Ruy-Montceau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ruy-Montceau
Ruy-Montceau
La place et la Grand'Rue, en 1907.
Image illustrative de l’article Ruy-Montceau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Bourgoin-Jallieu
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Guy Rabuel
2014-2020
Code postal 38300
Code commune 38348
Démographie
Gentilé Ruymontois
Population
municipale
4 471 hab. (2016 en augmentation de 5,13 % par rapport à 2011)
Densité 215 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 16″ nord, 5° 19′ 02″ est
Altitude Min. 244 m
Max. 505 m
Superficie 20,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Ruy-Montceau

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Ruy-Montceau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ruy-Montceau

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ruy-Montceau
Liens
Site web ruy-montceau.fr

Ruy-Montceau est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle appartient à l'unité urbaine de Bourgoin-Jallieu, troisième agglomération du département avec plus de 57 000 habitants en 2013.

Située dans la petite région du Nord-Isère et adhérente à la communauté d'agglomération Porte de l'Isère dont le siège est fixé à L'Isle-d'Abeau , ses habitants sont dénommés les Ruymontois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation et description[modifier | modifier le code]

Le territoire de Ruy-Montceau est limitrophe de la ville de Bourgoin-Jallieu. La commune est une modeste banlieue, possédant encore de nombreux espaces agricoles et reliée à la principale ville du Nord-Isère par l'axe majeur est-ouest de ce secteur et qui correspondait à la RN6 avant sa déviation en 1957[2].

La commune héberge une zone industrielle et commerciale dans sa partie méridionale. longée par plusieurs infrastructures, telles que l'A43 et un des ses échangeurs routiers et la future ligne Lyon - Turin[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 081 hectares ; son altitude varie de 244 à 505 mètres[4]. Spécifiquement, on en distingue la partie centrale, située dans la vallée de la Bourbre, et les plateaux au nord et au sud, de caractéristique rurale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Cours d'eau

Le territoire de la commune de Ruy-Montceau est traversé dans sa partie méridionale par un affluent direct en rive gauche du Rhône, la Bourbre, ainsi que de quelques ruisseaux de tailles modeste, tous affluents ou sous-affluents de ce principal cours d'eau qui s'écoule dans un axe est-ouest.

La Bourbre est une rivière d'une longueur de 72,2 km[5]. Le Syndicat Mixte d'Aménagement du Bassin de la Bourbre, regroupant 75 communes, est la structure de gestion du bassin[6] ;

Le ruisseau de l'Enfer qui s'écoule depuis les villages de Châtonnay et de Montceau et le ruisseau de Loudon sont des affluents de la Bourbre.

Plans d'eau

Le territoire de la commune héberge également deux plans d'eau notables; l'étang Dardes ou des Fèves et l'étang des Rosières

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Isère.

La région de Ruy-Montceau présente un climat de type semi-continental[7] qui se caractérise par des précipitations généralement plus importantes au printemps et en été qu'en hiver.

Les étés sont chauds et plutôt sec mais connaissent de nombreuses périodes orageuses. Les hivers sont généralement assez froids et marqués par des gelées fréquentes, d'autant plus que le secteur resté très longtemps marécageux est souvent marqués par de nombreuses brumes matinales et des brouillards plus ou moins persistant durant les périodes froides.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

L'A43 relie la commune à Lyon et à Chambéry et l'A48 la relie à Grenoble. Une bretelle autoroutière dessert le territoire de la commune :

Sortie 8 à 37 km : Bourgoin-Jallieu-centre, Nivolas-Vermelle, Ruy-Montceau.

La route départementale 1 006 (RD 1006) qui correspond à l'ancienne RN 6, reclassé en route départementale qui relie la commune avec les communes de La Verpillière, Bourgoin-Jallieu La Tour-du-Pin et Pont-de-Beauvoisin.

Transports publics[modifier | modifier le code]

Pour un article plus général, voir réseau urbain Bourgoin-Jallieu - Agglomération nouvelle.

Localement, la commune est desservie par le réseau de bus de l'agglomération dénommé « Ruban » et plus particulièrement par :

  • La ligne 22 : Bourgoin-Jallieu (Gare SNCF) ↔ Montceau (Place)

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

La gestion du service du réseau d'eau potable et l'assainissement de Ruy-Montceau sont gérés par la communauté de communes.

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Ruy-Montceau est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique[8].

Terminologie des zones sismiques[9]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Si la commune de Ruy absorbe Montceau le , dans un contexte de fusion-association d'abord puis de fusion simple au [10], la commune ne s'appelle « Ruy-Montceau » que depuis le [11],[12].

