Heyrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Eyrieux.
Heyrieux
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Vienne
Canton La Verpillière
Intercommunalité Communauté de communes des Collines du Nord Dauphiné
Maire
Mandat
Daniel Angonin
2014-2020
Code postal 38540
Code commune 38189
Démographie
Population
municipale
4 633 hab. (2014)
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 48″ nord, 5° 03′ 50″ est
Altitude Min. 259 m – Max. 381 m
Superficie 13,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Heyrieux

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Heyrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Heyrieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Heyrieux
Liens
Site web www.heyrieux.fr

Heyrieux est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes, qui fait partie de l'aire urbaine de Lyon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Heyrieux est situé à 25 kilomètres au sud-est de Lyon, entre les Alpes et le Massif central. Le village s'élève à une altitude de 295 m. Les habitants d'Heyrieux sont les Heyriards. Les communes voisines sont Grenay, Saint-Quentin Fallavier, Diémoz, Valencin et Saint-Pierre-de-Chandieu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Heyrieux vient du latin Arrius, dignitaire romain, qui n'est autre que le nom du fondateur de la ville durant l'ère romaine[réf. nécessaire]. Arrius étant alors ami et consultant du sénateur et célèbre historien romain Pline le Jeune.

En réalité, la fondation d'Arrius n'était alors qu'un domaine qui portait le nom de son créateur. Les premières traces de ce domaine remonteraient au Ier siècle. Pendant des siècles, Heyrieux resta une fondation romaine paisible.

Cependant, le domaine commença à prendre une ampleur relative au Moyen Âge, période durant laquelle elle devint un bourg identifié sous le nom de Aireu ou Ayreu. En 1027, les comtes de Savoie acquirent de nombreux domaines dans le Dauphiné. En 1030 Heyrieux fit officiellement partie de cette enclave savoyarde.

En 1227, Heyrieux fut concédée aux moines de la chartreuse d'Aillon (le chemin de Savoyan, qui traverse le village encore de nos jours, partait d'Aillon en Savoie pour parvenir à Chaponnay). Le 3 février 1328, le seigneur Jean de Chandieu accorda les "Libertés aux bourgeois d'Heyrieux" afin de permettre aux résidents de se constituer en communauté (chose relativement rare pour l'époque car les domaines étaient souvent soumis à une autorité supérieure). Par ailleurs, le mot « bourgeois » n'avait pas la même connotation de richesse qu'aujourd'hui, celui-ci comprenait davantage la notion de « résident ». Les libertés accordées par Jean de Chandieu furent confirmées quelques mois plus tard, le 3 juin 1328, par Édouard comte de Savoie.

Au cours de l'année 1349, le royaume de France annexa le Dauphiné. Sept ans plus tard, en janvier 1356, l'enclave savoyarde, dont Heyrieux faisait partie, fut concédée au Dauphiné et par conséquent au royaume de France.

En 1544, François Ier de France instaura à travers une lettre patente les foires de la Madeleine (22 juillet) et de la Sainte-Catherine (25 novembre), toujours actives de nos jours, ainsi que le marché hebdomadaire du vendredi. Pour expliquer l'octroi des ces foires et du marché, il faut se souvenir de deux faits :

- François 1er est à moitié savoisien par sa mère, fille du duc de Savoie; les comtes de Savoie furent pendant près de trois siècles les suzerains d'Heyrieux; donc un descendant des comtes de Savoie, devenu roi de France, accorde des privilèges à une possession ancestrale.

- Il doit certaines faveurs aux marchands de Lyon dont certains doivent avoir un lien, ou résider, à Heyrieux.


Alors que le village ne comptait que 270 habitants en 1750, ce fut alors le Temps des Loups, période durant laquelle entre 1752 et 1754, des centaines de chasseurs de loups se réunirent à Heyrieux afin de traquer et d'exterminer les loups des bois environnants. En effet, on estimait à l'époque que cet animal était responsable de multiples attaques contre les hommes ou leurs troupeaux. Ainsi, la plus grande battue recensée fut celle du 17 septembre 1754, près de 2000 chasseurs traquèrent les loups en même temps. Par la suite, de nombreux chasseurs de loups restèrent à Heyrieux, ceci explique l'augmentation significative d'habitants durant cette période puisqu'en 1791, le village comptait 1282 habitants.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Heyrieux Blason Écartelé : au premier de gueules au lion d'or paré d'azur, au deuxième d'azur à un chevron d'argent accompagné de deux croissants d'argent, en pointe d'un lion d'or, au troisième d'azur à la bande d'or, accompagné de 6 losanges, de même, trois en chef, en orle, trois pointes en bande, et au quatrième d'or au dauphin d'azur, crêté, oreillé et barbelé de gueules ; à la croix astrée d'argent brochant sur le tout[1].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Lucien Tardy FGDS-PS Conseiller général du Canton d'Heyrieux (1967-1973)
mars 1983 juin 1995 René Hustache    
juin 1995 mars 2008 Gérard Thollot    
mars 2008 en cours Daniel Angonin DVD Retraité Fonction publique[2]

Transport[modifier | modifier le code]

Le village est desservi par le réseau de transport de l'Isère (TransIsère). Une ligne régulière intercité, la ligne 2960 dessert cinq points d'arrêts dans la commune à destination de St-Jean-de-Bournay ou Gare Part Dieu Villette à Lyon. L'ancienne gare d'Heyrieux est fermée aux voyageurs.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 4 633 habitants, en diminution de -2,63 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 232 1 338 1 427 1 539 1 424 1 490 1 520 1 560 1 416
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 362 1 369 1 355 1 465 1 535 1 541 1 517 1 508 1 510
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 505 1 508 1 446 1 101 1 116 1 205 1 223 1 273 1 346
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 475 1 733 2 473 3 270 3 872 4 163 4 705 4 640 4 633
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Heyrieux compte parmi ses monuments le château du Bourg et le manoir Le Colombier (tous deux datés du XVe siècle), le château de Maille (XVIIIe siècle), l'église ainsi que l'oratoire Notre-Dame-de-la-Salette (XIXe siècle).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En mars 2017, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris, ce label récompense le fleurissement de la commune au titre de l'année 2016[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la commune d'Heyrieux
  2. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/heyrieux,38189/
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 7 août 2017).
  8. Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]