Victor de Cessieu (entrée par la RD59)

Le bourg central de la commune et ses principaux hameaux sont situés à l'écart des grandes voies de circulation. Le territoire communal n'est traversé que par une seule route départementale, la RD51 qui relie le bourg de Montrevel à la ville de La Tour-du-Pin.

L'autoroute A48 qui relie l'agglomération Lyonnaise à celle de Grenoble traverse le territoire communal avant de former une grande courbe vers le nord-ouest afin de se raccorder à l'autoroute A43.

La sortie d'autoroute la plus proche (A43) est celle qui dessert l'agglomération de La Tour-du-Pin

  • Sortie 9 à 47 km : La Tour-du-Pin-centre (puis direction de Saint-Victor-de-Cessieu). La RD51a qui s'en détache permet de rejoindre le bourg de Cessieu depuis le bourg central.

La gare ferroviaire la plus proche de la commune est la gare de La Tour-du-Pin.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Victor-de-Cessieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[6],[7],[8]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Tour-du-Pin, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[9] et 38 657 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[10],[11]. La commune est en outre hors attraction des villes[12],[13].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (75 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (41,1 %), terres arables (32,3 %), forêts (14,7 %), zones urbanisées (11,9 %)[14].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[15].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, quartier et lieux-dits et écarts de la commune[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

L'ensemble du territoire de la commune de Saint-Victor-de-Cessieu est situé en zone de sismicité n°3 (sur une échelle de 1 à 5), comme la plupart des communes de son secteur géographique[16].

Terminologie des zones sismiques[17]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponyme[modifier | modifier le code]

St Victor de Cessieu (mairie et église)

Selon André Planck, auteur d'un livre sur la toponymie des communes de l'Isère, le nom Nivolas-Vermelle a une double signification correspondant d'une part à sa proximité de la commune de Cessieu et au nom de son saint patron[18] :

  • Saint-Victor doit son origine à Victor Ier, le 14e évêque de Rome[19].
  • Cessieu est lié au nom de la commune voisine, dont le nom serait dérivé du latin « Saxeus », signifiant « le rocher » (la même étymologie est évoquée pour la ville de Seyssuel en Haute-Savoie par Albert Dauzat)

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité et préhistoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et Temps modernes[modifier | modifier le code]

Sur la commune se dressait la tour de Mornas. Elle fut incendiée le 20 avril 1402 par les troupes de l'archevêque de Vienne.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

St Victor de Cessieu (mairie)

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1979 mars 2008 Jean Daujas PS  
mars 2008 En cours Jean-Charles Gallet DVG Chef de projet territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2018, la commune comptait 2 235 habitants[Note 2], en augmentation de 1,41 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
1 0109671 0941 1631 2541 2851 2631 2651 265
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 2061 1431 1001 1461 1011 0831 1051 0761 067
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 0881 0901 0511 0771 1311 0991 1821 2341 420
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
1 3701 3621 3401 5651 6691 9712 1592 2122 235
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le Festival Moulinstock[modifier | modifier le code]

Le festival Moulinstock est organisé sur le territoire de la commune depuis 2009, des jeunes de Saint-Victor-de-Cessieu organisent une fête locale qui réunit plusieurs générations : Le MoulinStock ! Avec l’envie de dynamiser la commune et encouragé par la municipalité, l’association Générations Moulinstock a vu le jour. L’association participera à diverses manifestations tout au long de l’année dans le but de financer l’évènement de l’été.

