Nivolas-Vermelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nivolas-Vermelle
Nivolas-Vermelle
Le centre ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Arrondissement de La Tour-du-Pin
Canton Bourgoin-Jallieu
Intercommunalité Communauté d'agglomération Porte de l'Isère
Maire
Mandat
Michel Rival
2014-2020
Code postal 38300
Code commune 38276
Démographie
Population
municipale
2 536 hab. (2015 en augmentation de 8,42 % par rapport à 2010)
Densité 416 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 27″ nord, 5° 18′ 26″ est
Altitude Min. 258 m
Max. 441 m
Superficie 6,09 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Nivolas-Vermelle

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Nivolas-Vermelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nivolas-Vermelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nivolas-Vermelle
Liens
Site web www.nivolas-vermelle.fr

Nivolas-Vermelle est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est située à l'est de Bourgoin-Jallieu. Ses habitants sont les Nivolésiens et les Nivolésiennes.

Elle appartient à l'unité urbaine de Bourgoin-Jallieu, troisième agglomération du département avec plus de 57 000 habitants en 2013.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Nivolas-Vermelle se situe à 5 minutes du centre-ville de Bourgoin-Jallieu, qui forme la limite nord-nord-ouest. La commune est bordée à l'ouest par Meyrié, à l'est par Sérézin-de-la-Tour et jouxte également Succieu à son extrémité sud[1].

Le village est situé entre la RN85 vers Grenoble (qui se débranche de l'ex-RN6 à son nord), la ligne Lyon - Grenoble et l'A43. Il s'est essentiellement construit autour de cette première, notamment sur les flancs d'une colline.

En voiture, Nivolas-Vermelle se trouve à 45 minutes de Lyon et à 45 minutes de Grenoble.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Nivolas-Vermelle en 1912.

Datant de la période romaine, un petit trésor composé de cinq aurei dont le plus récent date de 254 ou 255 ap. J.-C., de quelques bijoux et d'argenterie a été découvert en 1837 à Ruffieu, sur la commune[2].

La commune est créée par la « loi qui distrait les sections de Vermelle et de Nivolas des communes des Éparres et de Sérézin (Isère) pour en former une commune distincte qui prendra le nom de Nivolas-Vermelle » du 7 août 1882, promulguée au Journal officiel le 8 août 1882. Cette loi stipule dans son article 1 que « les sections de Vermelle et de Nivolas sont distraites, la première de la commune des Éparres, (canton de Bourgoin, arrondissement de la Tour-du-Pin, département de l'Isère), la seconde de la commune de Sérézin (même canton) et formeront à l'avenir une commune distincte dont le chef-lieu sera fixé à Nivolas et qui prendra le nom de Nivolas-Vermelle ».

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Nivolas-Vermelle Blason Écartelé, au premier et au quatrième d'azur à trois fleurs de lys d'or disposées 2 et 1, au deuxième d'or à un dauphin d'azur et au troisième d'or à un canard nageant d'azur[3].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  juin 1995 Gabriel Pellet PCF  
juin 1995 en cours Michel Rival PCF Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1881. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 2 536 habitants[Note 1], en augmentation de 8,42 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
9759821 0061 1311 2681 2771 2651 1861 401
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
1 4941 2051 1221 1611 1871 3721 6991 6151 638
1999 2005 2010 2015 - - - - -
1 8232 1412 3392 536-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Maxime Clain - Coach de la section féminine du club sportif Nivolésien[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Blaise.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Nivolas-Vermelle - Google Maps », sur https://www.google.fr/maps?hl=fr&tab=wl (consulté le 29 septembre 2016)
  2. Xavier Loriot, « Réflexions sur l'usage et les usagers de la monnaie d'or sous l'Empire romain », Revue numismatique, 6e série - Tome 159, année 2003 p. 58 [1]
  3. Site de la commune de Nivolas-Vermelle.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Entretien avec Maxime Clain, coach de Nivolas-Vermelle », sur Olympennesetmarseillaises.fr, (consulté le 29 septembre 2016)
  9. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère (consulté le 4 août 2014)
  10. « Deux édifices délabelisés », sur isere-patrimoine.fr, Conseil Général de l'Isère, (consulté le 5 août 2014)
  11. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]