Lumbin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lumbin
La place de l'église.
La place de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Moyen Grésivaudan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
Pierre Forte
2014-2020
Code postal 38660
Code commune 38214
Démographie
Gentilé Lumbinois (masc)

Lumbinoise (fem). Les Cacous (patois Grésivaudan)

Population
municipale
2 135 hab. (2014)
Densité 305 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 26″ nord, 5° 54′ 48″ est
Altitude 250 m (min. : 222 m) (max. : 880 m)
Superficie 7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Lumbin

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Lumbin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lumbin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lumbin
Liens
Site web www.lumbin.fr

Lumbin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Lumbinois et les Lumbinoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à vingt-deux kilomètres au nord-est de Grenoble et à trente-cinq kilomètres de Chambéry, sur la rive droite de l'Isère, au cœur de la vallée du Grésivaudan.

Elle est traversée par la Route nationale 90.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lumbin
Saint-Hilaire-du-Touvet Saint-Bernard La Terrasse
Lumbin Tencin
Crolles Le Champ-près-Froges La Pierre

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Gérard Faiella    
2014 en cours Pierre Forte DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 135 habitants, en augmentation de 8,98 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
494 528 538 652 685 668 660 640 661
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
628 644 627 584 570 517 502 427 390
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
401 388 352 350 339 329 336 267 382
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
390 395 488 709 936 1 464 1 661 1 959 2 135
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église
  • château du Polonais, manoir du XVIIIe siècle[1]
  • église Sainte-Mairie-Madelaine, du XIIIe siècle, renouvellée en 1839-42[1]
Le clocher de l'église brûla en août 2009. Après de nombreuses, collectes, dons et ventes, le clocher fut réparé fin 2010 et un coulage et démoulage des cloches eut lieu en avril 2011.
  • cascade double dite "du Carre"
  • Bâtie du Petit Lumbin[1]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La bibliothèque.
  • Bibliothèque

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Fabre (1882-1984), inventeur de l'hydravion, vécut à Lumbin. Il fit son premier essai en 1910 sur l'étang de Berre.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec :

Sports[modifier | modifier le code]

  • Lac des Martelles : plan d'eau de 13 hectares où pratiquer le téléski nautique.

Coupe Icare[modifier | modifier le code]

Depuis 1973, la plus grande manifestation mondiale de vol libre a lieu, chaque année, à Lumbin : la Coupe Icare. Sont mis à l'honneur pour l'occasion les deltaplanes et les parapentes, dans le cadre d'un concours de déguisement et d’atterrissage de précision, les montgolfières par dizaines, qui parcourent la vallée à l'aube et au crépuscule, mais aussi la voltige et le parachute. La patrouille de France effectue, quant à elle un survol du village, et marque le point d'orgue du festival.

Les clubs[modifier | modifier le code]

  • TTG (Tennis de Table du Grésivaudan), club de Tennis de table des communes du Touvet, Allevard, La Terrasse et Lumbin.
  • L'ASTT 38 (Association Sportive du Touvet-Terrasse 38 football). Champion d'isère -13 ans en 2008.

Infrastructures sportives[modifier | modifier le code]

  • Stade de football
  • Court de tennis
  • Terrain multisport
  • Skatepark
  • 3e site d'atterrissage de vol libre de France.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 336-338
  2. http://www.latraceclaraz.org/passagedupapepieviilumbin.pdf
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.