Ces artistes sont venus au Festival Moulinstock : en 2018 : Danakil, Jahneration, Anaïs, Pep's, Babylon Circus, Mike Love, Le Réparateur, Quintana Dead Blues Expérience, Kaleido Star, Resto Basket. En 2017 : Superbus, Taïro, Le trottoir d’en face, Volo, Mayor, Missah & Weedo, Yeast, The Addict, The 3B, The Brand New Man. En 2016 : Les Wampas, Les Yeux de la Tête, Pitt Poule, Les Petites Bourettes, Les Tripotesec, The Dailers, William Brutus, Akousty Roots, Belly Button Window, Too Many Zooz. En 2015 : Broussaï, Mademoiselle K, Barrio Populo, Bagdad Rodeo, Faut qu’ca guinche !, Pitt Poule, Wailing Trees, Leila, Algorythmik, Elipsis. En 2014 : Boulevard des Airs, PierPolJak, Elmer food Beat, Vanupié, Lamuzgueule, Saï, Mû, Mystical Faya, Faut qu’ca guinche, Bab’y’lionnes, Zicomatic. En 2013 : Sinsemilia, Megalow, Vanupié, Saï, Elzed, Tripotesec, Akila, Honky Tonk, Les manchots, 4L Boys, Les dauphinois gratinés, The Mazouts, Calyp’sots. En 2012 : Witness, Nude, Honky Tonk, Tripotesec, DJ Seb Stargo. En 2019, le festival est annulé [24].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le « Galop de Saint Victor de Cessieu » est une association créée en 2001 et regroupe des propriétaires de chevaux du secteur de saint victor de cessieu dans le but d'organiser des sorties pour cavaliers.
  • La « Vedette de Saint-Victor » est le nom de l'association sportive qui gère plusieurs clubs locaux[25].

Médias[modifier | modifier le code]

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité du canton et quelquefois de la commune, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

L'usine Cartallier en 1910.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le château de Vallin
La forêt de Vallin

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

C'est une ancienne maison forte remanié en château ayant appartenu à la famille de Vallin. L'édifice a été labellisé Patrimoine en Isère[26].
  • L'église paroissiale
Cet édifice réligieux est située dans la partie haute du village, à flanc de colline. Le sommet du clocher présente la particularité d'accueillir non pas une croix mais une statue en pierre de la Vierge. Celle-ci n'est pas dans l'axe du bâtiment, mais tournée vers le château de Vallin, en hommage à sa châtelaine qui avait fait don de la statue à la paroisse.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • La forêt de Vallin
Il s'agit d'un petit espace forestier situé en limite du territoire communal et qui se prolonge par le bois de Cotan avec la commune voisine de Torchefelon. Réputée pour un pouvoir mystique et son aspects surnaturel, cette forêt municipale présente de nombreux légendes et anecdotes lui conférant un charme particulier[27]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Robert Duverne, préparateur physique de l'équipe de France de football.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 10 septembre 2019
  2. Site annuaire mairie, page des distances entre Saint-Victor-de-Cessieu et les plus grandes villes, consulté le 10 septembre 2019
  3. Jean-Paul Bravard, « Le coteau de Saint-Savin et Saint-Chef, « Terres Froides » du Bas-Dauphiné. Pour la délimitation et la préservation d'unités paysagères remarquables », Revue de géographie de Lyon, vol. 56, no 4,‎ , p. 411–421 (DOI 10.3406/geoca.1981.3962, lire en ligne, consulté le 11 novembre 2016).
  4. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016).
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - l'hien (V1720500) » (consulté le 8 juillet 2019).
  6. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  7. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  8. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  9. « Unité urbaine 2020 de La Tour-du-Pin », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 28 mars 2021).
  10. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  11. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  13. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 28 mars 2021).
  14. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  15. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  16. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  17. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  18. André Planck, L'origine du nom des communes du département de l'Isère, édition L'atelier, 2006, (ISBN 2-84424-043-7), p. 235.
  19. Le titre de Pape apparaît au cours du IIIe siècle, et n'est pas attesté pour l'évêque de Rome avant le début du IVe siècle.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  24. Site generations-moulinstock.fr, page d'accueil, consulté le 10 septembre 2019
  25. Site societe.com, page "La Vedette", consulté le 10 septembre 2019
  26. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, conseil général de l'Isère (consulté le 4 août 2014).
  27. Violaine Bugnard, « À la rencontre des mystères de la forêt de Vallin », sur ledauphine.com, (consulté le 20 septembre 2019).