Château-Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château-Bernard
Château-Bernard
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes du Trièves
Maire
Mandat
Lydia Palazzi-Vallier
2020-2026
Code postal 38650
Code commune 38090
Démographie
Population
municipale
267 hab. (2017 en diminution de 7,61 % par rapport à 2012)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 58′ 33″ nord, 5° 34′ 37″ est
Altitude 855 m
Min. 754 m
Max. 2 286 m
Superficie 18,3 km2
Élections
Départementales Canton de Matheysine-Trièves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Château-Bernard
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Château-Bernard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Château-Bernard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Château-Bernard
Liens
Site web www.col-de-larzelier.fr

Château-Bernard est une commune française située, géographiquement dans le Trièves, administrativement dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes et, autrefois rattachée à l'ancienne province du Dauphiné.

La commune, située dans le territoire du Trièves, un secteur de moyenne montagne, rural et assez peu peuplé, se positionne au pied du massif du Vercors a adhéré à la Communauté de communes du Trièves qui regroupe 28 communes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune, traversée par le 45e parallèle nord, est de ce fait située à égale distance du pôle Nord et de l'équateur terrestre (environ 5 000 km).

Située au cœur du balcon est du Vercors, cette commune fait partie du parc naturel régional du Vercors et est constituée de hameaux répartis à une altitude moyenne de 1 000 mètres. La commune fait également partie de l'aire urbaine de Grenoble.

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Salicon, Puy Trangouillat, Mas Roux, Morinaire, Puy Grimaud, Liverset, la Combe, la Chainevarie, Champ Pialat, Mazetaire, le Col de l'Arzelier

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Villard-de-Lans est situé en zone de sismicité no 4, comme la totalité des communes de cette partie du massif du Vercors[1].

Terminologie des zones sismiques[2]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 4 Sismicité moyenne accélération = 1,6 m/s2

Autres risques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1822, la commune de Miribel-et-Château-Bernard fut administrativement supprimée pour constituer celles de Château-Bernard et de Miribel-Lanchâtre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 décembre 2017
(démission)
Frédérique Puissat UMP-LR Présidente de la communauté de communes du canton de Monestier de Clermont
Vice-Présidente de LR en Isère[3]
Conseillère départementale depuis 2015
Ancienne conseillère générale du Canton de Monestier-de-Clermont (2011-2015)
Sénatrice
décembre 2017 En cours Jacques Postoly    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1831. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2017, la commune comptait 267 habitants[Note 1], en diminution de 7,61 % par rapport à 2012 (Isère : +2,75 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
401444435439449443407409408
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
385391415335326280245214192
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
186171179186182125107147131
1990 1999 2006 2007 2012 2017 - - -
134168265279289267---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le développement de la commune est basé sur l’élevage, le tourisme et ses ressources forestières.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Laurent.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Château fort de Château-Bernard, du XIIe siècle[8].
  • Statue de Notre-Dame-du-Désert[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  2. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Légifrance_2010
  3. http://www.republicains38.fr/lequipe-departementale/
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. a et b Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), p. 673.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :