Saint-Nazaire-les-Eymes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Nazaire (homonymie).
Saint-Nazaire-les-Eymes
Saint-Nazaire-les-Eymes
Le village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Moyen Grésivaudan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
Michèle Flamand
2014-2020
Code postal 38330
Code commune 38431
Démographie
Gentilé Saint-Nazairois
Population
municipale
2 961 hab. (2015 en augmentation de 1,86 % par rapport à 2010)
Densité 348 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 51″ nord, 5° 51′ 06″ est
Altitude 283 m
Min. 221 m
Max. 1 738 m
Superficie 8,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-les-Eymes

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-les-Eymes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-les-Eymes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Nazaire-les-Eymes
Liens
Site web [1]

Saint-Nazaire-les-Eymes est une commune française située dans le département de l'Isère et dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Saint-Nazairois (Saint-Nazairoises) .

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Nazaire-les-Eymes devant la dent de Crolles par Charles Bertier (1860–1924).

La commune est située sous les falaises qui bordent le sud-est du massif de Chartreuse.

Avec ses 850 ha, elle se divise en trois parties :

  • la montagne : 250 ha (bois du Saint-Eynard, gorge du Manival). Le point le plus haut de la commune est le Bec Charvet : 1 738 m.
  • le plateau : 300 ha. Zone urbanisée (bâti ancien et récent) et urbanisable.
  • la plaine agricole : 300 ha. Le point le plus bas est à 220 m, sur le bord de l'Isère.

Sites géologiques remarquables[modifier | modifier le code]

Le « torrent du Manival », avec ses ouvrages de correction torrentielle, est un site géologique remarquable de 69,18 hectares qui se trouve sur les communes de Bernin, Saint-Ismier et Saint-Nazaire-les-Eymes. En 2014, ce site d'intérêt géomorphologique est classé « deux étoiles » à l'« Inventaire du patrimoine géologique »[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Nazaire-les-Eymes
Saint-Pierre-de-Chartreuse Saint-Pancrasse
Saint-Nazaire-les-Eymes Bernin
Saint-Ismier Villard-Bonnot

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin de l'Ancien régime, les deux communautés et paroisses de Clêmes et de Saint-Nazaire n'en formaient plus qu'une, officiellement réunies dans la création de la commune de Saint-Nazaire en 1790. Entre 1794 et 1801, la commune fut réunie à celle de Saint-Ismier. En 1880, une partie du territoire de la commune de Villard-Bonnot est réunie à Saint-Nazaire. La commune prend son nom actuel en 1950.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1807 1821 Pierre Bourgeat    
1821 1827 Pierre Rey-Pirolle    
1827 1831 Auguste Frédéric De Lamarre    
1831 1832 Antoine Louis Alphonse    
1832 1837 Joseph Rey-Pirolle    
1838 1848 Jean François Jacquin    
1848 1860 Pierre Bourgeat    
1860 1866 Jacques Eugène Devallée    
1866 1870 Henri Beaufort De Lamarre    
1871 1872 Arthur Rey-Pirolle    
1872 1969 ?    
1969 1989 André Cartier-Millon    
1989 2008 Alain Brenot    
2008 2014 Janine Dubus    
2014 en cours Michèle Flamand    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 2 961 habitants[Note 1], en augmentation de 1,86 % par rapport à 2010 (Isère : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
464469530578569606609638603
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
580555554575565511508461462
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
446440405400377372360373441
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
5077281 3021 6841 9402 3422 5922 9242 961
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Un territoire encore largement rural, un patrimoine bâti et paysagé, attirent de nombreux habitants de l'agglomération grenobloise.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le château de Cleymes, des XIIIe et XVIIIe siècles[6].
  • Le château des Eymes, ou château Villeroy, du XVIIe siècle[6].
  • La maison Bellevue, vieille maison de Ratz très remaniée[6].
  • La maison dite La Beyroud, avec des portes en style Renaissance[6].
  • La Dalle.
  • Le parc des Ecoutoux.
  • Le Mitolet.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Nazaire, du XVIIe siècle[6].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • La salle polyvalente
  • La salle Cartier-Millon

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du parc naturel régional de Chartreuse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inventaire du patrimoine géologique : résultats, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer - DREAL Auvergne-Rhône-Alpes, 24 janvier 2014 (mis à jour le 31 mars 2015), accès le 23 septembre 2016.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. a, b, c, d et e Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 496-498

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]