Selon André Planck, auteur d'un livre sur la toponymie des communes de l'Isère, le nom de Ruy est lié à la présence de nombreux ruisseaux dénommés « ruis » ne patois local[13] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Territoire des Allobroges

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le secteur actuel de Ruy-Montceau se situe à l'ouest du territoire antique des Allobroges, ensemble de tribus gauloises occupant l'ancienne Savoie, ainsi que la partie du Dauphiné, située au nord de la rivière Isère.

Avant la chute de l'Empire romain, Bourgoin appartenait au Pagus Viennensis, qui plus tard deviendra le comitatus Viennensis.

Article connexe : Viennois.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Temps modernes et Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 3 500 et 4 999, le nombre de membres du conseil municipal est de 27[14].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Ruy-Montceau[15]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1973 1976 René Lauzier    
1976 1983 René Muet    
mars 1983 mars 2008 Paul de Belval RPR-UMP Conseiller général du canton de Bourgoin-Jallieu-Nord (1988-2008)
mars 2008 En cours
(au 30 avril 2014)
Guy Rabuel UMP-LR Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2016, la commune comptait 4 471 habitants[Note 1], en augmentation de 5,13 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9939471 0351 2371 2781 3221 3671 3311 381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4291 3961 4621 4111 3201 3001 3261 3291 444
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4551 4131 3391 2791 3821 5141 3451 2801 340
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 4021 5262 1842 6193 1433 7623 9934 2534 471
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Équipements sanitaire et social[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Manifestations, salons et festivals[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Presse régionale

Historiquement, le quotidien à grand tirage Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition du Nord-Isère, un ou plusieurs articles à l'actualité de la ville, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales, les travaux routiers, et autres événements divers à caractère local.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 40 808 €, ce qui plaçait Ruy-Montceau au 2 110e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[20].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 2014, pour la commune s'élève à 7 %, un chiffre inférieur à la moyenne nationale (10,4 %)[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tour des morts du château de Thézieu.

La commune de Ruy-Montcau comporte plusieurs monuments :

  • le château de Theyzieu
  • le Château de Montceau;
  • le château de Petit-Mont
ces trois édifices sont l'oeuvre d'Auguste Génin, une personnalité notable de Bourgoin-Jallieu et ayant vécu au XIXe siècle[22].
le monument se situe sur une hauteur de la commune protégé par un enclos rectangulaire composé d'un muret et d'une grille en fer forgé. Le calvaire, proprement dit, se compose d'un socle sur lequel repose une table saillante. Trois croix élevées sur cette table évoquent le calvaire du Golgotha. La croix centrale, représentant la Crucifixion domine les deux autres.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, page sur le nom des habitants des communes de l'Isère, consulté le 10 juin 2019
  2. http://routes.wikia.com/wiki/Route_nationale_fran%C3%A7aise_6#Trac.C3.A9s_historiques
  3. http://www.lyon-turin.info/trace-detaille
  4. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - la Bourbre (V17-0400) » (consulté le 5 mai 2013)
  6. « SMABB - Syndicat Mixte d'Aménagement du Bassin de la Bourbre », sur www.smabb.fr (consulté le 5 mai 2013)
  7. Annick Auffray, Alain Brisson, Agnès Tamburini, Valérie Dziak, Véronique Maloisel, Sophie Martinoni-Lapierre, « Climat de la région Rhône-Alpes », sur rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 23 juin 2016)
  8. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  9. [1]
  10. La commune sur www.insee.fr, Institut national de la statistique et des études économiques
  11. « Après trois ans de “palabres”, Ruy-Montceau est désormais le nom officiel de la commune », sur Le Courrier Liberté, (consulté le 27 octobre 2015).
  12. Préfecture de l'Isère, Arrêté no 2015 du portant changement du nom de la commune de Ruy en Ruy-Montceau, [lire en ligne].
  13. André Planck, L'origine du nom des communes du département de l'Isère, édition L'atelier, 2006, (ISBN 2-84424-043-7), p. 169.
  14. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  15. https://www.ruy-montceau.fr/medias/doc/courrier-ruymontois-2000-1.pdf
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 17 janvier 2018)
  21. « Comparateur de territoire − Commune de Ruy-Montceau (38348) | Insee », sur insee.fr (consulté le 17 janvier 2018)
  22. Site de la mairie de Ruy-Montceau page sur les sentiers de randonnée, consulté le 10 juin 2019
  23. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)